27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 11:02

Le Conseil National du MoDem se réunit aujourd’hui à Paris pour tirer les conclusions des Régionales. Le débat s’annonce houleux, il est pourtant nécessaire. On ne pourra tirer les enseignements de ces élections que si les débats à vraiment lieu et s’il n’est pas étouffé comme après les européennes.

D’ailleurs, il est temps que les conseillers nationaux tapent des poings sur la table car après les claques des européennes rien n’a été changé, nous ne pourrons pas nous permettre de ne rien changer si nous voulons que le MoDem et le courant de pensée qu’il défend perdure.

Je le redis, si nous voulons un déclic qui fera revenir l’électeur vers le MoDem, il faudra mettre d’autres personnalités en avant pour montrer que notre parti est incarné par plusieurs visages. Nous attendons toujours les porte-paroles du MoDem qui devaient être désignés après les européennes et qui permettraient de montrer d’autres personnalités pour le MoDem.

Je reste également sur ma position. Celle qui consiste à dire que François Bayrou ne doit pas se représenter à la Présidence du MoDem lors des Elections internes qui auront lieu fin 2010. Il laissera ainsi la place à quelqu’un qui travaillera pour le MoDem dans la durée et François Bayrou pourra se faire oublier un peu et se détacher des claques électorales successives pour ensuite se consacrer à la Présidentielle.

Je pense comme beaucoup que François Bayrou reste l’homme politique qui a le mieux analyser la situation du pays, l’homme qui avait prédit la politique de Nicolas Sarkozy depuis 2007 et l’homme qui est le mieux placé pour incarner les valeurs du Centre et du rassemblement en France. Je ne remets donc pas en cause sa candidature en 2012.

Pourtant, François Bayrou a un problème de management. Il n’a pas sur faire travailler le MoDem dans le bon sens et sa stratégie de flirte avec la gauche n’a pas marché. Pour le MoDem, la stratégie à venir est simple, nous devons recentrer notre mouvement sur ces valeurs et sur son positionnement central de la vie politique les choix en France doivent être fait sur des valeurs du centre. Nous existerons en tant que 3e force en France qu’avec cette position centrale face à l’UMP et ses satellites et face au PS et les siens.

Pour François Bayrou, il est temps également qu’il forme une véritable équipe autour de lui, un shadow-cabinet (un gouvernement fictif) pour être en mesure de présenter une dynamique de rassemblement et de proposition pour la suite. A cette équipe, il pourra initier les idées et il aura un « 1e ministre » pour manager la mise en place. Il est temps pareillement qu’il revienne à l’essentiel de son discours et qu’il cesse de répondre à des questions sur les difficultés du MoDem et autres car en attendant c’est les Cohn-Bendit, Aubry et autres qui profitent de leur temps de parole pour parler de fond.

Le MoDem a de l’avenir si nous lui en donnons les moyens et si nous recentrons notre discours sur l’essentiel. De même, François Bayrou a encore toutes ses chances en 2012. L’avenir de FB et du MoDem sont liés mais leurs objectifs sont différents c’est pourquoi le MoDem doit être capable aujourd’hui d’atteindre sa maturité politique et de devenir un grand parti du XXIe siècle avec de nombreuses personnalités visibles pour en incarner les valeurs.

Partager cet article

commentaires

FrédéricLN 27/03/2010 12:03


Ce billet prend, amha, la mesure de la situation. et les solutions proposées sont bien constructives.

La difficulté est qu'un binôme ne se construit pas d'un claquement de doigts, surtout en politique. François Bayrou a expérimenté cette situation un grand nombre de fois, comme n°2 (de VGE par
exemple) puis avec un n°2 (Philippe Douste-Blazy par exemple). Et j'ai comme l'impression qu'il estimait "en avoir soupé". 

Il est bien rare que le n°1 soit vraiment libéré de la gestion du parti - c'est-à-dire des enjeux de représentation, d'élections internes, d'investitures et de finances - et que le n°2 puisse
vraiment faire de la politique en restant silencieux sur les sujets de fond. Et, contrairement aux affaires, en politique on travaille sous le feu des projecteurs : la moindre différence de points
de vue au sein d'un binôme, exprimée par inadvertance, est mise en scène comme un divorce princier ou un match de catch.

Bref, cette formule n°1-n°2 est idéale ... si François Bayrou peut trouver au MoDem le mouton à 55 pattes que serait le n°2 avec qui cela fonctionnerait bien et durablement ! 


David Guillerm 27/03/2010 18:04


J'ai ma petite idée en tête et j'en parlerai bientôt mais je crois que de plus en plus de personnes parlent de ce joker ^^


       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram