18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 11:04

parite-homme-femme.jpg

« Potiche », « gadget », "Obsession sexuelle"… les sénateurs de droite de l’UMP et de l’UDI de Jean-Louis Borloo se sont défoulés hier, jeudi 17 janvier, dans le cadre du débat sur la parité en politique. Les femmes continuent ainsi à être traitées comme des éléments de second rôle en politique, des bouche-trous qui doivent perpétuellement justifiés leurs compétences, alors qu’elles devraient être considérer au même niveau que les hommes.

 

Le gouvernement socialiste a réalisé un projet de loi qui s’est fait retoqué aujourd’hui et qui avait pour objectif de mettre en place un scrutin paritaire dans les départements avec l'élection d'un binôme homme-femme de conseillers généraux dans chaque canton.

 

Ce projet est en fait loin de répondre au défi de la parité en politique. Erwan Balanant à raison lorsqu’il écrit « Prétendre résoudre la question de la parité avec le système proposé du mandat binominal est une arnaque intellectuelle. » car on ne répondra pas à la question, comment fait-on pour équilibrer le poids des femmes et des hommes en politique ?

 

En fait, il n’existe qu’un seul moyen d’avoir rapidement dans tous les scrutins au moins 50% de femmes élues, c’est la proportionnelle à une échelle minimum. Le cadre régional semble ainsi un bon échelon pour organiser nos différents scrutins : élections législatives, régionales, cantonales…

 

Les élections européennes, régionales et municipales (dans la plupart des communes) respectent la parité. On a un équilibre et une complémentarité politique. La France pourrait facilement rattraper son retard qui nous plonge quasiment dans l’âge féodal, en mettant tout simplement en place des élections proportionnelles.

 

Dénoncer la bêtise des misogynes en politique

 

Le débat d’hier au Sénat n’a pas montré une image glorieuse des politiques français. Les féministes ont dû halluciner en écoutant les propos des sénateurs de droite. Il est temps de dénoncer avec force ces derniers.

 

Non, la parité n’est pas une obsession sexuelle collective, c’est juste quelque chose de sain et logique pour la société. Dans le même principe, il faudrait envisager une discrimination positive, pour mettre les choses en place, dans les administrations publics et les conseils d’administration des grands groupes privés.

 

Les pays du nord de l’Europe ont mis en place depuis déjà de nombreuses années, des mesures en faveur des femmes. Il y a beaucoup plus d’équilibre chez eux et chacun s’en porte mieux.

 

La France a du boulot pour rattraper son retard.

 

 

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans France
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram