David Guillerm

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

"Pas plus que son Président, la nouvelle Commission ne mérite la confiance du Mouvement Démocrate", déclare Marielle de Sarnez

Publié le 10 Février 2010 par David Guillerm in Europe

180px-Sarnez_Mutualite_2008_03_04_n6.jpgMarielle de Sarnez, présidente de la délégation du Mouvement Démocrate au Parlement européen, exprime le refus des élus du Mouvement Démocrate de soutenir les nouveaux commissaires européens :

"Les élus du Mouvement Démocrate au sein du Parlement européen n'avaient pas voté en septembre pour José Manuel Barroso à la présidence de la Commission européenne, son bilan ne plaidant vraiment pas pour sa reconduction.

Ils ne voteront pas plus aujourd'hui pour le collège des commissaires, l'absence d'ambition manifestée par nombre de ses membres pendant leurs auditions ne laissant guère espérer la Commission forte dont l'Union européenne a vitalement besoin. De plus, des faits récents ont tristement mis la lumière sur l'incapacité de cette équipe à prendre la mesure des événements.

 

Le doute s'est instillé dès décembre lors de la Conférence sur le changement climatique à Copenhague où l'Europe s'est montrée incapable de parler d'une seule voix, celle de la Commission et de son Président, alors même que l'Union européenne avait une position commune parfaitement définie, validée depuis de longs mois par le Conseil et le Parlement. Ce doute s'est confirmé en janvier quand la Haute Représentante et vice-Présidente de la Commission, Catherine Ashton, refusant d'endosser des habits manifestement trop grands pour elle, non seulement ne s'est pas rendue à Haïti pour témoigner de la solidarité européenne à ce peuple martyr mais n'a pas non plus assisté à la Conférence des donateurs à Montréal où à l'évidence sa présence était requise pour coordonner l'aide de l'UE et de ses Etats membres. Enfin le doute n'est plus permis en ce mois de février au moment où  un membre de la zone euro, la Grèce, est attaqué par des spéculateurs, sans que la Commission ne soit capable de présenter le moindre plan de sauvetage crédible.

Pour toutes ces raisons, les élus du Mouvement Démocrate au Parlement Européén n'accorderont pas leur confiance à la commission Barroso II.

 

Marielle de Sarnez

Commenter cet article