18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 10:00
Crowdfunding : la startup bretonne bookBeo à la conquête de l’Amérique avec beÔchic

Le 14 février 2014, bookBeo lance sa première campagne de crowdfunding sur la plate-forme américaine Indiegogo. Objectif, récolter les 80 000 $ nécessaires au financement de beÔchic, application de  «social shopping» dédiée aux créateurs de mode et aux «fashionistas».

 

Un projet Fashion, Mobile & Fun !
Lancée simultanément en France, aux USA et au Japon, l’application beÔchic permettra à de jeunes talents de bénéficier d’une audience internationale et d’une exposition innovante et «interactive» de leurs créations. Chaque designer disposera en effet d’un showroom personnalisé présentant ses vêtements, bijoux, chaussures, accessoires… en mode « réalité augmentée ».

 

Une présentation qui permettra à chaque utilisateur d’essayer virtuellement un ou plusieurs articles, d’enregistrer les photos de ces essayages, de les partager sur les réseaux sociaux ou sur le site beÔchic.

 

Une application innovante de «social shopping»
Comme l’explique Sophie Deniel, créatrice de bookBeo, « notre volonté est développer une application originale de m-commerce mais aussi un réseau social de créateurs & de trendsetters. Pour les amoureux de la mode, beÔchic, sera un lieu de découvertes, d’échanges, et un terrain de jeux unique !».

 

Une application internationale issue d’un projet de recherche européen
Ce nouveau service porté à l’international, s’inscrit dans la continuité d’un projet de recherche européen qui avait permis à bookBeo, en 2012, de créer un premier module inédit d’essayage virtuel de vêtements expérimenté par Armor-Lux.

 

Boostée par de très bons retours utilisateurs, la start-up finistérienne a décidé de poursuivre l’aventure. Via la campagne Indiegogo, elle espère récolter les fonds nécessaires pour finaliser les développements de l’application (iPhone / Android), du site web (http://beochic.com) et du back-office (gestion des articles, des commandes,…).

 

Une fois lancé, le service beÔchic sera financé par les abonnements des créateurs et sur une commission prélevée sur les ventes effectuées via l’application. A terme, une partie des revenus pourrait également provenir de la publicité et de la valorisation des données collectées.

 

50 jours pour réussir !
Si le projet bénéficie déjà de quelques partenaires en France et à San Francisco, bookBeo compte désormais sur sa communauté et sur tous les amoureux de la mode pour réussir son pari. Le compte à rebours a commencé… Merci d’avance à toutes celles et ceux qui aimeront et partageront sur Facebook, tweeteront et/ou apporteront leur contribution. Que la beoForce soit avec nous !

 

bookBeo

Créée en 2008, bookBeo est une jeune entreprise innovante spécialisée dans le développement de solutions mobiles de réalité augmentée.

 

Grâce à une équipe de 8 personnes, composée de 3 ingénieurs, 1 développeur et 4 consultants en marketing mobile, bookBeo accompagne au quotidien une trentaine de marques et entreprises dans la définition et la mise en oeuvre de leur stratégie digitale.

 

Basée en Bretagne, elle mène de nombreuses activités de R&D en partenariat avec des laboratoires nationaux et assure des missions de design de services pour de grands comptes (PSA, Keolis, Groupama...).

 

Membre du Pôle de compétitivité Images & Réseaux, de la French Mobile, des Cantines numériques de Brest, Quimper et Rennes, bookBeo a également intégré en octobre 2013 le Hub international Silicon Valey de l’Institut Mines-Télécom. Un point d’ancrage important pour le projet beÔchic.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans France Bretagne futur
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 10:00
Finançons le documentaire sur la marche de Jean Lassalle

Le député Jean Lassalle a entamé une marche citoyenne et humaniste en avril dernier, sur les routes de France, à la rencontre des gens. Il est d'ailleurs en Bretagne actuellement.

 

Une équipe de tournage cherche aujourd'hui des financements participatifs pour réaliser un documentaire de 52 minutes sur cet évènement original afin de donner de la résonance au dialogue initié par Jean Lassalle avec les Français.

 

Le tournage se déroulera en plein cœur de la marche, proposera une réelle immersion dans ce que représente un tel projet au quotidien.

 

Le projet est financé à hauteur de 80% à l'heure actuelle et il reste 9 jours pour atteindre les 100%. Je vous invite donc à participer à ce projet en y souscrivant. Même les plus petites sommes sont les bienvenues.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans France Bretagne
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 10:52
Ecotaxe : les socialistes et Hollande font la même erreur que l’UMP et Sarkozy

Le gouvernement socialiste de Jean Marc Ayrault et le Président François Hollande veulent-ils asphyxier les entreprises qui ont déjà été touché de plein fouet par la crise ? En tout cas, ils semblent se diriger sur cette voie. Après avoir augmenté la pression fiscale comme jamais en France ; on parle aujourd’hui de 38% d’impôt sur les sociétés ;  les socialistes ont décidé de renouveler les erreurs du couple Fillon/Sarkozy en appliquant une taxe carbone au mauvais moment.

 

En 2010, je m'étais exprimé dans un billet (cf lien) sur la mise en place de l’écotaxe Sarkozy :

 

Une telle taxe ne peut être mise en place efficacement que s’il existe des moyens alternatifs de consommation, de déplacement, etc. ce qui n’était pas le cas partout. On ne peut pas appliquer une taxe sur le transport routier s’il n’existe pas de moyens alternatifs en place comme en Bretagne. La logique aurait voulu de mettre en place ces moyens alternatifs avec d’importants investissements avant que la taxe ne soit appliquée et ne rembourse ces investissements.

 

En mettant également en place une écotaxe sans avoir financé au préalable les infrastructures alternatives, les socialistes si fiers de gouverner la Bretagne, se tirent une balle dans le pied et mettent gravement en péril la viabilité économique de la région. Le retour de bâton risque d’être violent.

 

Je suis ahuri d’observer à quel point les élus socialistes semblent déconnectés du terrain et du monde économique. Ils nous dirigent droit dans le mur mais tout semble normal… C’est le genre de situation qui devrait réveiller les consciences. Au MoDem, on n'est peut être pas les plus beaux mais en tout cas, on est conscient que la société doit construire un environnement économique favorable si elle veut réussir à défendre son système social et développer un projet innovant et durable. Le PS semble l’avoir oublié. 

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans environnement France
commenter cet article
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 00:25
François Bayrou et Jean-Louis Borloo

François Bayrou et Jean-Louis Borloo

Je ne me suis pas exprimé jusqu’à présent sur le rapprochement MoDem-UDI initié par François Bayrou et Jean-Louis Borloo durant les dernières semaines car il m’a fallu beaucoup de temps pour assimiler ce changement politique. J’ai préféré attendre la fin de l’Université de rentrée du Mouvement Démocrate pour en parler.

 

Je ne suis pas d’accord avec François Bayrou lorsqu’il affirme qu’il n’y a aucune réticence au sein du MoDem vis-à-vis de cette nouvelle donne politique. Certains expliquent cette animosité par la méthode appliquée qui pose des problèmes. D’ailleurs, je ne vois pas comment on peut faire une telle affirmation sans une consultation régulière.

 

Le Modem s’est toujours positionné dans un rôle d’observateur attentif de l’action du gouvernement depuis l’élection de François Hollande mais le rapprochement avec l’UDI mérite que les militants du mouvement, ou leurs représentants au Conseil National votent sur le sujet afin d’avoir des résultats chiffrés. Nous sommes démocrates, prouvons-le et n’acceptons pas que les Conseillers Nationaux se soient contentés d’une simple discussion sur le sujet lors du CN du vendredi 27 septembre et qu’ils se laissent ainsi déposséder de leur pouvoir. Le MoDem doit accepter de consulter ses membres afin de respecter le choix d’une majorité.

 

En effet, pour le moment, on a pu lire dans la presse et ailleurs que les militants auraient l’occasion de débattre sur le rapprochement avec l’UDI mais tout semble déjà acté d’avance et aucune alternative n’a été proposée.

 

Personnellement, je suis assez dérangé qu’on assure que ce sont les idées qui permettent ce rassemblement mais que ces dernières n’ont toujours pas été posées sur la table. Actuellement, ça donne surtout l’impression désagréable de petits arrangements entre responsables pour être réélus. Des calculs électoraux qui nous éloignent pour l’instant d’une solution pour répondre à la lassitude des Français vis-à-vis de la politique. MoDem et UDI semblent donc partir sur la défensive pour les prochaines européennes alors qu’il y a urgence. Les citoyens attendent un discours fort et volontaire, des gens qui tapent des poings sur la table et apportent un nouveau modèle de société efficace, efficient et effectif.

 

Quant au rapprochement en lui-même, je suis pour ma part, assez circonspect. Je n’ai jamais voulu adhérer à l’UDF et quoiqu’on en dise, le nouvel ensemble MoDem-UDI risque de s’acheminer dans cette direction. Pour ne pas aller dans ce sens, les représentants et les militants du MoDem devront rester les garants de notre identité. Mes craintes proviennent également du fait que nous sommes prêts à donner un blanc-seing à des gens qui ont tout fait pour nous couler pendant 5 ans et qui n’ont pas hésité à s’asseoir sur leurs idées pour des postes. Heureusement, les structures devraient garder leur existence.

 

Je vais donc continuer à observer les tractations en cours et je ne m’interdis pas la possibilité de prendre du recul dans les prochains mois si la logique du MoDem et de François Bayrou s’éloigne de ma conception de la politique.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans MoDem UDI Bayrou Centre
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 10:09
15e Salon du livre insulaire de Ouessant du 16 au 20 août 201315e Salon du livre insulaire de Ouessant du 16 au 20 août 2013

L’été culturel continue en Bretagne. Rendez-vous incontournable de l’année pour les amoureux des livres et des îles, le Salon du livre insulaire de Ouessant revient pour cette nouvelle édition du 16 au 20 août avec près de 3 000 titres, 60 éditeurs et près de 100 auteurs, insulaires ou inspirés par les îles, autour du thème « L’île de l’île ».

 

En quinze ans, l'association Culture, arts et lettres des îles (Cali), fondée par Isabelle Le Bal, a réussi à créer un Salon unique en France et dans le monde consacré à la littérature des îles, d’ici et d’ailleurs, imaginaires ou réelles.

 

Isabelle Le Bal explique le thème de cette édition  « L’île de l’île ». « Pour des insulaires ou géographes, cela évoque bien sûr les îles secondes. Chaque île peut avoir une île. Cette double insularité se retrouve à Keller pour Ouessant, Inish Mor pour l’Irlande, Spinalonga pour la Crète, Lifou pour la Nouvelle-Calédonie… Parfois, cette île seconde devient prison ou léproserie. D’autres apparaissent comme un paradis ou une ville engloutie. Sous-marines ou dans les cieux, elles abritent des mystères et des personnages qu’on ne rencontre nulle part ailleurs… »

 

L’entrée du Salon est libre et gratuite. Il offre donc l’opportunité plutôt alléchante de passer une journée sur Ouessant pour trouver des livres mais aussi profiter de l’île et de ses paysages. C’est une véritable mise en contexte !

 

Tout le programme du Salon est disponible sur le site de l’association Cali et est notamment composé de l'habituel défilé dans le bourg de Lampaul en costumes traditionnels, de nombreuses conférences dont celle de l'astronaute Jean-François Clervoy sur « l'espace et l'insularité »,  mais aussi de Laure Morali, Alexis Gloaguen, Karin Huet et Anne Bihan, quatre écrivains qui ont profité des résidences d’écrivains dans l'ancien sémaphore du Créac'h sur Ouessant, d'Éric Auphan sur « la Tasmanie, l'île de l'Australie, de Gwen Catala sur la « lecture numérique »…

 

 Pour se rendre sur Ouessant, le plus simple est de faire appel à la compagnie maritime Penn ar Bed qui propose des billets aller-retour à -15% à l'occasion du salon. 

L’été culturel continue en Bretagne. Rendez-vous incontournable de l’année pour les amoureux des livres et des îles, le Salon du livre insulaire de Ouessant revient pour cette nouvelle édition du 16 au 20 août avec près de 3 000 titres, 60 éditeurs et près de 100 auteurs, insulaires ou inspirés par les îles, autour du thème « L’île de l’île ».

En quinze ans, l'association Culture, arts et lettres des îles (Cali), fondée par Isabelle Le Bal, a réussi à créer un Salon unique en France et dans le monde consacré à la littérature des îles, d’ici et d’ailleurs, imaginaires ou réelles.

Isabelle Le Bal explique le thème de cette édition  « L’île de l’île ». « Pour des insulaires ou géographes, cela évoque bien sûr les îles secondes. Chaque île peut avoir une île. Cette double insularité se retrouve à Keller pour Ouessant, Inish Mor pour l’Irlande, Spinalonga pour la Crète, Lifou pour la Nouvelle-Calédonie… Parfois, cette île seconde devient prison ou léproserie. D’autres apparaissent comme un paradis ou une ville engloutie. Sous-marines ou dans les cieux, elles abritent des mystères et des personnages qu’on ne rencontre nulle part ailleurs… »

L’entrée du Salon est libre et gratuite. Il offre donc l’opportunité plutôt alléchante de passer une journée sur Ouessant pour trouver des livres mais aussi profiter de l’île et de ses paysages. C’est une véritable mise en contexte !

Tout le programme du Salon est disponible sur le site de l’association Cali et est notamment composé de l'habituel défilé dans le bourg de Lampaul en costumes traditionnels, de nombreuses conférences dont celle de l'astronaute Jean-François Clervoy sur « l'espace et l'insularité »,  mais aussi de Laure Morali, Alexis Gloaguen, Karin Huet et Anne Bihan, quatre écrivains qui ont profité des résidences d’écrivains dans l'ancien sémaphore du Créac'h sur Ouessant, d'Éric Auphan sur « la Tasmanie, l'île de l'Australie, de Gwen Catala sur la « lecture numérique »…

Pour se rendre sur Ouessant, le plus simple est de faire appel à la compagnie maritime Penn ar Bed qui propose des billets aller-retour à -15% à l'occasion du salon.

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram