13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 10:00

I - L’Europe durable : Économie, social, environnement.

1. Crise économique et financière

·                         Grand emprunt européen de 3% du PIB, orienté vers les PME.

·                         Gouvernance économique européenne avec régulateurs européens.

·                         Création d’une monnaie de réserve mondiale en remplacement du dollar

·                         Éradication des paradis fiscaux.

·                         Organisation des marchés à terme pour éviter les dérives.

·                         Taxe sur les transactions internationales de type Tobin.

·                         Suppression des stock-options pour les entreprises cotées en bourse afin de favoriser l’économie réelle.

·                         Instauration d’une autorité européenne des marchés financiers.

·                         Harmonisation fiscale pour éviter le dumping qui provoque la concurrence des États au lieu de leur coopération.

·                         Le protectionnisme est une mauvaise réponse, en revanche les produits importés doivent être soumis aux mêmes règles que nos propres produits, c’est la justice la plus élémentaire. Si ce n’est pas le cas, on peut et on doit taxer ces importations de façon compensatoire afin de rétablir la juste compétition.

·                         Élargissement de la zone euro comme geste politique aussi fort que la réunification de l’Allemagne. Les conséquences seraient un renforcement de la solidarité intra-européenne et du poids de l’Union.

Sources : 12 engagements. Discours du 29 mars. Site de campagne du MoDem. Intervention de Marielle de Sarnez au Parlement européen le 22 avril.

2. Réforme de la BCE

·                         Institution d’un pouvoir économique au niveau de la zone euro (gouvernance économique européenne).

·                         Mise en place d’une commission bancaire européenne.

·                         Élargissement de la mission de la BCE à l’action en faveur du plein emploi.

Sources : Propositions anti-crise KGW. Site de campagne du MoDem.

3. Emploi

·                         Élargissement de la mission de la BCE à l’action en faveur du plein emploi.

·                         Favoriser les revalorisations salariales par des baisses de charges plus fortes sur les salaires représentant une fois et demi à deux fois et demi le smic afin d’éviter les trappes à bas salaires.

·                         Accepter les règles du libre-échange sauf lorsqu’il devient un moyen avéré et avoué de faire « baisser le coût du travail », donc les salaires, ce qui, en comprimant la consommation, est l’une des causes principales de la crise que nous traversons.

Sources : Propositions anti-crise KGW.

4. Europe sociale

·                         La vocation sociale doit être placée au cœur du projet européen.C’est une faute que l’Europe ait été enfermée sur la seule organisation du marché. L’Europe était une construction pour défendre des valeurs. La crise vient de ce que les considérations uniquement économiques et financières l’ont emporté sur toutes les autres : il faut que l’Europe réhabilite le modèle solidaire.

·                         L’exigence sociale, démocratique et écologique doit être placée au même niveau que la concurrence.

·                         Droit du travail européen apportant de nouveaux droits : santé, droits sociaux, protection des publics fragiles.

·                         L’éducation et la santé ne sont pas des domaines dans lesquels la concurrence doit passer en premier. Ce n’est pas le marché qui doit les gouverner mais le choix politique des citoyens.

·                         L’harmonisation sociale pose des problèmes en raison des grandes différences de couverture sociale : un SMIC européen est impossible à définir. Mais on peut se fixer des règles de convergence sociale sur le même modèle que les convergences monétaires qui ont permis l’euro, afin de construire un modèle social européen à horizon 10 ans. La solidarité ne s’arrête pas aux solidarités à l’intérieur d’une même génération, mais doit s’étendre aux solidarités entre les générations. Il faut donc prendre en compte les intérêts des générations futures.

Sources : 12 engagements. Site de campagne du MoDem. Discours du 9 avril. Discours du 29 avril. Discours du 25 avril.

5. Politique industrielle

·                         Grands travaux d’infrastructure et d’équipements (transports, éducation, santé, logement social, économie numérique)

·                         Small Business Act européen

·                         Défense des services publics, qui ne doivent pas être soumis à la loi du profit.

Sources : Propositions anti-crise KGW. Manifeste du Parti démocrate européen. Interview de Marielle de Sarnez à Fréquence Protestante.

6. Politique de la recherche

·                         Coordination et mutualisation des politiques de recherche

·                         Doublement du budget pour la recherche

·                         Aide efficace au dépôt de brevets

Source : 12 engagements

7. Énergie

·                         Nécessité d’une puissante coordination des politiques énergétiques nationales.

·                         Politique énergétique préparant les énergies du futur.

·                         Le débat sur l’énergie nucléaire est essentiel. Le contrôle de l’industrie nucléaire doit rester l’affaire des citoyens et ne pas passer aux mains d’intérêts privés.

Source : Site de campagne du MoDem. Discours du 29 avril.

8. Environnement

·                        Les contraintes environnementales sont inéluctables. Les ressources naturelles ne sont pas infinies. On n’a le choix qu’entre subir l’inéluctable et construire le monde qui tiendra compte de ces contraintes. Arrêtons de subir et commençons à construire.

·                         Véritable politique de développement durable : les conséquences à long terme doivent être prises en compte dans toute décision. On doit se poser la question : cette politique est-elle tenable sur le long terme ?

·                         Une industrie propre, ce ne sont pas que des sacrifices à faire, mais aussi un grand potentiel de création et de richesse.

·                         Le maintien de notre niveau de vie ne peut se faire que si on accepte le passage à une société plus sobre, qui privilégie le qualitatif au quantitatif.

·                         Faire le lien entre l’entrepreneurial, le social, l’environnemental et le développement durable.

·                         Industrie verte : par le levier économique on peut réorienter des productions qui sont aujourd’hui impactantes sur l’environnement.

·                         Protection de la biodiversité, pour des raisons de qualité environnementale et pour des raisons économiques (des études prouvent qu’à long terme, sa préservation produit plus de richesses que sa destruction).

·                         Exemplarité : l’écologie ça commence par les petits gestes concrets. Par exemple, que les députés européens se donnent les moyens de compenser les émissions de CO2 liées à leurs déplacements.

·                         Un commissariat européen au plan. L’économie planifiée est un instrument incontournable pour penser le long terme, et ce plan doit être pensé au niveau européen. Il y a une « ardente obligation du plan en matière environnementale et en matière énergétique » (François Bayrou).

Source : Convention du 29 avril.

9. Transport

·                         Développer les lignes de chemin de fer de liaisons directes entre métropoles européennes.

·                         L’accès aux transports doit être le même tout le territoire de l’Union.

Sources : Propositions anti-crise KGW. Site de campagne du MoDem.

10. Réforme de la politique agricole

·                         La PAC n’a plus d’objectifs, il faut lui donner de nouvelles ambitions : sécurité alimentaire, exigence environnementale, exploitations de taille humaine.

·                         L’agriculture est un enjeu de dimension mondiale, parce que l’équilibre de la planète dépend de la situation des paysans du Tiers-monde. Or il n’y a d’accès aux enjeux mondiaux que par l’Europe.

·                         Poser la question des paysans, pas seulement celle de la production. Il faut éviter le délitement du tissu agricole avant que ce soit irréversible.

·                         Défendre l’organisation des marchés pour obtenir des prix rémunérateurs. Régulation des marchés à terme. Défense des quotas laitiers qui permettent aux petites exploitations de survivre, en particulier dans les zones de montagne.

·                         Utiliser les surplus céréaliers (inévitables à cause de la variabilité de la production) pour les nouvelles applications industrielles : agro-carburants, agro-industrie, biomasse.

·                         Soutenir de façon plus incitative l’installation ou la réinstallation de jeunes agriculteurs en protégeant mieux leurs revenus des aléas du marché et des pressions monopolistiques, qu’il s’agisse de la grande distribution ou des abattoirs.

·                         Encourager l’agriculture biologique qui donnent un meilleur équilibre économique à l’agriculteur et de meilleurs produits aux consommateurs.

·                         Permettre l’organisation des producteurs comme rééquilibrage nécessaire dans le rapport de forces avec les centrales d’achat.

·                         Co-expertise : associer les représentants du monde agricole à toute décision les concernant. L’expertise scientifique doit inclure des scientifiques désignés par les professionnels en plus des scientifiques désignés par les autorités politiques européennes.

·                         Changer le calendrier des quotas de pêche pour que l’adaptation nécessaire se fasse sur les grandes pêches de l’hiver et pas sur la pêche des petits artisans locaux. Ça ne coûte rien au contribuable et ça change tout pour le pêcheur.

·                         Favoriser les moyens de propulsion nouveaux (hydrogène, pile à combustible) par rapport aux moteurs à combustible fossile (polluants et non durables).

Source : Site de campagne du MoDem. Propositions anti-crise KGW. Discours du 15 avril.

11. Budget de l’Union européenne

·                         Doublement du budget de l’Union.

·                         Le Parlement européen doit décider du volume.

·                         Budget alimenté par un impôt unique sur l’ensemble des pays de l’Union (par exemple sur les transactions bancaires et boursières).

Source : 12 engagements.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Europe
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram