8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 10:00


Lundi 5 Octobre s’ouvrait à
la Cour d’Appel de Paris le Procès de l’Erika. L’enjeu de ce procès est de faire reconnaitre le préjudice écologique de cette catastrophe.

 

Isabelle Le Bal, Conseillère Régionale et Municipale de Quimper nous fait dans une Tribune Libre un rappel de faits peu flatteurs pour la ville de Quimper et sa majorité qui aujourd’hui affiche sa détermination dans ce procès.

 

En effet, en Février dernier avait lieu un scandale retentissant dans la ville de Quimper qui voulait en contre partie de 100 000 euros versé par Total, se retirer du procès. Cela est d’autant plus ahurissant que les Verts font partis de la majorité municipale. C’est grâce au MoDem si aujourd’hui Quimper est encore dans ce procès.

 

Ainsi, on peut lire dans la Tribune d’Isabelle :

 

Il est plus que surprenant d’entendre ces jours-ci les prises de positions de la municipalité de Bernard Poignant se réjouissant de la présence de Quimper en tant que partie civile au procès d’appel, en omettant de dire que depuis un an, ils ont fait voter des délibérations pour se retirer de la procédure et pour négocier une transaction financière de retrait avec Total de 100 000€ . On croit rêver !

 

Et

 

Il convient aussi de rappeler que le 6 février 2009, cette même délibération a été inscrite à l’ordre du jour du conseil communautaire dans les mêmes termes et votée par la majorité. Bernard Poignant a donc signé le retrait du procès de Quimper Communauté et le protocole de transaction financière avec la société Total (Délib. N° 2 DAG du 6 février 2009)

 

Je vous laisse le soin de lire cette Tribune très intéressante pour être informé et afin de rétablir la vérité.

 

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram