23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 15:16

union-europeenne.jpg

 

Après la crise grecque qui aura secoué l’Europe et les marchés financiers, c’est au tour de l’Irlande de faire appel à l’UE et au FMI pour l’aider à surmonter une dette de plus de 32% du PIB que le pays se retrouve dans l’incapacité de financer.


L’effet boule de neige de la dette en Europe risque même de bouleverser l’ensemble de l’UE et déjà les experts commencent à s’interroger sur les risques de contagion de cette nouvelle crise au Portugal et en Espagne.


La crise irlandaise tout comme la crise grecque montre un besoin d’assainissement des comptes publics et des politiques économiques en Europe. C’est la bulle immobilière et le dumping fiscal qui sont à l’origine des difficultés irlandaises. Pourtant, le pays ne montre aucune volonté de changement dans sa politique économique. Une fois de plus, on appelle les citoyens à se serrer la ceinture dans un contexte mondial tiré vers le bas.


L’échec du dumping fiscal


L’Irlande a réussi à booster son économie pendant des années en pratiquant un dumping fiscal féroce par rapport à ses voisins européens. Le taux irlandais de l'impôt sur les bénéfices des sociétés n'est que de 12,5%, alors que la moyenne dans la zone euro est de 25,7%. Celui de la France est de plus de 33%, celui de l'Allemagne à près de 30%.


Si les entreprises étrangères sont venues s’installer en masse sur l’île, cette politique est loin d’avoir porté ses fruits en terme financier et les irlandais ont vécu au dessus des moyens qu’ils se donnaient (cf impôt sur les sociétés).


Les sociétés ont pu largement profiter de la fiscalité irlandaise pour s’ouvrir une porte peu chère sur le marché européen et s’est encore une fois l’ensemble du niveau de vie des européens qui a été tiré par le bas au profit des entreprises et de leurs bénéfices.


Le dumping fiscal irlandais constitue donc un échec et montre à quel point cette politique doit changer au sein de l’Union Européenne.


Le désir d’Europe


Les crises irlandaise et grecque devraient être une opportunité formidable pour les pro-européens de réaffirmer le désir d’Europe. Si le dumping fiscal et la concurrence entre pays membres de l’Union Européenne ont des effets néfastes c’est parce que la construction européenne doit passer par une harmonisation fiscale et sociale.


La politique économique devrait être commune au sein de l’UE ce qui éviterait que chaque pays ramène la couverture à lui comme le fait l’Irlande. Cela permettrait également à l’Europe de peser véritablement au niveau mondial afin de protéger les acquis sociaux européens et de pousser les autres Etats du monde à avoir une politique allant vers plus de protections sociales et de confort.


C’est seulement ensemble, à plus de 500 millions de citoyens que nous pourrons nous protéger d’un marché mondial déséquilibré et que nous pèserons car, comme dit le dicton, l’union fait la force. Nous devons être solidaires mais cela dans un respect mutuel et avec la rigueur qui incombe à toute relation de confiance.


Maintenant, il faut rebondir


L’Europe qui part dans 4 directions différentes ne fonctionne plus. Profitons dès à présent des crises irlandaises et grecques pour refondre enfin notre politique économique afin que tous les pays de l’UE aient des objectifs communs.


L’Europe stagne aujourd’hui face à une mondialisation qui se construit à vitesse accélérée. Il est temps qu’un véritable sursaut s’opère pour que le projet européen se remette en marche et se bâtisse pour les européens.

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram