28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 22:08

E.Leclerc

 

La tendance du « made in France » lancée par François Bayrou durant l’élection présidentielle et appuyé depuis par Arnaud Montebourg, continue à avoir des répercussions sur le plan économique et commercial en France. La chaine bretonne de distribution E.Leclerc vient de mettre en place sous forme d’expérimentation des rayons « produits fabriqués en France » dans plusieurs points de vente.


Cette expérience s’inscrit dans la même logique que les rayons « les produits de nos régions » et vise avant tout à soutenir le travail en France et dans chaque région. 78% des Français, selon un récent sondage Tilder-LCI-OpinionWay, sont séduits par l’idée de créer des rayons consacrés aux produits fabriqués en France dans les supermarchés. Chacun peut l’observer lorsqu’il fait les magasins, on continue à avoir du mal à trouver les produits fabriqués en France par rapport aux autres. Les Français veulent surtout différencier facilement ces produits. Cela peut donc passer par des rayons comme l’expérimentation de E.Leclerc ou par un véritable label « Produit en France » soutenu par l’Etat et possédant un cahier des charge exigeant comme le MoDem l’avait proposé en 2012. Ainsi, l'origine est une réelle motivation d'achat pour les consommateurs.


En tout cas, l’impact du thème initié par François Bayrou continue à être significatif dans le débat public. Je pense que l’on peut s’en féliciter car l’essentiel est de rééquilibrer notre économie et cela, chacun peut y contribuer grâce à une consommation réfléchie et engagées.

 

Partager cet article

24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 11:15

Taxe sur les transactions financièresBruxelles a rompu mardi dernier, le principe de l'unanimité fiscale qui empêchait jusqu’à présent l’Europe de se doter de la taxe Tobin sur les transactions financières. Les pays qui le veulent vont donc pouvoir créer une taxe sur les transactions financières (TTF).

 

Onze Etats candidats : la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, l'Autriche, la Belgique, la Slovaquie, la Grèce, l'Estonie et la Slovénie, devraient ainsi créer prochainement cette taxe. Ensemble, ces onze Etats comptent pour environ les deux tiers du PIB européen, et la TTF, selon la façon dont elle est définie, pourrait rapporter plus de 10 milliards d'euros. Le secteur financier va enfin participer aux coûts de la crise financière.

 

On peut tout de même regretter que tous les pays n’aient pas accepté de mettre en place cette mesure, ce qui risque d’en réduire l’impact. Le Royaume-Uni, la Suède, la République tchèque, le Luxembourg et Malte ont à nouveau affirmé leur opposition à ce projet.

 

La Commission espère en tout cas que la TTF entrera en vigueur en 2014.

Partager cet article

23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 11:11

Après les élections législatives de mardi, le Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu devrait se maintenir au pouvoir en Israël.  Sa liste a pourtant réalisé une contre-performance qui devrait le forcer à former une alliance large pour former son gouvernement.

 

Le parti centriste Yesh Atid, lancé il y a un an à peine par l'ex-journaliste Yaïr Lapid, a créé la surprise en devenant la deuxième formation du pays avec 19 députés sur 120. A ce score, il faut ajouter celui de l’autre parti centriste de  l'ex-ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, HaTnouha, qui a fait campagne pour la relance du processus de paix avec les Palestiniens. En effet, ce dernier obtient 7 sièges dans la nouvelle assemblée.

 

La percée des centristes va obliger M.Netanyahu à revoir ses positions les plus nationalistes et à modérer son discours. Ainsi, François Bayrou s’est exprimé pour le MoDem et a vu dans ces résultats un espoir de "renouvellement et de réconciliation".

 

"La percée du nouveau parti du centre Yesh Atid renouvelle profondément la donne et ouvre pour le pays des perspectives positives".

 

"Les thèmes développés par Yaïr Lapid et aussi le score réalisé par l'autre parti centriste de Tzipi Livni obligent à une nouvelle coalition et à une vision nouvelle de l'avenir d'Israël".

 

Les deux partis centristes ont focalisé leur campagne sur la défense des classes moyennes, l’orientation laïque du pays, le partage de la responsabilité militaire et du travail par tous les Israéliens, la réouverture de négociations avec les Palestiniens, et une vision moderne de la société.

 

Pour François Bayrou, "l'orientation politique de M. Lapid est celle d'une large union nationale pour résoudre les problèmes réels du peuple israélien. C'est une bonne nouvelle pour le pays, la région et peut-être, nous l'espérons, le monde"

 

On peut espérer que le nouveau gouvernement relancera le processus de paix et suivra la voie d'une solution à deux Etats dans le conflit israélo-palestinien.

Partager cet article

22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 13:08

François BayrouLors de ses vœux adressés à la presse la semaine dernière,  François Bayrou est revenu sur l’actualité notamment sur l’intervention de la France au Mali, le mariage pour tous, la fin annoncée du cumul des mandats ainsi que sur la situation économique du pays.

 

Le Président du Mouvement Démocrate a également profité de l’occasion pour parler des futurs scrutins électoraux auxquels participeront les démocrates, les élections européennes et municipales et peut être, les régionales. 2013 est une année sans élection, mais de nombreux chantiers resteront à l’ordre du jour et les prochaines élections vont être présentes dans toutes les conversations des politiques et journalistes durant l’année.

 

Organisation des élections municipales

Les élections municipales commencent d’ailleurs à prendre une place considérable dans les médias locaux avec de plus en plus de spéculations sur les possibles candidats des différents bords politiques. Pour François Bayrou, le principe dans le cadre de ce scrutin est de suivre « une démarche d’équipes et de majorités locales » car ce qui compte pour une ville « ce n’est pas l’étiquette des candidats, mais leur qualité humaine et leur projet ». Le MoDem s’inspirera donc des GAM, groupes d’action municipale, constitués dans les années 1960 et 1970 par des militants et des animateurs qui considéraient que les partis politiques ne répondaient pas en tant que tels aux besoins des citoyens. 

 

Le groupe de travail de Marc Fesneau, Secrétaire général du Mouvement Démocrate, va ainsi mettre en place une coordination nationale de ces équipes d’action municipale, afin de favoriser les partages d’expérience, la volonté d’ouverture, de travailler avec d’autres équipes, de porter des idées concrètes, parties du terrain, et de faire apparaître des visages nouveaux.

 

François Bayrou reviendra sur cette démarche avant la fin du mois de février. 

 

Localement, on observe déjà du mouvement. Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem et leader naturel des démocrates sur Paris, aurait dit qu'elle était prête à faire une liste au premier tour des municipales. Jean-Luc Bennahmias, autre VP du parti, a pour sa part affirmé qu’il serait « candidat aux primaires de l'opposition » sur Marseille.  A Pau, l’hypothèse d’une candidature de Bayrou crée le débat. Plus près de chez nous, c’est Jean-Marc Lecerf, Président du MoDem35 qui a annoncé la mise en place d’une liste à Janzé. A ces quelques personnalités, on peut en ajouter beaucoup d’autres comme Nathalie Griesbeck, Antoine Vielliard, Yann Wehrling, Rodolphe Thomas, Geneviève Darrieussecq, Marc Fesneau, Alain Somme, etc. qui ne manqueront pas de créer l’actualité durant ces élections.

 

Les élections municipales sont souvent considérées comme celles intéressant le plus les Français car tout le monde connait et croise son maire. On peut donc espérer des campagnes passionnantes avec de la vitalité et des projets originaux pour répondre aux enjeux sociaux, économiques et écologiques des villes de demain.

 

Organisation des élections européennes

Pour notre famille politique, « l’Europe est un grand enjeu pour la France et un grand enjeu pour le monde ». François Bayrou a exprimé pendant ses vœux à la presse, la nécessité d’une Europe forte notamment face à la crise économique mais également face à l’intervention au Mali.

 

« La crise d’impuissance que l’Europe traverse, la crise de confiance qu’elle rencontre auprès des citoyens, je vous le dis ouvertement : c’est notre affaire ! Nous sommes le courant politique qui a sans cesse porté, précisé, soutenu, l’idée européenne. Nous sommes le courant politique qui a sans cesse appelé à la double exigence : Europe efficace, Europe accessible aux citoyens. » 

 

François Bayrou a également défendu les députés européens du MoDem, également membres du Parti Démocrate Européen, pour leurs actions et le travail qu’ils fournissent au Parlement européen. Il a parlé de la nécessité de reconstruire l’idée européenne dans le débat et c’est pourquoi il a promis que les démocrates défendraient en 2014 un programme de renaissance du projet européen.  

 

Ce projet « appellera à recentrer l’Union Européenne et son cœur, la zone euro, sur ses fondamentaux, action en commun, soutien de l’économie et de la production sur notre sol, droit de compréhension et d’accès reconnu aux citoyens européens, qui ne peuvent pas être passifs et soumis mais actifs et informés, lien entre Europe et nation, entre Europe et identités. » 

 

Le MoDem sera porté par ses eurodéputés sortants, Marielle de Sarnez, Robert Rochefort, Nathalie Griesbeck, Jean-Luc Bennahmias, Sylvie Goulard et par ses nombreux experts de l’Europe durant ces européennes. Un bon score sera l’occasion de donner davantage de poids à notre famille politique sur le plan national et européen. C’est notre objectif. 

 

Partager cet article

18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 11:04

parite-homme-femme.jpg

« Potiche », « gadget », "Obsession sexuelle"… les sénateurs de droite de l’UMP et de l’UDI de Jean-Louis Borloo se sont défoulés hier, jeudi 17 janvier, dans le cadre du débat sur la parité en politique. Les femmes continuent ainsi à être traitées comme des éléments de second rôle en politique, des bouche-trous qui doivent perpétuellement justifiés leurs compétences, alors qu’elles devraient être considérer au même niveau que les hommes.

 

Le gouvernement socialiste a réalisé un projet de loi qui s’est fait retoqué aujourd’hui et qui avait pour objectif de mettre en place un scrutin paritaire dans les départements avec l'élection d'un binôme homme-femme de conseillers généraux dans chaque canton.

 

Ce projet est en fait loin de répondre au défi de la parité en politique. Erwan Balanant à raison lorsqu’il écrit « Prétendre résoudre la question de la parité avec le système proposé du mandat binominal est une arnaque intellectuelle. » car on ne répondra pas à la question, comment fait-on pour équilibrer le poids des femmes et des hommes en politique ?

 

En fait, il n’existe qu’un seul moyen d’avoir rapidement dans tous les scrutins au moins 50% de femmes élues, c’est la proportionnelle à une échelle minimum. Le cadre régional semble ainsi un bon échelon pour organiser nos différents scrutins : élections législatives, régionales, cantonales…

 

Les élections européennes, régionales et municipales (dans la plupart des communes) respectent la parité. On a un équilibre et une complémentarité politique. La France pourrait facilement rattraper son retard qui nous plonge quasiment dans l’âge féodal, en mettant tout simplement en place des élections proportionnelles.

 

Dénoncer la bêtise des misogynes en politique

 

Le débat d’hier au Sénat n’a pas montré une image glorieuse des politiques français. Les féministes ont dû halluciner en écoutant les propos des sénateurs de droite. Il est temps de dénoncer avec force ces derniers.

 

Non, la parité n’est pas une obsession sexuelle collective, c’est juste quelque chose de sain et logique pour la société. Dans le même principe, il faudrait envisager une discrimination positive, pour mettre les choses en place, dans les administrations publics et les conseils d’administration des grands groupes privés.

 

Les pays du nord de l’Europe ont mis en place depuis déjà de nombreuses années, des mesures en faveur des femmes. Il y a beaucoup plus d’équilibre chez eux et chacun s’en porte mieux.

 

La France a du boulot pour rattraper son retard.

 

 

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram