4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 00:28

L’énergie nucléaire est-elle une énergie sûre ? A l’heure actuelle où les autorités françaises ont décidé de continuer le pari fait sur cette énergie avec la construction d’un deuxième réacteur nucléaire EPR (Penly), nous pouvons nous poser des questions.

 

En effet, la France produit aujourd’hui 41,4% de son énergie primaire à partir d’uranium (78% de la production électrique) et compte 58 réacteurs pour 19 centrales nucléaires. Les récents événements sur le site du Tricastin systématiquement sous-évalués peuvent laisser interrogateur.

 

Cependant, ceux-ci ne semblent être rien comparé à tous les accidents liés au nucléaire que le monde a pu connaître (cf. liste des accidents liés au nucléaire - wikipédia)  que le nucléaire soit militaire, civile ou de la recherche. Je suis donc obligé de reposer la question, le Nucléaire est-elle une énergie sûre aujourd’hui pour être développée à ce point ?

 

De plus, le risque de terrorisme nucléaire par le détournement de matière radioactive pour l’utiliser comme toxique ou pour fabriquer une «bombe radiologique», ou par l’attaque directe d’un réacteur  laisse nécessairement méfiant face à cette énergie.

 

Nucléaire, une énergie rentable ?

 

A cela s’ajoute un intérêt de plus en plus discutable pour cette énergie qui assure « l’autonomie » énergétique française. Ainsi, l’autonomie revendiquée par les autorités est à l’heure actuelle terminé car nous  ne produisons plus d’uranium nos mines étant épuisées. Depuis 2001, l'intégralité des 8 000 tonnes nécessaire chaque année est importée de pays comme l'Australie (mine d'Olympic Dam par exemple), le Canada (McClean Lake, McArthur River, Cigar Lake) ou le Niger (mine d'Arlit, etc.).

 

Le Nucléaire n’apporte donc plus aujourd’hui l’autonomie énergétique de la France. De plus, le coût économique des centrales n’est pas forcément rentables en termes d’emplois en comparaison d’actions pour la réduction énergétique de nos infrastructure ou des énergies renouvelables tels que l’hydraulique, l’éolien ou encore le photovoltaïques qui sont nos énergies de demain.

 

Nucléaire, une énergie durable ?

 

Je voudrais rappeler que l’uranium est une matière « fossile » dans le sens qu’elle n’est pas inépuisable et qu’actuellement les réserves sont estimées à 71 ans à consommation constante dans le monde. De cette manière, nous savons qu’aujourd’hui, la production minière n’assure que 60% de la demande (le reste provenant des réserves).

 

Le prix du nucléaire est de cette manière marginal pour l’instant dans le coût de production électrique mais quand sera-t-il demain des tensions apparaissant déjà c’est dernier temps ?

 

Enfin, n’oublions pas l’essentiel, le nucléaire produit de nombreux déchets qui posent de nombreux problèmes de traitement et que nous laissons à la charge des générations futures.

 

Alors pourquoi l’Etat français ne pari-t-il pas sur les énergies renouvelables ? Sur la recherche de celles-ci et leur développement industriel ?

 

La construction d’un 2e réacteur EPR n’étant pas nécessaire dans la mesure où le parc nucléaire français ne devra être renouvelé qu’à partir de 2020 (et que la France est déjà excédentaire en terme énergétique), nous pouvons nous poser la question de cette décision. Est-elle de l’ordre du lobbying d’entreprise en mal de marché économique ?

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans environnement
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram