29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 10:30

drapeau-francais-3.jpg

 

Découvrez mon nouvel édito pour le site mediavox.

 

Comme chacun le sait, les finances publiques de la France sont dans une situation compliquée comme dans de nombreux pays occidentaux. Le gouvernement se trouve dans l’obligation de trouver de nouvelles recettes afin de rééquilibrer l’ensemble de ses comptes.  

 

Plusieurs leviers de politique publique existent pour atteindre ces objectifs. Cependant, les politiques ont tous tendance à user des mêmes méthodes : augmentation des impôts et réduction de la dépense publique. Or, il y a un levier qui est délaissé depuis des années, c’est celui de l’immigration.  

 

Les derniers gouvernements au pouvoir ont appliqué une réduction drastique de l’immigration dans le pays. Les politiques ont largement profité de cette thématique pour répondre à des objectifs électoraux en voguant sur l’anxiété des Français vis-à-vis des étrangers. Par exemple, en 2011, Claude Guéant, alors Ministre de l’intérieur, voulait réduire de 20 000, le nombre d'étrangers admis chaque année en France. Pourtant, de plus en plus d’économistes dont des lauréats du Prix Nobel  comme Joseph Stiglitz ou Amartya Sen prônent une politique massive d’immigration à court et moyen termes pour augmenter le nombre de contribuables et donc une augmentation des recettes de l’Etat.  

 

En la matière, l’Australie est un exemple. En 2010, face à un déséquilibre dangereux de ses finances publiques, le pays, sous l’impulsion du gouvernement travailliste et le soutien de l’opposition, a mis en place une politique d’immigration massive dont l’objectif est d’accroître d'ici 2020 la population du pays de 18 à 30 millions d'habitants. Aujourd’hui, la population atteint 21 millions d’habitants et l'équilibre des finances est à nouveau atteint.  

 

Cette politique d’immigration se traduit par une amélioration de l’activité économique et une augmentation des recettes liées aux impôts directs et indirects. Une récente étude a en effet, montré que 80% des créations de nouvelles entreprises étaient le fait des populations immigrées.  

 

Ainsi, l’exemple australien, tout comme celui du Canada ou des Émirats Arabes Unis, montre que l’afflux d’immigrants ne génère pas une aggravation de la pauvreté et de la précarité, une précarisation du marché de l'emploi et une réduction des salaires si le système social du pays est solide et si le pays donne sa chance aux immigrés. Bien au contraire, l’apport de cette nouvelle population se réalise par la création d’entreprise, le paiement d’impôt supplémentaire, l’apport d’innovations… et diminue donc mécaniquement le taux de chômage.  

 

Un problème d’intégration  

 

Le problème en France n’est donc pas le nombre mais bien l’intégration des immigrés. Manuel Valls a récemment annoncé qu’il allait faciliter les procédures de naturalisation est c’est une bonne chose car ca va  permettre d’intégrer des travailleurs et des étudiants étrangers qualifiés qui créeront la richesse de demain.  

 

La France doit également changer sa politique d’intégration et donner les moyens de faire fonctionner celle-ci. Au Etats-Unis, la politique d’immigration est volontariste. Les nouveaux immigrants permanents reçoivent un guide d’intégration. Ils sont poussés à s’intéresser à l’Histoire du pays, au patriotisme américain, etc.  

 

Le problème en France et en Europe, c’est qu’on oublie que l’immigration doit être un investissement avant d’être une solution économique. Les valeurs européennes et françaises (laïcité, droit des femmes, démocratie, liberté d’expression) devraient être acceptées par tout nouveau résidant sur notre territoire. La France a eu tendance à être trop laxiste sur ces questions.  

 

Un élément est également assez frappant et mérite d’être apporté dans le débat. En France, les citoyens voudraient que les candidats à l’immigration respectent leurs valeurs et le pays d’accueil, ce qui est normal. Pourtant, beaucoup délaisse totalement ces éléments. Le patriotisme n’a pas bonne presse : accrocher un drapeau français à votre fenêtre et vous vous faites traiter de facho. C’est aux antipodes des pratiques américaines où le culte du drapeau est très important. La démocratie est délaissé : le désengagement des Français durant les scrutins est frappant, etc.  

 

Je pense que la question de l’intégration rejaillie nécessairement sur les Français. Chacun doit participer à l’effort et à la réussite de son pays. Pourquoi un immigré ferait-il l’effort d’aimer l’Histoire de la France si les citoyens français ne la connaissent pas ?   

 

Pour terminer cette édito, je dirais donc que l’immigration peut être une solution efficace pour sortir l’économie européenne du marasme dans laquelle elle se trouve. La seule condition est d’avoir le courage de mettre en place collectivement une telle politique et de donner les moyens à celle-ci de réussir.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Europe
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram