18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 14:58

Après un voyage présidentiel à Dijon fini en séquence de communication ratée et assez bien résumé par cette phrase lancé devant les caméras « M. Hollande, elles sont où vos promesses ? », François Hollande se retrouve aujourd’hui confronté au fossé qu’il a créé entre ses promesses de campagne basé sur des prévisions fausses et la réalité économique, sociale et politique du pays.

 

Le désamour des Français pour le Président socialiste est impressionnant mais facilement explicable. Durant la campagne présidentielle, tout le monde s’est rendu compte que les socialistes n’avaient pas de cap. Aujourd’hui, face à la crise, la France se focalise une nouvelle fois sur une politique de court terme, sans ambition pour l’avenir. François Hollande a voulu ré-enchanter le rêve français mais il a cru que son élection, ce fameux « le changement c’est maintenant » suffirait.

 

Les Français sont inquiets et ne savent plus vers qui ils peuvent se tourner pour l’avenir. Les signes d’avertissement pleuvent. Pire que les apostrophes du Président durant sa visite à Dijon, les résultats du premier tour de l’élection législative partielle qui s’est déroulé dimanche 17 mars dans l’Oise sont symboliques.  Arrivé en 3e position avec 21,37%, le Parti Socialiste est tout simplement éliminé du deuxième tour et laisse sa place à l’UMP et au FN.

 

François Hollande a affirmé, il y a quelques jours, qu’un Président avait toujours des périodes d’impopularité, mais ça n’aurait pas été le cas s’il avait dit la vérité aux Français plutôt que de les embobiner dans de belles promesses.

 

La situation politique est inquiétante pour tous les républicains. Le Front National fait croire qu’il est une alternative et rassemble tous les mécontents, les électeurs exaspérés, déçus ou désespérés. Les partis républicains semblent aujourd’hui incapables de faire entendre des lignes directrices fortes et des projets différents.

 

Les Français et les citoyens européens attendent aujourd’hui des perspectives pour l’avenir. Rien n’est impossible. La poussée des nationalismes en Europe n’est pas une fatalité. Si nous sommes capables de proposer une perspective cohérente et crédible pour les prochaines années, les citoyens seront prêts à nous écouter.

 

Le MoDem a eu, jusqu’à présent, du mal à expliquer clairement son projet aux Français. Tout le monde est aujourd’hui capable de se rendre compte que si on avait écouté et élu Français Bayrou, il y a 10 ans, le pays n’en serait pas là maintenant. Pourtant, à chaque élection, notre mouvement n’arrive pas à synthétiser sa pensée.

 

C’est justement sur cet objectif que nous travaillons avec le blogueur l'Hérétique et un groupe de militants pour préparer les prochaines échéances européennes. Les Français ont besoin d’entendre la vérité mais ils ont avant tout besoin de comprendre où nous voulons les mener. Ce travail de longue haleine demande du temps. Nous rassemblons donc toutes les bonnes volontés.

 

Plus que jamais, nous avons le devoir de proposer collectivement des solutions aux Français.   

Partager cet article

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 17:27

Alain Somme, Président du MoDem29Les adhérents du MoDem 29 ont élu durant l’Assemblée générale de la fédération leur nouveau Président départemental.  Conformément à la procédure électorale, trois adhérents avaient proposé leur candidature: Alain Somme, Plougourvest,  Jacques Tanguy, et Angel Gonzalez.


Alain Somme a recueilli la majorité des suffrages des adhérents et devient donc le nouveau Président du Mouvement Démocrate du Finistère.


Sur le plan politique, le nouveau représentant de la fédération 29 est Conseiller municipal de Plougourvest depuis 2008 et a été candidat aux élections législatives de 2012 dans la 5e circonscription du Finistère. Il se définit comme n’étant « pas un professionnel de la politique » et considère qu’il faut « remettre la politique à sa place car on ne doit pas en faire son métier. »


Très impliqué dans le milieu associatif, notamment sportif, Alain Somme est par ailleurs Directeur d’une filiale de coopérative agricole.


Farouche opposant à l’implantation de la centrale à gaz de Landivisiau, il participe activement au collectif Gaspare. «Nous pensons qu’il s’agit d’un gâchis d’argent. Il faut développer d’autres moyens : la filiale bois, l’hydrolien… ». Par ailleurs, il souhaite œuvrer pour que les entreprises locales soient au cœur du débat. « Il faut continuer à produire sur notre territoire. Pour cela, les sociétés ont besoin de soutien. »


Les objectifs du nouveau Président sont clairs : élections municipales et vie de la fédération. Il pourra compter sur le groupe de travail politique du MoDem29 pour préparer les élections locales et sur son équipe pour faire vivre le débat localement et assurer un accueil et des formations de préparation aux adhérents. 

 

Partager cet article

13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 18:25

budget-le-Parlement-europeen.jpg

 

Les députés européens avaient dénoncé les négociations et l’accord des chefs d’Etat au sein du Conseil européen autour du budget de l'Union Européenne pour 2014-2020 à Bruxelles. Aujourd’hui, ils ont enfoncé le clou en rejetant tout bonnement ce budget.


C’est une très bonne nouvelle pour la démocratie européenne. Les députés européens n’ont pas accepté le budget au rabais, en recul pour la première fois dans l’histoire de l’UE, et l’ont fait savoir. Le Parlement européen a ainsi montré son poids politique en adoptant massivement une résolution très critique du compromis des chefs d’Etat. Cette résolution, adoptée par 506 voix contre 161, indique que le Parlement, auquel le traité de Lisbonne de 2009 confère un droit de veto sur le sujet, "rejette sous sa forme actuelle" le projet de budget concocté par le Conseil européen.


guy verhofstadtLes parlementaires n’ont pas hésité à employer des mots très durs pour exprimer leur désaccord total dans la volonté des chefs d’Etat de réduire le poids de l’Europe. Ils déplorent en effet le "fossé entre les engagements politiques de l'Union européenne et ses moyens budgétaires". Ils accusent le Conseil d'avoir manqué de "transparence", et même d'avoir outrepassé son rôle en décidant de l'attribution de certains fonds pour obtenir l'assentiment de tel ou tel Etat membre – d'avoir organisé des "négociations de marchands de tapis".


Ce vote remet en cause la façon dont c’est réalisé l’élaboration du budget de l’Europe. On peut espérer qu’il poussera à une modification en profondeur de la façon dont le budget sera établi à l'avenir.


Guy Verhofstadt,  chef de file du groupe ADLE dont les eurodéputés MoDem font partis, a estimé que "de toutes les grandes batailles que le Parlement a menées, celle-ci est sans doute la plus importante. A la fois pour obtenir un budget plus efficace dans la crise et pour changer en profondeur la nature de l'Union."

Partager cet article

7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 11:19

Grand ParisJacobinisme, centralisation, concentration… il semblerait que la majorité socialiste ne soit pas décidée à changer demain les incohérences de l’aménagement du territoire français.


Jean-Marc Ayrault a fièrement présenté hier son projet de Grand Paris voulu à l’origine par Nicolas Sarkozy. L’objectif est de doubler la taille du métro parisien en moins de vingt ans. Le projet prévoit toujours la construction de 72 gares sur un réseau de 200 kilomètres de long pour faciliter les déplacements en banlieue, favoriser l'emploi et la construction de 70.000 logements par an.


Ce projet de développement économique va donc continuer à concentrer l’activité de la France sur Paris plutôt que de répartir cette dernière convenablement sur le territoire. On est en train de construire une mégalopole monstrueuse qui va assécher le reste du territoire. Pire, l’enveloppe globale pour ce projet est de 27 milliards d'euros et c’est une nouvelle fois l’ensemble des Français qui vont devoir contribuer à la construction de ce « supermétro ».


C’est assez hallucinant d’entendre Jean-Marc Ayrault justifier le financement de ce projet « au nom de la solidarité ». Le réseau parisien a clairement besoin d’être remis en état mais c’est aux Parisiens de le financer avec l’aide de l’Etat et non l’inverse. La solidarité voudrait que l’Etat distribue autant de subventions pour la construction des transports en commun aux villes et régions du pays. Lorsque l’on donne 27 milliards à Paris, on donne quelques centaines de millions d’euros par-ci et par-là. C’est sans commune mesure.


Le gouvernement compte même attaquer directement le portefeuille des Français pour financer ce projet en obligeant les collectivités à contribuer à hauteur de 225 millions d'euros. Et pour cela, les socialistes envisagent de mettre en place une hausse du tarif des amendes de stationnement, qui passeraient de 17 à 35 euros, versées au bénéfice des autorités organisatrices des transports, partout en France. Soit bien au delà du Grand Paris Express.


Il y a une pensée unique en France, ultra-présente dans les médias nationaux dont la majorité est d’origine parisienne, qui pousse les politiques et les Français à soutenir cette concentration mais cette dernière s’oppose au développement durable de notre territoire et ne doit pas être acceptée. 

 

Partager cet article

5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 11:29

Mouvement Démocrate du FinistèreLes militants démocrates du Finistère auront bientôt un nouveau président à la tête de la fédération du MoDem 29. Après avoir défendu nos idées et géré l’instance locale, Nicole Jouan laisse donc sa place à un nouveau représentant. Celui-ci pourra compter sur l'expérience de la présidente sortante pour mener à bien sa mission.


L'élection du nouveau Président aura lieu le samedi 16 mars au cours d'une Assemblée Générale accompagnée d'un buffet convivial entre 11h et 14h au Complexe Sportif de Keromnès, rue du Terrain des Sports à Daoulas, dans ma commune.


Conformément à la procédure électorale, trois adhérents ont proposé leur candidature. Par ordre alphabétique, ces candidats sont : 


- Angel Gonzalez, Brest, 53 ans


- Alain Somme, Plougourvest, 50 ans



- Jacques Tanguy, Pont-l'Abbé, 55 ans



Les militants sont invités à informer Erwan Balanant, le délégué départemental du MoDem29, par email, s’ils souhaitent participer au repas, avant le 10 mars. Pour ceux qui ne peuvent se déplacer, il est possible de voter par procuration.


Le nouveau président aura fort à faire dans les mois à venir avec la préparation des élections municipales, régionales et départementales dans le Finistère. Il devra également donner une voix au MoDem  pour présenter les solutions que nous avons face aux problématiques locales.


Plan d'accès de la salle: 

http://goo.gl/maps/slBhz 

 

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram