21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 12:00

Une des principales actions des Conseils Régionaux est l’aménagement des territoires. Ainsi, les Conseils Régionaux définissent une politique sur leurs territoires, d’un point de vue énergétique, économie, démographie ou encore agricole.

C’est dans ce cadre que les Jeunes Démocrates de Bretagne ont organisé en Novembre une Convention intitulé « Nos territoires ne crèveront pas ! » sur les thèmes de l’environnement, de l’agriculture et de l’aménagement des territoires.

L’aménagement des territoires

Aujourd’hui retrouvez sur Breizhio la vidéo d’une des tables rondes de la Convention intitulé « Quels développements pour nos territoires ? ». Cette table ronde avait pour but de discuter des questions agricoles et des problèmes de leurs impacts sur l’environnement ainsi que de l’action du Conseil Régional dans ce domaine.

Les intervenants de la table ronde étaient Yves-Marie Beaudet (Agriculteur et responsable environnement de la FRSEA Bretagne), Gilles Huet (Délégué général d'Eau et Rivières) et Isabelle Le Bal (Conseillère Régionale de Bretagne).

Cette vidéo est intéressante pour toutes les personnes qui s’intéressent à l’aménagement des territoires car elle permet d’avoir un panorama de la situation. La situation bretonne est une situation qui est globalement identique dans le reste de la France même si toutes les Régions n’ont pas autant de zone littorale. En effet, la question de l’eau et de ses pollutions est générale à la France.

La réponse ne viendra pas forcément d’Europe-Ecologie

Il est clair que la situation ne sera pas forcément régler par Europe-Ecologie et les Verts qui montrent du doigt l’agriculture comme une profession exécrable qui a plaisir à polluer la terre et l’eau. La situation est à nuancer et la vidéo permet d’avoir un aperçu de la volonté de tous les acteurs du terrain pour tirer la situation vers le haut.

C’est dans le dialogue et le travail commun qui les problèmes pourront être réglés. Le monde agricole a suivi les directives qu’on lui a donné après la Seconde Guerre Mondiale pour avoir une agriculture intensive et productiviste car c’est un pays à reconstruire qu’il fallait nourrir. Aujourd’hui, la problématique est différente et s’est celle de personnes avec le ventre remplie qui s’impose. L’agriculture en France doit, pour être concurrentiel, monter en gamme et proposer des produits de qualités et elle en est consciente. Pourtant, ce n’est pas toujours le cas des consommateurs sur lesquels il y a un gros travail de pédagogie à réaliser : Le moins cher n’est pas forcément le meilleur…

Bon visionnage.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans Mouvement Démocrate
commenter cet article

commentaires

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram