David Guillerm, Président MoDem Finistère

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

Les démocrates lancent leur campagne régionale et leur site

Publié le 24 Janvier 2010 par David Guillerm dans France

Le MoDem a lancé aujourd'hui son site de campagne pour les régionales 2010. Vous pouvez retrouver ce site qui se veut participatif sur le lien suivant: http://regionsdemocrates.fr/

Le MoDem semble avoir compris l'interêt du net dans le cadre d'une élection. Le site est design, espérons maintenant que le contenu viendra s'ajouter au fur et à mesure de la campagne et que les militants virtuels seront motivés pour le faire bouger.

Retrouvez également le discours de François Bayrou pour le lancement de la campagne des Régionales du Mouvement Démocrate:


François Bayrou: lancement de la campagne des régionales - 1
envoyé par mouvementdemocrate. - L'actualité du moment en vidéo.

commentaires

Marielle de Sarnez : Henri Proglio doit "renoncer à conserver une responsabilité avec les avantages qui lui sont afférents à Veolia"

Publié le 22 Janvier 2010 par David Guillerm dans France


Proglio doit "renoncer à Veolia"
envoyé par Europe1fr. - L'actualité du moment en vidéo.

Marielle de Sarnez était l'invitée d'Europe 1, jeudi 21 janvier.

Elle a estimé que le PDG d'EDF Henri Proglio, qui a renoncé jeudi à son salaire de président du conseil d'administration de Veolia, devait aller plus loin en renonçant à son poste à Veolia et en diminuant son salaire à EDF : "Je trouve qu'il faut qu'il aille plus loin, qu'il aille jusqu'au bout de ce qu'il est en train de faire, c'est-à-dire d'abord, qu'il renonce à conserver une responsabilité avec les avantages qui lui sont afférents à Veolia", a-t-elle affirmé.

"C'est un mélange des genres invraisemblable (...) contraire aux principes de la République. Quand on dirige une entreprise publique, c'est un honneur. Ce sont les contribuables français qui ont cette entreprise (...) qui doit être au seul service de l'intérêt général et en aucun cas au service d'un intérêt particulier", a-t-elle précisé, ajoutant : "M. Proglio doit également revenir à une rémunération, en tant que PDG d'EDF, qui était celle de son prédécesseur".


"Je crois que le patron d'EDF est celui qui a le salaire le plus élevé de la fonction publique en France", a justifié Marielle de Sarnez.


"Je suis députée européenne et il n'y a pas un seul autre pays en Europe où on a un mélange des genre de ce type là", a-t-elle conclu estimant que l'affaire Proglio "ne se termine pas ce soir".


Concernant les retraites, Marielle de Sarnez a déclaré : « Nous sommes absolument partisans d’un travail en commun, à partir du moment où il n’y a pas d’arrière-pensées, à partir du moment où c’est sérieux et positif", précisant qu'il "faudra qu’on travaille plus longtemps, car on gagne deux mois d’espérance de vie chaque année, mais sans toucher au principe de la répartition, et en prenant en compte la pénibilité du travail».

commentaires

Les choix politiques de Nicolas Sarkozy nous tirent vers le bas

Publié le 21 Janvier 2010 par David Guillerm dans Europe

mondialisation.jpg
Je profite du
rendez-vous de Bretagne Prospective qui aura lieu ce soir pour rebondir sur un sujet dont je n’ai pas encore parlé, la réforme de la taxe professionnelle. Cette taxe que le gouvernement Fillon et Nicolas Sarkozy veulent supprimer apporte de gros moyens financés au communes françaises. Cette future suppression est justifiée par la majorité comme un moyen d’augmenter la compétitivité de nos entreprises dans la mondialisation.

Il y a pourtant quelque chose de triste à constater dans cette réforme qui est significative de la politique de Nicolas Sarkozy : les réformes de la majorité nous tirent tous vers le bas.

Il suffit de pousser l’argumentation du gouvernement vers l’absurde pour le comprendre. Supprimons les charges sociales, les congés payés, les normes environnementales et nous pouvons être sûr que nous augmenterons significativement notre compétitivité dans la mondialisation.

Je ne pense pas que nous puissions être d’accord avec cette mentalité néolibérale poussée à son paroxysme car ces acquis sociaux sont bons pour le développement de notre société et le bonheur humain.

Nicolas Sarkozy n’aurait pas dû proposer la suppression de la taxe professionnelle qui supprimera des entrées d’argent et donc un moyen de financer un service public de qualité. Que l’on se le dise, plus les impôts seront réduits et moins le service public sera complet et efficace car l’un ne va pas sans l’autre.

La mondialisation est une bonne chose à la seule condition qu’elle nous tire tous vers le haut. C'est-à-dire que les normes sociales et environnementales se démocratisent dans les pays du monde entier. La proposition qui aurait été juste et efficace pour aller dans ce sens est simple et défendue par de nombreuses personnalités.

Ainsi, les moyens les plus efficaces pour que nos emplois restent sur nos territoires et soient porteurs de liens auraient été une taxe sociale et une taxe environnementale aux frontières de l’Union Européenne. Ce principe, défendu par Emmanuel Todd fait de jour en jour un peu plus de chemin. Cependant, celui-ci est semé d’embuches et les lobbyings qui désirent supprimer les frontières sont efficaces.

Un protectionnisme européen par une taxe sociale et une taxe environnementale permettrait pourtant de faire avancer la mondialisation dans le bon sens. Les pays émergents ne seraient plus des concurrents déloyaux car sans normes sociales et environnementales aussi poussées que les nôtres. Ces taxes pourraient être modulées selon les pays et obligeraient les grands pays commerçants à mettre en place des droits sociaux importants dans leur pays et une protection plus importante de l’environnement.

L’amélioration des conditions de travail dans nos sociétés, de la prise en compte de notre impact sur l’environnement sont une forme de patrimoine à défendre, on ne peut pas tous sacrifier sur l’autel de la mondialisation. Celle-ci doit améliorer la vie de tous et pas d’une minorité profitant de la mondialisation pour s’en mettre plein les poches au détriment des hommes et de la planète.

commentaires

On ose encore nous parler des retraites après le scandale Proglio

Publié le 21 Janvier 2010 par David Guillerm dans France

201001201639_w350.jpg
La journée d’hier s’est principalement retrouvée sous les lumières du Scandale Proglio. Pour les lecteurs qui ignorent encore la situation, un récapitulatif s’impose :
Henri Proglio se retrouve aujourd’hui avec deux casquettes : PDG d'EDF et président du conseil d'administration de Veolia Environnement.

Le scandale dévoilé hier vient du fait que cet homme touchera 2 millions d’euros par an ce qui représente un cumul des deux salaires alors que Christine Lagarde avait affirmé que celui-ci ne s’appliquerait pas. Cette somme versée par EDF (Etat actionnaire à hauteur de 84.4%) et par Veolia (15%) représente 150 Smic par an. Rue89 a regroupé toutes les excuses que l’on avait pu entendre pour justifier ce salaire.

François Bayrou a réagi sur France Inter à cette affaire en critiquant le mélange des « intérêts publics et privés ».

Et pendant ces histoires de gros salaires, de petits arrangements entre amis, on nous annonce qu’il va encore falloir se serrer la ceinture…2010 s’annonçait déjà comme l’année des changements, maintenant, on nous parle de la réforme des retraites.

Bien sûr, nous vivons plus longtemps ; bien sûr, il y aura de moins en moins d’actifs. Il semble logique de travailler plus longtemps mais je pense qu’il faut faire attention à la méthode et aux priorités. La réforme de la retraite devrait se faire seulement après qu’un autre problème aura été réglé : le travail des séniors.

Moins de 50% des plus de 55 ans ont aujourd’hui un emploi en France alors pourquoi vouloir réformer avant de régler ce problème ? Augmenter le temps de cotisation aurait, à l’heure actuelle, un impact extrêmement négatif sur ces femmes et ces hommes qui toucheraient alors encore moins de retraite ; mais c’est peut être ce que cherche le gouvernement…

commentaires

Les irréductibles gaulois du Centre

Publié le 19 Janvier 2010 par David Guillerm dans France

Brittany France H1
Les Elections se préparent pour le Mouvement Démocrate à deux mois du scrutin régional. Je constate toute même une chose, le MoDem qui devait être la troisième grande force de France doute et hésite. La stratégie de François Bayrou plonge l’électorat dans le flou. Les médias nous donnent même l’impression que dans toutes les régions de France, le MoDem s’alliera avec le PS au deuxième tour des élections.

Serions-nous les irréductibles gaulois du Centre ?

Je ne pourrais pas me satisfaire de cette décision. Heureusement, ce flou n’est pas présent partout. En Bretagne, nous serons autonomes aux deux tours des Régionales vis-à-vis du PS et de l’UMP. Cette autonomie peut être considérée comme un contrat avec les électeurs qui n’auraient aucun intérêt à voter pour une liste qui s’allierait systématiquement avec le PS. Notre projet est d’ailleurs tellement différent de ce mouvement que je ne vois pas où serait l’intérêt d’une telle alliance.

J’avais déjà déclaré cette autonomie avec
un article sur Bruno Joncour, notre tête de liste régionale. Certains militants avaient mis ma parole en doute, pourtant celui-ci a confirmé à la presse cette décision : « Par ailleurs, aucune perspective d'alliance au second tour n'est à l'étude pour Bruno Joncour. Le MoDem veut jouer l'indépendance et tenir le rôle de «troisième force», selon le maire de Saint-Brieuc, avec le Parti socialiste et l'UMP. »

Autonome et rassembleur

On entend partout des militants qui affirment que l’autonomie aux deux tours des élections est une forme d’isolationnisme. Je ne suis pas d’accord avec eux et je tiens à féliciter cette démarche de notre tête de liste régionale qui prend un risque. Un mauvais score lui ferait perdre son groupe MoDem à la région. C’est pourtant la démarche la plus politique que j’observe dans notre mouvement, l’autonomie et l’honnêteté seront, je suis sûr, récompensés par les électeurs qui choisiront un projet qui s’assume.

D’ailleurs, l’autonomie ne veut pas dire que nous seront isolés. Il y a en France, de nombreuses forces, de nombreuses associations, de nombreux élus qui ne se retrouvent pas dans les structures classiques du PS et de l’UMP. Des hommes et des femmes qui ne se retrouvent pas dans leurs projets et qui attendent cette troisième voie fière de ses idées et de son autonomie.

Les électeurs ont peut être cru à un moment qu’Europe-Ecologie pouvait jouer ce rôle, mais il faut rétablir la vérité. Europe-Ecologie est une impasse. Leurs sites sont par exemple très beaux mais se sont des coquilles creuses sans contenu. Dans cette structure, on est plus dans la forme que dans le fond. De plus, leur ralliement systématique au deuxième tour des Régionales avec le PS ne leur donne pas beaucoup d’intérêts.

En Bretagne, le MoDem sera rassembleur. Nous aurons comme l’a dit Bruno Joncour : « 
Des personnalités de la société civile sur les listes » mais pas seulement. Si les préparations se déroulent comme convenues, nos listes seront un rassemblement de plusieurs formations qui vont dans le même sens. Notre projet sera le centre de se rassemblement où nous retrouverons, comme le désire tant Christine Bellégo, des écologistes, des régionalistes et des centristes.

Y aura-t-il beaucoup de régions en France où le MoDem sera sur cette même ligne ? Je l’espère car nous sommes un peu les irréductibles gaulois du Centre autonome et nous montrons un exemple à suivre.

commentaires

Rencontre avec Michel Godet

Publié le 16 Janvier 2010 par David Guillerm dans France

mgodetMercredi 13 Janvier avait lieu à l’Ecole Supérieur de Commerce de Brest, une conférence avec Michel Godet. Cette économiste et professeur au Conservatoire national des arts et métiers m’était, jusqu’à alors, inconnu.

Cette conférence organisée en partenariat avec les Dirigeants Commerciaux de France (D.C.F.) et le Centre des Jeunes Dirigeants (C.J.D.),  avait pour thématique : « l’avenir en confiance pour les entreprises ». Elle concordait avec la présentation de son dernier livre : « Le Courage du bon sens, pour construire l’avenir autrement », O. Jacob, deuxième édition 2008

Michel Godet nous a servi un discours joyeux, plein d’enthousiasme et plein d’avenir. Refusant de s’aligner sur les économistes pessimistes, il s’est révélé lors de sa prestation comme un empêcheur de tourner en rond. Il a ainsi eu l’occasion de critiquer la désinformation, le climat de peur permanent et de nous mettre en garde sur ce qui pourrait se révéler être des « mirages » comme le réchauffement climatique (sous entendant par là qu’il y avait beaucoup de choses plus concrètes sur lesquelles travailler : la pauvreté, l’accès à l’eau, l’impact de l’homme sur l’environnement…).

Il nous a également proposé 7 raisons d’espérer :

-Les crises sont porteuses d’espoir.

-L’espérance de vie et les revenus n’ont cessé d’augmenter.

-Nos enfants vivront mieux et plus longtemps que nous.

-Le vieillissement est aussi une bonne nouvelle.

-La réalité du terrain dépasse la fiction des idées.

-Il y a pléthore de pétrole cher.

-Le développement durable : un levier pour l’innovation et un nouveau sens de croissance : produire des biens porteurs de liens.

Je ne dis pas que cet homme a raison sur tout, d’ailleurs il a, durant la conférence, défendu Monsanto et ses OGM comme une technologie compétitive que la France n’aurait jamais dû refuser. Je ne suis pas d’accord avec cette position qui ne prend pas en compte les réalités du patrimoine environnemental mais je pense que cet économiste ne dit pas que des insanités et que certaines de ces propositions pourraient se révéler intéressantes.

Son livre se termine en « 5 clés pour réussir » rédigées en conclusion : « Il n’est de richesses que d’hommes (1) éduqués (2) épanouis (3) porteurs de projets (4) dans une société de confiance (5).

J’ai acheté ce livre pour approfondir l’analyse de son discours. J’essayerai tout au long de ma lecture d’en traiter sur mon blog. Je sais que l’Hérétique, Skeptikos et d’autres s’intéressent à l’économie ; peut être connaissent-ils un peu plus Michel Godet ?

commentaires

Voeux 2010 de François Bayrou à la presse

Publié le 14 Janvier 2010 par David Guillerm dans Mouvement Démocrate

commentaires

Hadopi n'en finit plus de faire polémique

Publié le 13 Janvier 2010 par David Guillerm dans France

Sale temps pour Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet) ; alors que vient d’être officialisée la Présidente de la structure, Marie-Françoise Marais, Hadopi n’arrête pas de faire parler pour ses conneries à répétitions.  

Cette structure qui est censée nous fliquer sur Internet commence très mal, après une
violation de droits d’auteur sur leur logo, voilà qu’ils vont se retrouver en difficulté par rapport au dépôt de la marque Hadopi.

Enfin, face à l’archaïsme de l’Etat concernant les questions du net, nous pouvons nous tourner vers une structure :
La Quadrature du Net dont le but est d’organiser la défense des droits et libertés des citoyens sur Internet.
logo

commentaires

Communiqué de presse - Présidence Collégiale suite à la démission d’André Lesven

Publié le 13 Janvier 2010 par David Guillerm dans vie du MoDem29

Réunie le mardi 12 janvier 2010, la présidence collégiale du MoDem du Finistère a pris acte de la démission d’André Lesven.


De ce fait, elle a confirmée l’entrée de Maud Soulat comme Vice-Présidente, aux côtés d’Erwan Balanant, Isabelle Le Bal, Emmanuel Morucci et Jean-Luc Guillerm.


La présidence collégiale assumera ses fonctions de gestion du MoDem du Finistère en toute continuité du mandat qui lui a été confié en octobre 2008, et réunira prochainement ses instances départementales (bureau et conseil départemental) tel que prévu par les statuts du mouvement, afin de préparer et conduire au mieux les prochaines échéances, à commencer par les élections régionales de mars.


La Présidence du MoDem 29

Erwan Balanant, Maud Soulat, Isabelle Le Bal, Emmanuel Morucci, Jean-Luc Guillerm

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 100 > >>