20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 17:28


Voilà, c'est fait. C'est plié. Les Chefs d'Etat et de gouvernement de l’Union Européenne ont choisi un Président pour l’Europe. C’est une première historique mais elle est ratée ! Nous aurions pu enfin relancer l’Europe et ses instances. Nous aurions pu marquer l’histoire et face à cela, les Chefs d’Etat et de gouvernement européens ont préféré choisir des personnalités inconnues et sans charisme.

Je ne critique pas le travail de Herman Van Rompuy, actuel Premier Ministre belge et aujourd’hui Président de l’Europe. Il a sur concilier les différentes tendances dans son pays et gérer une situation difficile. Cependant, l’Europe avait besoin d’un homme fort qui puisse impulser une dynamique.

Le mode de désignation du Président a forcément poussé à cette désignation. En effet, ce sont les chefs d’Etat et de gouvernement de L’Union Européenne qui ont choisi leur Président mais ils ont décidé de prendre un Président sans charisme qui ne leur fera pas d’ombre.

Une fois de plus, les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Européenne ont raté l’occasion de marquer l’Histoire.


A lire, plusieurs articles sur le sujet:

A quoi va servir le président du Conseil européen? 

UE: un Président pour la déco

La future chef de la diplomatie européenne affirme sa légitimité.

Partager cet article

8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 17:44

Robert Rochefort, Député Européen de l'ADLE (MoDem) a ouvert un site internet où vous pourrez suivre son actualité et son action au Parlement Européen. Robert Rochefort est l'ancien Directeur du CREDOC et à donc de très bonnes connaissances sur la société française et son développement.

Pour visiter son site,
cliquez sur le lien.

Robert Rochefort a laissé un message de bienvenue sur son site que je retranscris ici:

C’est un honneur et un immense bonheur que de vous représenter au Parlement européen. C’est aussi une grande responsabilité. J’espère que les pages de ce site sauront vous convaincre que toute mon énergie est canalisée vers ce seul but. Les directives que l’Europe adopte doivent vous aider, vous renforcer dans votre vie de tous les jours. Les territoires de tout le grand Sud-Ouest de la France sont d’une richesse incomparable. Agriculture, sylviculture, pêche, industrie, université, recherche et développement, tourisme, commerce, artisanat… rien ne leur manque sauf d’être pleinement reconnus comme tels et de bénéficier des infrastructures pour faire s’épanouir tout le potentiel qu’ils recèlent. C’est mon combat.

 

Bienvenue sur mon site. N’hésitez pas à me faire part de vos observations. Nous en tiendrons compte pour l’améliorer sans cesse.

 

Robert Rochefort

Nos autres députés européens ont également leur site internet:

-Corinne Lepage

-Sylvie Goulard

-Marielle de Sarnez

-Jean-Luc Bennahmias

-Nathalie Griesbeck

Partager cet article

4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 11:30

L'Europe va enfin pouvoir redémarrer avec la ratification du Traité de Lisbonne par le Président tchèque Vaclav Klaus. Le démarrage aura été long et laborieux mais enfin l'Europe se remet en marche et nous devrons tous nous mobiliser pour qu'elle aille dans le bon sens.

Les Présidents de l'UE choisiront bientôt un Président pour L'Union Européenne. Nous devons empêcher que quelqu'un d’eurosceptique arrive à sa tête. Pourtant, Nicolas Sarkozy et de nombreux chefs d’Etats de l’UE semble vouloir nommer Tony Blair comme Président de l’UE.

C’est un comble, Tony Blair n’a jamais rien fait pour l’Europe lors de ces mandats au Royaume-Uni et il ne se cache pas d’être un eurosceptique. Si nous voulons que l’Europe devienne le lieu commun des peuples de notre continent, nous devrons nous battre contre cela.

à voir dans le JDD:

Traité-Lisbonne: Sarnez se dit "heureuse"

Après la ratification du traité de Lisbonne par le président tchèque Vaclav Klaus, Marielle de Sarnez s'est dit "heureuse", dans un communiqué publié mercredi. Et la vice-présidente du Modem de prévenir: "L'heure doit être davantage à l'action qu'aux réjouissances". Selon la député européenne, l'UE doit procéder "rapidement à la nomination de personnalités crédibles aux fonctions de Président du Conseil et de Haut représentant. La Commission européenne doit être complétée afin qu'elle présente dans les meilleurs délais un programme de travail reflétant les avancées du Traité". Et de conclure: "Avec ce Traité, une nouvelle chance est offerte de démontrer que l'Europe n'est pas le problème mais la solution".

Partager cet article

10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 10:00

Le président tchèque continue à "jouer la montre" sur le traité de Lisbonne. Vaclav Klaus, qui rechigne toujours à signer un texte qui a été ratifié par le Parlement tchèque, a confirmé, vendredi 9 octobre, qu'il revendiquait une dérogation pour son pays concernant la Charte des droits fondamentaux incluse dans le traité.

"Une garantie nous sera ainsi donnée que le traité de Lisbonne ne pourra pas conduire à l'abolition des décrets Benes", a plaidé M. Klaus. Ces décrets, signés en 1945-1946 par le président tchécoslovaque d'alors, Edvard Benes, ont servi de base juridique à la confiscation des biens et à l'expulsion de Tchécoslovaquie, après la guerre, de trois millions d'Allemands des Sudètes.


Le président tchèque ne cache pas sa volonté de tout faire pour empêcher l'entrée en vigueur du traité. Il ne cache pas non plus son hostilité à l'Europe telle qu'elle est aujourd'hui. Pour lui, l'Union européenne "est une supranationalité" et "elle introduit une forme de régulation, or il s'oppose à toute forme de régulation", explique Marion Van Renterghem, du service Europe du "Monde", qui décrit un personnage "provocateur, ultralibéraliste, nationaliste" : cliquez ici pour écouter

L'hostilité du président tchèque à l'Europe n'est pas véritablement partagée par les Tchèques, poursuit Marion Van Renterghem, qui souligne toutefois que "le côté fort en gueule" de M. Klaus "leur plaît" et que "son discours sur l'indépendance nationale" trouve un certain écho auprès d'eux : cliquez ici pour écouter

Le Monde

Partager cet article

6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 10:00

L'Union Européenne a enfin décidé de lancer un vaste programme pour la recherche. L'avenir de notre continent se jouera dans ce domaine car c'est la découverte de nouvelles technologies qui permet d'avancer dans nos sociétés et de proposer de nouveaux produits à fortes valeurs ajoutés.

L'Europe veut massivement investir dans la recherche

L
'Union européenne va lancer cette semaine une campagne destinée à tripler les aides à la recherche dans le domaine de l'énergie, pour les porter à 8 milliards d'euros par an, selon un document rédigé par la Commission que s'est procuré l'agence Reuters.


Au total, au moins 50 milliards d'euros de financements supplémentaires pourraient ainsi être dégagés sur les dix prochaines années. La recherche dédiée à l'énergie solaire pourrait se voir allouer 16 milliards d'euros sur dix ans et jusqu'à 30 "cités intelligentes" économes en énergie pourraient être construites grâce à environ 11 milliards d'euros de crédits spécifiques, selon le document. L'énergie éolienne pourrait recevoir 6 milliards d'euros d'aides sur dix ans et le nucléaire 7 milliards, et 9 milliards pourraient aller à l'énergie produite grâce à la biomasse et aux déchets.

Le Monde

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram