David Guillerm, Président MoDem Finistère

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

Semaine européenne de la réduction des déchets

Publié le 22 Novembre 2011 par David Guillerm dans environnement

semaine-europeenne-dechets-grand.jpgNous sommes actuellement en pleine semaine européenne de la réduction des déchets. Du 19 au 27 novembre, la troisième édition de cet évènement donne lieu cette année à plus de 7.000 événements labellisés dans 20 pays de l'Union européenne, soit une hausse de 62% par rapport à 2010. En France, on peut retrouver près de 3.452 actions labellisées au 17 novembre.

 

A travers des actions d'information et des animations locales impliquant de nombreux acteurs (collectivités, associations, entreprises...), l’objectif de la Semaine est de sensibiliser les citoyens et les entreprises à la nécessité de réduire la quantité de déchets générée et donner des clés pour agir au quotidien aussi bien à la maison, au bureau ou à l’école, en faisant ses achats ou même en bricolant.

 

Cette semaine est surtout l’occasion de rappeler que chaque action peut améliorer notre quotidien en protégeant l’environnement et en réduisant notre facture quotidienne: moins de déchets, moins de frais. 

Quatre thématiques de la prévention.

 Cette édition 2011 cible quatre thématiques de la prévention : prévention des déchets par l'organisation d'actions "0 papier", réduction du gaspillage alimentaire, réparation et réemploi de produits, réduction du suremballage.

 

Personnellement, je pense qu’une réduction conséquente des déchets passera avant tout par un effort des industriels dans la confection de leurs produits et de leurs emballages. Pour les entreprises, le développement durable passe par là. Le citoyen peut amener la société dans cette voie en choisissant les produits plus responsables et moins suremballés.

 

La prévention des déchets c’est donc agir pour ne pas produire les déchets en consommant mieux (consommation de produits peu emballés, écolabellisés), en produisant mieux (production de produits éco-conçus), en prolongeant la durée de vie des produits (réparation et don) et en jetant moins (compost par exemple) !

 

Au sein des 27 Etats de l'UE, la production de déchets municipaux a presque doublé en 30 ans pour atteindre une moyenne de 524 kg/habitant/an, soit 10 kilos par semaine. La France, à travers la loi Grenelle 1, s'est fixé pour double objectif de réduire la production d'ordures ménagères et assimilées de 7% par habitant pendant les cinq prochaines années et de diminuer de 15% d'ici 2012 les quantités de déchets incinérées ou enfouies.

Et si on payait les déchets au poids...

Mais pour dire franchement les choses, la France est très frileuse sur ces questions, certainement parce qu’il y a des incinérateurs à faire tourner… Nous devrions tous envisager de payer notre poubelle au poids comme en Belgique. L’exemple de ce pays nous montre en effet que la réduction peut être drastique et la baisse de la facture de chaque ménage conséquente. Ainsi, dans le cadre de l'expérience belge, le poids des déchets a été divisé par trois, faisant passer la production d'ordures de 369 kg par habitant à 115 kg en un an.

 

Cette réduction s’explique par une vrai prise de conscience des citoyens dans un système personnalisé à l’inverse du système actuel où chacun paye indifféremment pour tout le monde. Les politiques devraient donc s’engager sans tarder dans cette voie s’ils ont une vraie volonté de réduire durablement la quantité de déchets en France.

 

Chaque citoyen peut également travailler à son niveau pour réduire les déchets (en attendant les élections ;-D ). Je vous invite d’ailleurs à visiter le nouveau site de France Nature Environnement consacré à la prévention des déchets.

commentaires

Tout commence en Finistère

Publié le 19 Novembre 2011 par David Guillerm dans Bretagne

Marque-Finistere.pngJ’avais envie depuis quelque temps de faire des focus (interviews, articles, etc.) sur des entreprises et entrepreneurs du Finistère et de Bretagne. Je vais profiter du lancement tout récent de la marque « Tout commence en Finistère » pour réaliser ces entretiens et faire connaître des start-ups et des sociétés plus importantes de la Bretagne qui est une région d’innovation et d’entreprenariat.

 

Vous pourrez ainsi découvrir dès la semaine prochaine sur mon blog un entretien réalisé auprès de la société bookBeo qui est une start-up novatrice qui travaille entre autre, dans le domaine des applications mobiles.

 

Concernant le concept de la marque « Tout commence en Finistère », je vous dois quelques explications.  Cette initiative s’inscrit dans la lignée de la marque Bretagne. Trop souvent, on pense exclusivement au Finistère pour ses côtes, ses traditions et ses agriculteurs. Bien heureusement, ce département ne se résume pas à ces éléments, il est bien plus complexe et diversifié. La marque « Tout commence en Finistère » vise à valoriser le département, inscrit dans un cadre régional, ainsi que les entreprises, concepts, associations, etc. qui y sont nés.

 

Le Finistère est souvent créateur dans les domaines de la culture, de l’économie et des patrimoines :

- Les marques d’entreprises et réseaux économiques (de Produit en Bretagne à Brittany Ferries)

- Les festivals (des Vieilles Charrues aux fêtes maritimes)

- Les saveurs (du kouign amann au kig ha farz)

- Les patrimoines uniques (de la tour Vauban, patrimoine de l’Unesco, à la pointe du Raz)


On retrouve ainsi des grands noms d’entreprises tels que Savéol, Kanabeach, Armor-Lux, Bolloré, DCNS, Whaou!, Le Comptoir Irlandais, quand le Finistère inspire la création de produits irlandais, E. Leclerc, SDMO et bien d’autres.

 

Valoriser l’entreprenariat, attirer les investissements, créer un environnement dynamique… la marque du Conseil Général du 29 vise particulièrement le domaine économique et s’est une bonne chose car il y a beaucoup de travail dans le domaine.

 

Vous pouvez visiter le site de « Tout commence en Finistère » en cliquant-ici.


commentaires

Miss France 2012 à Brest : Le système des privilèges acquis

Publié le 18 Novembre 2011 par David Guillerm dans Bretagne

Les Miss de toute la France sont arrivées à Brest hier, jeudi 17 novembre, pour préparer l’élection de Miss France qui aura lieu le 3 décembre. Cet « évènement » est l’occasion de rappeler l’opposition des Jeunes Démocrates de Bretagne vis-à-vis de l’aide de 237 000€ apportée par la ville de Brest (par l’intermédiaire de BMO) à Endemol, la société organisatrice.

 

En effet, dans notre communiqué de presse, nous affirmions notre position. Il  est choquant de voir qu’une société ayant fait 153 millions d’euros de bénéfice en 2010 exige de la ville de Brest de payer les infrastructures qui serviront à l’élection de Miss France.

 

Nous sommes une nouvelle fois dans le système des privilèges acquis, où l’on donne toujours plus aux plus gros. Alors que la société traverse une crise sans précédent, que les entreprises et les français sont en grandes difficultés, les élus de Brest ont fait le choix de satisfaire les exigences d’une société ultra-bénéficiaires plutôt que de soutenir les associations et les entreprises locales.

 

Nous ne pouvons accepter ce financement et nous l’affirmerons à nouveau dans les semaines à venir.

 

 
commentaires

EcoWatt, nouvelle campagne pour l’hiver 2011

Publié le 17 Novembre 2011 par David Guillerm dans environnement

EcoWatt_thumb.jpgLa quatrième campagne « EcoWatt », initié par le Réseau transport d'électricité (RTE) a été lancé semaine en Bretagne car la région est menacée par un risque extrêmement élevé de black-out cet hiver sur fond de progression constante de la consommation électrique.


RTE a également relancé la campagne EcoWatt Provence-Azur (qui concerne les départements du Var, des Alpes-Maritimes et Monaco) pour la deuxième année.


L’initiative EcoWatt est simple et consiste à alerter directement les abonnés, notamment par SMS, de l’état de la consommation d’électricité dans leur région (situation « verte », « orange » ou « rouge ») aux heures de pointe de consommation, par exemple entre 18h et 20h en hiver. Les citoyens sont alors invités à réduire volontairement leur consommation d’électricité pendant les périodes difficiles afin d’éviter un surcharge du réseau.


Ce concept, qui compte actuellement 30 800 souscripteurs en Bretagne, est donc très original et permet de montrer aux français que l’électricité est une ressource de grande valeur. En Bretagne, seulement 9,5 % de la consommation d’électricité est produite dans la région, alors que la consommation continue à augmenter.


EcoWatt permet d’écréter « de 1,5 à 2 % » de la consommation lors des alertes, diffusées notamment par SMS, mails et via les réseaux sociaux Facebook et Twitter. L’objectif des promoteurs d’EcoWatt est de toucher 50 000 foyers de consommation d’ici deux ans sur les 1,9 million que compte la région. Une sensibilisation accrue des entreprises et des scolaires, en partenariat avec la Chambre régionale de commerce et d’industrie et le rectorat, est initiée.


Si on veut assurer l’alimentation de la région Bretagne dans l’avenir, il faudra, en plus de cette initiative de réduction ponctuelle de la consommation, axer la politique énergétique vers une réduction plus durable « faire mieux avec moins » et sans doute augmenter l’autonomie énergétique de la région. Ceci pourrait passer par la mise en place industrielle des projets pilotes d’hydroliennes ou d’éoliennes offshores.


En attendant ces améliorations à moyen terme, nous sommes tous inviter à participer de manière citoyenne à l’initiative EcoWatt.

 

 

commentaires

Le palmarès du 26e festival européen du film court de Brest

Publié le 15 Novembre 2011 par David Guillerm dans culture

Fleuve-silencieux-INTERN-Diverse.jpg

 

Je profite de ce billet pour vous présenter le palmarès du 26e festival européen du film court de Brest qui s’est clôturé dimanche dernier. Le festival aura une nouvelle fois été l’occasion de belles découvertes et de bons moments. La force du court-métrage réside plus que jamais dans son format qui lui donne l’occasion de se focaliser sur un sujet et de l’exploiter jusqu’au bout.


Des rires, des larmes et de l’émotion, cette 26e édition aura été une belle réussite pour Côte Ouest, l’association organisatrice.


Le Palmarès :


Grand prix du Film court de la Ville de Brest : Apele Tac (La rivière silencieuse), le film dramatique de Anca Miruna Lazarescu, Roumaine devenue Allemande, dont l’intérêt pour l’immigration vient de sa propre histoire.


Prix Révélation du Film court de la Ville de Brest : Deux inconnus (The Strange Ones), un inquiétant film franco-américain plein de suspense des talentueux Lauren Wolkstein & Christopher Radcliff. Mention spéciale : Lel Chamel de Youssef Chebbi.


Prix européen du Conseil régional de Bretagne : Det kommer aldrig att ga över, (Pour toujours) de la Suédoise Amanda Kernell. Une belle chronique tout en nuances et en délicatesse, en regards et en silences. Mention spéciale : Salvatore, intense film franco italien de Bruno Urso & Fabrizio Urso.


Prix du Moyen Métrage du conseil général du Finistère : Sing me to sleep (Chante-moi une berceuse) du Polonais Magnus Arnesen. L’histoire touchante d’un fils solitaire qui rassure sa mère mourante en lui présentant une petite amie, engagée pour jouer ce rôle. Mention spéciale : Baby de Daniel Mulloy, excellent film britannique, à l’image et au scénario très soignés.


Prix d’interprétation : le jeune Oliver Woollford dans Jam Today, le film charmant, juste et« légèrement autobiographique », du Britannique Simon Ellis. Mention spéciale : Shelly Levy dans Tro, hab og sex, (La prière) très sensuel film de la Danoise Emma Balcazar.


Prix décernés par les autres jurys


Prix du public : Suiker (Sucre) de Jeroen Annokkee, petit bijou d’invention et d’humour venu des Pays-Bas.


Prix Européen France 2 : La huida de Victor Carrey, un délire à l’espagnole très écrit.


Prix de la meilleure direction photo : Le Vivier, de Sylvia Guillet (Paris-Brest productions), huis-clos dramatique et fantastique très convaincant. Mention spéciale : Lel Chamel de Youssef Chebbi.


Prix Beaumarchais : Un homme debout de Foued Mansour (France) où le besoin de communiquer est associé à celui de la rédemption.


Prix du jury presse : Moski (Un vrai mec) film drôle et tendre de la Slovène Mina Bergant. Mention spéciale : Aterfodelsen d’Hugo Lilja.


Prix des passeurs de courts : Skallamann, (Le Chauve) de la Norvégienne Maria Bock, comédie musicale revigorante.


Prix du jury jeune : Sing me to sleep de Magnus Arnesen. Mention spéciale : finale de Balazs Simonyi.


Prix Canal + Cocotte Minute : Sarena Laza, déroutante histoire de Milos Tomic (République tchèque).


Prix du public Cocotte Minute : Maybe… (Peut-être), du créatif Pedro Resende (Portugal).

commentaires

Le rassemblement pour 2012 se poursuit autour de François Bayrou

Publié le 15 Novembre 2011 par David Guillerm dans Mouvement Démocrate

soutiens-bayrou-2012.jpg

 

Dans le cadre de la pré-campagne présidentielle,  François Bayrou s’est donné deux objectifs qui  sont le rassemblement le plus large possible et le projet. Celui-ci est en pleine préparation et se focalisera autour de 3 grandes idées : produire, instruire et construire une République exemplaire.

 

Le rassemblement pour une majorité centrale se façonne quant à lui et a été amorcé à l’Université de rentrée du MoDem avec la présence de Bernard Bosson, Pierre Albertini, Anne-Marie Idrac et Dominique Versini.

 

Depuis, Daniel Garrigue, député et ancien porte-parole de Dominique de Villepin, Philippe Folliot, député de l’Alliance Centriste ou encore Jérémie Janot, célèbre joueur de foot, ont annoncé leur soutien ces dernières semaines.

 

Hier, c’est Alain Lambert, ancien ministre du Budget, qui a annoncé son ralliement à la candidature de François Bayrou. Pour justifier son choix, celui-ci n’a pas hésité à affirmer clairement ses positions dans un entretien au journal Ouest-France « Il ne s’agit pas d’un soutien par défaut mais d’un choix d’adhésion », « Lorsqu’on y réfléchit, il est peu d’hommes politiques qui aient vu la gravité de la crise des finances publiques en France et dans la zone euro, comme il l’avait annoncé dès 2007. Et comme je suis très sensible à cette question, j’estime que c’est aujourd’hui le candidat le plus crédible ». Vous pouvez retrouver l’interview d’Alain Lambert en cliquant-ici.


Ces soutiens sont bien sûr à ajouter aux personnalités du MoDem comme Nathalie Griesbeck, Robert Rochefort, Marielle de Sarnez, Abdoulatifou Aly,  Jacqueline Gourault… aux « amis politiques » tels que Jean-François Kahn ou encore Jean Peyrelevade et également aux blogueurs.


François Bayrou connait actuellement une dynamique qui se traduit dans les sondages par une nette augmentation d’opinions favorables. Ainsi, le contexte profite à l’homme qui avait prédit la crise et qui est reconnu par son sérieux et sa cohérence. Le dernier sondage Ipsos note ainsi une popularité qui s’améliore sensiblement pour le deuxième mois consécutif. A 46% de bonnes opinions, François Bayrou gagne quatre points en un mois (huit points depuis septembre) et atteint son plus haut niveau depuis 2009. Il progresse notamment à droite, avec une hausse de quatorze points chez les sympathisants UMP (40% d’avis favorables), mais aussi à gauche (55% chez les proches du PS, +6 points).

 

Dans ce contexte, le rassemblement qui s’initie ne peut qu’être prometteur pour les semaines à venir et va sans aucun doute continuer pour proposer une véritable alternative pour l’avenir des français. 

commentaires

Nouvelle zone artisanale de Vern-Dérédec : entre inquiétude et satisfaction - Daoulas

Publié le 13 Novembre 2011 par David Guillerm dans Daoulas

La nouvelle zone artisanale de Vern-Dérédec à Daoulas se précise. Cette zone au coeur de la commune de Daoulas pose des questions en terme d'aménagement urbain et de développement durable. J'avais déjà posé des questions en mars sur ce nouveau projet. Vous pouvez retrouver le communiqué de presse ici.

 

Le journal Ouest-France a réalisé un article sur le sujet récemment:

 

La décision prise par la communauté de communes du pays de Landerneau-Daoulas de créer une zone artisanale, sur le site du Vern-Dérédec, à Daoulas, inquiète des habitants, et en réjouit d'autres. Nous avons demandé leurs avis à quelques personnes sur ce projet.

 

Vous avez souhaité vous exprimer ?

 

David Guillerm : à mon avis, c'est une bonne nouvelle. Une dynamique économique associée à la dynamique culturelle que connaît déjà Daoulas ne peut être qu'une bonne chose. Cependant, il paraît important d'effectuer des mises en garde sur l'impact qu'aura ce projet sur l'environnement. Les Daoulasiens attendent de la concertation. Il faut débattre afin que chacun puisse comprendre les enjeux et les contraintes.

 

Vous êtes le patron d'un magasin de bricolage, qu'en pensez-vous ?

 

Jean-François Nada : pour l'avenir de Daoulas, il faut favoriser la création de cette zone qui permettra à des entreprises de s'y installer. Il faudrait par ailleurs que la municipalité crée des logements sociaux. Si la population diminue dans la commune, c'est par manque de logements locatifs, dans le centre bourg. La création de la zone mixte permettrait de libérer des espaces pour créer ces logements.

 

En tant qu'élue, vous êtes en charge de l'environnement. Quel est votre avis ?

 

Geneviève Jably : la zone du Vern devra se faire en préservant le paysage. La commune a besoin de se développer économiquement. Et il y a sur notre territoire, suffisamment de zones naturelles. Par exemple, le long de la rivière.

 

Ne craignez-vous pas que la création de la zone artisanale consomme trop d'espaces agricoles ?

 

Joël Le Berre : moi, j'attends des propositions pour négocier mon départ. Le reste, ce n'est pas mon affaire.

commentaires

Lili-Pont, nouvelle boutique à Daoulas

Publié le 12 Novembre 2011 par David Guillerm dans Daoulas

br_1947214_1_px_470_.jpg

Un nouveau commerce vient d'ouvrir ses portes sur Daoulas. Situé route de Loperhet, face à la place du Valy et à proximité du musée de la Meunerie, Émilie Lebordais vient d'installer l'enseigne Lili-Pont.


Originaire de Châteaubriant (Loire-Atlantique), Émilie Lebordais est arrivée à Daoulas en 2009. Elle s'est éprise de cette belle cité et veut apporter sa contribution à la vie économique locale.

 

Vous trouverez dans cette nouvelle enseigne divers produits tels que bijoux, cadeaux, décoration, un peu de vêtements et de linge de maison, parfums d'ambiance, senteurs d'autrefois...

 

La boutique est ouverte tous les jours, sauf le lundi et le mercredi (occasionnellement le dimanche).

commentaires

26e Festival Européen du Film Court de Brest

Publié le 10 Novembre 2011 par David Guillerm dans culture

FestivalFilmCourtBrest2.jpgLe 26e Festival Européen du Film Court de Brest a ouvert ses portes mardi 8 novembre lors d’une soirée d’ouverture en Ciné-concert de Bikini Machine sur le film Desperado de Roberto Rodriguez. L’expérience, excellente par ailleurs, a sans doute pu faire sourire plus d’un cinéphile. Il faut avouer qu’ouvrir un festival consacré au court métrage avec un long métrage, c’est assez osé...


Du mardi 8 au dimanche 13 novembre, vous pouvez donc retrouver à Brest une sélection de 160 courts-métrages issus de 30 pays européens, de l'Islande à la Slovénie, en passant par la Grèce, et réalisés par les talents du cinéma de demain.


Le festival se tiendra pour l'essentiel sur la scène nationale du Quartz . Toujours organisé par l’association « Côte Ouest », ce festival est devenu au fil des années un rendez-vous emblématique de la région et de la profession.


Le festival propose plusieurs programmes spécifiques dont huit programmes de compétition européenne dédiés à la jeune création (soit 41 cours et 22 pays représentés) et une compétition « Cocote minute » qui passe outre les frontières linguistiques et de genre. On retrouve également des séances consacrés à l’animation et à des films hors normes avec les séances Brest off.

Un jury de personnalités européennes


photo_soiree_2011.jpgÀ l'image du festival, son jury officiel est composé de cinq personnalités européennes, réputées pour leur esprit d'ouverture et d'aventure. Face à 41 films en compétition européenne, ils sont cinq pour décerner cinq prix (Révélation, Grand prix, Prix européen, Prix du moyen-métrage, Interprétation). Claire Burger, réalisatrice du très primé court-métrage C'est gratuit pour les filles. Robin Foster, auteur-compositeur britannique installé en Bretagne d'où il prend, en télé, pub, ou ciné, de plus en plus d'envergure.


La Polonaise Edyta Janczack-Hiriart qui a créé, en France, la société de production Kometa films, aux tournages en Europe de l'Est. Gaia Meucci, collaboratrice des festivals de films d'Edinburgh, de Londres, de Clermont-Ferrand... Et l'Anglais Tim Redford, directeur du festival espagnol de courts-métrages Curtocircuito.


Pratique


26e festival européen du film court de Brest, au Quartz, du mardi 8 au dimanche 13 novembre. Billetterie ouverte du mardi au samedi au Quartz, de 10 h à 22 h 30 et sur www.lequartz.com. Pass festival : 35 et 45 €. Séance : 5 et 6,50 €. Programme sur www.filmcourt.fr.


commentaires
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 > >>