23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 10:00


La centrale solaire bretonne initiée dans le cadre du Grenelle de l'environnement devrait se faire à Goulien. Avec cet outil, le Cap-Sizun deviendra autonome pour sa production d'électricité. Tout un symbole.

Bernard Le Gall, président de la Communauté de communes du Cap-Sizun, ne cache pas sa satisfaction. La candidature de Goulien pour l'accueil de la centrale solaire «Grand Ouest» est bien partie. Elle viendrait compléter les trois sites éoliens déjà opérationnels: Goulien, Beuzec-Cap-Sizun, Mahalon-Plozévet. «Ce projet donne du sens à l'histoire du Cap-Sizun, au combat contre le nucléaire mené il y a 30ans. Cette centrale solaire photovoltaïque n'a pas seulement une dimension symbolique. Il ne doit pas y avoir beaucoup de territoire en Bretagne autonome en énergie électrique», dit l'élu capiste.

Un projet dans l'urgence

Le Cap-Sizun ne s'est pourtant pas imposé naturellement pour accueillir la centrale solaire du Grand Ouest de la France. Tout s'est fait très rapidement. Fin 2008, le ministre Jean-Louis Borloo annonçait sa volonté de doter chaque région française d'au moins une centrale solaire pour la fin 2011. L'appel d'offres était lancé auprès des opérateurs le 15mai dernier, les dossiers devant être bouclés pour la fin décembre. La Commission de régulation de l'énergie choisira entre les différentes propositions au début de 2010. La Bretagne fait partie des régions retenues pour une centrale de 10MW (fin 2008, la puissance raccordée au réseau en Bretagne se limitait à 2MW).

Au pied des éoliennes

«EDF Énergies nouvelles a prospecté sur la côte sud de la Bretagne, explique Henri Goardon, maire de Goulien. L'opérateur a donc pris contact avec la communauté de communes du Cap-Sizun». Les critères pour retenir un site sont contraignants. La centrale solaire de 10MW requiert une surface d'une trentaine d'hectares qui ne soit pas soumise à la loi Littoral ou utilisée par l'agriculture. «Il ne fallait pas qu'il y ait conflit d'usage, dit Henri Goardon. J'ai finalement proposé le site de Goulien. Nous avons un périmètre gelé pour l'agriculture, pour la protection d'un captage d'eau. Il se trouve qu'il se situe sous les éoliennes. Le conseil municipal et le syndicat des eaux ont donné leur accord. Les propriétaires ont signé une promesse de bail. L'administration a constaté qu'il n'y avait pas de contre-indication. La commune pourrait ainsi devenir exportatrice en électricité solaire, éolienne et en eau. Les principales ressources passeront par la taxe professionnelle pour la communauté, sans compter le produit du bail pour Les propriétaires». Goulien devrait ainsi devenir la vitrine bretonne du solaire photovoltaïque car le projet aura une dimension pédagogique, et donc touristique. «Nous devrons diversifier notre présentation à la Maison du Vent», dit Henri Goardon. Pour la petite histoire, les éoliennes ont failli faire de l'ombre au projet. Sans jeu de mot: il a fallu agrandir le site initialement prévu car les engins cachaient le soleil sur une partie des panneaux photovoltaïques.

D'autres candidats

Goulien est donc bien placée pour emporter la mise, mais deux ou trois projets portés par d'autres opérateurs pourraient aussi être déposés. La communauté de communes de Pontivy (56) est aussi engagée sur un projet. Le montant de la rémunération demandée par l'opérateur pour la vente de ses kWh sera un des éléments importants pour le choix du dossier retenu.


Ronan Larvor, Le Télégramme.

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram