24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 16:27

Aujourd'hui, sur France Inter, j'ai pu écouter une émission intéressante sur les abus de la police et des gardes à vue. Cette émission que vous pouvez retrouver ici, n'est pas sans me rappeler un évènement récent qui m'est arrivé.

 

En effet, il y a quelque temps, je me suis fait contrôlé mes papiers de voiture et le sentiment de malaise qui m’est arrivé est je le pense général. C’est un sentiment général car aujourd’hui la police rend chaque citoyen français suspect.

 

Qui n’a jamais eu un sentiment de culpabilité ou de reproche lorsqu’il a été abordé par la police ?

 

La politique du chiffre que Nicolas Sarkozy opère depuis 2003 nous a plongés dans toutes sortes d’abus avec des représentants de l’autorité qui usent de leur pouvoir et souvent en abuse.

 

Nous ne pouvons accepter que des femmes et des hommes soient criminalisés pour des faits minimes. Nous ne pouvons accepter que d’importante somme d’argent soit utilisée pour des processus souvent inappropriés et démesurés.

 

L’Etat français appelle à des économies et de la modération, qu’il applique ses souhaits et ne fassent pas que les prononcer.

 

Nous ne pouvons accepter l’Etat policier. Thomas Jefferson ne disait-il pas « Si vous êtes prêt à sacrifier un peu de liberté pour vous sentir en sécurité, vous ne méritez alors ni l’une ni l’autre. ». L’Etat policier bride la société, empêche la libre expression comme à Strasbourg où il a été demandé aux citoyens de retirer leurs drapeaux anti-OTAN de leurs fenêtres. 


L’Etat policier appelle à la dérive et amène à la société de Big Brother. La mise en place de caméra dans nos rues, la vision simpliste et fausse des jeunes comme voyous sont autant d’éléments que nous ne pouvons accepter en tant que démocrates.

 

L’humanisme porté par le Mouvement Démocrate de François Bayrou a pour but de remettre l’homme au centre de la société. Effectuer ce changement c’est reconsidérer le fonctionnement même de la société. C’est prôner la prévention et l’éducation plutôt que la confrontation. C’est mettre en place des polices de proximités à qualité humaine plutôt que favoriser des actions coup de poing médiatique.

 

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Gouvernement
commenter cet article

commentaires

       

Recherche

Le Lab Démocrate

Clics


 

Wikio - Top des blogs - Politique 

Classement local