17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 16:14

Temps de travail : Les députés européens du Mouvement Démocrate (au sein du Parti Démocrate Européen, PDE-EDP) refusent la logique de l'OPT OUT dont s'inspire la réforme du travail du dimanche en france

En soutenant aujourd'hui le rapport d'Alejandro Cercas (PSE, Espagne) relatif à la directive sur l'aménagement du temps de travail, les députés européens du Mouvement démocrate ont refusé à une très large majorité de pérenniser un système d'exception à la durée légale du temps de travail.

Le Parlement européen a ainsi adopté une position protectrice des salariés et réaffirmé en deuxième lecture la position qu'il avait exprimée, en 2005, lors la première lecture.

Pour Bernard LEHIDEUX, député européen en charge de l'Emploi et des Affaires sociales au groupe ADLE, "la position du Parlement à laquelle nous avons contribuée est une victoire pour les salariés européens. Notre vote montre aux gouvernements des Etats membres que le texte qu'ils ont voulu nous imposer était inacceptable. Il ne garantissait, ni une protection suffisante des salariés, ni des conditions de travail décentes, en particulier pour les professions médicales. Nous avons rappelé aux gouvernements qu'il était nécessaire de s'intéresser avant tout aux salariés, qui vont être appelés à travailler toujours plus, sans avoir véritablement le choix, et ceci comme tous ceux à qui l'on demandera demain de travailler le dimanche en France car au sujet de l'opt out, la reculade au conseil du gouvernement français n'était évidemment pas innocente : la volonté de réformer le travail du dimanche en France a poussé le gouvernement à changer brutalement de cap pour garantir le maintien de l'opt out, qui devenait tout d'un coup très utile ! Le Parlement et le Conseil doivent désormais se retrouver en conciliation pour parvenir, je l'espère, à un accord raisonnable."
 
Les députés n'ont pas cédé à la pression des ministres des Etats membres qui souhaitaient autoriser un employeur à déroger à la limite légale des 48 heures de travail hebdomadaire, avec l'accord individuel du salarié. Cette faculté, aussi appelé"opt out", existe dans la législation actuelle, et est défendue avec acharnement par le Royaume Uni, qui bloque depuis des années au Conseil des ministres toute législation la remettant en cause.
 
 Le Parlement a également réaffirmé, contrairement à la proposition de la Commission et des Etats membres, que tout le temps de garde devait être considéré comme du temps de travail. Cette disposition est primordiale, notamment dans le cas des professions médicales.
 
Les députés du Mouvement démocrate (MoDem) ont voté :
-     en faveur d'une suppression progressive (36 mois) de l'opt out
-     pour que l'ensemble du temps de garde, notamment dans le cas des professions médicales, soit considéré comme du temps de travail
-     pour que le repos compensatoire soit pris immédiatement après le temps de travail accompli par le salarié.

Partager cet article

12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 10:04

Le 3ème Congrès du Parti Démocrate Européen s'est déroulé à Bruxelles les 4 et 5 décembre 2008.

A cette occasion, deux textes d'orientation ont été approuvés : "la Déclaration de Principes du PDE" et "la Résolution du PDE : Bâtir sur les décombres de la crise".



 

DÉCLARATION DE PRINCIPES DU PARTI DÉMOCRATE EUROPÉEN

Bruxelles, le 5 décembre 2008


1- Le Parti démocrate européen porte en Europe les valeurs du courant démocrate dans le monde.


2- Les valeurs démocratiques dans la société, fondées sur la dignité de la personne humaine, sont celles de la liberté, de la responsabilité et de la solidarité.


3- Liberté et responsabilité, c’est le choix d’une citoyenneté de plein exercice, par la liberté d’information, la séparation des pouvoirs, l’indépendance de la justice, le respect scrupuleux du pluralisme, la protection des citoyens contre l’oppression politique, le poids des discriminations, la domination des seuls intérêts financiers.


4- Liberté et responsabilité, c’est le choix de l’état de droit, d’une économie d’initiative, régulée mais non dirigée par la puissance publique.


5- Solidarité, c’est le respect actif des obligations réciproques entre concitoyens, chances de promotion offertes à tous, et réduction continue des inégalités sociales et culturelles.


6- Solidarité, c’est le respect actif des obligations réciproques entre peuples, notamment des obligations des peuples les plus riches à l’endroit des peuples les plus pauvres et les plus exposés aux tragédies de l’histoire et de la géographie.


7- Solidarité, c’est le respect actif des obligations entre générations, notamment en ce qui concerne le climat, le patrimoine naturel, l’eau.


8- Responsabilité et solidarité exigent donc la recherche d’une démocratie politique, portant un modèle de développement soutenable.


9- La défense de ces valeurs dans le monde ne peut s’envisager que dans le cadre d’un équilibre multipolaire.


10- Dans cet équilibre, l’Union européenne, active et coopérative, doit être capable de s’exprimer d’une seule voix chaque fois que l’équilibre de la planète est en jeu, non seulement comme un des deux piliers de l’alliance atlantique, mais aussi comme acteur autonome et courageux dans le monde global.


11- L’Union européenne est la condition même de notre avenir, comme pays et comme peuples qui comptent dans le monde. Elle est, en même temps, un modèle d’organisation qui peut se proposer à d’autres continents, à d’autres ensembles de pays sur la planète.


12- La condition de l’avènement de l’Union européenne respectée et aimée, c’est la création d’un lien direct avec les peuples et les citoyens, qui permette un contrôle démocratique de son action et lui donne une vraie capacité politique.

Partager cet article

14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 11:58


             Le « non » du référendum Irlandais montre une nouvelle foi l’échec des politiques dans la démarche européenne et signifie à quel point les peuples européens doutent de cette structure qui ne les fait plus rêver. Trop souvent, les Etats se sont arrogés les succès de l’Europe et lui ont laissé leurs échecs. Trop souvent, l’Europe s’est fait percevoir comme une machine libérale.

 

            L’Union Européenne doit écouter les peuples qui la composent pour à nouveau faire rêver et ainsi avancer. L’échec du traité de Lisbonne sonne comme un revers pour l’Europe et pour Nicolas Sarkozy mais pas uniquement. Il sonne comme un revers pour tous les politiques qui ont voulu faire passer une Constitution bis qui reprenait quasiment l’ensemble des termes de la première Constitution dans un traité et ceci sans changement notable.

 

            L’échec du Traité de Lisbonne revient également aux « nonistes » Français et Néerlandais qui lors de leur référendum respectif pour la Constitution européenne promettaient le fameux « Plan B » qui jamais n’a vu le jour car les actes n’ont jamais suivi les promesses. L’extrême gauche et une partie du PS qui promettaient des forums pour une nouvelle Constitution n’ont jamais rien organisé.

 

            L’Irlande, qui doit tant à l’Europe, rejette celle-ci car elle ne comprend plus cette Europe trop éloignée du peuple, trop libérale, trop technocratique.

 

            L’Europe doit muter et protéger ses peuples. A l’heure actuelle où bon nombre d’Etats pratiquent encore le protectionnisme, l’Union Européenne doit être une frontière pour défendre son savoir, ses industries et ses peuples. L’Allemagne a su imposer à l’Europe des mesures pour protéger certains de ces produits, je pense que la France peut le faire pour elle et pour l’ensemble de l’Europe.

 

            L’Europe dont nous avons tous besoin, cette Europe qui nous rend fière a besoin d’une nouvelle vision pour progresser et de nouvelles personnalités qui porteront cette vision auprès des peuples européens, sans quoi, l’Europe est morte dans sa forme politique et deviendra un simple marché économique.

 

            Le Mouvement Démocrate a, je le crois, cette ambition d’apporter une nouvelle vision pour l’Europe et sa Convention sur l’Europe du 8 Juin 2008 va dans ce sens. C’est une première initiative qui en introduit bien d’autres.

 

David Guillerm

 

Retrouver toute les interventions de la Convention sur l’Europe du 8 Juin 2008

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram