6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 23:00

46892_440526164864_628944864_4992256_7083761_n.jpgSamedi dernier avait lieu la manifestation suite à l’appel citoyen contre la xénophobie et la politique du pilori du gouvernement. Cet appel est né d’un refus d’un grand nombre d’organismes politiques et citoyens d’accepter le discours de la majorité vis-à-vis des roms montrés du doigt comme des bouc-émissaires.


J’étais moi-même à la manifestation de Paris en compagnie des Jeunes Démocrates qui avaient appelé à la mobilisation par la voix de Franck Faveur, Président actuel des JDem et en compagnie des deux candidats à sa succession François-Xavier Pénicaud et Cyril Chadé.


Plus qu’un élément anodin, le discours de Nicolas Sarkozy sur les roms et les gens du voyage est une stratégie de communication dont personne ne doute de l’objectif. Celui-ci n’avait comme seul but de faire oublier la polémique Bettencourt-Woerth en mettant en avant une population faible et accusée de tous les maux.


Hormis le fait que ce discours est à récusé totalement car il pousse à la haine et aux racismes entre les citoyens, celui-ci est une erreur grossière venant de la communication de notre président et de ses conseillers.


Une erreur parce qu’il n’aura pas étouffé l’affaire Woerth qui sera revenu en force dès la rentrée politique avec les nouveaux éléments découverts chez les acteurs concernés. Entre les mensonges du ministre qui le décrédibilise et les découvertes des petits papiers chez Banier, Eric Woerth est bien mal en point.


C’est d’ailleurs un ministre qui aurait dû, après toutes ces suspicions,  démissionner de son poste. Pourtant l’UMP et le gouvernement tiennent à son maintien. Etrange situation qui n’est pourtant pas sans explication. Si Nicolas Sarkozy veut garder Woerth en place, c’est certainement parce qu’il préfère avoir un ministre polémique faisant parler de lui sur l’affaire Bettencourt-Woerth plutôt que les médias ne s’intéressent vraiment à la réforme des retraites et à toutes ses conséquences.


Du fait de ces éléments, on peut affirmer que le président s’est foiré dans sa communication. Plus encore le discours de la majorité concernant les populations roms n’a qu’un but électoral. Or, c’est un discours dangereux qui monte les français les uns contre les autres alors que les populations roms pourront circuler librement dans l’Union Européenne à partir de 2011 du fait que la Roumanie fait partie de l’UE.


Plutôt que de financer des expulsions, le gouvernement français devrait financer l’intégration et l’accueil de population qui reviendront à partir de 2011. C’est en effectuant ce travail de fond que l’on pourra faire cohabiter français sédentaires et roms nomades.

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram