5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 15:02

wed2012_logo2.png

 

La Journée Mondiale de l'environnement a été initiée il y a 40 ans par l’Organisation des Nations Unies (ONU) au sein de son programme pour l'environnement.

 

Le thème de 2012 est: Économie verte: en faites-vous partie? Je vous propose de découvrir comment le PNUE explique cet évènement:

 

"Ce thème comporte deux aspects distincts, dont le plus évident est le concept d'économie verte. Il est possible que certaines personnes détournent leur attention de ce thème parce qu'il trouvent le concept de l'économie verte un peu trop complexe à comprendre.

 

Bien au contraire, nous pensons que l'économie verte est un concept qui peut s'appliquer facilement partout autour de vous, et il est très simple pour tout le monde de se positionner par rapport à ce concept. Consultez notre page intitulée "L'économie verte, c'est quoi?" pour découvrir ce concept de manière pratique.

 

Le PNUE a élaboré une définition du concept: une économie verte entraîne une amélioration du bien-être et de l'équité sociale, tout en réduisant considérablement les risques de pénuries écologiques. Plus simplement, une économie verte peut être définie comme une économie possédant les caractéristiques suivantes: de faibles émissions de CO2, une gestion durable des ressources, et qui est socialement inclusive.

 

Dans la pratique, une économie verte doit entrainer une croissance du revenu et de l'emploi grâce à des investissements publics et privés qui ciblent une réduction des émissions de carbone et de la pollution, une amélioration de l'efficacité énergétique et de la gestion des ressources naturelles, et une réduction de la perte de la biodiversité. Ces investissements doivent être soutenus par des dépenses publiques, des réformes politiques et des changements de réglementation.

 

Mais qu'est-ce que tout cela signifie pour vous? C’est là qu’intervient le deuxième aspect de notre thème: si une économie verte se doit d’être socialement équitable et inclusive, alors techniquement, vous en faites partie et cela vous concerne personnellement!"

 

C'est donc dans une optique d'éco-citoyenneté que cet évènement se déroule. L'objectif est ainsi de reveiller la conscience générale de la population et de montrer que chacun peut, à son niveau, participer à la reconversion de notre économie. Cette journée pédagogique est importante et le PNUE propose de nombreux exemples, actions et témoignages sur son site. Visitez-le.

Partager cet article

4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 18:05

wysips.jpg.jpgInnovation, investissement et production… Mine de rien, les exemples montrent quotidiennement que François Bayrou avait raison lorsqu'il a commencé à parler du « produire en France » pour relancer le pays. Nous avons des chercheurs exceptionnels et des capacités d’innovation formidables. Le problème, c’est que les PME n'arrivent pas à devenir de grands groupes.


La solution réside sans nul doute dans la mise en place d’une véritable stratégie industrielle. La France devrait parier sur des innovations et des nouvelles technologies en investissant massivement sur ces produits.


J’écoutais France Info aujourd’hui qui faisait un focus sur la PME française Wysips qui a inventé les premières cellules photovoltaïques transparentes. C’est une véritable révolution qui ouvre de très nombreuses perspectives. Ainsi, ces cellules pourraient être placées sur les écrans de téléphones pour les recharger, sur les vitres des bâtiments, des véhicules… sans jamais gêner la vue.


L’innovation permet d’avoir une longueur d’avance sur la concurrence, de se démarquer et donc de créer de la valeur ajoutée pour une entreprise et donc pour un pays. Cette technologie photovoltaïque s’inscrit dans l’air du temps avec pour fil rouge le développement durable. La France devrait aider cette PME à prendre rapidement de l’envergure pour s’imposer comme un acteur mondiale sur ce marché, où nous sommes bien peu présents.


Dans la même optique, on pourrait parler de la PME Noveol, spécialisé dans des éoliennes originales, les Nov’éoliennes développées sur axe vertical dont le design est très esthétique. Elle a reçu de nombreux prix et des aides mais il semble que le passage vers un modèle à très grande échelle soit toujours difficile.


Notre économie fourmille ainsi de PME et TPE innovantes mais il manque toujours ce déclic qui permettrait à celles-ci de devenir des acteurs majeurs nationalement voir mondialement. Soit les investisseurs sont effectivement trop frileux, soit la France ne fait pas le boulot pour permettre l’émergence de nouveaux groupes industriels dans le pays. J’ai l’impression qu’on a un peu des deux phénomènes… C’est sur les outils qui permettront la reconstitution d’un véritable tissu industriel que nous devons aujourd’hui baser tous nos efforts.


Les emplois de demain se trouvent dans l’industrie innovante qui prend en compte les problématiques liées au développement durable. Nous ne pouvons plus tout miser sur le service.

Partager cet article

31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 14:42

affiche-Carole-petite.jpgLes élections législatives du 10 et 17 juin vont permettre aux Français d’élire les nouveaux députés de l’Assemblée nationale pour la mandature 2012-2017. Ce rendez-vous est important pour tous les Français car il va déterminer la politique qui sera engagée durant les prochaines années.


Comme je vous l’ai annoncé récemment, Carole Guillerm se présente dans la 4ème circonscription du Finistère (Morlaix) face à Marylise Lebranchu, Ministre du gouvernement Ayrault, à la députée européenne et maire de Morlaix, Agnès Le Brun ainsi qu’à 7 autres candidats.


Je participe activement à cette campagne, et je dois dire que l’accueil est bon pour la candidate dont le slogan est « La Relève pour la France ». Face à une Ministre dont les électeurs ne comprennent pas la candidature aux élections législatives, et une maire et député européenne qui cumulent déjà beaucoup de mandats, Carole Guillerm apporte du renouveau. Son parcours et son expérience personnelle seraient les bienvenus à l’Assemblée nationale. C’est une candidate crédible dont la sincérité et l’engagement font du bien dans la vie politique locale.


Je vous invite à la suivre et à la découvrir sa campagne et son projet. Elle espère d’ailleurs recevoir votre soutien dans ce scrutin à auquel vous pouvez participer sur le terrain comme sur le web.


Pour découvrir toute l’actualité de sa campagne, cliquez ici pour rejoindre son site.

Partager cet article

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 09:00

La campagne des élections législatives est maintenant lancée depuis plusieurs jours et la situation du MoDem semble de plus en plus périlleuse. Le dernier sondage Ipsos-Logica Business Consulting crédite seulement de quelques pourcents les candidats portant l’étiquette MoDem-Le Centre pour la France.


J’ai du mal à croire que nos candidats puissent atteindre des scores si ridicules cependant, il est urgent de réagir. L’avenir du MoDem dépend de ces élections. Nous aurons sans doute quelques députés après ce scrutin grâce à certains accords locaux (Grégoire Le Blond, Gilles Artigues) où à des candidats de terrain comme Thierry Robert (Réunion). J’espère que nous pourrons également compter sur la réélection de sortants comme François Bayrou, Jean Lassalle ou Abdoulatifou Aly à Mayotte. Mais il est ici question de l’existence d’un mouvement politique, et nous savons tous que le score national des élections législatives définira une partie conséquente des finances de celui-ci.


On voit bien que la stratégie d’opposition constructive, de force centrale… n’est pas suffisante. Les sondages sont en chute libre et rien ne change, les cadres sont absents pour participer à l’enjeu pressant des élections. Le national doit aujourd’hui répondre à 3 questions des électeurs :


 - Qu’est-ce qui différencient les candidats MoDem des autres candidats ?

 - Quels intérêts pour le citoyen de voter pour ces candidats ? 

- Quel programme et valeurs défendent-ils?


Pour moi, il n’y a pas de réponses qui  soient aujourd’hui apportées dans les très rares prises de parole des responsables du Mouvement Démocrate. Les candidats présentent localement leurs propositions et défendent leurs valeurs mais que peuvent-ils sans l’impulsion d’une dynamique nationale ? Rien, assurément.


Il reste une semaine et demi pour que les cadres du parti se réveillent et enchainent enfin les plateaux TV et les déplacements sur le terrain pour apporter les réponses à ces questions et pour soutenir les candidats MoDem-Le Centre pour la France. Le temps presse.

Partager cet article

28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 14:45

bayrou bearnLa situation semble plus difficile que je ne l’avais prévu pour la réélection de François Bayrou dans sa circonscription. On aurait pourtant tort de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. L’homme a des ressources et il saura les utiliser.

 

J’espère surtout que les électeurs de sa circonscription arriveront à réfléchir deux minutes avant d’aller voter car il y a des questions essentielles à se poser sur les candidats : qui est capable de défendre les intérêts du Béarn ? Qui a le courage et le poids politique nécessaires pour apporter une résonnance national au Béarn ? Quel député voulons-nous ?

 

Pour moi, François Bayrou est sans aucun doute le meilleur ambassadeur du Béarn. Je l’écoute souvent, comme vous pouvez vous en douter.  Il n’hésite jamais à promouvoir son pays natal lors de ses interventions dans les médias nationaux. Il a joué pendant de nombreuses années le rôle de VRP pour le Béarn et je crois qu’il l’a bien fait. Les électeurs auraient tort de l’oublier.

 

Localement, les militants de gauche n’ont eu de cesse d’affirmer que Bayrou était plus préoccupé par son destin national que par celui de ses concitoyens. Balancer des mensonges de la sorte, c’est complétement dégueulasse. Lorsque l’usine de moteur d’hélicoptère Turboméca, et quasiment premier employeur de la circonscription, était en difficulté, c’est François Bayrou qui s’est battu pour aider cette entreprise. Depuis, elle continue d’ailleurs à se développer et embaucher.

 

Quand on sait que le suppléant de Nathalie Chabanne, la candidate PS, est un syndicaliste de chez Turboméca, je trouve qu’il pourrait avoir un peu plus de respect pour l’homme politique qui a aidé au maintien de son usine.

 

Le blogueur l’Hérétique nous parle également d’autres exemples dont François Bayrou peut être fier. Il ne faut pas non plus oublié qu’il a passé durant 5 ans, 3 jours par semaine dans sa circonscription auprès des électeurs. Pas sûr que tous les députés puissent en dire autant.

 

François Bayrou est vraiment un type bien qui a su durant toutes ces années défendre sa région et le Béarn sans jamais tomber dans la récupération systématique comme d’autres peuvent le faire. Il a contribué au développement local et a su porter l’image, la culture et la voix du Béarn en France. Si j'avais la possibilité d'élire un gars pareil en Bretagne, je ne douterais pas une seule seconde sur mon choix de vote.

 

Son bilan justifie totalement sa réélection et les citoyens de sa circonscription devraient prendre conscience de cette réalité.

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram