Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 10:00

Sylvie Goulard, Bruno Joncour et les candidats du Mouvement Démocrate aux élections européennes pour les régions Pays de la Loire, Bretagne, Poitou-Charentes vous invitent à participer à la Convention européenne sur le thème "Politique agricole, politique de la mer : pour une approche nouvelle" en présence de François Bayrou qui clôturera cette convention. Elle aura lieu :

Mercredi 15 avril de 14h30 à à 18h00 à l'Étoile du Marais - La Primaudière, route des Lins, 85 230 BOUIN.

De Bouin, prendre la D21 direction Les Brochets, puis la D118 et à droite la route des Lins.

Inscription souhaitée : conventioneurope@lesdemocrates.fr ou par téléphone au 01 53 59 20 00.

Les prochaines conventions thématiques européennes seront :

« Social » samedi 25 avril à Hérouville-Saint-Clair (Calvados)
« Développement durable » mercredi 29 avril à Grenoble (Isère)
« Liberté, justice, sécurité » samedi 9 mai à Metz (Moselle)
« Politique étrangère, défense et coopération » mercredi 13 mai à Paris
« Le modèle européen », mi-mai à Montpellier (Hérault)

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Europe
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 23:38

Je vous fais suivre une pétition mise en place par un nombre important d’associations contre la propagation de l’énergie nucléaire et soutenu par « Sortir du Nucléaire » qui défend l’idée d’un moratoire pour sur l’enfouissement des déchets nucléaires.

 

En effet, la gestion des déchets nucléaires en France pose réellement problème et leur enfouissement n’est qu’une manière d’éviter de le résoudre. Il n’est pas normal aujourd’hui que la recherche scientifique sur le déchet nucléaire soit au point mort et que ce problème soit si peu d’ordre premier.

 

La pétition a reçu à ce jour plus de 10 000 signatures et cela montre à quel point les citoyens sont inquiets vis-à-vis de cette énergie.


Le comité soutenant cette pétition exige :


Que le gouvernement adopte immédiatement un moratoire sur tous les projets d’enfouissement de déchets radioactifs, en cours ou à venir, et ne lance pas les travaux de reconnaissance prévus en 2010 pour l’enfouissement des déchets de graphite et des déchets radifères (dits FAVL), sur les communes candidates et désignées par le gouvernement


Que le gouvernement stoppe le programme de recherche en vue du stockage géologique dans la zone de 250 km² (dite zone de transposition), autour du Laboratoire de BURE,


Que le gouvernement organise un débat national sur la politique énergétique actuelle et future, ses enjeux et sur les choix d’orientations comportant :

 -un audit indépendant sur la filière électronucléaire dans son ensemble,
 -un programme ambitieux d’économies d’énergie et d’efficacité énergétique
 -un programme ambitieux de développement des énergies renouvelables
 -l’affectation des fonds de recherches technologiques et scientifiques à ces solutions énergétiques

Ce véritable débat national sur la politique énergétique est un préalable indispensable à ce qu’un programme de gestion des déchets nucléaires déjà produits puisse être élaboré indépendamment de tout intérêt industriel.

Pour signer la pétition, cliquez sur le lien suivant.
http://dechets-nucleaires-ne-pas-enfouir.org/ 

Pour rappel, un article rédigé sur le blog nous parlait du nucléaire:
"Nucléaire, une énergie sûre?"

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans environnement
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 17:14

Je vous mets en lien une interview très intéressante de François Bayrou faite par le journal "Le Monde".

François Bayrou assume pleinement sa responsabilité de première opposant de France et les critiques systématiques faites à son égard par la majorité au pouvoir.

En effet, nous pouvons observer depuis quelques temps une réelle stratégie de notre Président Nicolas Sarkozy et de son parti l'UMP d'écraser François Bayrou ou de l'éliminer en le faisant passer pour quelqu'un qu'il n'est absolument pas. Vous pouvez ainsi voir ceci dans l'article accompagné d'une vidéo du Magazine Marianne.

Enfin n'oublions pas que Marianne titré récemment un article "Bayrou, ennemi numero 1" et se n'est pas pour rien car le gouvernement a bien compris que c'est actuellement le seul opposant de France et qu'il est en train de construire quelque chose de nouveau, le Mouvement Démocrate (MoDem), qui va changer le paysage politique français.

Le Mouvement Démocrate est un parti de gouvernement qui a la volonté de donner son idée du développement de la France et pourquoi pas de gérer celui-ci.

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Mouvement Démocrate
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 18:38
Le Mouvement Démocrate a reçu au travers de la personne de Corinne Lepage un soutien original. En effet, Corinne Lepage, ancienne Ministre de l'environnement, a reçu lors de l'émission de france Info "Parlons Net"  le soutien de Jacques Chirac, ancien Président de la République et Président de la Fondation Chirac pour la protection des cultures et de l'environnement.


Chirac "approuve" Lepage
Vidéo envoyée par rue89

http://www.rue89.com/


Corinne Lepage est Tête de liste du Mouvement Démocrate dans la circonscription du Nord pour les Elections Européennes du 7 Juin 2009.

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans France
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 12:17

Sylvie Goulard, qui êtes-vous ?

 

A l’état civil, une femme de nationalité française, née à Marseille en 1964, mariée à Vannes en 1990, mère de trois enfants. Depuis le décès de mon père, l’an dernier, je mesure cependant que nous ne sommes, chacun de nous, qu’un maillon dans une longue chaîne, avec de grandes responsabilités vis-à-vis des générations futures puisque nous sommes tous des passagers éphémères de cette planète.

 

Ce que l’état civil ne dit pas, c’est que je me sens très Européenne, très heureuse de vivre dans un continent plus doux aux femmes que bien des parties du monde. J’ai eu la chance de faire des études, de mener une activité professionnelle tout en ayant des enfants. C’est un rare privilège. Autre cadeau de la vie : avoir travaillé en France et à l’étranger, avoir pu goûter le bonheur de la mobilité.

 

Quel est votre parcours européen ?

 

Comme dirait Obélix, je suis « tombée dans la marmite » européenne toute petite : ma famille a des origines italiennes. J’ai eu la chance d’apprendre l’allemand jeune, de faire de nombreux séjours en Allemagne, d’abord dans une famille qui m’a accueillie l’été, puis j’y ai fait plusieurs stages durant mes études. C’est le pays de mes « affinités électives ».

 

Professionnellement, je suis entrée au Ministère des affaires étrangères en 1989, année de grand bouleversement européen, et j’ai aussitôt travaillé à l’unification de l’Allemagne. J’y ai fait aussi du droit communautaire, ce qui m’a donné des bases solides. Ensuite j’ai participé à des travaux de prospective sur l’avenir de l’Europe. Désireuse d’approfondir mes connaissances, j’ai rejoint le Centre de recherche international de Sciences Po (CERI) d’où Romano Prodi, Président de la Commission européenne, m’a fait venir auprès de lui, comme conseiller.

 

Pour expliquer l’Europe, j’ai écrit quatre ouvrages dont « L’Europe pour les Nuls », destiné au grand public, dont je suis fière qu’il soit vendu en hypermarché.

 

Enfin, après le référendum de 2005, j’ai voulu aller à la rencontre des Français, sur le terrain, comprendre comment un tel fossé avait pu se créer : en décembre 2006, j’ai été élue à la présidence d’une association pluraliste de défense de l’Europe, le Mouvement Européen, présent sur l’ensemble du territoire, créé en 1949.

 

Ainsi j’ai vu l’Europe sous l’angle des Etats, de la Commission et du terrain, j’ai panaché les expériences de fonctionnaire, de chercheur et de bénévole de la société civile.  Ma conviction, c’est qu’il faut rapprocher des personnes qui ne se parlent pas assez. Il y a trop de divisions, de préjugés réciproques. Une partie du manque d’intérêt pour l’Europe vient de ce cloisonnement nuisible.

 

Vous avez été choisie pour être tête de liste du Mouvement Démocrate pour les européennes dans l’Ouest (régions Poitou-Charentes, Pays-de-la-Loire et Bretagne), pourquoi avoir choisi le parti de François Bayrou pour défendre l’Europe ?

 

En vérité, c’est plutôt François Bayrou qui m’a choisie. Quand il m’a proposé de le rejoindre, l’heure n’était plus à hésiter ; la crise économique et financière est gravissime. L’Union européenne s’est éloignée des Européens. Le plus beau projet politique de tous les temps est menacé. C’est ce qui m’a décidé à lui dire oui. Le Modem s’inscrit d’ailleurs dans la tradition politique qui, en France, a toujours été la plus attachée à l’Europe.

 

Qu’est-ce que pour vous l’engagement politique ?

 

Une responsabilité et, si les électeurs veulent bien de moi, ce sera l’immense bonheur de participer à la construction de l’Europe unie.  Que pourrait-on rêver de mieux que représenter une région aussi dynamique que le Grand Ouest ?

 

Et l’engagement européen ?

 

L’air que je respire.

 

Quelle vision pensez-vous pouvoir apporter à l’Europe du XXIe siècle ?

 

Je n’ai pas la prétention d’apporter une « vision » radicalement nouvelle. Ce n’est pas nécessaire. Si j’arrivais à faire comprendre que celle des Pères fondateurs  de l’Europe conserve toute sa modernité, je serais déjà heureuse.  Ma conviction profonde  c’est que, ces dernières années, le projet des origines, centré sur la solidarité, a été dévoyé, non qu’il ait perdu sa pertinence.

 

 

Le Mouvement Démocrate est europhile, il n’en demeure pas moins qu’il sait être eurocritique, dans quelle mesure l’Union Européenne doit-elle changer ?

 

Comme tous les projets humains, l’Union européenne n’est pas parfaite. Comme je viens de l’indiquer, elle a été en partie dévoyée, notamment à cause d’élargissements nécessaires mais mal gérés. La solidarité fait trop défaut aujourd’hui.

 

Si vous voulez des exemples de carence, je pourrais citer  trois d’entre elles:

-          au lieu d’être une « économie sociale de marché », elle a trop été perçue comme un simple marché. C’est nécessaire mais pas suffisant. L’absence d’harmonisation fiscale aboutit à des courses à la baisse d’impôts. Il faudra y remédier.

-          l’UE a des compétences insuffisantes en matière énergétique. Cet hiver, des familles bulgares ont eu froid parce que nous ne sommes pas capables de nous unir face aux Russes ;

-          l’UE n’existe pas assez, au plan mondial parce que les Etats veulent garder leurs prérogatives diplomatiques. Nous avons besoin d’un sursaut européen.

 

Sur certains sujets, il lui arrive aussi de déraper ; ainsi de la Commission qui veut faire du rosé en mélangeant du vin blanc et rouge alors que les producteurs du Sud de la France font des efforts pour améliorer la qualité de leurs vins rosés depuis des années. Mais le gouvernement français actuel a accepté cette hérésie. C’est bien la preuve que la Commission n’est pas responsable de tous les maux. Elle sert souvent de bouc émissaire.

 

L’ambition européenne reste noble et digne d’intérêt. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. 

 

Après 30 ans de construction économique, pensez vous que l’Europe doit passer dans une nouvelle phase plus sociale et culturelle ?

 

C’est une présentation un peu rapide. Avec des programmes comme Erasmus, pour la mobilité des étudiants, l’UE a déjà ouvert la voie à une plus grande ouverture culturelle. En matière sociale, l’égalité hommes / femmes a été vivement encouragée par le rapprochement européen. Et à l’inverse, la préservation des cultures régionales et nationales tient à cœur aux Européens. Evitons donc les slogans « le social », « la culture », pour voir ce qui mérite d’être fait au niveau européen et ce qui doit rester entre les mains des Etats ou des régions.

Même Jacques Delors a toujours considéré que certains secteurs du droit social devaient être harmonisés (le temps de travail par ex.), d’autres non (les retraites par ex.).

 

La Bretagne possède de fortes spécificités telles que son identité, la pêche ou l’agriculture, que pouvez-vous dire sur ces sujets ?

 

Je ne réduirai pas la Bretagne à deux activités, si importantes soient-elles. La Bretagne, ce sont des ports de pêche et une production agricole importante mais ce sont aussi des villes dynamiques, des pôles universitaires, un littoral actif, des paysages magnifiques qui attirent des touristes de toute l’Europe. L’essentiel est de trouver un équilibre entre ces diverses activités.

 

Que dites-vous aux Français qui se désintéressent de l’Union Européenne ou qui considèrent celle-ci comme mineure ?

 

J’essaie de leur rappeler combien l’évolution du monde rend inconcevables les approches nationales. Personne, pas même les Etats-Unis ou la Chine, ne lutteront seuls contre le changement climatique. Or l’Europe est un prototype, un laboratoire d’une nouvelle manière de coopérer par-dessus les frontières. Les souverainistes en revanche, ne proposent rien qui soit adapté au monde tel qu’il est.

 

En somme, comment peut-on impliquer plus le citoyen dans l’Europe ?

 

Je ne connais pas « le citoyen ». Je connais des êtres humains, hommes ou femmes, tous différents. Et c’est cette diversité humaine qui est le charme de l’Europe. C’est en rencontrant d’autres personnes, en faisant des échanges, du commerce, des voyages que chacun peut « faire l’Europe ». Cessons de croire que l’Europe doit nous dire comment nous impliquer. Impliquons-nous, chacun là où nous sommes. Ce n’est pas forcément compliqué ; cela peut consister en des petits gestes simples, comme inviter à dîner chez soi un étudiant Erasmus de temps à autre, pour qu’il garde de la France le souvenir d’un pays accueillant.

 

Pour nous, la jeunesse, l’Europe est notre ainée, nous avons toujours vécu avec, mais que nous apporte-t-elle au quotidien ?

 

La jeunesse européenne ne s’en rend pas toujours compte mais, ces dernières années, les Etats ont eu tendance à rompre la solidarité entre les générations : en accumulant de la dette qu’il faudra bien rembourser et en ne prenant pas les mesures que les dégradations de l’environnement appelaient, ils ont nui aux jeunes. Dans ces deux domaines, l’intégration européenne a eu un effet correctif :

-          le pacte de stabilité – que certains perçoivent comme un corset- limite en réalité la tentation, pour la génération au pouvoir, de creuser encore les déficits  au détriment de la jeunesse ;

-          la prise de conscience environnementale a été accélérée par la coopération avec les pays du Nord de l’Europe ; c’est sous leur impulsion que des zones naturelles ont été préservées, des énergies renouvelables promues.

 

Voilà, à mes yeux, la contribution essentielle de l’Europe pour la jeunesse  mais les gouvernements nationaux se gardent bien de l’expliquer.

 

L’Europe est notre avenir à tous mais particulièrement celle des Jeunes, comment pensez-vous impliquer plus activement les jeunes dans l’Europe ?

 

Au Mouvement européen, j’ai beaucoup misé sur la branche jeune ; ils ont eu le soutien moral et financier de l’équipe que j’ai présidée, pour développer leurs actions. Si je suis élue, je serai tout particulièrement à l’écoute des jeunes. J’irai à leur rencontre. Je les encouragerai à apporter toute leur contribution.

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Europe
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 12:12

Voici la liste complête du Mouvement Démocrate pour les Elections Européennes du 7 Juin 2009.

1 - Sylvie Goulard -  56
Présidente du Mouvement Européen,
professeur à Science Po Paris, chercheur associé au Ceri
44 ans


2 - Bruno Joncour - 22
Maire de Saint Brieuc, Conseiller régional de Bretagne
56 ans


3– Elisabeth Delorme Blaizot - 17
Directrice adjointe de la communication externe EDF, Conseillère régionale de Poitou-Charentes
61 ans


4- Laurent Gerault - 49

Ingénieur conseil en environnement, conseiller municipal et conseiller communautaire d’Angers
44 ans


5- Nadine Kersaudy - 29

Commerçante, maire de Cleden Cap Sizun, président des Maires Ruraux du Finistère
41 ans


6- Olivier Deschanel - 44

Cadre territorial, adjointe au maire de Carquefou, Président du Mouvement Démocrate 44
50 ans


7- Anne Pean - 86

Conservateur territorial du patrimoine aux musées de Poitiers
35 ans


8- Grégoire Le Blond - 35

Maire de Chantepie, président du Mouvement Démocrate 35
36 ans


9- Agnès Roy Bernard - 44

Associée dans une société de courtage maritime


10- François Denis Mouhaou - 56

Enseignant, Conseiller municipal
51 ans


11- Anne Le Helley - 17

Professeur d’éducation physique, sportive de haut-niveau –voile
37 ans


12- Pierre Bocquillon - 85

Retraité, directeur général d’une entreprise de Nautisme.PDG Norten Inc Atlanta GA aux USA
62 ans


13- Anne-Marie Crolais - 22

Agricultrice, conseillère régionale de Bretagne
58 ans


14- Jérôme Sourrisseau - 16

Proviseur Lycée professionnel à Cognac, maire de Bourg-Charente, 1er Vice-Président du Modem 16
35 ans


15- Josette Bourgeois - 53

Cadre d’entreprise, Maire de Montreuil Poulay
58 ans


16- Fabrice Marzin - 35

Enseignant, Conseiller municipal de la ville de Rennes
35 ans


17- Waltraud Esnée - 72

Directrice de gestion, Présidente de la Fédération départementale de la Sarthe
49 ans


18- Dominique Brouard - 79

Directrice d’un institut de formation, Conseiller municipal de Ménigoutte
54 ans

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Europe
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 18:09

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Europe
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 10:00

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Europe
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 17:03

Une réunion organisée par les Jeunes Démocrates du Finistère avait lieu hier à Daoulas. La réunion portant sur le thème « Quel avenir pour la Région Bretagne ? » avait vocation à débattre sur les thèmes de la culture bretonne, de l’environnement et de la réunification de la Bretagne (et ceci par rapport à l’actualité avec le rapport Balladur).

 

Pour cela, les Jeunes Démocrates du Finistère étaient aidés d’Isabelle Le Bal et Louis Caradec, Conseillers Régionaux de Bretagne et de Jean Yves Cozan, Conseiller Général de Ouessant.

 

De nombreuses pistes ont été abordées lors de cette réunion publique et un compte-rendu de la réunion sera prochainement diffusé sur le blog.

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Bretagne
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 16:59

Le Finistère compte aujourd’hui deux Conseillers Généraux après la venue de Jean Yves Cozan qui rejoint Michel Canevet déjà encarté MoDem.

 

Conseiller Général de Ouessant depuis 30 ans, Ancien Député (1986-1997) et ancien Vice-Président à la culture du Conseil Régional (1998-2004), Jean Yves Cozan défend depuis de nombreuses années la culture bretonne. (il est également le fondateur de l’Office de la langue bretonne).

 

La venue de Jean Yves Cozan au sein du Mouvement Démocrate dévoile une réalité, le MoDem est le parti de la régionalisation et de l’Europe des régions. D’ailleurs, celui-ci nous dit « Aujourd’hui je rejoins le MoDem car il faut booster celui-ci pour les Elections Européennes. Le parti de François Bayrou est le seul parti qui n’est pas nationaliste mais régionaliste et européen. »

 

Pour rappel, Bernard Poignant, Maire de Quimper (parti socialiste) a implicitement soutenu la liste du MoDem pour les Européennes du 7 Juin 2009. « C’est le seul parti qui peut aujourd’hui avoir un député breton, Bruno Joncour, et cela si il fait plus de 15-16% lors de ces élections. »

 

Le MoDem est donc aujourd’hui le seul parti de gouvernement qui soit régionaliste. Et, c’est avec des personnalités tels que Jean Yves Cozan, Bruno Joncour, Isabelle Le Bal et bien d’autres que ce parti pourra réaliser le défi de la régionalisation en Bretagne.

Partager cet article

Published by David Guillerm - dans Bretagne
commenter cet article

Profil

moi2

Nous sommes aujourd’hui face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent. Dans cette période confuse où les puissants voudraient nous faire croire que seule une mondialisation sans barrière pourrait nous aider, nous nous devons de leurs rappeler qu'ils sont là pour protéger leurs concitoyens et améliorer le niveau de vie de tous. De nouveaux modèles sont sur le point d’émerger et ceux-ci sont les proies de lobbies de toutes sortes. Il est impossible de savoir quel sera le modèle majoritaire de demain mais notre époque donne la possibilité à chacun d'entre nous d’influencer sa forme, c’est pourquoi nous devons combattre ces idées moutonnières qui privilégient les profits et la croissance face à un modèle plus durable et égalitaire pour les Hommes et à la redistribution des richesses.

David Guillerm,

Président des Jeunes Démocrates de Bretagne

Recherche

Web 2.0

mail2facebook.pngtwitter.pngnewsletter.jpgrss.pngmodem.jpgjdem.jpgecologie.jpgbreizhio.jpgmobile.png 

Suivez-moi sur Twitter

S'abonner à davidguillerm sur Twitter

 

Le Lab Démocrate

Rejoignez nous!

Clics


 

Wikio - Top des blogs - Politique 

Classement local