12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 09:48
Par Le Vrai débat. Qui nous révèle une incroyable statistique indiquant que le PPE et le PSE sont alignés dans la plupart des votes ! On comprend mieux le sens de l'abstention massive des citoyens de l'Union que nous annoncent la plupart des instituts de sondage.

Pas d'article détaillé aujourd'hui, mais un simple chiffre : 97%.
Dans 97% des cas en 2008, le PSE (parti socialiste européen, au sein duquel siègent les socialistes français) et le PPE (parti populaire européen, dont l'UMP) ont voté dans le même sens les textes qui leur étaient soumis au parlement européen. Soit 10 votes différents seulement sur un total de 535. C'est le résultat d'une étude dont les détails seront prochainement publiés.

Lorsqu'on sait que plus de 80% de nos lois sont issues de cette législation européenne, on comprend pourquoi l'opposition médiatique entre le PS et l'UMP n'est qu'une duperie, une comédie destinée à masquer la collusion des deux piliers du Système, et de leurs supplétifs.

Il est très important de diffuser au maximum ce chiffre avant le 7 juin, jour des élections européennes, pour que les Français puissent enfin connaître la vérité, et se prononcer en conscience.

Retrouvez les articles du Vrai Débat

Partager cet article

10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 10:00
Sylvie Goulard, Tête de liste du MoDem pour l'Ouest.
9 mai 2009

C’est le printemps. Inexactitudes historiques et approximations fleurissent. Et, comme dirait Cyrano de Bergerac à Roxane « je vais vous les jeter en touffe ». Car plus c’est gros, plus ça passe ! Le 9 mai, jour anniversaire de la déclaration Schuman, il est utile de rétablir quelques vérités européennes malmenées, notamment par le Président de la République dans le discours qu’il a tenu à Nîmes le 5 mai.

Pour les jeunes générations, rendons avec soin, à chacun, la part d’Histoire qui lui revient. Invoquer les « fondateurs » et ne citer que de Gaulle et Adenauer, voilà qui est étrange. Quand le 9 mai 1950, Robert Schuman, inspiré par Jean Monnet, propose au Chancelier Adenauer de mettre en commun le charbon et l’acier, les Gaullistes, ainsi que les communistes, crient à la trahison. Comme ils combattent la Communauté européenne de défense en 1954, précipitant son échec et accélérant le réarmement de l’Allemagne qu’ils prétendaient éviter. Comme ils attaquent le traité de Rome en 1957, avec une rare clairvoyance. Dans les années 60, le général de Gaulle redonne un élan décisif à la coopération bilatérale franco-allemande mais il rudoie les partenaires européens en pratiquant la politique de « la chaise vide ». Sous ses coups, l’Europe ralentit sa marche.

Schuman attachait beaucoup d’importance à la démocratie ; d’emblée, il avait tenu à ce que la Communauté du Charbon et de l’Acier eût une assemblée parlementaire ; à terme, il souhaitait son élection directe au suffrage universel. En 1978, c’est justement à propos du passage au suffrage universel direct pour les élections européennes que le gaulliste Jacques Chirac, lance son brillant « appel de Cochin » contre « le parti de l’étranger » ! Le renforcement de la démocratie, voilà l’ennemi ! Si le centre et une partie de la gauche modérée n’avaient pas uni leurs forces, des décennies durant, contre cet esprit rétrograde, l’UE ne serait sans doute pas née. Nous aurions moins de démocratie, moins de débat public en Europe.

A la fin de l’année 2008, la Présidence française, a permis aux questions européennes de tenir le devant de la scène. Mais était-ce l’Europe ou… la scène qui intéressait l’acteur principal ? Depuis janvier, l’élan est retombé. Jean-Pierre Jouyet s’en est allé. En dépit de l’imminence du scrutin, les crédits consacrés à l’action du ministère des affaires européennes ont été drastiquement réduits. Une fois le show fini, à quoi bon l’Europe? Sans parler de la dégradation de la relation franco-allemande qui ternit singulièrement le bilan de la présidence française. Peu réactifs dans la crise, les Allemands portent leur part de responsabilité dans l’éloignement mutuel. Mais depuis le projet d’Union de la Méditerranée qui tentait de recréer une zone d’influence française, les blessures sont là. Et en dépit des efforts de Bruno Lemaire, la confiance n’est pas encore revenue. Quelle différence avec l’estime dont jouissait outre-Rhin un Schuman qui connaissait parfaitement la langue et la culture allemande !

Sur le fond, on joue sur la complexité des questions européennes pour embrouiller les Français. A Nîmes, le Président de la République appelle à un débat sur la fiscalité en Europe. Dommage que les conclusions du Conseil européen qu’il a organisé et présidé le 12 décembre dernier prévoient expressément: « aucune des dispositions du traité de Lisbonne ne modifie en quoique ce soit, pour aucun Etat membre, l’étendue ou la mise en œuvre des compétences de l’UE dans le domaine fiscal ». Le débat a déjà été tranché : les Irlandais ont obtenu le maintien de l’unanimité dans la perspective d’un nouveau referendum sur le traité de Lisbonne. Ces textes sont disponibles, dans toutes les langues officielles de l’UE, sur la toile mais qui ira vérifier ? Déjà, le « furet » a filé ailleurs. Et prétend le contraire, pour brouiller les pistes.

Même zig-zag sur les symboles : malgré la photographie officielle du Président, à côté du drapeau européen, malgré l’implantation du Parlement européen à Strasbourg, les autorités françaises n’ont pas signé, fin 2007, la déclaration sur les symboles rédigée par seize Etats. De même, l’Elysée a rejeté la suggestion, venue de la société civile, de lire aux lycéens la déclaration Schuman, et non seulement la lettre de Guy Môquet.

Sous une révérence de façade aux pères fondateurs, certains ne vendent qu’un ersatz d’Europe. N’est pas Robert Schuman qui veut.


Sylvie Goulard

Partager cet article

9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 10:00

Alors que les socialistes européens sont incapables de se mettre d’accord sur un nom pour s’opposer à la reconduction du conservateur José Manuel Durao Barroso à la tête de la Commission, c’est presque le trop-plein du côté du Parti démocrate européen (PDE).

Essentiellement composé du Modem de François Bayrou et de la Margherita italienne de Francesco Rutelli, le PDE, réuni en congrès ce matin à Bilbao, a décidé de présenter les candidatures, avec leur accord, du Belge Guy Verhofstadt, ancien premier ministre (1999-2007) (photo), et de l’Italien Mario Monti, l’ancien commissaire européen à la concurrence. Le premier est un libéral social, le second un technicien sans étiquette.

Jean & potes 04

 

Le PDE veut ainsi souligner qu’il existe des alternatives crédibles à Barroso, contrairement à ce que semble croire le PSE. « Nous avons voulu présenter deux profils différents, de bon niveau, qui peuvent faire consensus », m’a expliqué François Bayrou, le patron du Modem. « Leur profil est bien meilleur que celui de Barroso qui a montré sa faiblesse vis-à-vis des États membres et qui reste un partisan convaincu du laisser-faire économique » (photo: Mario Monti, de face).

Le calcul du Modem est simple : en application du traité de Lisbonne, Barroso devra obtenir le soutien de la majorité absolue des membres du Parlement européen et pas seulement celui d’une majorité simple. Si une partie des socialistes fait défection (les délégations espagnoles, portugaises et britanniques devraient soutenir Barroso), l’ancien premier ministre portugais pourrait donc être battu, puisqu’il ne peut pas compter sur le soutien d’autres familles politiques. « Dans ce cas, nous offrons au Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement le choix entre deux personnalités d’envergure », explique François Bayrou. « Ainsi, nous ne donnons pas le sentiment qu’on est bloqué sur une personnalité ».

Partager cet article

9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 09:00
A l'occasion de la Fête de l'Europe, le MoDem sera présent cet après-midi sur la place de la Liberté de Brest pour un tractage européen.

Partager cet article

8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 10:30

La publication de la liste UMP pour les élections européennes dans le Grand Ouest, hier après-midi, annonce un prochain avis de tempête dans la paisible baie de Saint-Brieuc.

Alain Cadec, premier adjoint au maire de Saint-Brieuc sera le numéro 3 de l'équipe UMP menée par l'Angevin Christophe Béchu aux européennes... et il sera l'adversaire de Bruno Joncour, numéro deux de la liste MoDem conduite par Sylvie Goulard! Le maire de Saint-Brieuc, avisé de la chose, par son premier adjoint, quelques heures seulement avant la divulgation de la liste, a du mal à avaler la couleuvre. Il voit dans le choix de l'appareil UMP, «une véritable provocation, une manifestation de plus d'empêcher François Bayrou d'exister». Au-delà de cette considération d'ordre national, le maire de Saint-Brieuc voit aussi dans la démarche personnelle de son premier adjoint, «une certaine forme de trahison». On se souvient qu'il y a deux ans, à l'occasion des législatives, Bruno Joncour avait obtenu l'accord de François Bayrou pour que, dans la circonscription de Saint-Brieuc, le MoDem ne présente pas de candidat face à l'UMP Alain Cadec. Une exception remarquée dans les Côtes-d'Armor et expliquée par Bruno Joncour pour des raisons de «cohérence», à un an des municipales.

Un tournant

La candidature unique d'Alain Cadec n'avait pas empêché la socialiste Danièle Bousquet de conserver son siège. Mais au soir des résultats, on avait vu Bruno Joncour réconforter le candidat battu, l'assurant même de «toute son amitié», et le conforter dans son poste de premier adjoint quelques mois plus tard. Leurs relations ont, en tout cas, pris depuis hier un nouveau tournant. Ce ne sera sans doute pas sans conséquences sur la vie municipale briochine. Le maire et son adjoint sont désormais adversaires dans un scrutin qui donne un certain avantage à Alain Cadec. Au vu des résultats des précédentes élections et du découpage de la circonscription Ouest (elle va de Brest à Poitiers), aujourd'hui, une troisième position sur la liste UMP semble plus favorable qu'une place de numéro 2 sur la liste du MoDem.


Patrick Le Nen, Le Télégramme.

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram