2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 15:14

071122160147_bj_edito.jpgLe Télégramme poursuit sa série de portraits des têtes de listes régionales. Aujourd'hui, Bruno Joncour, dont la liste ne porte pas le nom du MoDem mais est soutenue par le Mouvement démocrate.

B
runo Joncour ne l'avouera sans doute jamais publiquement, mais il a certainement trouvé bien saumâtrequ'enjuindernier, François Bayrou ne lui confie pas la première place sur sa liste du Grand Ouest aux européennes, préférant offrir le seul poste d'éligible à Sylvie Goulard, illustre inconnue du suffrage universel. Ce fauteuil pour Bruxelles avait pourtant été proposé au maire de Saint-Brieuc... par le Nouveau centre, qui aurait été ravi de débaucher au MoDem son principal cadre breton. Il a refusé. La fidélité a primé. Bruno Joncour a fait de cette valeur l'un de ses principes, même s'il n'en a pas toujours bénéficié. La patience et la persévérance sont deux autres vertus qu'il cultive.

Un quart de siècle de patience

Entré à 16 ans dans le serail politique par admiration pour les gaullistes sociaux (un portrait de Malraux trône dans son bureau, et il a donné le nom de Chaban-Delmas à une rue de Saint-Brieuc), il a attendu près d'un quart de siècle pour enfin toucher les bénéfices de son engagement. Il a certes tenu un fauteuil de conseiller général (dans l'opposition), un siège de conseiller régional depuis 1986, mais c'est en 2001 qu'il a connu la consécration. Sa victoire aux municipales, à laquelle il était un des seuls à croire, a mis fin à 39 ans de gestion de gauche à Saint-Brieuc. «Accident» avaient dit ses adversaires... et même quelques-uns de ses anciens collègues de la vieille droite locale. Le premier mandat s'est révélé sans faute, au point que c'est avec 54% des voix qu'il a été réélu en 2008.

Un projet breton

Plus question «d'accident», mais ses adversaires, cette fois, tentent de relativiser en expliquant que «c'est sur son image, ronde et consensuelle, plus que sur son action qu'il a gagné». L'argument le fait sourire. «Ils voudraient que je provoque des clivages. Ce n'est pas ma nature. D'ailleurs, je ne crois plus à l'affrontement droite-gauche depuis longtemps». «Et les listes que je suis en train de construire pour les régionales vont le démontrer», dit-il. «Elles seront constituées de femmes et d'hommes, solidement ancrés sur le terrain, réunis autour d'un projet d'avenir pour la Bretagne, à l'image de ce qu'avaient impulsé nos anciens du Celib (Comité d'études et de liaison des intérêts bretons, créé à la fin des années50). Elles seront aussi très ouvertes, au-delà des contingences politiques». Ces listes ne porteront d'ailleurs pas le nom du MoDem, mais mentionneront seulement qu'elles bénéficient du soutien du Mouvement démocrate. Joncour est fidèle, mais aussi indépendant!

Partager cet article

commentaires

Annie 06/02/2010 00:47


Sur FaceBook, des militants zélés ont créé un groupe "Pour une Bretagne Modem, Présidée par Bruno Joncour". Ca me semble un peu violent. Je trouve que Joncour a raison de rectifier, de dire qu'il
veut plutôt une Bretagne qui bénéficierait du travail d'élus démocrates, et que pour ce faire, il présente une liste animée par le MoDem. Et l'ouverture commence plutôt bien avec le maire de
Monterfil.



David Guillerm 06/02/2010 22:05


Le but du groupe au départ est de rassembler les forces du MoDem mais le nom va très vite évoluer je pense car c'est avec un rassemblement autour d'un projet que l'on peut gouverner une région!


Claudio Pirrone 04/02/2010 19:51


(soupire)

espèrons que cela se termine mieux que pour les sénatoriales ... bon courage à nous tous


David Guillerm 05/02/2010 16:27


Qu'entends tu par là claudio?


Claudio Pirrone 02/02/2010 17:21


Fidèle, on le sait. Indépendant, comme tout homme intelligent.

Cependant, je reste perplexe quant à la décision de ne pas se présenter sous une étiquette démocrate pleinement assumée. A moins qu'il ne s'agisse d'une mécompréhension journalistique ...


David Guillerm 04/02/2010 13:28


Je pense plutôt que c'est une manière de nuancer les mots. Nous ne serons pas une liste MoDem signifie que nous ne nous reformons pas sur nous-même et que nous ferons un rassemblement car il y a de
bonne volonté partout et beaucoup de gens qui ont le même projet pour la Bretagne de demain.

J'approuve totalement car c'est dans le rassemblement des forces vives bretonnes que nous avancerons.


       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram