Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 12:15

nouveau-logo-modem.jpgA l’approche du Conseil National du Mouvement Démocrate qui se déroulera samedi 30 juin, de nombreux cadres et militants commencent à donner des positions stratégiques pour l’avenir de notre mouvement. De multiples points de vue s’affrontent empêchant de pressentir le choix qui ressortira de ce rendez-vous.


N’étant pas membre de ce Conseil National, je vais également profiter de cette période pour donner mon opinion. Les résultats de la présidentielle, mais surtout des élections législatives, ne nous placent pas dans une configuration très favorable. Les revenus du parti devraient être divisés par 3 pour les prochaines années et notre place médiatique réduite.


Dans cette situation difficile, je crois que nous devons continuer à réfléchir calmement. En effet, si nous avons la possibilité financière de perpétuer notre existence, alors nous avons de nombreux mois pour nous positionner car les prochaines élections n’auront lieu qu’en 2014.

Conserver le sigle MoDem

J’ai souvent entendu des militants affirmer qu’il nous fallait changer de nom à notre mouvement politique pour relancer la machine électorale. Cette position me semble pourtant inutile et dangereuse. Je vais vous expliquer pourquoi.


Nous devons considérer le Mouvement Démocrate (et le sigle MoDem) comme une marque. Celle-ci a été créée durant une dynamique, elle a eu 4,5 ans pour entrer dans l’esprit des électeurs. Quoiqu’on en dise, la marque MoDem est aujourd’hui connue de tous. Changer le nom de notre parti serait une erreur alors même que nous sommes dans une situation difficile qui empêcherait d’implanter un nouveau nom.  Le label  « Le Centre pour la France » est d’ailleurs un exemple concret à ne pas suivre.


Nous devons profiter de la notoriété du MoDem. Seul le positionnement de cette « marque » est aujourd’hui à revoir. Alors qu’on associe l’entreprise à l’UMP et le social au PS (je sais, c’est très gros et très gras…), aucune valeurs et positons fortes ne sont associés au MoDem. Il est temps pour nous de faire aussi un peu de marketing politique.


Lorsqu’une marque commerciale est en difficulté, elle se repositionne et réaffirme ses valeurs et ne disparait pas. Par exemple, on a vu fleurir des publicités pour nos banques après la crise financière dans lesquelles elles réaffirmaient un positionnement humain (solidarité, respect, innovation…).


Si j’étais membre du Conseil National, je défendrai donc en premier lieu le maintien du nom de notre parti.

Une alliance politique ?

Depuis notre échec aux élections législatives, on entend de nombreux militants demander aux dirigeants du MoDem d’accepter le concept des alliances avec l’UMP ou le PS. Nous devrons peut être réfléchir à des partenariats, mais avec 2%, je pense ces deux entités n’ont pour l’instant aucun intérêt à s’allier avec nous. Le PS ne veut pas de nous et l’a fait comprendre. L’UMP reproche encore à François Bayrou sa position de second tour.


Une alliance politique pourrait peut-être se formaliser avec le rassemblement voulu par Jean-Louis Borloo dans son futur parti de droite modéré UDI. Le MoDem deviendrait alors une entité de la future confédération. Les cadres du parti accepteraient alors de travailler avec des personnalités qui ont cautionné pendant 5 ans l’action de Sarkozy.


Il faudra réfléchir à ces possibilités sans précipitation. Personnellement, je pense que si nous avons la capacité financière, nous devrons dans un premier temps, essayer de nous reconstruire. Si la dynamique repart d’ici 2013, nous pourrons aborder les élections de 2014 sereinement, si ce n’est pas le cas, nous devrons nous positionner sur nos alliances. Nous verrons durant cette période comment se décantera la situation politique ce qui facilitera les choses.

De l’écurie présidentielle au parti politique

De 2012 à 2014, notre mouvement devra relever de nombreux défis. Il devra enfin passer de l’écurie présidentielle au parti politique qui s’organise et se donne les moyens de gagner durant toutes les élections.


Pour réussir ces objectifs, le Mouvement Démocrate devra multiplier les profils et les personnalités afin de faire connaître une nouvelle génération politique. François Bayrou devra contribuer à l’émergence de celle-ci. En interne, l’organisation aura besoin de mettre en place des chasseurs de têtes pour trouver ces profils. Les élections devront s’organiser bien plus en amont avec des candidats sélectionnés et connus des mois voir des années à l’avance afin qu’ils puissent préparer le terrain. Par exemple, nos futures têtes de liste aux élections européennes, régionales et municipales (dans les grandes villes) devraient être connues dès 2013. Ces candidats devront être formés.


En parallèle de cette nouvelle organisation interne, notre parti devra focaliser son intention sur le fond, afin de travailler son corpus idéologique pour pouvoir apporter un ensemble de solutions construites, analysées et budgétisées pour le pays. En relançant les commissions internes, notre mouvement sera capable d’apporter un programme dense et détaillé pour l’économie, les questions de société, l’environnement, la production, la culture, etc.


Travailler le fond et préparer les élections, cette méthode classique est la meilleure pour repositionner le MoDem et relancer la machine électorale. Nous savons que notre projet est cohérent et crédible. François Hollande reprend d’ailleurs depuis une semaine la politique prônée par François Bayrou pendant la campagne présidentielle. C’est maintenant à nous de savoir vendre notre étiquette.


Je pense avoir réussi dans ce billet à synthétiser ma pensée concernant l’avenir du Mouvement Démocrate. N’étant pas membre du Conseil National, j’espère que des cadres porteront la même vision durant ce rendez-vous déterminant pour la suite.

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Mouvement Démocrate
commenter cet article

commentaires

Profil

moi2

Nous sommes aujourd’hui face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent. Dans cette période confuse où les puissants voudraient nous faire croire que seule une mondialisation sans barrière pourrait nous aider, nous nous devons de leurs rappeler qu'ils sont là pour protéger leurs concitoyens et améliorer le niveau de vie de tous. De nouveaux modèles sont sur le point d’émerger et ceux-ci sont les proies de lobbies de toutes sortes. Il est impossible de savoir quel sera le modèle majoritaire de demain mais notre époque donne la possibilité à chacun d'entre nous d’influencer sa forme, c’est pourquoi nous devons combattre ces idées moutonnières qui privilégient les profits et la croissance face à un modèle plus durable et égalitaire pour les Hommes et à la redistribution des richesses.

David Guillerm,

Président des Jeunes Démocrates de Bretagne

Recherche

Web 2.0

mail2facebook.pngtwitter.pngnewsletter.jpgrss.pngmodem.jpgjdem.jpgecologie.jpgbreizhio.jpgmobile.png 

Suivez-moi sur Twitter

S'abonner à davidguillerm sur Twitter

 

Le Lab Démocrate

Rejoignez nous!

Clics


 

Wikio - Top des blogs - Politique 

Classement local