10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 11:00

Voici un article que Christophe Rabiet a fait suivre sur mon blog pour appuyer la démarche que j'avais exposé dans un article il y a quelques jours. Cet article provient de Novethic. C'est une bonne lecture en ce dimanche 10 Janvier 2010.

ogmjenveuxpas_1170615382.png
Alors que le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB), instance créée par la loi sur les OGM, avait estimé fin 2009 que « les inconvénients d'une mise en culture du MON 810 l'emportent sur les avantages », il semble revenir aujourd'hui sur ses analyses. Il a en effet émis de vives réserves sur une étude menée par le CRIIGEN, qui démontre la toxicité des variétés de maïs Mon810 et Mon863.

La polémique sur le MON810, OGM qui fait actuellement l'objet d'un moratoire sur le sol français, vient de connaître un nouvel épisode. Le 11 décembre dernier, une étude menée par des chercheurs du Criigen et des universités de Caen et de Rouen, dont le professeur Gilles-Eric Séralini, démontrait la toxicité de trois maïs génétiquement modifiés de la firme américaine Monsanto- les  MON810, MON863 et NK603. Publiée dans l'International Journal of Biological Sciences, l'étude démontre que ces variétés d'OGM auraient un impact nocif sur les reins, le foie et le cœur des mammifères. "Nous avons prouvé pour la première fois au monde que ces OGM n'étaient pas sains, ni suffisamment corrects pour être commercialisés" a souligné Gilles-Eric Séralini, de l'université de Caen. En effet, les résultats de cette recherche montreraient qu'à "chaque fois, pour les trois OGM, les reins et le foie qui sont les principaux organes réagissant lors d'une intoxication alimentaire chimique, ont des problèmes". D'autres effets se faisant ressentir sur le coeur, les surrénales, la rate et les globules sanguins auraient également été constatés par les chercheurs. Bilan : les auteurs de l'étude demandent une "interdiction ferme" de l'importation et de la culture de ces variétés de maïs.

Ces résultats sont aussitôt dénoncés par l'Association française des biotechnologies végétales (AFBV), qui promeut les OGM -elle souhaitait d'ailleurs que les OGM soient « placés au coeur des priorités du grand emprunt national »-. L'AFBV estime donc que cette étude n'apporte "aucune nouvelle preuve" de la toxicité du maïs de Monsanto et ne serait qu'une "nouvelle analyse statistique et une nouvelle interprétation de données déjà existantes, en quelque sorte recyclées, et bien connues depuis longtemps".

De son côté, le député UMP de la Moselle François Grosdidier décide le 15 décembre de saisir le Haut Conseil des Biotechnologies, estimant que les résultats de l'étude "confirment le bienfondé du moratoire" décidé en France sur le maïs Mon810. Et ajoute qu'il est "urgent d'exiger l'extension du principe de précaution à toutes ces variétés de maïs autorisées pour la consommation animale et humaine dans l'Union européenne". Or, le HCB a rendu mercredi 6 janvier un avis dans lequel il estime que l'étude du Criigen « ne permet pas d'imputer aux 3 OGM une quelconque toxicité ». Avec des arguments proches de ceux de l'AFBV, il explique que l'étude "n'apporte aucun élément scientifique recevable susceptible d'imputer aux trois OGM ré-analysés une quelconque toxicité hématologique, hépatique ou rénale", précise-t-il dans son  communiqué.


"Plus d'inconvénients que d'avantages "


Une position qui détonne avec l'avis remis par le HCB quelques semaines plus tôt. En effet, le Haut Conseil s'était montré très réservé sur les études relatives aux risques du MON 810, les estimant insuffisantes. L'avis pointe les lacunes du dossier, notamment sur deux aspects fondamentaux : l'évaluation toxicologique et les apports  nutritionnels de cet OGM par rapport à un maïs conventionnel. Le HCB avait ainsi contredit les arguments « pro-OGM » de l'autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA), qui expliquait dans une étude parue en juin 2009 que le MON810 est « sans risques pour la santé humaine et animale et ne constitue pas une menace pour l'environnement ». Enfin, le Haut Conseil avait conclu que cet OGM «  présenterait plus d'inconvénients que d'avantages ».


Alors pourquoi prendre aujourd'hui une position différente ? Corine Lepage, qui a déposé en mai dernier un recours auprès du Conseil d'Etat pour contester la composition du HCB, explique cet avis par un manque de partialité des membres du conseil scientifique... « L'avis du HCB est scandaleux, il affirme qu'il n'y a rien de nouveau dans cette étude, pourtant parue dans une grande revue scientifique internationale. Il peut ne pas être d'accord, mais certainement pas affirmer qu'elle n'apporte pas d'éléments nouveaux ! », rétorque-t-elle. Par ailleurs, l'avocate estime que le conseil scientifique a accepté un cahier des charges biaisé s'agissant des évaluations menées. « Les analyses ne portent que sur le principe actif et non les adjuvants, c'est donc insuffisant. Par ailleurs, lorsqu'on découvre que le MON 863 fait maigrir les rats mâles et grossir les femelles, le conseil estime que si on prend la moyenne des deux, l'effet n'est pas significatif !! C'est aberrant d'un point de vue scientifique », commente-t-elle.


Recours contre la composition du HCB


Mais surtout, sur les 24 membres du conseil scientifique, 20 seraient ouvertement pro-OGM selon elle. « La majorité d'entre eux a pris publiquement position en faveur des OGM. Or, lorsque 3 membres du CRIIGEN ont postulé, ils ont été refusés au motif de leur non-indépendance. » Une sur-représentation qui se justifierait, selon les pro-OGM, par le fait que la communauté scientifique est majoritairement favorable aux OGM... Ce à quoi Corine Lepage rétorque qu'un équilibre des positions est nécessaire, et que par ailleurs, certains des membres experts sont « directement impliqués dans le développement des OGM". Une situation propice à des conflits d'intérêts, à laquelle s'ajoute le lobbying très actif des semenciers au sein de ce type d'instances publiques. Le député UMP François Grosdidier avait lui aussi pointé du doigt ces pratiques lors du vote de la loi sur les OGM à l'Assemblée, évoquant notamment la pression exercée sur les parlementaires par le biais des syndicats agricoles...Quand au sénateur UMP Jean François Le Grand - président du groupe de travail sur les OGM du Grenelle, puis de la Haute Autorité provisoire sur les OGM-, il avait du jeter l'éponge pour ne pas avoir pris position en faveur des OGM, lors du passage de la loi au Sénat. Le sénateur avait alors évoqué son "indignation" et  sa "révolte" face au comportement des élus de son propre camp et aux méthodes de « désinformation » utilisées pour « l'intérêt économique de quelques-uns ».


(Source : novethic.fr)

Partager cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram