31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 13:22

Après une longue cure de silence, le président du Modem revient pas à pas sur le devant de la scène. En axant ses interventions sur le fond et en étant moins dur sur la forme avec le chef de l'Etat, François Bayrou s'efforce de restaurer sa crédibilité et celle du mouvement centriste.

La parole est plus comptée et le ton a changé. Après une cure de silence d'un mois et demi imposée par l'échec cinglant du Modem aux régionales, François Bayrou fait à nouveau entendre sa voix. Des interventions un peu moins nombreuses que par le passé. Et, surtout, davantage centrées sur le fond : le budget et la dette le 5 mai sur France Inter, le plan de soutien à la Grèce cinq jours plus tard sur France Info, les déficits et les retraites dans « Le Monde » du 23 mai. Et un peu tout cela hier soir, au « Grand Jury », sur RTL et LCI. C'est à la fois beaucoup, dans l'absolu, et peu pour lui, qui parle d'une stratégie de « la parole rare ». « C'est comme après un grave accident de voiture ; on ne peut pas repartir comme avant. L'heure n'est pas à l'exposition médiatique outrecuidante », explique un proche.

 

Ce faisant, François Bayrou s'efforce de restaurer sa crédibilité et celle du Modem. Et de réinstaller l'idée d'un « centre indépendant », dont il est - assure-t-il  - « le garant ». Une nécessité pour lui, tant la « troisième voie » qu'il défendait en 2007 a été mise à mal, depuis, par les changements de stratégie ( « elle a changé à chaque élection », regrette un cadre du Modem) et les contre-performances électorales. Une nécessité aussi pour contrer ce qu'il appelle avec mépris des « grouillements microbiens » : les velléités de plusieurs figures centristes d'occuper l'espace électoral laissé vacant, en particulier celles de son ancien lieutenant, le président du Nouveau Centre Hervé Morin. Pour rassurer ses troupes, encore déboussolées par la photo commune, l'été dernier, entre Marielle de Sarnez et Robert Hue à Marseille, François Bayrou a sensiblement rééquilibré son discours. Pour montrer que son inflexion à gauche n'avait jamais été un « alignement », il s'est recentré. Exit l'idée d'un « Parlement de l'alternance » rassemblant les opposants à Nicolas Sarkozy, qui, selon un de ses conseillers, « a vécu ce que vivent les floraisons automnales ». Exit aussi les rencontres entre des dirigeants du Modem et le socialiste Vincent Peillon, qui « ne servent plus à rien ». « Notre position n'a pas été comprise. Nous avons eu des difficultés de juste expression de nos choix de positionnement », avait-il admis fin mars.

« Maison » à reconstruire

Le président du Modem a accepté de rencontrer récemment le chef de l'Etat et se montre, dans la forme, un peu moins dur avec lui, se gardant désormais de toute attaque frontale à son encontre.  Sur le fond il reste sans concession. Hier, il a affirmé que « la maison [France] est à reconstruire », jugé « inacceptable » le « glissement vers la retraite à 65 ans » et estimé que le président « aurait du venir » expliquer la réforme à la télévision.

 

Les responsables du Modem justifient ce changement de ton par la volonté de montrer que François Bayrou n'est pas dans la critique systématique, comme cela lui a été reproché, et plus encore par l'ampleur de la crise économique. « La politique, ce n'est pas que du chamboule-tout. C'est d'abord avoir le sens de l'Etat et des responsabilités », insiste un fidèle. Quoi de mieux, en outre, que des thématiques chères aux centristes, comme la lutte contre la dette, pour tenter de rebondir ? « Après les régionales, on le donnait pour mort. Aujourd'hui, il sort du trou », se réjouit un de ses proches, admettant que « beaucoup reste à faire ». A deux ans de la présidentielle, un sondage CSA le crédite de 8 % des intentions de vote. A peine deux points de plus qu'Olivier Besancenot.

PIERRE-ALAIN FURBURY, Les Echos

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram