13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 12:30

kadhafi_sarkozy.jpg

 

Alors que nous nous apprêtons à entrer véritablement dans la campagne présidentielle de 2012, c’est le financement de la campagne de Sarkozy en 2007 qui refait surface. De nouveaux documents attesteraient une nouvelle fois la thèse d’un financement illégal de celle-ci par le Colonel Kadhafi, ex dictateur de Libye.

 

Ces documents du journal Mediapart sont, bien sûr, à prendre avec des pincettes, mais si l’authenticité de ceux-ci était vérifiée, ils pourraient être lourds de conséquence. Est-on prêt en France à élire des hommes politiques corrompus ? Entre un Sarkozy qui aurait touché 50 millions d’euros pour sa campagne de 2007 et un PS qui semble plongé dans de nombreuses affaires pourries, le Référendum de moralisation de la vie publique proposé par François Bayrou mérite plus que jamais l’attention des français.

 

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Sarkozy est concerné par ce genre de suspicion autour de financements illégaux. Déjà en 1995, le financement de la campagne d’Edouard Balladur a connu des zones obscures avec des recettes de 10 millions de francs en espèce (1,5 millions d'euros) non expliqués. Nicolas Sarkozy était à l’époque Porte parole de la campagne de Balladur.

 

Il avait beau jeu d’accuser hier dans l’émission Parole de candidat sur TF1, Laurence Ferrari d’être « la porte-parole du fils de Kadhafi. » lorsque celle-ci l’interrogeait sur ce financement occulte de sa campagne. Ce n’est par la journaliste qui a reçu Kadhafi sous les ors de la République en décembre 2007 afin de relancer ce dictateur sur la scène internationale...

 

Quelles raisons ont pu pousser à l’époque le Président Sarkozy fraichement élu, à recevoir un dictateur aux mains sales glorifiant par la même occasion sa « respectabilité » ? Je ne pense pas que la RealPolitik suffise à l’expliquer. Il y a autre chose là-dessous…

 

Décidément, ce Président, qui se dit « candidat du peuple » n’aura jamais brillé par son exemplarité durant ces cinq années de mandat entre les nominations surabondantes de ses proches et conseillers, sa politique internationale, son action… Je n’arrive pas à comprendre qu’avec un tel bilan, Sarkozy puisse réunir dans les intentions de vote près de 30% de français, réveillez-vous !

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans France
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram