David Guillerm

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

Voir les choses avec humour

Publié le 13 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

Malgré le fait que la campagne européenne ne démarre pas dans l'opinion public, certain garde de l'humour pour faire campagne.

Regardez la vidéo pour la promotion du vote le 7 Juin 2009.

commentaires

Proposition du MoDem pour l'Europe 1

Publié le 13 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

I - L’Europe durable : Économie, social, environnement.

1. Crise économique et financière

·                         Grand emprunt européen de 3% du PIB, orienté vers les PME.

·                         Gouvernance économique européenne avec régulateurs européens.

·                         Création d’une monnaie de réserve mondiale en remplacement du dollar

·                         Éradication des paradis fiscaux.

·                         Organisation des marchés à terme pour éviter les dérives.

·                         Taxe sur les transactions internationales de type Tobin.

·                         Suppression des stock-options pour les entreprises cotées en bourse afin de favoriser l’économie réelle.

·                         Instauration d’une autorité européenne des marchés financiers.

·                         Harmonisation fiscale pour éviter le dumping qui provoque la concurrence des États au lieu de leur coopération.

·                         Le protectionnisme est une mauvaise réponse, en revanche les produits importés doivent être soumis aux mêmes règles que nos propres produits, c’est la justice la plus élémentaire. Si ce n’est pas le cas, on peut et on doit taxer ces importations de façon compensatoire afin de rétablir la juste compétition.

·                         Élargissement de la zone euro comme geste politique aussi fort que la réunification de l’Allemagne. Les conséquences seraient un renforcement de la solidarité intra-européenne et du poids de l’Union.

Sources : 12 engagements. Discours du 29 mars. Site de campagne du MoDem. Intervention de Marielle de Sarnez au Parlement européen le 22 avril.

2. Réforme de la BCE

·                         Institution d’un pouvoir économique au niveau de la zone euro (gouvernance économique européenne).

·                         Mise en place d’une commission bancaire européenne.

·                         Élargissement de la mission de la BCE à l’action en faveur du plein emploi.

Sources : Propositions anti-crise KGW. Site de campagne du MoDem.

3. Emploi

·                         Élargissement de la mission de la BCE à l’action en faveur du plein emploi.

·                         Favoriser les revalorisations salariales par des baisses de charges plus fortes sur les salaires représentant une fois et demi à deux fois et demi le smic afin d’éviter les trappes à bas salaires.

·                         Accepter les règles du libre-échange sauf lorsqu’il devient un moyen avéré et avoué de faire « baisser le coût du travail », donc les salaires, ce qui, en comprimant la consommation, est l’une des causes principales de la crise que nous traversons.

Sources : Propositions anti-crise KGW.

4. Europe sociale

·                         La vocation sociale doit être placée au cœur du projet européen.C’est une faute que l’Europe ait été enfermée sur la seule organisation du marché. L’Europe était une construction pour défendre des valeurs. La crise vient de ce que les considérations uniquement économiques et financières l’ont emporté sur toutes les autres : il faut que l’Europe réhabilite le modèle solidaire.

·                         L’exigence sociale, démocratique et écologique doit être placée au même niveau que la concurrence.

·                         Droit du travail européen apportant de nouveaux droits : santé, droits sociaux, protection des publics fragiles.

·                         L’éducation et la santé ne sont pas des domaines dans lesquels la concurrence doit passer en premier. Ce n’est pas le marché qui doit les gouverner mais le choix politique des citoyens.

·                         L’harmonisation sociale pose des problèmes en raison des grandes différences de couverture sociale : un SMIC européen est impossible à définir. Mais on peut se fixer des règles de convergence sociale sur le même modèle que les convergences monétaires qui ont permis l’euro, afin de construire un modèle social européen à horizon 10 ans. La solidarité ne s’arrête pas aux solidarités à l’intérieur d’une même génération, mais doit s’étendre aux solidarités entre les générations. Il faut donc prendre en compte les intérêts des générations futures.

Sources : 12 engagements. Site de campagne du MoDem. Discours du 9 avril. Discours du 29 avril. Discours du 25 avril.

5. Politique industrielle

·                         Grands travaux d’infrastructure et d’équipements (transports, éducation, santé, logement social, économie numérique)

·                         Small Business Act européen

·                         Défense des services publics, qui ne doivent pas être soumis à la loi du profit.

Sources : Propositions anti-crise KGW. Manifeste du Parti démocrate européen. Interview de Marielle de Sarnez à Fréquence Protestante.

6. Politique de la recherche

·                         Coordination et mutualisation des politiques de recherche

·                         Doublement du budget pour la recherche

·                         Aide efficace au dépôt de brevets

Source : 12 engagements

7. Énergie

·                         Nécessité d’une puissante coordination des politiques énergétiques nationales.

·                         Politique énergétique préparant les énergies du futur.

·                         Le débat sur l’énergie nucléaire est essentiel. Le contrôle de l’industrie nucléaire doit rester l’affaire des citoyens et ne pas passer aux mains d’intérêts privés.

Source : Site de campagne du MoDem. Discours du 29 avril.

8. Environnement

·                        Les contraintes environnementales sont inéluctables. Les ressources naturelles ne sont pas infinies. On n’a le choix qu’entre subir l’inéluctable et construire le monde qui tiendra compte de ces contraintes. Arrêtons de subir et commençons à construire.

·                         Véritable politique de développement durable : les conséquences à long terme doivent être prises en compte dans toute décision. On doit se poser la question : cette politique est-elle tenable sur le long terme ?

·                         Une industrie propre, ce ne sont pas que des sacrifices à faire, mais aussi un grand potentiel de création et de richesse.

·                         Le maintien de notre niveau de vie ne peut se faire que si on accepte le passage à une société plus sobre, qui privilégie le qualitatif au quantitatif.

·                         Faire le lien entre l’entrepreneurial, le social, l’environnemental et le développement durable.

·                         Industrie verte : par le levier économique on peut réorienter des productions qui sont aujourd’hui impactantes sur l’environnement.

·                         Protection de la biodiversité, pour des raisons de qualité environnementale et pour des raisons économiques (des études prouvent qu’à long terme, sa préservation produit plus de richesses que sa destruction).

·                         Exemplarité : l’écologie ça commence par les petits gestes concrets. Par exemple, que les députés européens se donnent les moyens de compenser les émissions de CO2 liées à leurs déplacements.

·                         Un commissariat européen au plan. L’économie planifiée est un instrument incontournable pour penser le long terme, et ce plan doit être pensé au niveau européen. Il y a une « ardente obligation du plan en matière environnementale et en matière énergétique » (François Bayrou).

Source : Convention du 29 avril.

9. Transport

·                         Développer les lignes de chemin de fer de liaisons directes entre métropoles européennes.

·                         L’accès aux transports doit être le même tout le territoire de l’Union.

Sources : Propositions anti-crise KGW. Site de campagne du MoDem.

10. Réforme de la politique agricole

·                         La PAC n’a plus d’objectifs, il faut lui donner de nouvelles ambitions : sécurité alimentaire, exigence environnementale, exploitations de taille humaine.

·                         L’agriculture est un enjeu de dimension mondiale, parce que l’équilibre de la planète dépend de la situation des paysans du Tiers-monde. Or il n’y a d’accès aux enjeux mondiaux que par l’Europe.

·                         Poser la question des paysans, pas seulement celle de la production. Il faut éviter le délitement du tissu agricole avant que ce soit irréversible.

·                         Défendre l’organisation des marchés pour obtenir des prix rémunérateurs. Régulation des marchés à terme. Défense des quotas laitiers qui permettent aux petites exploitations de survivre, en particulier dans les zones de montagne.

·                         Utiliser les surplus céréaliers (inévitables à cause de la variabilité de la production) pour les nouvelles applications industrielles : agro-carburants, agro-industrie, biomasse.

·                         Soutenir de façon plus incitative l’installation ou la réinstallation de jeunes agriculteurs en protégeant mieux leurs revenus des aléas du marché et des pressions monopolistiques, qu’il s’agisse de la grande distribution ou des abattoirs.

·                         Encourager l’agriculture biologique qui donnent un meilleur équilibre économique à l’agriculteur et de meilleurs produits aux consommateurs.

·                         Permettre l’organisation des producteurs comme rééquilibrage nécessaire dans le rapport de forces avec les centrales d’achat.

·                         Co-expertise : associer les représentants du monde agricole à toute décision les concernant. L’expertise scientifique doit inclure des scientifiques désignés par les professionnels en plus des scientifiques désignés par les autorités politiques européennes.

·                         Changer le calendrier des quotas de pêche pour que l’adaptation nécessaire se fasse sur les grandes pêches de l’hiver et pas sur la pêche des petits artisans locaux. Ça ne coûte rien au contribuable et ça change tout pour le pêcheur.

·                         Favoriser les moyens de propulsion nouveaux (hydrogène, pile à combustible) par rapport aux moteurs à combustible fossile (polluants et non durables).

Source : Site de campagne du MoDem. Propositions anti-crise KGW. Discours du 15 avril.

11. Budget de l’Union européenne

·                         Doublement du budget de l’Union.

·                         Le Parlement européen doit décider du volume.

·                         Budget alimenté par un impôt unique sur l’ensemble des pays de l’Union (par exemple sur les transactions bancaires et boursières).

Source : 12 engagements.

commentaires

15 Mai, l'Europe pour tous

Publié le 12 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

L'Europe au quotidien, l'Europe pour tous.

Réunion publique organisé par la 4e circonscription
le vendredi 15 Mai 2009 à 20H

Mairie de Morlaix

animée par

Roland Guillon, intervenant spécialiste de l'Europe

Anne-Marie Crolais, candidate européenne, conseillère régionale

Jean-Pierre Marc, Vice-président MoDem 29

Marie Pierre Prigent, déléguée de la circonscription

commentaires

UE: PSE et PPE votent pareil à 97%

Publié le 12 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

Par Le Vrai débat. Qui nous révèle une incroyable statistique indiquant que le PPE et le PSE sont alignés dans la plupart des votes ! On comprend mieux le sens de l'abstention massive des citoyens de l'Union que nous annoncent la plupart des instituts de sondage.

Pas d'article détaillé aujourd'hui, mais un simple chiffre : 97%.
Dans 97% des cas en 2008, le PSE (parti socialiste européen, au sein duquel siègent les socialistes français) et le PPE (parti populaire européen, dont l'UMP) ont voté dans le même sens les textes qui leur étaient soumis au parlement européen. Soit 10 votes différents seulement sur un total de 535. C'est le résultat d'une étude dont les détails seront prochainement publiés.

Lorsqu'on sait que plus de 80% de nos lois sont issues de cette législation européenne, on comprend pourquoi l'opposition médiatique entre le PS et l'UMP n'est qu'une duperie, une comédie destinée à masquer la collusion des deux piliers du Système, et de leurs supplétifs.

Il est très important de diffuser au maximum ce chiffre avant le 7 juin, jour des élections européennes, pour que les Français puissent enfin connaître la vérité, et se prononcer en conscience.

Retrouvez les articles du Vrai Débat
commentaires

Lancement de Breizhio

Publié le 11 Mai 2009 par David Guillerm dans Bretagne

Breizhio, la chaine vidéo du Mouvement Démocrate Breton vient de voir le jour! Retrouvez sur cette chaine, toute l'actualité vidéo du MoDem en Bretagne.

Ainsi, suivez une partie de la campagne européenne sur Breizhio et à venir, l'actualité du groupe MoDem au Conseil Régional de Bretagne.

Breizhio, Le Lancement
Vidéo envoyée par loumos

Vidéo de promotion pour le lancement de Breizhio, la Chaine vidéo du Mouvement Démocrate Breton.

commentaires

Touche pas à Schuman !

Publié le 10 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

Sylvie Goulard, Tête de liste du MoDem pour l'Ouest.
9 mai 2009

C’est le printemps. Inexactitudes historiques et approximations fleurissent. Et, comme dirait Cyrano de Bergerac à Roxane « je vais vous les jeter en touffe ». Car plus c’est gros, plus ça passe ! Le 9 mai, jour anniversaire de la déclaration Schuman, il est utile de rétablir quelques vérités européennes malmenées, notamment par le Président de la République dans le discours qu’il a tenu à Nîmes le 5 mai.

Pour les jeunes générations, rendons avec soin, à chacun, la part d’Histoire qui lui revient. Invoquer les « fondateurs » et ne citer que de Gaulle et Adenauer, voilà qui est étrange. Quand le 9 mai 1950, Robert Schuman, inspiré par Jean Monnet, propose au Chancelier Adenauer de mettre en commun le charbon et l’acier, les Gaullistes, ainsi que les communistes, crient à la trahison. Comme ils combattent la Communauté européenne de défense en 1954, précipitant son échec et accélérant le réarmement de l’Allemagne qu’ils prétendaient éviter. Comme ils attaquent le traité de Rome en 1957, avec une rare clairvoyance. Dans les années 60, le général de Gaulle redonne un élan décisif à la coopération bilatérale franco-allemande mais il rudoie les partenaires européens en pratiquant la politique de « la chaise vide ». Sous ses coups, l’Europe ralentit sa marche.

Schuman attachait beaucoup d’importance à la démocratie ; d’emblée, il avait tenu à ce que la Communauté du Charbon et de l’Acier eût une assemblée parlementaire ; à terme, il souhaitait son élection directe au suffrage universel. En 1978, c’est justement à propos du passage au suffrage universel direct pour les élections européennes que le gaulliste Jacques Chirac, lance son brillant « appel de Cochin » contre « le parti de l’étranger » ! Le renforcement de la démocratie, voilà l’ennemi ! Si le centre et une partie de la gauche modérée n’avaient pas uni leurs forces, des décennies durant, contre cet esprit rétrograde, l’UE ne serait sans doute pas née. Nous aurions moins de démocratie, moins de débat public en Europe.

A la fin de l’année 2008, la Présidence française, a permis aux questions européennes de tenir le devant de la scène. Mais était-ce l’Europe ou… la scène qui intéressait l’acteur principal ? Depuis janvier, l’élan est retombé. Jean-Pierre Jouyet s’en est allé. En dépit de l’imminence du scrutin, les crédits consacrés à l’action du ministère des affaires européennes ont été drastiquement réduits. Une fois le show fini, à quoi bon l’Europe? Sans parler de la dégradation de la relation franco-allemande qui ternit singulièrement le bilan de la présidence française. Peu réactifs dans la crise, les Allemands portent leur part de responsabilité dans l’éloignement mutuel. Mais depuis le projet d’Union de la Méditerranée qui tentait de recréer une zone d’influence française, les blessures sont là. Et en dépit des efforts de Bruno Lemaire, la confiance n’est pas encore revenue. Quelle différence avec l’estime dont jouissait outre-Rhin un Schuman qui connaissait parfaitement la langue et la culture allemande !

Sur le fond, on joue sur la complexité des questions européennes pour embrouiller les Français. A Nîmes, le Président de la République appelle à un débat sur la fiscalité en Europe. Dommage que les conclusions du Conseil européen qu’il a organisé et présidé le 12 décembre dernier prévoient expressément: « aucune des dispositions du traité de Lisbonne ne modifie en quoique ce soit, pour aucun Etat membre, l’étendue ou la mise en œuvre des compétences de l’UE dans le domaine fiscal ». Le débat a déjà été tranché : les Irlandais ont obtenu le maintien de l’unanimité dans la perspective d’un nouveau referendum sur le traité de Lisbonne. Ces textes sont disponibles, dans toutes les langues officielles de l’UE, sur la toile mais qui ira vérifier ? Déjà, le « furet » a filé ailleurs. Et prétend le contraire, pour brouiller les pistes.

Même zig-zag sur les symboles : malgré la photographie officielle du Président, à côté du drapeau européen, malgré l’implantation du Parlement européen à Strasbourg, les autorités françaises n’ont pas signé, fin 2007, la déclaration sur les symboles rédigée par seize Etats. De même, l’Elysée a rejeté la suggestion, venue de la société civile, de lire aux lycéens la déclaration Schuman, et non seulement la lettre de Guy Môquet.

Sous une révérence de façade aux pères fondateurs, certains ne vendent qu’un ersatz d’Europe. N’est pas Robert Schuman qui veut.


Sylvie Goulard

commentaires

deux candidats pour le PDE

Publié le 9 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

Alors que les socialistes européens sont incapables de se mettre d’accord sur un nom pour s’opposer à la reconduction du conservateur José Manuel Durao Barroso à la tête de la Commission, c’est presque le trop-plein du côté du Parti démocrate européen (PDE).

Essentiellement composé du Modem de François Bayrou et de la Margherita italienne de Francesco Rutelli, le PDE, réuni en congrès ce matin à Bilbao, a décidé de présenter les candidatures, avec leur accord, du Belge Guy Verhofstadt, ancien premier ministre (1999-2007) (photo), et de l’Italien Mario Monti, l’ancien commissaire européen à la concurrence. Le premier est un libéral social, le second un technicien sans étiquette.

Jean & potes 04

 

Le PDE veut ainsi souligner qu’il existe des alternatives crédibles à Barroso, contrairement à ce que semble croire le PSE. « Nous avons voulu présenter deux profils différents, de bon niveau, qui peuvent faire consensus », m’a expliqué François Bayrou, le patron du Modem. « Leur profil est bien meilleur que celui de Barroso qui a montré sa faiblesse vis-à-vis des États membres et qui reste un partisan convaincu du laisser-faire économique » (photo: Mario Monti, de face).

Le calcul du Modem est simple : en application du traité de Lisbonne, Barroso devra obtenir le soutien de la majorité absolue des membres du Parlement européen et pas seulement celui d’une majorité simple. Si une partie des socialistes fait défection (les délégations espagnoles, portugaises et britanniques devraient soutenir Barroso), l’ancien premier ministre portugais pourrait donc être battu, puisqu’il ne peut pas compter sur le soutien d’autres familles politiques. « Dans ce cas, nous offrons au Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement le choix entre deux personnalités d’envergure », explique François Bayrou. « Ainsi, nous ne donnons pas le sentiment qu’on est bloqué sur une personnalité ».

commentaires

Fête de l'Europe

Publié le 9 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

A l'occasion de la Fête de l'Europe, le MoDem sera présent cet après-midi sur la place de la Liberté de Brest pour un tractage européen.
commentaires

Le MoDem règle ses comptes avec l'UMP

Publié le 8 Mai 2009 par David Guillerm dans Europe

La publication de la liste UMP pour les élections européennes dans le Grand Ouest, hier après-midi, annonce un prochain avis de tempête dans la paisible baie de Saint-Brieuc.

Alain Cadec, premier adjoint au maire de Saint-Brieuc sera le numéro 3 de l'équipe UMP menée par l'Angevin Christophe Béchu aux européennes... et il sera l'adversaire de Bruno Joncour, numéro deux de la liste MoDem conduite par Sylvie Goulard! Le maire de Saint-Brieuc, avisé de la chose, par son premier adjoint, quelques heures seulement avant la divulgation de la liste, a du mal à avaler la couleuvre. Il voit dans le choix de l'appareil UMP, «une véritable provocation, une manifestation de plus d'empêcher François Bayrou d'exister». Au-delà de cette considération d'ordre national, le maire de Saint-Brieuc voit aussi dans la démarche personnelle de son premier adjoint, «une certaine forme de trahison». On se souvient qu'il y a deux ans, à l'occasion des législatives, Bruno Joncour avait obtenu l'accord de François Bayrou pour que, dans la circonscription de Saint-Brieuc, le MoDem ne présente pas de candidat face à l'UMP Alain Cadec. Une exception remarquée dans les Côtes-d'Armor et expliquée par Bruno Joncour pour des raisons de «cohérence», à un an des municipales.

Un tournant

La candidature unique d'Alain Cadec n'avait pas empêché la socialiste Danièle Bousquet de conserver son siège. Mais au soir des résultats, on avait vu Bruno Joncour réconforter le candidat battu, l'assurant même de «toute son amitié», et le conforter dans son poste de premier adjoint quelques mois plus tard. Leurs relations ont, en tout cas, pris depuis hier un nouveau tournant. Ce ne sera sans doute pas sans conséquences sur la vie municipale briochine. Le maire et son adjoint sont désormais adversaires dans un scrutin qui donne un certain avantage à Alain Cadec. Au vu des résultats des précédentes élections et du découpage de la circonscription Ouest (elle va de Brest à Poitiers), aujourd'hui, une troisième position sur la liste UMP semble plus favorable qu'une place de numéro 2 sur la liste du MoDem.


Patrick Le Nen, Le Télégramme.

commentaires
<< < 100 110 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 140 > >>