8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 09:00

 

Jean-Louis-Borloo1.jpg

On va entendre parler de Jean-Louis Borloo aujourd’hui alors je vais également crier avec le reste du troupeau ! Le Président du Parti Radical était hier sur France2 à l’émission « A vous de juger ». Il a profité de cette intervention pour dévoiler ses ambitions et annoncer son éloignement de l’UMP afin de préparer sa candidature à l’élection présidentielle de 2012.

 

Cette candidature intervient alors que l’UMP est en grande difficulté depuis les élections cantonales et ne sait plus vers quel bord pencher entre l’extrême-droite et la droite républicaine. Pour autant, cette candidature de Jean-Louis Borloo est-elle crédible ?

 

On a l’impression de voir « le radeau de la méduse, avec tout ce qu'il comporte de clochards et de girouettes ». La phrase de Jean-Luc Mélenchon qui intervenait après Borloo est assez révélatrice du mouvement qui a lieu actuellement à l’UMP. On observe que tous les ralliés à Nicolas Sarkozy en 2007 tentent de fuir le Président impopulaire en espérant ne pas être touchés par cette maladie sondagière.

 

Personnellement, ce qui me dérange le plus dans cette situation c’est que ces hommes politiques ont lâché leurs idées pour des postes et qu’ils voudraient aujourd’hui nous faire croire que leur démarche est dirigée par leurs convictions. Si, dès 2007, Jean-Louis Borloo avait joué le rassemblement au côté de François Bayrou, nous l’aurions eu cette France gouverné autrement, avec des politiques modérés, sociales tout en étant innovantes et créatives.

 

Jean-Louis Borloo, blanc comme neige


Comment des hommes comme Borloo, Morin and co, pourront-ils être crédibles pour proposer un autre projet alors qu’ils ont dit Amen à toutes les politiques de droite de Nicolas Sarkozy ? Je n’y crois pas et j’espère que les français sauront être assez intelligents pour faire la comparaison critique entre les propos du Borloo 2007-2010 et le Borloo 2011-2012. D’ailleurs, celui-ci sait très bien qu’il est dans une situation bancale car il a affirmé qu’il ne fallait pas chercher les propos du passé. Il aurait pu dire « je ne veux pas que les journalistes mettent en avant mes incohérences ».

 

Jean-Louis Borloo a donc mené un exercice hypocrite hier soir à la télévision. Il a voulu se présenter comme un homme neuf et loin des politiques menés ces dernières années. Et pourtant, il aura été pendant 8 ans au pouvoir avec quelques belles casseroles comme la récente affaire du gaz de schiste ou encore les maisons Borloo.

 

Borloo, un candidat, un discours


Le Président du Parti Radical a laissé entendre de manière très appuyé qu’il serait candidat en 2012. Une candidature idéologique qui sonne dans ses termes très proche de celle de François Bayrou. Borloo, après Dominique de Villepin, essaye de récupérer le discours humaniste et modéré du Président du Mouvement Démocrate.

 

Je suis satisfait de voir à quel point Bayrou a raison depuis le début. Les copies de son discours sont des éléments révélateurs et je trouve que les médias ont tendance l’oublier. Enfin, jusqu’à présent les citoyens ne se sont pas trompés et ont préféré l’original aux copies (les sondages le montrent). J’espère que la tendance ne s’inversera pas et nous feront tout pour maintenir le cap.

 

Un tapage médiatique qui cache une arrière pensée?


Il y a également quelque chose qui me dérange dans cette histoire. Jean-Louis Borloo, la colombe, qui se dit vouloir aller jusqu’au bout de sa démarche, n’est-il pas en train de faire monter les enchères et de récupérer les voix modérés pendant que Sarkozy et le gouvernement essayer de prendre celles du FN ?

 

Si la droite veut encore pouvoir espérer gagner en 2012, il faudra certainement qu’elle soit réunie pour endiguer l’extrême-droite (et il faudra aussi qu’elle arrête de reprendre son discours). J’imagine donc très bien Borloo se retirer au dernier moment de la campagne en faveur de Sarkozy, à moins que ce soit l’inverse et c’est peut-être ce scénario qui fait rêver Jean-Louis Borloo toutes les nuits.

 

La ligne de Borloo est donc loin d’être claire et de nombreuses questions restent à éclaircir dont celle les moyens de financer une campagne présidentielle (80% du budget du Parti Radical vient de l’UMP). Borloo n'est-il pas la colombe du printemps brandie par les journalistes et qui retombera aussi vite que Balladur? Il faudra suivre l’actualité pour voir les choses se décanter. On pourra en tout cas espérer que la multiplication des candidatures modérées aura pour conséquence de recentrer le débat sur les questions importantes de l’avenir et non pas sur de l’anecdotique.

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram