3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 11:35

Communiqué de presse : Les affaires s’enchainent sans cesse au sein du monde politique français et provoquent un rejet massif de nos responsables par les Français. Les citoyens veulent de l’éthique et de la transparence. François Bayrou avait fait de la moralisation de la vie publique un pilier de son programme présidentiel en 2012. Alors candidat au second tour de l’élection présidentielle, François Hollande s’était engagé à  suivre la démarche du candidat du Mouvement Démocrate.


Le Président de la République et le gouvernement Ayrault n’ont plus le choix aujourd’hui. Après l’affaire Cahuzac qui abime une nouvelle fois l’image de la politique, il faut réinstaller la morale au cœur de l'État. François Hollande est maintenant au pied du mur. L’affaire Cahuzac a montré une complicité du monde politique et médiatique. Chacun a pu voir l’acharnement de nombreux députés de droite comme de gauche et d’une partie de la presse contre le journal Médiapart qui a dévoilé l’affaire du compte Suisse de Jérôme Cahuzac. L’incapacité de nos responsables politiques à se réformer impose de plus, le vrai changement tant promis par François Hollande. La moralisation de la vie publique est un impératif.

Les jeunes du MoDem exigent la mise en place dans les prochaines semaines d’un référendum de moralisation de la vie publique visant à approuver une loi-cadre pantagruélique: interdiction du retour dans la vie publique des élus condamnés pour corruption, suppression des micro-partis individuels, définition du conflit d'intérêt comme l’interférence entre l’exercice d'une mission de service public et la satisfaction d'un intérêt privé, indépendance de la justice et des médias, fin du cumul des mandats dès 2014, introduction de la proportionnelle aux législatives pour faire vivre le pluralisme, reconnaissance du vote blanc et obligation effective de parité hommes-femmes.

Nous demandons également de rendre obligatoire une déclaration des intérêts privés avant l'entrée en fonction de tous les responsables politique, d’étendre les règles d'incompatibilité et de créer une Autorité nationale de déontologie de la vie publique pouvant être saisie par tout citoyen.

Jérôme Cahuzac, après avoir menti à toutes les personnes qui lui ont fait confiance, doit également démissionner définitivement de toutes ses fonctions politiques.

 

Jeunes Démocrates de Bretagne

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans France
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram