27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 10:00

Le RSA et la crise laitière ont marqué les débats du conseil général, hier ( Jeudi 25 Juin). Gauche et droite ont fini par s'accorder sur ces deux questions.

Les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) vont toucher leur première allocation dans les prochains jours. Ils seront environ 19.000 dans le département du Finistère mais avec encore un nombre relativement limité de demandes d'inscription. Sur ce total en effet, figurent 14.000 bénéficiaires de l'ancien RMI et 1.600 de l'allocation de parent isolé, intégrés automatiquement dans le nouveau dispositif RSA. Il faut y ajouter environ 3.000 demandes d'inscription de la part de travailleurs demandant à bénéficier du complément de revenu que constitue le RSA. Soit environ 19.000 au total alors que selon une simulation effectuée par le Haut commissariat aux solidarités, le Finistère compte environ 40.000 bénéficiaires potentiels. La question n'a pas suscité de controverse animée entre gauche et droite. Le temps de la polémique sur le sujet est passé. «Notre collectivité s'est loyalement mobilisée pour mettre correctement en oeuvre le RSA», insiste Richard Ferrand (PS) sans se priver toutefois de parler «d'usine à gaz». Pierre Maille, le président de l'assemblée redoute que le RSA ne soit «une aubaine pour encourager certaines entreprises à maintenir les salariés dans la précarité, le temps partiel subi et les bas salaires». Mais la gauche n'insiste pas trop sur le sujet alors que l'opposition, par la voix de Raymond Mercier réplique que «le RSA a permis des taux de retour à l'emploi plus élevés dans les départements où il a été expérimenté».

Pas de fonds spécifique

Autre sujet de brûlante actualité: la crise laitière. De nombreux conseillers sont intervenus sur le sujet après une introduction par Yvon Le Bris, lui-même agriculteur, parlant longuement de production laitière et de quotas, en insistant sur un point: «Je n'ai jamais vu une crise d'une telle ampleur». Dans l'assemblée, personne ne le contredit et l'opposition, par la voix de Jacques Le Guen fait une proposition: la création d'un fonds spécial de soutien aux familles de producteurs en difficultés qu'il propose de fixer à deux millions d'euros. Après des discussions en coulisses, droite et gauche finiront par se mettre d'accord sur un voeu commun demandant le maintien des quotas laitiers, la transparence des prix agricoles et alimentaires ou encore le renforcement des mesures d'accompagnement de la filière laitière. En revanche, la proposition d'un fonds spécial de soutien aux familles de producteurs n'a pas été retenue, Pierre Maille estimant qu'on ne peut pas ouvrir un fonds social spécifique qui ferait une distinction entre Finistériens alors que des dispositifs généraux d'aide aux personnes en difficulté existent déjà.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Finistère
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram