14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 12:09

Les Jeunes Démocrates de Bretagne tiennent  à réagir sur les réformes actuelles concernant les Universités et les évènements récents qui lui sont associés.

 

Dans un projet de contre-décret (lien), le MoDem reconnaissait que la réforme de l'Université engagée par le gouvernement avait le mérite de lancer le chantier de la modernisation de notre système universitaire. Mais il dénonçait l'absence de consultation des acteurs concernés, qui, conjuguée aux déclarations provocatrices du Président de la République et à l'annonce d'une réduction d'effectifs, a réduit à néant toute possibilité de réforme consensuelle.

 

Le MoDem se félicite aujourd'hui de l'ouverture de négociations par le ministère. Il reconnaît les avancées que comporte le nouveau projet de décret par rapport au projet initial : réaffirmation de l'indépendance des enseignants-chercheurs et de leur appartenance à la fonction publique d'État, garantie explicite de l'égalité hommes/femmes, reconnaissance de la diversité des missions, encadrement strict de la modulation qui ne peut se faire contre la volonté des intéressés... Il restera vigilant quant à la poursuite et à l'issue de ces négociations.

 

Concernant la mastérisation de la formation des enseignants, les Jeunes Démocrates bretons approuvent l’idée de formation en cinq ans avec un master à la clé (avec validation des acquis). Nous approuvons également l’idée que cette formation soit disciplinaire et professionnelle. Cependant nous contestons le projet actuel quand il demande aux étudiants de réaliser cumulativement des tâches de recherche, de préparation au concours et le stage de formation. De surcroît, il est impératif que le stage soit rémunéré. Nous demandons un moratoire d’un an afin de permettre une réflexion sereine et approfondie sur cette question qui engage la formation des futurs enseignants et des élèves sur plusieurs générations.

 

Enfin le MoDem souhaite une réflexion à plus long terme dans le cadre de la loi dite LRU sur la diversification des sources de financement des Universités (public - privé), la contribution des étudiants aux coûts de leurs études ainsi que sur un système adéquat de bourses et d’aides. Il souhaite également un renforcement du rôle des universités dans la formation tout au long de la vie.

Toutes ces questions constituent un ensemble de pistes de réflexions destinées à bâtir l’Université de demain.

 

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Université
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram