22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 21:46

Sécurité: Bayrou critique les nouvelles mesures de Nicolas Sarkozy

 

DIJON (AFP) — Le président du MoDem, François Bayrou, a qualifié mercredi "d'inutiles" les nouvelles mesures annoncées mardi par Nicolas Sarkozy lors de la visite du président de la République à Nice axée sur le thème de la sécurité.


"Une nouvelle fois, il utilise la question sécuritaire à des fins électorales, à moins de deux mois des Européennes. Nous en sommes déjà à treize lois sur la sécurité depuis sept ans", a déclaré à l'AFP M. Bayrou lors d'un déplacement à Dijon où il accompagnait Jean-François Kahn, tête de liste (Grand Est) aux élections européennes.


"Il faut d'abord appliquer les lois en vigueur, donner plus de moyens pour les centres éducatifs fermés et les travaux d'intérêt général. Je constate aussi que les violences contre les personnes sont en augmentation", a ajouté le président du MoDem.


Interrogé sur les élections européennes, le député des Pyrénées-Atlantiques a considéré que son parti était le seul à être réellement entré en campagne.


"Cette Europe ne me plaît pas. Elle n'est pas assez active et ne s'est pas assez démocratisée. Notre famille appartient à celle de Robert Schuman. L'Europe est pour nous une vocation", a-t-il lancé.


François Bayrou a à cette occasion critiqué l'action du Portugais José Manuel Barroso, président de la Commission européenne depuis novembre 2004.


"Il ne fait pas ce dont l'Europe a besoin. C'est un maoïste converti à l'ultralibéralisme, qui est systématiquement soumis aux gouvernements. Il est aligné sur les Etats-Unis et le libéralisme", a poursuivi François Bayrou.


Le président du MoDem, questionné sur ses contacts avec des chiraquiens et notamment Dominique de Villepin, à qui l'on prête des ambitions élyséennes, a refusé de se poser en opposant systématique de Nicolas Sarkozy.


"Je ne suis pas dans une logique d'opposition épidermique. J'ai des contacts avec Dominique de Villepin, c'est vrai, et j'échange souvent avec François Hollande, qui est un homme de valeur. J'ai gagné la liberté de parler avec qui je veux", s'est félicité M. Bayrou.


Le leader centriste a également confié que des anciens députés de l'UDF, ralliés à Nicolas Sarkozy entre les deux tours de l'élection présidentielle en 2007, lui avaient avoué "s'être trompés".


"Il y a au Nouveau Centre, a-t-il affirmé, des gens qui s'aperçoivent qu'ils sont totalement soumis à l'UMP et au chef de l'Etat. Ils sont frustrés et vexés".

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans France
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram