David Guillerm, Président MoDem Finistère

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

Le nucléaire n'est pas la seule création de l'homme dont il faut débattre

Publié le 19 Mars 2011 par David Guillerm in environnement

Mardi 15 mars, Arte nous présentait un documentaire « Notre poison quotidien » réalisé par Marie-Monique Robin, connue pour son livre « Le monde selon Monsanto » qui égratignait le tristement célèbre groupe industriel pour sa politique économique et ses OGM.

 

Ce documentaire est incontournable et si vous ne l'avez pas visionnés, je vous pousse absolument à le voir au plus vite (vous pouvez le visionner ci-dessous). L’Homme a créé des milliers de molécules chimiques que l’on retrouve dans notre quotidien sans connaître toujours leurs conséquences à court, moyen et long terme.

 

On nous a beaucoup parlé du nucléaire ces derniers jours à cause des conséquences que la radioactivité pouvait avoir sur l’Homme (cancer, maladie incurable, etc.). Cette technologie utilisée par l’Homme peut effectivement avoir des conséquences dramatiques sur notre environnement et notre quotidien mais ce n’est pas la seule.

 

On a trop souvent fait primer le profit au détriment de l’environnement et de la santé. C’est ici que l’on découvre les limites de notre société de croissance. Les années à venir seront cruciales pour changer de chemin. Il faudra par exemple lancer une grande opération d’analyse des molécules chimiques créées et utilisées par les industriels pour que les plus dangereuses soient interdites. Nous avons aujourd’hui les moyens d’utiliser des produits écologiques, durables et moins nocifs pour l’environnement, seuls les politiques pourront imposés leur utilisation et bannir les dangers à retardement créés par nos sociétés.

 

Ce chemin n’est pas le chemin inverse à l’évolution et l’innovation, nous pouvons continuer sur le route de la technologie mais celle-ci doit être maitrisée, contrôlée et sûre. C’est un nouveau cahier des charges qu’il nous faut imposer pour l’avenir.


Commenter cet article