25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 14:15

3892410070_65c7e32ce6_o.jpgBeaucoup d’articles et de commentaires me font réagir sur la situation actuelle. De nombreux militants accusent François Bayrou de tous les maux et des difficultés du MoDem. Il a bien sûr sa part de responsabilité en tant que Président de notre mouvement mais tous nos ennuis ne lui reviennent pas.

Après tout, François Bayrou n’est qu’un homme et il ne peut pas être parfait. J’ai moi-même critiqué plusieurs fois la capacité de management du Président du MoDem mais la question est de savoir s'il doit porter toutes les casquettes ?

Au fil de nos difficultés

En 2007, un espoir a été créé lors des Elections Présidentielles et le MoDem est né. De nombreux militants sont arrivés là, sans expérience et plein d’espoir. Je faisais parti de cette nouvelle génération politique. L’espoir est retombé pour beaucoup à cause des réalités politiques et certains militants ont rejeté toutes les fautes sur François Bayrou.

Oui, François Bayrou et son entourage n’ont sans doute pas su voir l’ampleur de l’enjeu, de nombreux élus UDF ont accepté ces nouveaux arrivants à reculons et le MoDem a eu des gros problèmes structurels mais avouons-le, la création du Mouvement Démocrate a aussi été la porte ouverte à tous les opportunistes, tous les individualismes et les ambitions personnelles. C’est beaucoup de ces « égocentristes » qui ont été à l’origine de nos difficultés.

Les problèmes de structuration sont venus d’en haut mais aussi de la base et le MoDem a mis trop de temps à se charpenter et se mettre en place.

Les fautes de Bayrou

Pour autant, la responsabilité est partagée. Je reste persuadé que François Bayrou est l’homme qui a le mieux analysé la société et qui a la vision la plus juste de l’avenir. Son excellente interview de ce weekend dans le Monde en est une nouvelle preuve. Cependant, ce n’est pas un homme d’appareil et il a jusqu’à présent négligé la gestion du mouvement et l’enjeu des différents scrutins.

François Bayrou n’a pas su trancher dans la gestion du mouvement entre les espoirs et la réalité politique, le dialogue n’a pas été assez clair et les stratégies et explications assez fournies. La question de la démocratie interne en est un bon exemple. Cette démocratie est une bonne chose mais elle ne doit pas être mise en place à tout bout de champ. Ceci aurait dû être expliqué et détaillé car les militants n’ont pas compris et se sont sentis trahis.

François Bayrou n’aurait pas dû avoir à gérer toutes les casquettes et nous n’aurions pas dû les lui laisser. A être sur tous les fronts, on se prend tout dans la gueule et on devient le bouc-émissaire. Aujourd’hui, je crois que François Bayrou a compris ces différentes choses. Ce discernement arrive tard mais la faute revient également à son entourage et à un certain nombre de militants qui ont pu créer à une époque une mentalité de cour au 133 bis rue de l’Université.

Des changements bienvenus

Aujourd’hui, François Bayrou va se consacrer a présenter son analyse et à défendre son projet de société pour l’avenir de la France et de l’Europe. Il va commencer à travailler pour 2012 et à rassembler au-delà des étiquettes. Il devrait logiquement former une équipe autour de lui et c’est tant mieux car s’était un élément manquant jusqu’à présent.

A son niveau, un Président doit insuffler une dynamique et proposer des directions tandis qu’un manageur va s’appliquer à mettre en place ces pistes avec une équipe. Si Bayrou s’entoure d’une équipe, on peut espérer voir les choses avancer et voir son image changer. D’ailleurs, n’était-il pas le premier opposant à Sarkozy il y a 1 an ? Ceci est bien la preuve qu’une image, construite en partie par les médias, est importante et mobile.

photo_1.jpgConcernant l’interne, Marc Fesneau a été nommé Secrétaire Général de notre mouvement et il va avoir à porter la casquette du gestionnaire. J’ai été impressionné lors de sa venue dans le Finistère pour notre Assemblée Générale par ses qualités et sa sympathie. Il semble être la bonne personne pour gérer notre mouvement et être là où il y a eu des manques afin de renouer le dialogue et de recréer une dynamique.

Les buts sont d’ailleurs clairs. La formation des militants et plus particulièrement d’un millier d’entre-deux permettra de redonner une parole claire et construite à notre mouvement. La formation d’une équipe pour gérer le mouvement sera le moyen de nous relancer. La nouvelle méthode de travail initié sur les dossiers d’actualité comme sur celui des retraites nous permettra de nous redonner une parole médiatique.

Enfin, la constitution d’une équipe de référents par thème, de porte-paroles et de représentants constituera l’élément majeur pour faire sortir médiatiquement une nouvelle génération afin de donner des visages divers et variés à notre mouvement. Déjà, des personnalités comme Robert Rochefort commence à être mis en avant médiatiquement et je pense que l’on peut s’en féliciter vu son expertise.

Redémarrer sur de bonne base

Je pense que nous pouvons nous accorder sur l’idée que le MoDem repart sur de bonnes bases et que notre mouvement resserré pourra redevenir efficace pour porter la parole des démocrates et du Centre en France.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Mouvement Démocrate
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram