David Guillerm, Président MoDem Finistère

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

Toulouse : Bayrou parle des problèmes de société, les autres candidats se défilent

Publié le 20 Mars 2012 par David Guillerm in France

bayrou-copie-3.jpg

J’ai été frappé de voir, suite à la tuerie de Toulouse, que la classe politique voulait éviter à tout prix le débat pour, disaient-ils, respecter les morts. La situation extraordinaire que connait la France suite à cette affaire  mérite, bien sûr, beaucoup de respect et de dignité mais le silence de responsables politiques est plutôt révélateur d’un manque de profondeur.


C’est le rôle de nos responsables de diagnostiquer les problèmes de notre société afin d’y répondre. Lorsque François Bayrou considère que la tuerie de Toulouse s'enracine "dans l'état d'une société" malade de ses divisions, il affirme une position philosophique et construite. Qui n’a pas constaté en France une augmentation d’actes de violence et de discrimination ? Face au développement sournois et rampant du racisme, de l’homophobie, de la violence vis-à-vis des minorités, François Hollande se défile, Nicolas Sarkozy essaye cyniquement d’en profiter pour sa campagne présidentielle, cela n’honore pas la politique.


La campagne présidentielle ne doit pas s’arrêter, elle doit continuer pour combattre cette violence. Comme François Bayrou l’a affirmé dans un discours grave devant plus de 2000 personnes hier à Grenoble : « Notre responsabilité à nous, citoyens, engagés, hommes publics, c'est au contraire, au lieu d'attiser les passions de faire baisser les passions, au lieu de nourrir les affrontements de cultiver la compréhension réciproque. Et c'est très important dans les temps de crise que nous vivons parce que les temps de crise rendent les hommes plus fragiles et les sociétés plus encore. »


La campagne présidentielle risque d’être bouleversée par cette affaire mais elle ne doit pas céder à l’émotion. Les citoyens ne doivent pas céder à la peur et faire un choix pour des raisons viscérales. C’est la raison, et la responsabilité de chacun qui doit faire élire à la tête de la République, un candidat prêt à relever les défis qui s’annoncent.

 

 

Commenter cet article