10 mai 2018 4 10 /05 /mai /2018 04:11

Le MoDem compte jouer un rôle pivot dans la construction d'un projet de rassemblement pour la municipale de 2020. Son président voit trois axes prioritaires.

David Guillerm est le nouveau président du Modem finistérien. Installé à Brest, il regarde ce qui se prépare autour de la municipale de 2020. Et compte bien que son parti y joue un rôle pivot.

Quel peut-être le rôle du MoDem dans la municipale de 2020 à Brest ?

David Guillerm, président du Modem 29. Jusqu'à présent chacun campe dans une sorte de caricature. Soit dans une revanche personnelle, soit dans une position correspondant à celle de son parti au plan national. Chacun voit Brest comme une sorte de trophée que l'on joue à la bataille navale. Pour nous, il s'agit, à l'inverse, de construire une ville meilleure. Nous voulons porter une ambition collective, rassembler les forces vives de la République en Marche et du MoDem. Beaucoup de personnalités pourraient faire bouger la Ville, l'apaiser, la rendre plus dynamique.

À quelle échelle pourrait être organisé ce rassemblement ?

Il faut remercier François Cuillandre et ses équipes pour les trois mandats qui viennent d'être menés. Mais désormais, ce qui compte, c'est le projet pour 2020. L'équipe doit être rassemblée autour des problématiques qu'il déterminera. Elle devra être à l'écoute pour le diagnostic sur l'état de Brest. Enfin, il faudra un capitaine qui puisse être le VRP de cette équipe et de ses ambitions. Aujourd'hui, il n'y a pas d'accord entre le MoDem et LREM. D'ailleurs, je rencontre d'autres représentants de partis. Pourquoi ne pourrait-on pas travailler avec des socialistes ou des écologistes ?

Et sur quels thèmes pensez-vous pouvoir réunir toutes ces volontés ?

J'en vois trois. L'unification des taxes à l'échelle de la métropole. Aujourd'hui elles sont déséquilibrées et cela crée des problèmes de mixité sociale à Brest. Ensuite, le sentiment d'insécurité générale est vraiment une question majeure. Trop longtemps l'équipe en place a refusé d'y répondre. Enfin, il faudra se pencher sur la dynamique du centre-ville. C'est un facteur de santé pour l'avenir de Brest. La politique municipale n'a pas répondu à cette ambition.

Interview Ouest-France.

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram