David Guillerm

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

Le débat sur le rassemblement du "Centre" me saoule !

Publié le 27 Novembre 2010 par David Guillerm in France

Voilà deux semaines que le débat sur le rassemblement du « Centre » passionne les médias et un certain nombre de personnalités politiques. On aura vu des fervents défenseurs du bilan de Nicolas Sarkozy se mettre du jour au lendemain à crier sur tous les toits que le Centre devait pouvoir s’exprimer et avoir une certaine indépendance. Une indépendance qu’ils sont les premiers à oublier lorsqu’il est question de postes et d’investitures d’ailleurs.


Tout ce petit monde s’excite et on aura rarement vu les « centristes » s’activer autant. Hervé Morin montre des ambitions présidentielles, Jean-Louis Borloo celle de rassembler les centristes pour Nicolas Sarkozy tandis que tous les autres donnent leurs opinions sur ce qui se passent.


Un débat parfaitement inutile et stérile


J’ai beau saluer la volonté de Jean Arthuis de rassembler des courants politiques qui ont des projets de société très proches, cependant, je trouve le débat actuel parfaitement inutile et stérile. Pourtant, son idée de constituer une fédération avec des primaires pour désigner son candidat aux élections présidentielles est loin d’être grotesque.


Mais la guerre des égos est là et nous n’observerons pas ce genre de rapprochement. Les Inrocks ont d’ailleurs réalisé un décryptage intéressant de la situation. Pour ma part, j’estime que les poids lourds du « Centre » dans le paysage politique français ne se rassembleront pas d’ici 2012 car leurs enjeux sont différents. Pour les uns, c’est les postes qui comptent, pour les autres ca semble être le projet de société qu’ils défendent pour la France.

 

Nous perdons notre temps avec ce débat qui n’apporte rien, pas de fond, pas d’idée et pas de projet.  François Bayrou semble avoir bien compris le peu d’intérêt que pouvait susciter le débat autour du rassemblement du « Centre » et il a décidé de se tenir loin de ce débat. Des rapprochements seraient possibles si nous parlions de fond car nos projets pour la France se rapprochent mais en France, on préfère parler de personnes, de guerre d’égos et d’ambitions personnelles.

 

C’est navrant à constater mais le « Centre » concentre aujourd’hui les tares de la politique : un débat de fond évacué par des questions de personnes, des coups bas pour écraser ses proches idéologiques et réaliser ses ambitions personnelles, un manque de modestie certain, etc.

 

Et si les militants avaient le pouvoir de rassembler la troisième voie ?


C’est généralement les États-majors qui décident des stratégies des mouvements politiques pourtant, les militants ont encore leur mot à dire et ont le pouvoir de peser dans les décisions. Les militants ont également le pouvoir de continuer à construire un dialogue transpartisan pour discuter du fond et des projets.

 

Les jeunes ont d’autant plus ce pouvoir qu’ils ne cherchent pas à court terme de postes. Aujourd’hui le débat entre Jeunes Démocrates, Jeunes Centristes, Jeunes Radicaux, etc. existe et tend à ce renforcer.  C’est peut être ici que l’avenir se joue. Les jeunes parlent d’idées, de projets et surtout de l’avenir de la France et de l’Europe. Déjà des rapprochements intéressants s’effectuent comme à Lyon où les jeunes de ces partis signent communément leur communiqué sur les questions locales.

 

La troisième voie existe toujours. Elle a besoin de se rassembler avec certes des leaders mais avant tout un projet qui sera la base de ce rassemblement. Parler de personne me parait tellement dérisoire aujourd’hui quant on voit où la personnalisation du pouvoir par Nicolas Sarkozy a amené la majorité présidentielle.

 

Nous pourrons nous rassembler également si chacun se pose les bonnes questions. N’oublions pas que les premiers à appeler au rassemblement du « Centre » sont les premiers à avoir quitté une structure dans laquelle ils auraient pu s’exprimer pleinement.

 

Tout le monde devrait se poser la question de quel avenir il veut pour la France. Morin et Borloo ne semblent pas vouloir quitter un président bienfaiteur pour leur poste mais qui casse la France et n’a jamais pris en compte leurs idées. Ils disent vouloir un projet pour la France, une indépendance pour leur mouvement, mais entre les discours et les faits il y a vraiment un fossé.

 

 

Rassemblons-nous autour d’un projet clair et assumé pour la France, rassemblons-nous autour des personnalités qui seront prêtes à aller au bout de leurs convictions et surtout, rassemblons-nous pour les idées, la France et n’ont pas seulement pour des postes.

 

Commenter cet article