29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 12:27

nathalie-griesbeck.jpgNathalie Griesbeck, eurodéputée MoDem du Grand Est a accepté de répondre aux questions des blogueurs de Fiertés Démocrates, le blog de l’association LGBT « Centr’Egaux » sur le site du magazine Têtu.

 

On apprends au fil de cette interview qu’elle travaille régulièrement sur les questions des droits des homosexuels, bisexuels et transsexuels au sein de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE), qu’elle est plutôt favorable à une légalisation de la gestation pour autrui ou de la procréation médicalement assistée pour les couples de même sexe en France ou encore que la France doit s’adapter aux évolutions de la société mais aussi aux évolutions de la jurisprudence des instances juridiques françaises et européennes.

 

Pour lire cette interview, voici le lien du blog Fiertés Démocrates.


Partager cet article

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 14:40

Comme je vous l’annonçais la semaine passée, et avec quelques jours de retard, voici le premier  billet d’une suite de portraits autour de sociétés finistériennes. Je commence donc cette série avec une interview de Sophie Le Douarin-Deniel, créatrice et dirigeante de la société bookBeo que j’affectionne particulièrement et dont je vous avez déjà parlé en 2010. Depuis cette date, de nombreux projets ont été réalisées et même récemment un petit buzz autour de vaches QR codées.


Cette interview vous permettra de comprendre le concept des QR code et de connaître les projets d’une start-up finistérienne qui a de l’avenir.

 

equipe-bookbeo2.jpg

bookBeo est née avec la montée en puissance des Smartphones, ces téléphones connectés à internet. Pour nos lecteurs, pouvez-vous nous faire un bref rappel de votre société et de son activité ?

 

Sophie : bookBeo est née de l'idée d'ajouter des contenus virtuels à un objet réel (au départ : le livre).


Début 2008, l'iPhone connecté au web et son système d'applications, ouvre la voie de nouveaux usages en mobilité et notamment la possibilité d'augmenter la réalité. Qu'il s'agisse d'un lieu, d'un objet, d'une brochure, où que l'on soit et à n'importe quel moment, le mobile qui tient en permanence dans notre poche nous permet d'accéder à des suppléments d'information, des jeux, des essayages ou simulations virtuelles.


Outre l'application mobile, bookBeo développe une plateforme de gestion et de création de contenus virtuels et choisit le code 2D comme lien le plus simple et le moins onéreux à apposer sur un support physique.

 

Concrêtement, comment fonctionne un beocode ?

 

Sophie : Le beoCode est un code doté de sa particule "beo" propre à bookBeo. beo est un mot breton qui signifie vivant. En effet, nous associons aux beoCodes des contenus multiples (multi-composants vidéo, photo, site web, formulaires, jeux …) et modifiables dans le temps (dynamiques).


Non seulement les imprimés prennent vie parce qu'ils sont augmentés de contenus vidéo, mais en plus, ces contenus sont modifiables en fonction de critères choisis par l'administrateur des contenus et en toute indépendance du document réel.


Ainsi, un article ou une plaquette commerciale pourvu d'un beoCode pourra porter toutes les promotions durant l'année sans être modifié.

 

 

Le Finistère a récemment lancé sa marque Finistère en partenariat avec la marque Bretagne. Vous faites partis des premières entreprises à obtenir ce label. Pouvez-vous nous en parler ? Que vous apporte-t-il et qu’est-ce que votre entreprise lui apporte ?


Sophie : bookBeo est né sur le territoire du Finistère. C'est tout naturellement que nous portons les couleurs de cette marque. Elle nous apporte la force des co-ambassadeurs de la marque. Nous lui apportons des possibilités de communication innovante et un partage accru des valeurs de la marque au niveau national et international.

 

Depuis votre lancement, vous avez signé de nombreux partenariats de prestige. A qui s’adresse votre concept ?

 

Sophie : Ce concept s'adresse à tous. Il devient pertinent et nécessaire lorsque l'information doit être contextualisé pour  être prise en compte.


ex1 : derrière un même code sur un packaging, le contenu supplémentaire est visible dans la langue du mobinaute - les consignes de sécurité sont ainsi prises en compte immédiatement.


ex2 : derrière un code dans un musée, le contenu supplémentaire est en langue des signes et destiné aux sourds et malentendants.

 

Plusieurs projets de développement au-delà des codes 2D font également partis du développement de vos sociétés comme handitag ou des bornes interactives. Pouvez-vous nous en parler ?

 

Sophie :   Le concept de bookBeo va au-delà des codes 2D. Il s'agit d'innovation dans les usages en mobilité. D'où des développements comme handitag (Réalité Augmentée pour un public handicapé) ou encore qrbrest.fr : site internet présentant une carte interactive permettant aux visiteurs de préparer leurs parcours de voyage et d'emporter les informations choisies et géolocalisées sur leur mobile.


Nous avons travaillé sur ce nouveau paradigme du touriste mobile à la demande de l'office de Tourisme de Brest qui avait identifié une demande de choix de parcours.

 

bookBeo fait partie de ces nouvelles générations de société qui se développent à la fois sur leur marché intérieur mais également à l’international. A quel niveau d’internationalisation êtes-vous ?

 

Sophie : Très tôt, dès 2009, nous avons fait une étude de marché sur le territoire japonais. C'est au Japon qu'est né le QR Code ; en 1994, et l'internet mobile est apparu dès les années 2000.


Notre solution bookBeo (plateforme-cloud de contenus virtuels, Qr Codes et application mobile) a été perçue comme très innovante et permettant une nouvelle exploitation des QR Codes dans les domaines culturels (musées, édition) et marketing (publicité mobile ciblée).


Nous avons été jusqu'à l'implantation d'un bureau au Japon, mais les événements récents nous ont obligé à étendre notre politique internationale à l'Asie du sud est, et mi-2012 nous prévoyons une étude de marché aux USA.


Nous sommes présents sur les salons internationaux (nom du salon de Singapour ?) et signons des partenariats d'affaires avec des agences locales.


Premier partenariat opérationnel depuis mars 2011 : Set Japan et le design des Qr Codes.

 

Les beocodes évoluent très rapidement et on voit déjà apparaitre des codes illustrés. Pourquoi ces évolutions ? Comment sera les codes de demain ?

 

Sophie : Le design des codes permet de donner davantage de sens au visuel et au contenu qui y est associé. Il prend dans certains cas la dimension d'un logo.


Ex : notre code beoCom et utilisé sur nos éléments de communication (site internet, page facebook, compte twitter…).


Non seulement le contenu virtuel représente une publicité vidéo pour bookBeo et un formulaire de mise en contact, mais en plus, le visuel du code nous définit comme entreprise installée au bord de la mer et affiche notre symbolique de spirale (symbole de la vie en Bretagne) qui survole au-dessus de l'eau illustrant ainsi le concept de Réalité augmentée.

 

Book Beo

Quels sont les projets de bookBeo dans les années à venir ?

 

Sophie : bookBeo a l'ambition de se développer sur des usages grand public. Nous proposons la création de contenus augmentés à associer à des objets personnalisés (badges, bijoux, photos, cartes de visite…).

Côté  futur, nous croyons à la dématérialisation des écrans et nous travaillons toujours plus sur la force des contenus virtuels qui seront posés sur des objets réels, des histoires imprimées, des lieux de visite …

Le mobile deviendra l'outil miniaturisé de projection du virtuel sur le réel.

 

Pour visiter le site de bookBeo, ça se passe par ici.


Partager cet article

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 16:42

resto.jpgIl y a une information qui est passée un peu inaperçue ces dernières semaines. Comme vous le savez sans doute, le dernier plan de rigueur français a décidé de faire passer la TVA sur la restauration de 5,5 à 7% le 1er janvier 2012. Cette augmentation intervient alors que le gouvernement Fillon a fait passer la taxation de 19,6 à 5,5% il y a deux ans.


Avec ce passage de 5.5 à 7%, voilà que revient en plein dans le débat, l’idée d’une augmentation des prix dans la restauration. Les restaurateurs qui ont pour la plupart, gardé le magot des 14% de la TVA sans baisser leurs prix, sans embaucher, et même pour certains, en criant haut et fort qu’ils s’en mettaient plein les poches, voudraient augmenter les prix pour répercuter la hausse de la TVA.


En fait, les restaurateurs se sont bien foutus de notre gueule et j’ai l’impression qu’ils sont décidés à continuer. Même le premier syndicat du secteur, l'Umih, présidé par Philippe Villalon pour la branche restauration, laisse la possibilité aux restaurateurs de répercuter toute la hausse sur les prix ou de panacher celle-ci en absorbant une partie en réduisant sa marge.


Véritable cadeau électoral, la baisse de la TVA pour la restauration aura même été remise en cause par la Cour des comptes, une mesure « Cher et difficile à justifier » qui aurait déjà coûté 3,2 milliards d'euros à l'État en 2010, sans avoir créé les emplois tant espérés.


Il ne faut pas que le monde de la restauration s’étonne de la baisse de la fréquentation des établissements. Le café à 1€50 et deux plats qui baissent de 50 centimes, c’est sûr qu’ils auront été forts pour s’allouer la sympathie des consommateurs. La France est aujourd’hui l’un des pays où la restauration est la plus coûteuse, la TVA à 5.5% n’aura pas changé la situation.


Politiquement et pour l’effort collectif,  il faudrait remonter la TVA de la restauration, au alentour de 12-15% mais électoralement, je doute que Nicolas Sarkozy prenne cette décision avant 2012. Pourtant, je suis persuadé que le mouvement politique qui dira que ce cadeau doit cesser sera félicité par des français.

Partager cet article

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 17:52

ebuzzing.pngebuzzing Labs remplace le classement Wikio. Le changement s’est déroulé ce matin. Wikio a disparu et sera maintenant remplacé par ebuzzing. Pour comprendre ce changement, il faut remonter au 31 aout 2011 et au virage stratégique de Wikio group.


Ebuzzing a donc pour objectif de se consacrer davantage au B to B mais la société conserve tout de même les outils qu’elle a créés pour les blogueurs. Le fameux classement des blogs Wikio se passera maintenant sur le Labs  d’ebuzzing.


 La page du classement est beaucoup plus épurée que celle de Wikio, presque trop vide avec l’habitude de l’ancien site mais vive le changement ! J’imagine qu’il y aura sans doute d’autres modifications dans les prochaines semaines tant au niveau des algorithmes que des outils développés par la start-up.


En parallèle de son développement B to B, ebuzzing devra garder à l’esprit qu’elle continue de s’adresser aux blogueurs et au monde du libre si le groupe veut continuer à toucher les technophiles et conserver la sympathie qu’elle possède parmi eux.  


On peut toujours dire : bye bye Wikio, bonjour ebuzzing !

Partager cet article

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 14:50

semaine-europeenne-dechets-grand.jpgNous sommes actuellement en pleine semaine européenne de la réduction des déchets. Du 19 au 27 novembre, la troisième édition de cet évènement donne lieu cette année à plus de 7.000 événements labellisés dans 20 pays de l'Union européenne, soit une hausse de 62% par rapport à 2010. En France, on peut retrouver près de 3.452 actions labellisées au 17 novembre.

 

A travers des actions d'information et des animations locales impliquant de nombreux acteurs (collectivités, associations, entreprises...), l’objectif de la Semaine est de sensibiliser les citoyens et les entreprises à la nécessité de réduire la quantité de déchets générée et donner des clés pour agir au quotidien aussi bien à la maison, au bureau ou à l’école, en faisant ses achats ou même en bricolant.

 

Cette semaine est surtout l’occasion de rappeler que chaque action peut améliorer notre quotidien en protégeant l’environnement et en réduisant notre facture quotidienne: moins de déchets, moins de frais. 

Quatre thématiques de la prévention.

 Cette édition 2011 cible quatre thématiques de la prévention : prévention des déchets par l'organisation d'actions "0 papier", réduction du gaspillage alimentaire, réparation et réemploi de produits, réduction du suremballage.

 

Personnellement, je pense qu’une réduction conséquente des déchets passera avant tout par un effort des industriels dans la confection de leurs produits et de leurs emballages. Pour les entreprises, le développement durable passe par là. Le citoyen peut amener la société dans cette voie en choisissant les produits plus responsables et moins suremballés.

 

La prévention des déchets c’est donc agir pour ne pas produire les déchets en consommant mieux (consommation de produits peu emballés, écolabellisés), en produisant mieux (production de produits éco-conçus), en prolongeant la durée de vie des produits (réparation et don) et en jetant moins (compost par exemple) !

 

Au sein des 27 Etats de l'UE, la production de déchets municipaux a presque doublé en 30 ans pour atteindre une moyenne de 524 kg/habitant/an, soit 10 kilos par semaine. La France, à travers la loi Grenelle 1, s'est fixé pour double objectif de réduire la production d'ordures ménagères et assimilées de 7% par habitant pendant les cinq prochaines années et de diminuer de 15% d'ici 2012 les quantités de déchets incinérées ou enfouies.

Et si on payait les déchets au poids...

Mais pour dire franchement les choses, la France est très frileuse sur ces questions, certainement parce qu’il y a des incinérateurs à faire tourner… Nous devrions tous envisager de payer notre poubelle au poids comme en Belgique. L’exemple de ce pays nous montre en effet que la réduction peut être drastique et la baisse de la facture de chaque ménage conséquente. Ainsi, dans le cadre de l'expérience belge, le poids des déchets a été divisé par trois, faisant passer la production d'ordures de 369 kg par habitant à 115 kg en un an.

 

Cette réduction s’explique par une vrai prise de conscience des citoyens dans un système personnalisé à l’inverse du système actuel où chacun paye indifféremment pour tout le monde. Les politiques devraient donc s’engager sans tarder dans cette voie s’ils ont une vraie volonté de réduire durablement la quantité de déchets en France.

 

Chaque citoyen peut également travailler à son niveau pour réduire les déchets (en attendant les élections ;-D ). Je vous invite d’ailleurs à visiter le nouveau site de France Nature Environnement consacré à la prévention des déchets.

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram