David Guillerm

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

L'abstention ne doit pas sortir vainqueur

Publié le 30 Mai 2009 par David Guillerm in Europe

NÎMES (AFP) — Le président du MoDem, François Bayrou, a affirmé vendredi à Nîmes qu'il n'acceptait pas l'idée selon laquelle l'abstention allait gagner lors des élections européennes du 7 juin, assurant que selon lui, c'est "dans les derniers jours que cette campagne se formera".


"Je ne suis pas du tout de ceux qui baissent les bras avec l'idée que l'abstention a déjà gagné, que personne ne s'intéresse à cette élection", a-t-il développé.


"Les Français s'intéressent à la situation dans leur pays sous son aspect national et sous son aspect européen", les deux étant "étroitement liés", a assuré M. Bayrou qui défend la thèse selon laquelle "France et Europe, c'est le même combat civique".


"La question qui se pose, c'est quel avenir voulons-nous pour nous-mêmes, pour nos enfants, pour la société. La réponse dépend des choix qui seront faits aux niveaux national et européen", a-t-il dit.


"Je me battrai pour que les Français s'expriment le 7 juin, a-t-il dit, soulignant deux enjeux principaux pour ce scrutin.


Le premier, a-t-il dit, c'est "porter une certaine idée de l'Europe, qui ait une volonté, qui ne soit pas seulement en train de subir le monde, mais de le former, de le changer".


L'autre, c'est "envoyer un message national", qui dira "au pouvoir +nous n'acceptons pas vos dérives+" et qui dira "accessoirement à l'opposition +vous êtes priés de changer+".


Côté "dérives", M. Bayrou a condamné "l'exploitation de sujets dont le seul but est de créer des réflexes électoraux", prenant en exemple les mesures annoncées par le président Nicolas Sarkozy pour combattre l'insécurité, jeudi.


Il a aussi déploré notamment qu'on impose à la France un modèle de société qui n'est pas le sien", où "la loi du plus riche est la loi du plus fort" et qu'on "installe la France dans un schéma international qui n'est pas le sien non plus", avec l'ouverture d'une base à Abou Dhabi.


Quant à l'opposition, "s'il y a une chose" qu'il lui reproche, "c'est de ne pas s'opposer".

Commenter cet article