3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 16:42

Valérie Pécresse, Nicolas  Sarkozy et la bande défendent depuis deux ans l’idée de faire monter les Universités françaises dans les classements internationaux. Leur désir semble être dicté par la célèbre phrase : « la fin justifie les moyens ».

L’Etat avait choisi l’autonomie des Universités, ce qui n’était pas une mauvaise chose pour que celle-ci puisse gérer leur budget à condition que celui-ci soit assuré et que l’Etat garde un contrôle sur ces établissements publics.

Hier, on nous annonçait une monter phénoménale des frais d’inscription de Paris-Dauphine pour, comme l’a justifié celle-ci, « se donner les moyens d’atteindre les classements internationaux ».

Si l’Etat ne dit et ne fait rien face à cette décision, nous saurons enfin vers quelle France la majorité UMP veut nous amener. Nous aurons dans quelques années un schéma simple : une ou deux Universités avec de gros budgets qui se trouveront dans le haut des classements internationaux (et encore ce n’est pas dit) et des petites Universités de province sans moyens dont les diplômes auront de moins en moins de valeurs.

On ne peut pas accepter ce projet de société  et je rejoins sur cette question la position de l’Unef. L’Université ne doit pas être un symbole de fracture sociale qui séparerait d’un côté d’un côté l’excellence et l’argent et de l’autre le reste.

Retrouvez l’article du Monde sur la décision de Paris-Dauphine.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Université
commenter cet article

commentaires

Yannick 10/02/2010 08:34


Et c'est là que tu te trompes ! Le statut juridique des plus de 80 universités françaises ne leur permet pas de délivrer des diplômes d'établissement comme le fait Dauphine. Il faut être un être un
Grand Etablissement pour ça...


David Guillerm 17/02/2010 01:50


Le risque c'est que d'autres universités demandent comme Paris Dauphine l'a fait, un changement de leurs statuts pour pouvoir augmenter leurs droits d'inscription.


Yannick 09/02/2010 10:04


La preuve que Dauphine n'est plus une Université au sens du Code de l'Education depuis 2004 est sur son sit Internet : http://www.dauphine.fr/fr/universite.html

On pourra toujours ergoter, mais aussi longtemps que les frais d'inscription aux diplômes nationaux sont fixés nationalement, le risque d'une explosion des prix ne tient pas. La France est
d'ailleurs l'un des derniers états européens avec des frais d'inscription si peu cher...


David Guillerm 10/02/2010 00:12


Pour changer leurs frais, les Universités n'auront plus qu'à suivre l'exemple de Paris Dauphine et transformer leurs diplômes en diplômes d'établissement, c'est un risque.


Yannick 04/02/2010 07:26


Il est triste de voir que même les personnes qui s'interessent à la vie publique tombent dans le panneau de la propagande grossière de l'Unef. Paris Dauphine n'est pas une université mais un grand
établissement. Ceci lui autorise à délivrer ses propres diplômes d'établissement (différents des Licences et Masters nationaux) et donc à fixer leur 'prix' mais en aucun cas à déroger aux frais
d'inscripton nationaux fixés chaque année par l'État pour ses Licences, Masters et Doctorats. La hausse annoncée ne concerne pas les diplômes nationaux qui sont les seuls à être véritablement
reconnus en Europe. La vraie question c'est pourquoi malgré son statut si particulier Dauphine ne fait pas mieux dans les classements internationaux.


David Guillerm 04/02/2010 13:26



Je t'invite à lire les articles de presse et même d'aller plus loin si tu le désires mais je suis dans le regret de dire que tes informations sont fausses. Paris Dauphine est une université.

Elle a tranformé ces master en diplôme d'établissement (avec comme seul reconnaissance, son nom) pour pouvoir augmenter les prix d'inscription sur ceux-ci. Mais soyons heureux comme tu voudrais
l'être et attendons betement que toutes les universités fassent la même chose et transforment leurs masters en diplômes d'établissement pour faire exploser les frais d'inscription.

La vraie question est de savoir qu'est-ce que valent réellement ces classements et doit-on se conformer à un modèle global sous prétexte qu'il serait meilleur? L'université a besoin d'être
réformé mais je ne suis pas sûr que le modèle anglo-saxon soit le meilleur.



       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram