7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 10:00

Profession de foi à destination du Modem 44
Sylvie Goulard, Elections européennes du 7 juin 2009


L’Europe est un projet fantastique, un héritage précieux. Ses difficultés actuelles ne doivent pas occulter ses réalisations :

- la paix dont nous ne voyons plus, hélas, le bénéfice mais qui, par rapport aux générations précédentes et à tant de régions du monde dévastées par la guerre, représente un privilège inouï ;

- la fin des dictatures dans les pays du Sud comme la Grèce, l’Espagne et le Portugal, ainsi que la sortie du communisme de l’Europe centrale et orientale;

- un marché commun qui, avec l’Euro, constitue le socle de notre prospérité ;

- un espace de liberté et de justice encore imparfait mais qui repose déjà sur des droits fondamentaux effectivement respectés.


L’Europe, c’est aussi une formidable école d’apprentissage mutuel et d’échanges humains. C’est un creuset de plus de vingt langues et de cultures séculaires qui se respectent. Forte de 500 millions d’habitants, l’UE possède un potentiel considérable.

Pourtant, depuis quelques années, les citoyens se détournent d’elle.


Rappelons leur que l’aventure en vaut la peine :

1) Cela marche. Et même trop bien ! Le pire danger actuel est de croire la paix acquise pour toujours, le discours nationaliste ou protectionniste sans conséquence, les avantages de l’union dissociables des devoirs de chacun, ou l’Euro de la discipline collective. Ces bienfaits sont comme l’air que nous respirons, présents et invisibles. Leur valeur nous échappe et pourtant, sans eux, nous ne vivrions pas aussi bien.


Naturellement, tout n’est pas parfait. Nous prônons plus de solidarité entre Européens, plus d’harmonisation fiscale et des retombées plus concrètes pour tous les citoyens, en matière de mobilité, de santé, de protection sociale. Nous voulons que l’UE accélère sa lutte contre le changement climatique et se dote d’une politique de l’énergie. Nous voulons une diplomatie commune et des réponses vraiment conjointes à la crise économique.

2) Cela doit marcher. L’Union est le seul prototype d’une nouvelle forme de démocratie, supranationale. Notre devoir, vis-à-vis de nos enfants est de le perfectionner. Qu’il s’agisse de changement climatique, de régulation du commerce, de santé publique, d’agriculture ou de justice sociale, l’échelle d’action appropriée est planétaire. Le souverainisme est une impasse. L’union des Européens ne règle certes pas tout d’un coup de baguette magique mais sert l’unité mondiale.

L’union fait la force : à 500 millions, notre voix portera. Et l’union fait le droit : nous avons un savoir faire de 60 ans de régulation supranationale. A l’échelle du monde, nous sommes les seuls à pouvoir faire valoir une telle coopération, supranationale, effective, organisée de régulation et de décisions en commun.

3) Cela peut marcher. L’ignorance dans laquelle sont encore maintenus les citoyens européens sur leurs droits et les enjeux européens, les barrières qui entravent le débat politique européen, les lacunes de l’apprentissage des langues et des cultures des autres laissent une immense marge de progression. C’est la raison de mon optimisme ; le jour où nous nous mettrons vraiment à « faire l’Europe », cela ira bien mieux. Bronislaw Geremek disait qu’après avoir fait l’Europe, il fallait faire les Européens et il avait raison ! C’est le défi de notre génération. Nous devons prendre la mesure de la révolution politique qu’est l’Europe et changer notre manière de faire de la politique et d’élever nos enfants, afin de les préparer à être des acteurs de cette aventure.

L’Europe ne fait pas disparaître les Etats et les identités. Elle les enrichit en les confrontant les unes aux autres. Rassurons ceux qui ont peur. Soyons nous-mêmes fiers de ce qui a été accompli et confiants dans l’avenir.

4) Cela va marcher. Dans le fond, cela dépend de chacun de nous. Je me suis engagée pour défendre, sous les couleurs du Modem, l’idéal d’une société européenne et mondiale plus juste, plus fraternelle où l’appartenance nationale, pas plus que la couleur de la peau, ne déterminent le destin des êtres humains.

Partager cet article

6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 21:54
Sylvie Goulard, tête de liste pour la circonscription Ouest, réagit au discours prononcé par le Président de la République pour lancer la campagne européenne dans un contexte partisan. Elle rappelle qu’elle est depuis plus d’un mois sur le terrain de son côté.

Sylvie Goulard: "Nous sommes sur le terrain"
Vidéo envoyée par mouvementdemocrate

 

Partager cet article

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 10:00


Il y a quelques mois, j’ai rejoint l’association Assoter 29 qui milite pour l’amélioration des dessertes, la réouverture de gare et l’ouverture de nouvelles gares sur la ligne TER Brest-Quimper.

 

J’ai adhéré à cette association pour plusieurs raisons :

 

Tout d’abord car je pense que le train est une alternative crédible à la fin du pétrole pas cher et de l’utilisation massive de voiture. En effet, nous avons tous en tête la flambé des prix du carburant de l’été 2008 (plus de 1.5 euros le litre) mais ce n’est que le début et la baisse actuelle dû à la crise financière n’est qu’un trompe l’œil. Dès que l’économie repartira, les prix remonteront de façons exponentielles.


Le train est une alternative plausible si nous réfléchissons à son développement et à l’aménagement du territoire autour des lignes ferroviaires. De plus, nous savons tous qu’en plus d’être extrêmement avantageux sur le plan tarifaire en comparaison de la voiture, de son entretien et de son essence, le train a un impact écologique beaucoup plus mineur que celle-ci.

 

Ainsi, si nous adoptons explicitement un développement du territoire français comme le territoire Breton (avec de nombreuses villes moyennes) le train et le TER prennent toutes leurs places et le succès du TER breton le prouve. Dans un article précédent, je parlais d’ailleurs du TER breton comme une sorte de métro à la bretonne.


Enfin, la réouverture des gares pourrait également dans un avenir proche, empêcher de nombreux habitants des communes rurales et périphériques de devoir retourner vivre dans les villes et abandonner une grande partie du territoire qui s’est fait aménager ces dernières années de manière poussée (quartiers pavillonnaires…). Cela les élus locaux le savent très bien et s’est pour éviter cet avenir qu’ils soutiennent également les réouvertures et créations de gares.

 

 

Actuellement, l’association Assoter 29 milite pour la réouverture et l’ouverture de la gare Le Bot (entre Daoulas et Irvillac), la gare de Hanvec, la gare de Pont-de-Buis (amélioration desserte)…

 

Retrouvez le compte-rendu de la dernière réunion publique qui s’est déroulé à Daoulas le Samedi 25 Avril 2009, ainsi que le questionnaire à remplir pour les intéressés.

 

 

 

Partager cet article

4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 09:00

1) LE PARLEMENT EUROPEEN : LA SEULE INSTITUTION ELUE AU SUFFRAGE UNIVERSEL DIRECT

Le Parlement européen est la seule institution dont les membres sont élus au suffrage universel direct depuis 1979.


-Voter est un droit !
En tant que citoyen européen, voter aux élections européennes est un droit fondamental et le moyen de participer et de peser sur le fonctionnement de l’Union européenne. Du 4 au 7 juin 2009, ce sont plus de 375 millions d’électeurs qui sont appelés à voter.


-Les citoyens de l'Union, résidant dans un Etat membre dont ils n'ont pas la nationalité, ont le droit de voter et de se porter candidat dans cet Etat membre, s'ils le souhaitent.


2) LE PARLEMENT EUROPEEN : LA SEULE INSTITUTION QUI A VU SES POUVOIRS AUGMENTER AU FIL DES TRAITES

Le Parlement européen est la seule institution dont les pouvoirs se sont étendus de manière aussi continue depuis une trentaine d’années, que ce soit sur les plans législatif, budgétaire notamment à l’égard du Conseil des ministres et en matière de contrôle, notamment à l’égard de la Commission européenne.


-Voter a un réel impact
: la hausse continue des pouvoirs du Parlement européen confère aux électeurs un poids et une influence politique qui est réelle.


3) LE PARLEMENT EUROPEEN : UN IMPACT CONCRET SUR LA VIE QUOTIDIENNE DE CHAQUE EUROPEEN

Élu tous les cinq ans, le Parlement européen est un acteur de poids dans le processus décisionnel de l’Union européenne. Il vote et façonne la législation européenne qui influence votre vie quotidienne, notamment en termes de protection de l’environnement ou de sécurité du consommateur.


-Voter aux élections du Parlement européen
, c’est choisir qui agira et votera en votre nom pendant 5 ans.


4) LES EURODEPUTES : VOTRE VOIX EN EUROPE !

En votant aux élections européennes, le citoyen européen choisit directement les représentants qui incarnent ses préférences idéologiques et partisanes.


-Voter est un choix partisan : les électeurs européens peuvent influencer la composition politique du Parlement européen et donc l’orientation et le contenu des politiques européennes.


5) VOTER : UN CHOIX EN FAVEUR DE L’INFLUENCE DE SON PAYS

Le Parlement européen est une institution stratégique pour l’influence des Etats membres de l’Union européenne : le vote des électeurs européens doit aussi être appréhendé comme un choix en termes d’influence nationale.


-Le vote aux élections européennes sera d’autant plus efficace qu’il sera massif et renforcera l’influence des députés au sein du Parlement européen.


6) L’ABSTENTION : UN AVANTAGE POUR LES EXTREMES

L’abstention aux élections européennes a un véritable coût dans la mesure où elle favorise les extrêmes, dont les partisans se mobilisent généralement davantage pour aller voter. Le non-vote des abstentionnistes contribue, en partie, à l’affaiblissement de l’influence nationale d’un pays au sein du Parlement européen.


7) L’INFLUENCE DE LA LEGISLATION EUROPEENNE
De plus en plus, la législation européenne est transposée dans les Etats membres, ce qui implique une influence directe sur la législation nationale.

Elections Européennes du 7 Juin 2009.

Partager cet article

3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 09:00


Sylvie Goulard était, avec Bruno Joncour, en campagne Mercredi 29 Avril 2009 à Quimper
. Le duo de la liste du Mouvement Démocrate pour l’Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes) pour les européennes du 7 juin était avec Nadine Kersaudy, la candidate du MoDem dans le Finistère. (Présidente des Maires Ruraux du Finistère).

 

Lors de cette journée, les 3 candidats ont rencontré et cela de manière prolifique des acteurs du monde breton dans les domaines de la réunification, de la culture et de l’économie.

 

Ensuite, une rencontre conviviale avec les militants du MoDem a été l’occasion d’enthousiasmer tous les membres de la salle. Sylvie Goulard a ainsi pu répondre aux nombreuses questions des participants sur son expérience européenne et ses opinions.

 

La candidate du MoDem pour l’Ouest en a profité pour dénoncer l’arnaque des Souverainistes tel que De Villiers « qui critique les décisions européennes pour faire campagne mais qui une fois élu ne siège jamais au parlement européen où les décisions se prennent » ou encore des eurosceptiques qui ne réalisent pas que l’Union Européenne c’est une structure formidable, un prototype jamais vu ailleurs qui se construit tout les jours et qui a empêché depuis plus de 60 ans de nouvelles guerres en Europe.

 

Bien sûr, la candidate le concède, l’Europe a des défauts et il faut les corriger mais celle-ci ne cautionne pas le fait que des partis comme l’UMP ou le PS ne renvoient pas aux parlements des élus qui ont fait du bon travail pour mettre à leur place des personnalités recasés pour les uns et des apparatchiks pour les autres.

 

De plus, Sylvie Goulard n’a pas hésité à répondre aux membres du PS qui disent que le Parti Démocrate Européen (PDE-EDP) vote les motions du Parti Conservateur : « Au Parlement Européen, la démocratie existe réellement et ça ne marche pas comme à l’Assemblée Nationale, les majorités se font au cas par cas, suivant les propositions et les motions. Il arrive très régulièrement que le Parti Socialiste Européen, dont fait parti le Parti Socialiste Français, vote pour les motions du Parti Conservateur. »

 

Là ou la situation est plus dérangeante, c’est lorsque l’on voit que le Parti Socialiste Européen soutiendra le même candidat que le Parti Conservateur à la présidence de la Commission Européenne, c'est-à-dire José Manuel Barroso qui a plutôt brillé par son invisibilité à la présidence face aux Présidents nationaux européens.

 

Enfin, sur les attaques répétées des socialistes français sur le mot libéral de l’ADLE (Alliance des Démocrates et Liberaux Européens dont fait parti le MoDem) Sylvie Goulard a dit « quelles sont les trois devises françaises ? Liberté, Egalité, Fraternité. Or, être libéral c’est être pour la liberté, ce n’est pas la même chose que les ultralibéraux ou les ultra-capitalistes à l’origine de la crise financière. »

 

Retrouvez Bientôt un extrait vidéo de cette rencontre.

A lire et relire, l'interview de Sylvie Goulard réalisé par les Jeunes Démocrates du Finistère.

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram