18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 18:31

Le TER Breton a connu c'est dernières années un développement exponentiel. Aujourd'hui la réflexion de son développement se pose sur l'ouverture d'anciennes gares voir la construction de nouvelle.

La mise en place d'un très fort réseau de TER en Bretagne pourrait nous permettre de construire une sorte de métro à l'échelle régionale avec tout ce que cela implique en bénéfice environnemental et confort de vie.

La construction d'un maillage serré permettrait à chacun de profiter de ce moyen de locomotion à l'heure où les energies deviennent de plus en plus chères (le prix du baril actuel n'etant qu'un flottement dù à la crise...).

Réfléchissez-y et soutenez l'initiative ter29@laposte.net

Blog de l'association TER29
Retrouvez un questionnaire sur le blog pour soutenir leur démarche.

Article publié dans Le Télégramme.

TER Quimper-Brest.
Faut-il rouvrir des gares ?

La Région a lancé un plan de modernisation de la ligne ferrée Quimper-Brest. Des usagers viennent de prendre le train en marche, avec l’espoir d’obtenir des horaires mieux adaptés et, qui sait, de faire rouvrir des stations...
La crise du pétrole est passée par là. Plus économique, le voyage en train pour les trajets quotidiens domicile-travail fait de plus en plus d’adeptes. Mais laisse sur le bord du quai des habitants de certaines communes où le train ne s’arrête plus depuis bien longtemps. Ou en coup de vent.

Du monde sur la ligne
À Pont-de-Buis, des néo-ruraux ont commencé à se mobiliser pour peser sur le programme de modernisation de la ligne Brest-Quimper lancé par la Région. Véronique Museau, présidente de cette nouvelle association d’usagers, veut faire entendre leur voix : « Le conseil régional privilégie la rapidité du trajet entre Quimper et Brest. Elle se base sur des chiffres qui, selon elle, montrent que 80 % des voyageurs, font le trajet entre ces deux villes ». Pour le collectif, qui réunit une vingtaine d’usagers, « pas question de rater le coche ». Il est persuadé que des « horaires mieux adaptés, avec des arrêts plus fréquents, feraient monter plus de monde dans les trains ».
Et il cite en exemple l’axe La Rochelle-Rochefort où l’augmentation du nombre de navettes et l’ouverture de nouvelles stations ont suscité une hausse du trafic de 46 % en un an.

Les usagers sondés
Fort de cet exemple, l’association pont-de-buisienne a réalisé un questionnaire destiné à recueillir les opinions des usagers habituels ou potentiels. « Nous avons déjà obtenu une trentaine de réponses. Les demandes les plus fréquentes concernent les horaires ». Véronique Museau y ajoute les 116 réponses parvenues aux mairies d’Irvillac et d’Hanvec qui, par le biais de leur bulletin municipal, ont réalisé un sondage auprès de la population sur l’utilisation du rail. « Ces dernières années, de nombreux lotissements sont sortis de terre et de jeunes couples travaillant à Brest sont intéressés par l’ouverture d’anciennes stations comme Le Bot ou Hanvec ». Autre souhait exprimé : obtenir une meilleure intermodalité. « De Châteaulin, si l’on veut se rendre en car à Quimper, il faut le prendre au Pouillot. Mais si le retour se fait en train, l’arrêt a lieu à la gare. On fait comment pour récupérer son véhicule ? »

Deux fois plus de navettes
De son côté, le conseil régional, par la voix de Jean-Claude Lessard, confirme qu’une vaste « réflexion est en cours pour continuer à améliorer la qualité de la desserte entre Quimper et Brest. Il nous faudra travailler sur un certain nombre de courbes pour garantir une vitesse uniforme et revoir certains passages, comme à Quéménéven. L’objectif est de passer de six allers-retours à douze ». 60 M€ sont engagés pour améliorer le réseau. « Notre objectif est de répondre au maximum à l’attente des gens. Ça ne sert à rien d’avoir des trains s’il n’y a personne dedans. Mais il y aura toutefois un certain nombre d’impératifs comme mettre Quimper à moins d’une heure de Brest. Tous les trains ne s’ar

rêteront pas dans les petites gares. Mais je ne suis pas fermé à l’idée de faire ouvrir d’anciennes stations ».

Contact
Association TER 29, 2, rue de la Source, à Pont-de-Buis. Site internet :
ter29@laposte.net  
Cathy Tymen

Partager cet article

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 18:38


Le Groupe UDF-Modem du Conseil régional de Bretagne présentera, à l’exécutif du Conseil Régional, pour vote, lors de la prochaine session des 18 et 19 décembre, la motion suivante en faveur de la réunification de la Bretagne :


« Le Conseil Régional de Bretagne  se réjouit de la perspective d’évolution institutionnelle proposée par le Président de la République lors du congrès des Maires, au sujet de la redéfinition du périmètre territorial des régions et du possible retour de Nantes et de son département la Loire-Atlantique en Bretagne.


Fidèle à son engagement plusieurs fois manifesté, le Conseil Régional de Bretagne demande au Président de la République d’organiser, dans le prolongement de la réforme territoriale, un référendum au cours de l’année 2009, afin de permettre aux habitants de Loire-Atlantique d’exprimer leur désir de rejoindre leur région d’origine, et à la région Bretagne ainsi redessiné, d’acquérir son potentiel de développement de grande région d’Europe. »

(membres du groupe UDF-MoDem: Bruno Joncour, Maire de Saint-Brieuc ; Bernard Marboeuf, Maire de Lécousse ;  Anne-Marie Crolais ; Marie-Françoise Droniou ; Isabelle Le Bal, conseillère municipale de Quimper ; Fabrice Loher, conseiller municipal de Lorient ; Louis Caradec).


La réunification de la Bretagne s'inscrit dans la logique d'une Europe des régions. L'Europe des régions, c'est l'Europe qui se base sur les régions pour se construire, pour avancer. Une Bretagne sous sa forme historique permettrait à celle-ci d'acquérir totalement sa place dans l'Europe que le Mouvement Démocrate veut construire.

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram