27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 22:14
La guerre des graines

France 5 a diffusé aujourd'hui un documentaire sur le débat autour de la loi censée contrôler l'utilisation des semences agricoles qui devrait bientôt voir le jour en Europe. Derrière cette initiative, qui empêchera les agriculteurs de replanter leurs propres graines, se cachent cinq grands semenciers qui possèdent déjà la moitié du marché.

 

Ce sujet d'actualité mérite toute notre attention.

 

Dans ce reportage, direction la France, où des paysans cherchent une alternative aux graines issues de l'industrie, puis les couloirs du Parlement à Bruxelles, où se joue un épisode déterminant de la législation. En Inde, Vandana Shiva, scientifique militante, est devenue la bête noire de la multinationale Monsanto. Au Spitzberg, près du cercle polaire, une chambre forte a été creusée dans la glace pour préserver des graines issues du monde entier, en cas de catastrophe écologique.

 

Le documentaire est disponible sur le pluzz de FranceTV. Je vous conseille vivement de le regarder pour prendre conscience des enjeux autour de cette loi.

Partager cet article

Publié par David Guillerm - dans environnement Europe
commenter cet article
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 16:16
De belles synergies sont possibles entre Orange et Dailymotion
De belles synergies sont possibles entre Orange et DailymotionDe belles synergies sont possibles entre Orange et DailymotionDe belles synergies sont possibles entre Orange et Dailymotion

Après le rachat raté de Dailymotion par Yahoo, Orange a donné l’impression que la plateforme d’hébergement de vidéos était un poids pour le groupe français et qu’il ne savait pas comment l’intégrer dans sa stratégie d’entreprise.

 

Orange semble s’être enfin rendu compte de l’intérêt de posséder un site puissant de contenus et a décidé d’investir 30 millions d’euros dans le but de tripler son chiffre d’affaires en 2016, à 100 millions d’euros. En effet, si Orange veut se maintenir face aux grands groupes des télécoms et du web déjà présent sur le marché ou venant des pays émergeants, l’opérateur français va devoir innover et marquer sa différence et Dailymotion pourrait l’aider dans cette entreprise.

 

En fait, Orange a déjà commencé à appliquer une stratégie de contenus dans son offre. Avec Deezer, dont Orange est actionnaire, notre ancien France Télécom a ainsi apporté de la valeur ajoutée à ses services en proposant du contenu musical et des abonnements plus riches. La volonté de mettre en œuvre un plan de développement du site de vidéos à l’intérieur d’Orange a donc beaucoup de sens. Il permettra à Orange d’apporter du contenu sur ses supports multimédias à travers le monde.

 

Dailymotion va ainsi pouvoir s’appuyer sur plus de 200 millions de clients Orange à travers la planète pour gagner en visibilité. Sa mise en avant  sur les supports d’Orange devrait également accélérer le développement du site.

 

Ces synergies peuvent faire des émules à l’avenir et permettent au web français et européen de gagner en poids. Les startups ont besoin des moyens de nos grands groupes pour émerger rapidement face à la concurrence surtout quand on a comme rival le site Youtube, propriété de Google. Cette stratégie globale aura des conséquences positives pour notre rayonnement culturel et économique. D’autres multinationales européennes et françaises devraient aller dans ce sens. 

Partager cet article

1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 09:00

Depuis le début de la négociation pour un accord de libre-échange entre l’Union Européenne et les Etats-Unis, j’ai émis des doutes sur cette opération, mais jusqu’à présent je n’ai pas su m’exprimer concrètement dessus.

 

Jean Quatremer, le journaliste de Libération permanent à Bruxelles, a parlé du sujet durant une interview dimanche sur Canal+ et je dois dire qu’il a parfaitement formulé les craintes que l’on peut attendre d’une telle négociation avec les USA.

 

Je rapporte ici quelques-uns des propos tenus par ce fervent défenseur de l’Europe politique :

 

« C’est la pire idée qu’on n’ait jamais eu de faire ce grand marché. On va abandonner notre système social face aux américains et le pire c’est que les responsables politiques disent « c’est une mauvaise idée mais nos entreprises sont pour parce qu’on va peut-être gagner des parts de marché… ». En fait, on est ici dans une négociation de fort au faible. L’UE est divisée face à un bloc américain qui compte imposer sa conception du commerce et ses normes, son modèle de société. C’est le continent qui possède le plus de normes [nous] qui a le plus à perdre… »

 

L’Europe politique est actuellement en train de se faire vider de sa substance par la mise en place de supra-marché économique ouvert et c’est nos responsables politiques, les chefs de gouvernement comme Hollande, Merkel et compagnie qui avalisent cette décision pour que José Manuel Barroso applique cette politique ultra-libérale.

 

On pourra d’ailleurs rester attentif au discours du PS durant les élections de 2014 car François Hollande semble avoir un double discours entre Paris et Bruxelles tout comme de l’UMP car Nicolas Sarkozy a appliqué la même chose avant.

 

En fait, ce que je déplore depuis un certain temps, c’est la pensée unique qui s’est imposée au sein de l’Union Européenne. Economiquement, le seul discours accepté est l’ultra-libéralisme alors que les dernières crises économiques et la situation mondiale nous montrent que les déséquilibres entre les différentes parties du monde ne permettent pas cette philosophie économique. Les multinationales ont réussi à imposer l’abandon des frontières afin d’appliquer le schéma classique de délocalisation en prônant toujours plus d’échanges mais elles s’intéressent uniquement à leurs profits.

Il faut proposer un modèle qui oblige tout le monde à s’améliorer sur le plan social et environnemental car les entreprises ne le feront pas toutes seules. Il faut surtout obliger les multinationales à participer financièrement au fonctionnement du système plutôt que de laisser les charges écraser les travailleurs et les PME.

 

Le premier forum du PDE cofondé par François Bayrou et Francesco Rutelli, n’a pas vraiment abordé la philosophie économique que les démocrates entendent défendre en Europe mais j’espère qu’un forum entier se consacrera à cette question principale pour présenter notre modèle de l'économie sociale de marché.

 

Je pense que si nous voulons l’Europe politique, celle qui entend défendre un modèle de société durable et social, nous devons nous opposer à l’accord de libre-échange entre l’UE et les USA et nous focaliser sur la construction de l’Europe et une meilleure intégration des 28 (27 + Croatie) Etats membres pour que nous soyons capables de parler d’une voix unie. On doit défendre un modèle économique différent si nous voulons aller dans ce sens.

Partager cet article

21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 11:58
Aux Européennes, le MoDem ambitionne de refonder l’Europe

Le Mouvement Démocrate organise ce weekend, en partenariat avec le Parti Démocrate Européen (PDE-EDP), fondé par Romano Prodi, Francesco Rutelli et François Bayrou, le premier Forum du Renouveau européen à Paris.

 

A cette occasion, notre famille politique recevra Michel Barnier, commissaire européen chargé du marché intérieur et des services, et Guy Verhofstadt, président de notre groupe ADLE au Parlement européen.

 

Au MoDem, nous travaillons sur le projet européen avec l’ambition d’arrêter d’opposer l’Union Européenne aux citoyens en proposant un nouveau projet pour l’UE. François Bayrou a ainsi appelé jeudi les partisans de la cause européenne à aborder "avec élan" le débat des prochaines élections, estimant que notre devoir "le plus impérieux, le plus urgent", était d'assumer notre rôle de "refondateurs".

 

Notre famille politique a toujours inscrit l’Europe dans son projet de société et compte l’assumer pleinement en 2014  en proposant un gouvernement économique européen, une harmonisation fiscale, une politique commune de l'énergie et de l'aménagement du territoire pour que l'activité et l’emploi se développent partout en Europe.

 

Il faut cesser d’opposer l’Europe et les citoyens. L’idéal européen est de construire une structure qui protège les européens et soit montré comme un exemple dans le monde.

 

Pour François Bayrou "l'idée de base est simple : nous, France, sommes un pays souverain, mais il y a des questions que nous ne pouvons pas régler seuls. Ni dans le cadre strictement national, ni dans le cadre de l'ONU. Si nous voulons une planète où le pouvoir soit équilibré, le seul projet qui vaille est donc de constituer une puissance politique autour de ce qui unit les pays européens: la continuité géographique, une communauté de civilisations, des intérêts convergents, et une identique volonté d'équilibre entre les puissances de la planète"

 

"Reconstruire la France et refonder l'Europe, je ne sépare pas l'un de l'autre", explique François Bayrou, pour qui "il n'y a aucune chance de vaincre nos difficultés, de faire reculer le chômage, de faire vivre notre économie et nos entreprises si nous ne construisons pas à la fois une volonté française et une volonté européenne".

 

Avec 8% d’intention de vote dans les premiers sondages publiés concernant les élections européennes de 2014, nous pouvons espérer initier une dynamique pour convaincre les citoyens de construire enfin l’Europe des peuples, l’Europe fédérale, celle qui pourra faire des choix stratégiques et industriels pour relancer l’emploi et sortir notre continent de la crise économique.

Partager cet article

23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 09:35

François Bayrou était l’invité du nouveau journal l'Opinion hier. Il a plaidé pour une plus grande intégration européenne lors de cette interview et pour une harmonisation de la fiscalité de la zone euro, qui permettrait à nos entreprises d'être sur un pied d'égalité avec celles de nos voisins européens.

 

"Nous ne pouvons pas avoir une monnaie unique si en face nous n'avons pas un gouvernement. Si vous avez une monnaie unique mais pas d'organisation du territoire, alors vous avez le regroupement des activités sur la zone la plus rentable et leur disparition ailleurs. Il faut une autorité politique et cette autorité doit être démocratisée."

 

Le Président du MoDem a ainsi défendu l’idée d’une harmonisation fiscale avec dans les pays où cette dernière est plus faible que la moyenne et un aménagement dans ceux où elle est au dessus de la moyenne. Pour défendre ses citoyens et ses entreprises, l’Union Européenne doit impérativement passer par là.

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram