David Guillerm

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

Aidons le gouvernement à abroger le décret sur les éthylotests obligatoires

Publié le 11 Juillet 2012 par David Guillerm dans France

ethylotests.jpgDepuis le 1er juillet, chaque automobiliste doit avoir 2 éthylotests dans sa voiture, l’un pour se tester en cas de doute, et l’autre à présenter aux gendarmes en cas de contrôle, d’après un décret publié par le gouvernement UMP avant les élections présidentielles.  


Perso, je veux bien entendre la jolie musique officielle selon laquelle ce décret permettra de lutter contre l’alcoolisme au volant mais celle-ci est loin de refléter la manière dont a été fait ce décret.


En 2011, l’association "I-Test" est créé par des promoteurs des fabricants d’éthylotests afin de militer en faveur d’éthylotests obligatoires dans toutes les voitures. Le président de l'association à l'origine du décret du 28 février, travaille pour Contralco et le Vice-président pour Pelimex, les deux entreprises certifiées pour fabriquer les fameux éthylotests.


C’est après avoir interpellé Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur que se décret est sorti, créant par la même occasion une nouvelle amende de 17 euros pour apporter de l’argent à l’Etat.


Avec 37 millions de conducteurs obligés d'acheter deux éthylotests chimiques, les deux entreprises peuvent se frotter les mains avec plusieurs dizaines de millions d’euros à la clé. Le calcul est vite fait : 38 millions de voitures x 2 éthylotests à 1€ pièce = 76 millions d’euros garantis dès l’application du décret.


La meilleure nouvelle, c’est que les éthylotests disponibles sur le marché se conservent généralement autour de 0 - 20 degrés. Dans des voitures où la température monte facilement à 50 degrés voir plus l’été, le parc va devoir être renouvelé quotidiennement…


Les militants UMP pourront dire ce qu’ils veulent mais ce décret débile vient bien du gouvernement Fillon-Sarkozy. « Vive l’UMP, vive le lobbying des industriels de la prévention routière », il y a quand même peu de chance d’entendre beaucoup de monde crier ce slogan… Contralco, déjà leader mondial de ces ballons gonflables va en tout cas pouvoir fournir des millions d'automobilistes français. Une aubaine pour cette PME, qui était au bord de la faillite il y a quelques mois et va ainsi se renflouer avec une demande qui devrait avoisiner les 5 millions d'éthylotests par mois…


Je me demande ce que va faire maintenant le gouvernement Ayrault-Hollande. Fera-t-il passer l’intérêt des citoyens avant celui des industriels et de leur puissant lobbying ?


On peut toujours essayer de le faire basculer en notre faveur grâce à la pétition en ligne qui s’est mise en place hier et qui regroupe déjà quelques milliers de personnes. A cette vitesse, on devrait atteindre des dizaines de milliers d’automobilistes en un temps record.


Pour signez la pétition, rendez-vous ici

petition-ethylotests.png

commentaires

Tonnerres de Brest 2012 et visite du Président de la République

Publié le 11 Juillet 2012 par David Guillerm dans Bretagne

logo-tonnerres-de-brest.pngLes Tonnerres de Brest 2012, fêtes maritimes de la ville, se dérouleront du 13 au 19 juillet 2012. Cette édition fêtera les 20 ans de cette manifestation maritime unique, où le port et la ville vont vibrer et être illuminés par les plus belles flottilles du patrimoine maritime mondial.


Après avoir été en 2010, capitale maritime de la biodiversité marine, Brest va pouvoir une nouvelle fois afficher sa volonté de devenir la capitale européenne de la mer et des activités maritimes et nautiques.


Du canot au Trois-mâts majestueux, du remorqueur au paquebot, de l’univers des sciences au monde des arts et du mousse au vieux loup de mer, tous les marins et toutes les marines se rencontreront sur le port et sur les quais de Brestpour un grand moment de partage, de découverte et d’échanges, dans un contexte festif et dans la plus pure tradition des gens de mer.


Evènement incontournable de l’été, François Hollande, le nouveau Président de la République a promis d’y faire un passage, samedi 14 juillet. On pourra certainement croiser d’autres personnalités politiques sur les quais de la ville entre le 13 et le 19 juillet.


Si je devais vous conseiller une journée lors de ces Tonnerres de Brest, je choisirai sans l’ombre d’un doute celle du 19 juillet où aura lieu le départ de la grande parade Brest-Douarnenez. Moment magique visible de toute la rade de Brest, cette parade est un moment unique. 


 

commentaires

La Terre comme vous ne l’avez jamais vue

Publié le 6 Juillet 2012 par David Guillerm dans environnement

 

 

Le web regorge de perles comme cet époustouflant montage vidéo réalisé par un amateur originaire de Croatie à partir d’images prises par l’ISS (International Space Station). On découvre durant ces deux minutes, des nuages​ mésosphériques polaires, des aurores boréales ou encore le levé de lune. Une vidéo à partager car ses images de notre belle planète sont rares et remarquables.

commentaires

Dans le Finistère, les députés PS ne montrent pas l’exemple

Publié le 5 Juillet 2012 par David Guillerm dans Finistère

PS29.jpgLe site France Tv info a publié, il y a quelques jours, un article consacré au cumul de mandats de nos nouveaux députés. Alors que 92% des Français seraient favorables à l’interdiction de cumuler des mandats, 60% des députés de l’Assemblée nationale continue à posséder plusieurs mandats, soit 339 députés sur 577.


Durant la campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé à faire adopter une loi interdisant le cumul des mandats. Plus tôt encore, le PS mené par Martine Aubry, avait fait adopter par ses militants, ce principe voté dès 2010. Pour obtenir l'investiture du parti aux législatives, tous les candidats PS se sont engagés, par écrit, à respecter ce principe.


Pourtant, 188 des 315 députés socialistes et radicaux de gauche (60%) cumuleraient encore aujourd’hui des mandats et beaucoup d’élus auraient déjà renoncé à respecter leur promesse.


Dans le Finistère, seulement 3 des 8 députés PS respectent pour l’heure ce principe : Gilbert LE BRIS, Annick LE LOCH et Jean-Jacques URVOAS. Les 5 autres députés socialistes cumulent aujourd’hui un mandat de député avec un mandat local.


Patricia Adam est déjà Conseillère générale, Jean-Luc Bleuven, Maire de Plabennec, Gwenegan Bui est Vice-Président du Conseil régional de Bretagne tandis que Richard Ferrand est Conseiller régional et Chantal Guittet, Adjointe au Maire du Relecq-Kerhuon.

 

Les députés PS ont jusqu’au mois de septembre pour respecter leur engagement auprès du parti et suivre le souhait de 92% des Français. Ils ont plutôt intérêt à rendre leur mandat local parce qu’on aura assez entendu de socialistes pendant la campagne des élections législatives nous dire que le respect des citoyens et le non-cumul de mandat, c’était eux ! Nous observerons dans les prochaines semaines si des changements sont accomplis à ce niveau. 

commentaires

Le MoDem et Bayrou maintiennent le cap

Publié le 3 Juillet 2012 par David Guillerm dans Mouvement Démocrate

conseil_national_modem.jpg

 

Le Mouvement Démocrate, présidé par François Bayrou, a tenu son Conseil National samedi dernier. J’avais exprimé avant ce rendez-vous, ma position personnelle quant à l’avenir du parti. Ce long Conseil National (près de 4h) sera revenu sur l’analyse des résultats de la présidentielle et des élections législatives et sur les perspectives futures pour le MoDem.


Malgré les difficultés dues aux résultats des élections législatives, le MoDem ne disparaitra pas et va continuer à travailler pour s’implanter localement.  Les premiers pas du gouvernement ainsi que l’audit de la Cour des comptes confirment le réalisme du projet présidentiel de François Bayrou et témoigne de la nécessité d’existence du courant démocrate et centriste dans la vie politique française.  


Les cadres du MoDem ont ainsi acté la nécessité de reconstruire une base d’élus solides et implantés sur le territoire durant les prochains scrutins électoraux. Une réflexion sur l'organisation du parti et la préparation des prochaines échéances électorales sera menée par de jeunes cadres du parti sous la houlette de Marc Fesneau, notre Secrétaire Général.


Dans le même temps, François Bayrou raréfiera sa présence médiatique afin de lui donner plus de valeur, de profondeur et pour permettre à une nouvelle génération de percer médiatiquement. L'expression quotidienne du parti sur l'actualité se fera de cette manière par notre porte-parole Yann Werhling et par les six vice-présidents du MoDem sous la houlette de Marielle de Sarnez.


La suite des évènements dus à la situation économique devrait confirmer les intuitions de François Bayrou durant la présidentielle. Le MoDem doit être prêt à apporter les solutions qui s’imposent dans un avenir proche. Le maintien de François Bayrou a la présidence du MoDem permettra au parti de continuer à posséder une parole médiatique forte pour exprimer ces solutions mais également à faire connaitre une nouvelle génération pour défendre ces solutions.


Le travail doit maintenant se situer dans la réactivation des commissions qui permettront de détailler le programme du Mouvement Démocrate pour relever la France et dans l’implantation sur le terrain. Les deux prochains rendez-vous du parti seront l’Université de rentrée du Modem en septembre et le Congrès national qui aura lieu en 2013.

 

 


Conférence de presse suite au Conseil National du 30/06/2012
commentaires

Touche pas à mon sigle MoDem

Publié le 28 Juin 2012 par David Guillerm dans Mouvement Démocrate

nouveau-logo-modem.jpgA l’approche du Conseil National du Mouvement Démocrate qui se déroulera samedi 30 juin, de nombreux cadres et militants commencent à donner des positions stratégiques pour l’avenir de notre mouvement. De multiples points de vue s’affrontent empêchant de pressentir le choix qui ressortira de ce rendez-vous.


N’étant pas membre de ce Conseil National, je vais également profiter de cette période pour donner mon opinion. Les résultats de la présidentielle, mais surtout des élections législatives, ne nous placent pas dans une configuration très favorable. Les revenus du parti devraient être divisés par 3 pour les prochaines années et notre place médiatique réduite.


Dans cette situation difficile, je crois que nous devons continuer à réfléchir calmement. En effet, si nous avons la possibilité financière de perpétuer notre existence, alors nous avons de nombreux mois pour nous positionner car les prochaines élections n’auront lieu qu’en 2014.

Conserver le sigle MoDem

J’ai souvent entendu des militants affirmer qu’il nous fallait changer de nom à notre mouvement politique pour relancer la machine électorale. Cette position me semble pourtant inutile et dangereuse. Je vais vous expliquer pourquoi.


Nous devons considérer le Mouvement Démocrate (et le sigle MoDem) comme une marque. Celle-ci a été créée durant une dynamique, elle a eu 4,5 ans pour entrer dans l’esprit des électeurs. Quoiqu’on en dise, la marque MoDem est aujourd’hui connue de tous. Changer le nom de notre parti serait une erreur alors même que nous sommes dans une situation difficile qui empêcherait d’implanter un nouveau nom.  Le label  « Le Centre pour la France » est d’ailleurs un exemple concret à ne pas suivre.


Nous devons profiter de la notoriété du MoDem. Seul le positionnement de cette « marque » est aujourd’hui à revoir. Alors qu’on associe l’entreprise à l’UMP et le social au PS (je sais, c’est très gros et très gras…), aucune valeurs et positons fortes ne sont associés au MoDem. Il est temps pour nous de faire aussi un peu de marketing politique.


Lorsqu’une marque commerciale est en difficulté, elle se repositionne et réaffirme ses valeurs et ne disparait pas. Par exemple, on a vu fleurir des publicités pour nos banques après la crise financière dans lesquelles elles réaffirmaient un positionnement humain (solidarité, respect, innovation…).


Si j’étais membre du Conseil National, je défendrai donc en premier lieu le maintien du nom de notre parti.

Une alliance politique ?

Depuis notre échec aux élections législatives, on entend de nombreux militants demander aux dirigeants du MoDem d’accepter le concept des alliances avec l’UMP ou le PS. Nous devrons peut être réfléchir à des partenariats, mais avec 2%, je pense ces deux entités n’ont pour l’instant aucun intérêt à s’allier avec nous. Le PS ne veut pas de nous et l’a fait comprendre. L’UMP reproche encore à François Bayrou sa position de second tour.


Une alliance politique pourrait peut-être se formaliser avec le rassemblement voulu par Jean-Louis Borloo dans son futur parti de droite modéré UDI. Le MoDem deviendrait alors une entité de la future confédération. Les cadres du parti accepteraient alors de travailler avec des personnalités qui ont cautionné pendant 5 ans l’action de Sarkozy.


Il faudra réfléchir à ces possibilités sans précipitation. Personnellement, je pense que si nous avons la capacité financière, nous devrons dans un premier temps, essayer de nous reconstruire. Si la dynamique repart d’ici 2013, nous pourrons aborder les élections de 2014 sereinement, si ce n’est pas le cas, nous devrons nous positionner sur nos alliances. Nous verrons durant cette période comment se décantera la situation politique ce qui facilitera les choses.

De l’écurie présidentielle au parti politique

De 2012 à 2014, notre mouvement devra relever de nombreux défis. Il devra enfin passer de l’écurie présidentielle au parti politique qui s’organise et se donne les moyens de gagner durant toutes les élections.


Pour réussir ces objectifs, le Mouvement Démocrate devra multiplier les profils et les personnalités afin de faire connaître une nouvelle génération politique. François Bayrou devra contribuer à l’émergence de celle-ci. En interne, l’organisation aura besoin de mettre en place des chasseurs de têtes pour trouver ces profils. Les élections devront s’organiser bien plus en amont avec des candidats sélectionnés et connus des mois voir des années à l’avance afin qu’ils puissent préparer le terrain. Par exemple, nos futures têtes de liste aux élections européennes, régionales et municipales (dans les grandes villes) devraient être connues dès 2013. Ces candidats devront être formés.


En parallèle de cette nouvelle organisation interne, notre parti devra focaliser son intention sur le fond, afin de travailler son corpus idéologique pour pouvoir apporter un ensemble de solutions construites, analysées et budgétisées pour le pays. En relançant les commissions internes, notre mouvement sera capable d’apporter un programme dense et détaillé pour l’économie, les questions de société, l’environnement, la production, la culture, etc.


Travailler le fond et préparer les élections, cette méthode classique est la meilleure pour repositionner le MoDem et relancer la machine électorale. Nous savons que notre projet est cohérent et crédible. François Hollande reprend d’ailleurs depuis une semaine la politique prônée par François Bayrou pendant la campagne présidentielle. C’est maintenant à nous de savoir vendre notre étiquette.


Je pense avoir réussi dans ce billet à synthétiser ma pensée concernant l’avenir du Mouvement Démocrate. N’étant pas membre du Conseil National, j’espère que des cadres porteront la même vision durant ce rendez-vous déterminant pour la suite.

commentaires

Hollande et son gouvernement rattrapés par la réalité

Publié le 27 Juin 2012 par David Guillerm dans France

cahuzac.jpg

 

Avec un ralentissement économique et un PIB de seulement 0,4% prévu en 2012, le nouveau Président de la République, François Hollande, et son gouvernement sont durement ramenés à la réalité.  Durant la campagne présidentielle, le candidat socialiste avait parié angéliquement sur une croissance plus forte pour se faire de nombreuses promesses aux Français.

 

Une fois encore, les citoyens ont été trompés par une campagne de promesses. On nous sort maintenant l’excuse de « l’ardoise dissimulée » dixit le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, pour justifier la rigueur à venir. Pourtant, personne ne peut dire qu’il ne connaissait pas, à l’époque, l’état des finances du pays. Le PS a préféré jouer la facilité en omettant celle-ci durant la campagne.

 

On s’en doutait, François Hollande  n’appliquera pas son programme économique car il ne pourra pas. Ce n’est pas plus mal comme le dit l’Hérétique, ça nous permettra d’éviter le syndrome de 1981. Pour Yves Delahaie, le gouvernement face à la réalité, doit maintenant appliquer le programme de Bayrou, à mon avis, il n’aura pas le choix.

 

D’un côté, il a déjà commencé avec le gel d'un milliard de dépenses des Ministères (sauf de l’Education nationale, de la Justice et de l’intérieur). C’est exactement une proposition que François Bayrou faisait pendant la campagne présidentielle tandis qu’Hollande dénonçait la rigueur du candidat centriste.


Mine de rien, c’est plutôt une bonne chose qu’Hollande ait décidé de redresser les comptes publics. Les militants socialistes n’accuseront plus François Bayrou d’être un méchant libéral, et la France ira peut être mieux d’ici quelques années. Il faudra quand même pour cela que le PS conçoive que l’économie sera relancé grâce à la production et non à la consommation.


Ce qui m’agace dans cette affaire, c’est qu’on a encore pris les Français pour des cons avec des promesses, et que ca va les dégouter un peu plus de la politique. On voit que le meilleur programme pour le pays était celui de Bayrou puisque l’équipe au pouvoir a décidé de l’appliquer. Jean-François Kahn avait raison lorsqu’il affirmait qu’à terme, François Bayrou obtiendrait le triomphe idéologique.

commentaires

Portrait de Thierry Robert, nouveau député MoDem de la Réunion

Publié le 25 Juin 2012 par David Guillerm dans Mouvement Démocrate

portrait_thierry_robert.jpgAvec 67% des voix au 2e tour des élections législatives, Thierry Robert jeune maire de Saint-Leu (35 ans) et nouveau député MoDem de la Réunion, a fait une entrée remarquée à l’Assemblée nationale. On connait encore peu cette personnalité. Il m’a donc semblé intéressant de lui consacrer un portrait.


Il est né le 1er avril 1977, et est aujourd’hui marié et père de 3 enfants. Il a passé une partie de ses études en Métropole (formation d’ingénieur à Reims) avant de revenir à la Réunion pour travailler dans l’entreprise familiale dont il est aujourd’hui responsable.


D’abord engagé dans le monde associatif avec la création en 2004 d’une association pour venir en aide aux plus démunis, son engagement citoyen s’est rapidement porté sur le plan politique. Son parcours est ensuite une succession de succès. Thierry Robert symbolise la nouvelle génération, compétente et passionnée.


Son engagement prend forme à l’UDF où il devient délégué départemental des Jeunes en 2005, puis Président en 2008. La même année, il est élu Maire et Conseiller Général de SAINT-LEU faisant de lui, à 30 ans, le 2eme le plus jeune Maire de la Réunion. Après cette montée fulgurante, il tient à préciser qu’il ne voit pas la politique comme un métier mais plutôt comme une vocation, un sacerdoce. Son élection au poste de député pour la mandature 2012-2017 est la continuité de cet engagement au service des Réunionnais.


Thierry Robert se bat donc pour dynamiser le territoire réunionnais. Il considère ainsi que la France devrait reconnaître les spécificités de la Réunion pour répondre aux problèmes que pose l’insularité et l’éloignement de la Métropole.


Simple, entier et combattif, il s’engagera à l’Assemblée nationale pour que l’Etat réponde aux spécificités de la Réunion, au manque crucial de logements et au chômage extrêmement important.


Le succès du parcours de Thierry Robert donne en tout cas l’impression que les citoyens savent reconnaitre les compétences. La méritocratie a encore un sens et je suis persuadé que notre nouveau député s’engagera avec honneur et honnêteté pour ses concitoyens et tous les Français. Son travail à l’Assemblé nationale et ses prises de position seront à suivre durant ce mandat.

commentaires

Une class action à la française pour défendre les consommateurs

Publié le 25 Juin 2012 par David Guillerm dans France

J’ai été heureux d’entendre la ministre de la Justice Christiane Taubira se prononcer la semaine dernière pour la création dans le droit français  des « actions de groupe ». La mise en place de ce procédé à souvent était souhaitée mais toujours abandonné au profit du patronat et des entreprises. J’avais d’ailleurs parlé de ce problème fin 2010.


Les actions de groupe autorise les actions en justice à plusieurs pour que la réparation de petits litiges soit effective. De nombreux dossiers justifient la mise en place d’une class action à la française. Par exemple, l’affaire médiatique des prothèses PIP en est un.


La création d’un tel processus avait été promise par Jacques Chirac début 2005 mais n’a depuis jamais abouti malgré des amendements et des propositions de loi en ce sens. La volonté de Christiane Taubira sur ce sujet est une bonne chose. J’espère qu’on ne s’arrêtera pas aux effets d’annonce.

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 > >>