20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 09:30

bayrou-copie-5.jpg

François Bayrou, seul candidat à la présidentielle parlant une langue régionale, s’est prononcé en faveur de la réunification.


Depuis de nombreux mois, un amalgame sur l’amendement Le Fur-de Rugy, créé par le journal Ouest-France s’est répandu dans les rangs des bretons favorables à la réunification. On dit « François Bayrou a voté contre l’amendement » mais cette information colporté par de nombreux adversaires politiques est fausse.


Dans les débats parlementaires, il y a plusieurs étapes. Le vote des amendements puis, suivant les modes de scrutins le vote général de la loi. Cet amendement portant sur la possibilité d'organiser un referendum d'initiative populaire au niveau d'un département concernant son appartenance régionale, a été voté le 21 décembre 2011 en commission.  Il y avait lors de ce vote, 25 députés présents. l’amendement a été adopté par 16 voix contre 9. François Bayrou n’était pas présent lors de ce vote.


C’est le 10 janvier 2012, au cours du vote sur le projet de loi organique et le projet de loi portant application de l’article 11 de la Constitution que François Bayrou était présent. Lors de l’adoption de ce projet de loi qui ne concernait pas spécifiquement l’amendement sur la réunification bretonne, tous les socialistes se sont abstenus. Les communistes (groupe gauche démocrate et républicaine) ont voté contre, ainsi que François Bayrou (MoDem).


Il est important d’expliquer pourquoi François Bayrou a voté contre l’ensemble du projet de loi.


Ce projet visé à mettre en place les conditions de mise en œuvre de la procédure du référendum d’initiative populaire porté dans la Constitution par la Réforme constitutionnel de juillet 2008.


François Bayrou s’est opposé à ce texte car la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy a transformé ces référendums d’initiative populaire en référendums quasiment impossible à mettre en place tant la procédure est extrêmement longue et fastidieuse. Celle-ci découragera tous les citoyens qui voudraient porter un référendum. C’est pour les mêmes raisons que les socialistes n’ont pas voté ce texte (alors que les députés socialistes bretons avaient voté en commission l’amendement Le Fur-de Rugy).


Ainsi, il n’y a aucun souplesse dans les conditions de ces référendums. Le débat ne pourra en effet être ouvert que si l’initiative est présentée par un cinquième des membres du Parlement et qu’elle est soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales, soit 185 parlementaires et plus de 4,5 millions d’inscrits. Un seuil qui sera difficilement possible d’atteindre d’autant plus qu’il faudrait réunir les signatures en 90 jours !


François Bayrou demandait plus de souplesse dans le cadre de ces référendums. Encore une fois, l’UMP a fait un coup de communication, les référendums d’initiative populaire paraissent séduisants mais les conditions ne laisseront pas la possibilité de les mettre en œuvre.


C’est parce que ce projet de loi rendait totalement impossible de telles initiatives dites populaires que François Bayrou a voté contre. Son vote n’avait rien à voir avec la réunification de la Bretagne, dont il a défendu, tout comme la réunification de la Normandie, l’idée depuis toujours.

Partager cet article

5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 09:00

bretagne-historique.jpgFrançois Bayrou, candidat de la diversité et du régionalisme culturel et économique, s’est prononcé pour une réunification de la Bretagne historique. Cette position est un point fixe dans le programme du candidat. En effet, François Bayrou s’était prononcé pour la réunification en 2002 et 2007. Ceci est cohérent avec son idée de grandes régions européennes.


Dans un questionnaire envoyé par une association bretonne, François Bayrou s’explique :

 
« Je me suis prononcé à plusieurs reprises pour la réunification de la Bretagne, tout comme pour celle de la Normandie ! Si la réunification doit avoir lieu, c'est bien parce que la Bretagne culturelle et économique est une réalité. J’ajouterai que je ne vois pas pourquoi les Bretons ne pourraient pas décider eux‐mêmes des limites historiques de leur région, alors que les Lorrains ou les Bourguignons n’ont pas subi cette injustice territoriale.


Mais la réunification de la Bretagne et de la Loire-Atlantique ne doit en aucun cas être vue comme un simple règlement de compte historique ou un repli identitaire. C’est pourquoi la solution préalable pour mettre en place cette réunification reste la solution démocratique : la consultation des populations concernées. »


Cette position confirme une nouvelle fois que François Bayrou est le candidat des régions, de la diversité et du respect démocratique.  

Partager cet article

1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 09:30

langues_regionales.jpgPari réussi pour la mobilisation du 31 mars en faveur des langues régionales, les défenseurs de la diversité auront fait bouger l’Hexagone hier. Des dizaines de milliers de manifestants se sont réunis dans une dizaine de villes de France, dont Strasbourg, Lille, Quimper, Toulouse, Perpignan et Ajaccio.

 

A Quimper, où je participais au cortège au côté des militants Modem et soutiens de François Bayrou, entre 10 000 et 12 000 personnes étaient rassemblés pour une marche festive au son des bagadoù de la région. Près de 10 ans après le rassemblement de Rennes pour réclamer la signature par la France de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires (en 2003), les bretons se sont une nouvelle fois mobilisés pour défendre la richesse culturelle du patrimoine régional.

 

François Bayrou, le candidat le plus crédible pour défendre les langues régionales


Sur les questions de langues régionales, François Bayrou est, avec Eva Joly, le candidat le plus crédible, mais il est le seul à pouvoir être élu Président en 2012 pour véritablement changer les choses. Les langues régionales sont menacées de disparaitre, il y a urgence, et les solutions à minima du PS et de l’UMP ne changeront pas la situation.

 

Sa crédibilité vient de sa personnalité et de son passé. François Bayrou est le seul candidat à connaître et parler avec fierté une langue régionale, le béarnais. Ministre de l’Education Nationale, il avait d’ailleurs prononcé un discours en béarnais sur ce sujet.

 

François Bayrou a également sauvé les écoles associatives, aussi bien les Ikastolas que Diwan ou que les Calendretas occitanes, en les faisant entrer dans le cadre du contrat avec l’Etat.

 

Il a su prouver son amour des langues régionales qui constituent une richesse de notre patrimoine. Il peut être fier de ce qu’il a fait pour les promouvoir et les développer. Tous les citoyens devraient s’en souvenir.

 

Les propositions de François Bayrou pour 2012


- La France ratifiera enfin la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.


- Malgré la situation financière du pays, François Bayrou s’est engagé à débloquer des moyens financiers pour promouvoir et faire vivre des médias, de la production et de la création en langues régionales.

 

- Mise en place des conventions de développement culturel passées entre l'Etat et les collectivités locales, pour une période de 5 ans. Cette proposition permettra d’avoir une politique et des objectifs spécifiques pour chaque région afin de développer son patrimoine culturel.

 

- Que l’enseignement des langues régionales soit accessible à tous car personne ne peut priver quelqu’un de son identité. C’est un droit élémentaire de la personne humaine

 

- Engager une réflexion avec tous les acteurs qui peuvent permettre la pérennité et le développement des langues régionales ou territoriales afin d’apporter les solutions adéquates. Cette proposition pourrait se formuler sur la base d’un Grenelle des cultures régionales pour en faire un enjeu national.

Partager cet article

19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 10:37

François Bayrou a marqué une nouvelle fois son soutien aux langues et cultures régionales. Lors de son meeting à Toulouse le 10 mars, 2012, il a ainsi rappelé son combat permanent non seulement pour le pluralisme de la vie politique mais aussi pour le pluralisme culturel en affirmant « nous avons le devoir de faire en sorte que la culture aussi devienne pluraliste. Les langues régionales doivent être reconnues à leur juste place, celle de la richesse nationale !(…) nous devons en aucun cas la voir déchirer par les jacobins de tous poils ! »

 

Durant ce discours, François Bayrou aura même réalisé une intervention en béarnais. il est le seul candidat à porter un soutien aussi fort, et aussi sincère à une cause chère à notre territoire, à notre patrimoine et à notre avenir commun ! 

 

On peut d'ailleurs retrouver cet engagement dans ses propositions. Dans le programme culturel, on retrouve en premier lieu la proposition de « faire ratifier par la France la Charte des langues régionales ou minoritaires ». Depuis de nombreuses années, il y a une réelle attente des citoyens dans nos régions pour une reconnaissance des langues régionales. Cette proposition va dans ce sens.

 

Vous pouvez visionner l’extrait du discours en béarnais ici :

 

 

Partager cet article

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 13:52

url

 

Réunification de la Bretagne, emploi, éducation, déficits... Depuis des semaines, les internautes du site Internet du quotidien régional Le Télégramme sont invités à poser leurs questions aux candidats à la présidentielle. Souvent précises et pertinentes, elles sont au cœur des débats de cette campagne.  

 

Durant les dernières semaines de la campagne présidentielle, je répondrai ainsi, au côté d’autres militants bretons, aux questions des internautes afin de défendre le programme de François Bayrou. C’est un exercice difficile de répondre à des questions avec seulement 800 caractères (espace compris) mais cela oblige à aller à l’essentiel et c’est plutôt positif.


Voici les deux premières questions posées par les lecteurs du Télégramme :


Réunification de la Bretagne et décentralisation : les réponses des militants


Propositions pour l’emploi : les réponses des militants


Vous pouvez accéder au dossier complet en cliquant ici. Les prochaines réponses seront toutes répertoriées sur cette page.


Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram