17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 15:17
 

François Bayrou, président du MoDem, a lancé sa campagne pour les européennes, hier, à Saint-Brieuc. Morceaux choisis.

De son tour de France

François Bayrou est toujours en campagne avec deux déplacements par semaine. Il mène un tour de France pour « rencontrer les gens dans leur vie. Les politiques, trop souvent, s'enferment dans lieux de pouvoir. Ils se mettent à parler une langue que plus personne ne

comprend ». Il en a profité hier pour parler politique européenne et rencontrer des acteurs du monde du handicap.


Des têtes de liste aux européennes


Pourquoi Sylvie Goulard et Bruno Joncour en tête de liste ? « Ils sont complémentaires. Elle va d'emblée se faire entendre au parlement
européen, il a l'expérience d'un grand élu local. Il est d'ici. Ce que veulent les électeurs, c'est élire de bons députés. On veut envoyer un message de fort de renouvellement aussi. »


Du programme du MoDem


« Le gouvernement défend le capitalisme, les Français n'attendent pas les socialistes. Nous, nous mettons l'homme en premier. Nous
défendons l'humanisme. Cela veut dire que l'Éducation n'est pas la variable d'ajustement du budget, ni la santé. Pour l'agriculture, on

s'intéresse aux paysans et pas aux productions. »


Du résultat prévu


Pour avoir deux élus au parlement, la liste doit dépasser les 15 %. « Nous ne mettons pas de limite à nos ambitions. Il faut que les gens
trouvent un bulletin de vote qui envoie un message impossible à ignorer. »


De sa carrière en dent de scie


« Le seul moment de ma vie politique où j'ai failli arrêter, c'est en 2002, quand on m'a montré un condensé de trois quarts d'heure des
Guignols. J'ai trouvé ma caricature brutale et violente. Depuis, auprès des jeunes, cela m'a rendu sympathique. » Quant à la défaite aux municipales à Pau : « Nul n'est prophète en son pays. Et l'UMP a voulu ma peau. Mitterrand aussi a connu des défaites. »


De sa croyance en la politique


La Présidence de la République toujours en point de mire, François Bayrou concède « que la politique qui change tout n'existe pas.
Mais il faut des politiques qui disent la vérité. Avec des humanistes intransigeants pour que les enfants aient une bonne école, les Français une garantie des accidents de la vie, une répartition équitable de la richesse et un modèle social qu'on ne casse pas ».


Sébastien GROSMAITRE.

Ouest-France


Retrouvez également la vidéo de François Bayrou réalisé par le Télégramme ici.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Bretagne
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram