19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 15:35

Le premier tour des Elections Cantonales 2011 auront lieu demain, dimanche 20 mars. Ces élections auront connu une campagne morose de la part des politiques et des médias. Il faut avouer qu’entre les révolutions arabes et le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire nippone, ces élections n’auront pas eu beaucoup de place dans l’actualité. On peut donc s’attendre demain à un très fort taux d’abstention ce qui est dramatique pour notre société en général mais aussi pour nos départements.

 

Le conseil général a aujourd’hui de nombreuses compétences. La réforme territoriale laisse à cette structure une existence jusqu’à 2014, date à laquelle nous passerons dans un autre système avec des conseillers territoriaux (ils siégeront au conseil régional et au conseil général à la fois). Malgré la mort programmée de cette structure, ces élections gardent des enjeux que les citoyens devraient réaliser.

 

Les enjeux de ces élections


Icon11-copie-1.jpgDe ma propre réflexion, je considère que les enjeux de ces cantonales restent avant toute chose, des enjeux locaux. La volonté de l’extrême-droite et de la gauche de faire de ces élections des élections nationales n’a pas de sens car ce n’est pas le conseil général qui gérera les grandes problématiques nationales. Ces discours sont aussi responsables du dégoût des citoyens de la politique car on mélange tout et on ne parle pas des vraies problématiques.

 

Pour autant, tomber dans l’extrême inverse garde une part de ridicule. L’UMP n’a quasiment pas de candidats pour ces élections ou plutôt, les candidats investis par le parti du gouvernement, n’assument pas leur étiquette et l’on pour la plupart oublié sur leur prospectus de campagne. Cacher son étiquette politique est révélateur du malaise idéologique qui existe dans ce parti.

 

Le pluralisme comme fer de lance


Les électeurs devraient avoir pour ces élections la volonté d’une représentation diversifiée dans les conseils généraux. Très souvent, cette assemblée locale regroupe deux courants qui s’affrontent de manière frontale alors que près de 90% des décisions sont prises à l’unanimité après passage en commission. Ce chiffre est extrêmement révélateur car il nous montre que ce n’est pas les idéologies nationales qui permettent de gérer un conseil général.

 

Plutôt que de voter pour une étiquette : « je vote UMP parce que je soutiens le gouvernement ou je PS car je suis de l’opposition », ce qui est totalement stérile, l’électeur devrait insister sur la volonté d’apporter dans cette structure de la diversité et du pluralisme. C’est pourquoi, pour ma part, je défends dans cette élection, le vote de la diversité. Les démocrates, les centristes, les écologistes et les partis régionaux ont tous leur place dans ce scrutin mais également dans les conseils généraux pour apporter des idées neuves.

 

Bien sûr, je pousse pour ma part l’électeur à voter pour l’étiquette démocrate qui assure la construction d'une politique durable pour les hommes, les économies et l’environnement dans l’écoute et la volonté de rassemblement. Mais si les électeurs n’ont pas l’opportunité sur leur territoire de voter pour de tel candidat, je les pousse à chercher dans leur vote la diversité.

 

Des projets et des visionnaires


Au-delà des étiquettes, l’enjeu principal de ces élections reste pour les électeurs de voter pour des visionnaires , des femmes et des hommes qui relèveront le défi de l’avenir pour faire bouger les départements et les régions.

 

Rappelons-nous que le Futuroscope vient de l’idée d’un homme, René Monory, président du Conseil général de la Vienne et également centriste. C’est parce qu’on a donné la possibilité à ce visionnaire de monter ce projet en l’élisant que le département de la Vienne s’est doté d’un outil formidable créateur de richesses et d’emplois. Ceci n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

 

Ces différents enjeux me semblent être assez concrets pour vous le dire, demain, mobilisez-vous pour voter pour des candidats réfléchis, imaginatifs et ambitieux pour leurs départements.

Partager cet article

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 15:35

crocus.jpgVoilà bientôt 3 mois que je n’ai rien publié sur mon blog. L’hiver aura été rude et chargé et je n’ai pas eu le temps de publier et de commenter l’actualité récente. Pourtant, celle-ci n’a pas manqué et de nombreuses choses ont bougé.

 

Il est aujourd’hui temps de réactiver ce lieu qui reste pour moi la meilleure pratique pour rester au courant de cette actualité foisonnante en fouillant des sites et en visitant les blogs de mes camarades blogueurs. Ce réveil intervient aussi car je ne peux pas à mon niveau laisser montée les extrémismes dans notre pays sans réagir.

 

Je continuerai donc à développer sur ce blog dans les prochaines semaines mes analyses politiques. Je commenterai l’actualité et en premier lieu celle des élections cantonales qui ne fait pas beaucoup de remous dans le monde politique comme dans le quotidien de nos concitoyens.

 

Les objectifs sont limpides pour la suite. Face à une normalisation des idées d’extrême droite et à des discours électoralistes qui divisent les français, il va nous falloir du courage et de la volonté pour montrer qu’il ne faut pas tomber dans le piège du rejet, de l’extrémisme et du populisme. Il existe face à la situation actuelle des solutions modérés qui permettront de rassembler les femmes et les hommes de tous les horizons. Les clés de cet enjeu sont simples : pédagogie, vérité et communication.

 

Il est temps de reconstruire du dialogue entre les français, entre les Hommes. Nous sommes aujourd’hui dans une société de la communication mais jamais les Hommes ont si peu dialogué et communiqué entre eux. Il faudra également redonner le goût de l’avenir par la pédagogie et la justice. On ne pourra pas continuer à vouloir réaliser des politiques sans les expliquer. On ne pourra pas non plus continuer à mettre en place des politiques inégalitaires où se sont toujours les mêmes qui profitent. Il est temps que la redistribution des richesses soit réelle, que le système économique soit modernisé et beaucoup plus encadré.

 

La pédagogie permettra de rétablir la vérité car c’est bien le mensonge et les discours qui cherchent la fracture qui gangrènent notre société et qui font monter les extrêmes. La montée en puissance de Marine Le Pen s’explique très facilement. Depuis des années, Nicolas Sarkozy nous présente un discours de peur des étrangers, de peur des français entre eux afin de réaliser ses prouesses électorales. Aujourd’hui, ce que l’on constate n’est qu’un retour de bâton. On a tellement persuadé les français avec des mensonges qu’ils se tournent vers des fausses solutions venus des extrémistes.

 

A l’avenir, nous devrons combattre ses idées préconçues qui nous mènent vers des chemins dangereux. J’espère vous retrouver prochainement, lecteurs de tous bords, afin de faire avancer le débat et de défendre sur internet et dans votre quotidien des idées justes  et unificatrices pour l’avenir.

Partager cet article

3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 10:09

Comme vous avez pu le remarquer, j'ai décidé de réorganiser mon blog après consultation de plusieurs lecteurs. Cette réorganisation vous permettra, je l'espère, une lecture plus aisée de mes articles car il me semble qu'ainsi, il soit plus aéré et donc plus accessible.

De plus, cette configuration me permettra d'afficher plus facilement et de manière plus visible les nombreuses images que je publie venant du net ou de mon objectif.

Je tiens en tout cas à remercier tous les visiteurs ponctuels et réguliers pour l'intérêt que vous portez à mes écrits.

Bonne lecture.

Partager cet article

19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 00:00
En diminuant de 42 % dans la Loi de Finances 2009 le montant affecté au conseil conjugal et familial, l’Etat programme à très court terme la suppression totale des actions d’information, d’éducation et de prévention dans les domaines de la sexualité et de la vie de couple et affective.
Par cette décision, l’Etat montre sa volonté d’abandonner les missions qui sont les siennes quant à l’accueil, l’information et la prévention concernant la contraception, la fécondité, la sexualité. Il se désengage, par là, de la préparation des jeunes à la sexualité, à leur vie de couple et à la fonction parentale. Il marque son désintérêt pour les pratiques d’accueil et de conseil, qu’elles soient mises en oeuvre lors d’activités collectives ou d’entretiens individuels.

Ces missions d’utilité publique sont donc très clairement menacées par la baisse des financements, déjà largement insuffisants, alors que la Loi Neuwirth a clairement affirmé le rôle essentiel joué par les associations aux côtés de l’Etat.

Pourtant, dans une société où les relations filles-garçons sont de plus en plus marquées par la violence, où les campagnes nationales de prévention et d’information ont besoin des relais de terrain pour être efficaces, ces missions définies par la loi, plus que jamais, sont primordiales !

450.000 personnes bénéficient chaque année des actions du Planning Familial dans ses 70 associations départementales de Métropole et des DOM. La conséquence de cette brutale démission de l’Etat est la fermeture programmée d’un grand nombre de ces lieux d’accueil individuels et collectifs.

Signer la pétition.

Partager cet article

13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 12:29

"Nous, professionnels du soin, du travail social, de l'éducation, de la justice, de l'information et de la culture, attirons l'attention des Pouvoirs Publics et de l'opinion sur les conséquences sociales désastreuses des réformes hâtivement mises en place ces derniers temps.

A l'Université, à l'Ecole, dans les services de soin et de travail social, dans les milieux de la justice, de l'information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s'accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions.

Au nom d'une idéologie de l'"homme économique" le Pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois "naturelles" du Marché. Cette idéologie s'est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue.

Nous, professionnels du soin, du travail social, de l'éducation, de la justice, de l'information et de la culture, refusons qu'une telle idéologie mette maintenant en "faillite" le soin, le travail social, l'éducation, la justice, l'information et la culture."

 

Deux psychanalystes, Roland GORI et Stefan CHEDRI, sont à l'origine de cet Appel des appels, mouvement fédérateur rassemblant médecins, magistrats, enseignants, journalistes, artistes… Autant de professionnels aux secteurs d'exercice différents mais qui partagent la même volonté de s'interroger sur les incidences des choix et d'une orientation politique dans leurs sphères professionnelles.

Un mois tout juste après son lancement, le 9 janvier dernier, le texte recueille près de 68 000 signataires. C'est dire l'enthousiasme qu'il suscite. Mais aussi, une prise de conscience collective de la gravité du moment, du besoin de se manifester. Apposer son nom, sa fonction, en bas de ce texte, comme pour dire : nous refusons que soient mis à mal nos métiers, nos missions, notamment par des réformes conçues dans l'immédiateté, nous refusons la généralisation, dans le secteur non-marchand, de l'application d'un modèle économique.

Ces signatures n'expriment pas que des refus, elles sont aussi motivées par des souhaits et guidées par des valeurs : la volonté de travailler pour et avec l'humain, pouvoir réaliser ses missions sereinement sans être inquiété par une idéologie menaçante.

Etudiants, chômeurs, retraités font également partie des signataires : preuve, s'il en était besoin, que l'écho retentit au-delà des frontières disciplinaires, des secteurs professionnels. L'enjeu concerne toutes les générations  : ceux qui se mobilisent le font aussi pour ceux qui viendront après eux.

 

Pour concrétiser cette mobilisation, une première rencontre a eu lieu le 31 janvier à Paris, 104 rue d'Aubervilliers. Les participants et intervenants ont pu échanger, débattre, communiquer sur 8 secteurs : information, culture, justice, médico-social, éducation, recherche-université, hôpital et soin somatique, soin psychique et santé mentale. A noter la présence et le soutien actif de Isabelle This Saint Jean, Présidente de Sauvons la Recherche.

Dans l'attente de prochaines manifestations, il fut proposé que la mobilisation se poursuive et s'étende par la création de comités locaux d'échanges, de réflexion et d'actions transversales aux secteurs socio-professionnels qui se sont exprimés.

 

Pour en savoir plus : www.appeldesappels.org

 

Partager cet article

       

 

Recherche

logos

logos

logos

 

Instagram