David Guillerm

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

«Priorité au rééquilibrage territorial!»

Publié le 2 Février 2010 par David Guillerm dans Bretagne

405628_mod1.jpgLe Télégramme a posé six questions identiques à chacune des têtes de listes. Voici les réponses de Bruno Joncour.


La région doit-elle réclamer la maîtrise de la lutte contre les algues vertes?


La région doit s'engager davantage dans cette lutte aux côtés de l'État et d'autres acteurs concernés. C'est un problème de santé publique, de développement économique, d'environnement, d'image de marque et donc de responsabilité collective. Elle doit jouer un rôle dans l'action de prévention en amont, en contribuant à la mutation de notre modèle de production agricole. Elle pourrait le faire dans le cadre d'une compétence qui lui serait reconnue au titre du droit à l'expérimentation dans le domaine de l'eau.

Faut-il une centrale électrique en Bretagne. Si oui, de quel type?
Il faut une approche globale, responsable et cordonnée de la question de l'énergie en Bretagne. Selon trois axes principaux: un investissement massif sur les énergies renouvelables (hydrolien, éolien, biomasse, méthanisation...); une dynamique forte d'encouragement et d'incitation aux économies d'énergie; et une recherche concertée d'une unité de production maîtrisée qui puisse garantir durablement, à la Bretagne et à son économie, l'approvisionnement qui lui est nécessaire.

Êtes-vous favorable à la création de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes?
Dans le contexte de crise, de recul du trafic aérien, de suréquipement en France et dans l'Ouest, de Grenelle de l'environnement, de développement durable, et de concurrence ferroviaire, il apparaît réaliste de proposer un moratoire au cours duquel un complément d'études apporte des réponses aux nombreuses questions posées. Dans l'hypothèse d'une perspective à long terme de la réalisation de ce projet, on ne peut imaginer que cet aéroport ne soit pas international.

Êtes-vous favorable à la suppression des départements au profit de la région?
Nous sommes régionalistes. Donc, pour le renforcement de ce qui confirme le rôle stratégique de la Région (développement économique, formation, aménagement du territoire et transports, culture), mais conforte aussi sa dimension de proximité en organisant la cohérence avec les politiques départementales. La disparition des départements ne pouvant intervenir brutalement, ils doivent conserver leurs compétences de proximité dans le cadre d'un pôle déjà constitué des collectivités locales et des intercommunalités.

Êtes-vous favorable au rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne?
Nous avons été parmi les premiers à souhaiter cette réunification. Elle se situe dans une perspective de cohérence et de développement tout à fait pertinente dans l'espace national et européen. Cela s'inscrit dans le cadre du renforcement de la régionalisation que nous appelons de nos voeux, et à l'appui d'une volonté populaire exprimée par l'ensemble de la population concernée.

Quel est, pour vous, le dossier prioritaire de la prochaine mandature?
Incontestablement le rééquilibrage territorial. La Bretagne se développe à grande vitesse à l'est et se vide à l'ouest. Il faut définir un nouveau modèle de développement qui repose sur le réseau des villes moyennes plutôt que sur la concentration de la population sur les métropoles rennaise ou nantaise. Nous proposerons de réserver des crédits d'aménagement aux territoires les plus en déshérence. C'est cela, la solidarité des territoires, c'est cela, l'aménagement au service des populations.

commentaires

Régionales. Bruno Joncour «fidèle... mais indépendant»

Publié le 2 Février 2010 par David Guillerm dans Bretagne

071122160147_bj_edito.jpgLe Télégramme poursuit sa série de portraits des têtes de listes régionales. Aujourd'hui, Bruno Joncour, dont la liste ne porte pas le nom du MoDem mais est soutenue par le Mouvement démocrate.

B
runo Joncour ne l'avouera sans doute jamais publiquement, mais il a certainement trouvé bien saumâtrequ'enjuindernier, François Bayrou ne lui confie pas la première place sur sa liste du Grand Ouest aux européennes, préférant offrir le seul poste d'éligible à Sylvie Goulard, illustre inconnue du suffrage universel. Ce fauteuil pour Bruxelles avait pourtant été proposé au maire de Saint-Brieuc... par le Nouveau centre, qui aurait été ravi de débaucher au MoDem son principal cadre breton. Il a refusé. La fidélité a primé. Bruno Joncour a fait de cette valeur l'un de ses principes, même s'il n'en a pas toujours bénéficié. La patience et la persévérance sont deux autres vertus qu'il cultive.

Un quart de siècle de patience

Entré à 16 ans dans le serail politique par admiration pour les gaullistes sociaux (un portrait de Malraux trône dans son bureau, et il a donné le nom de Chaban-Delmas à une rue de Saint-Brieuc), il a attendu près d'un quart de siècle pour enfin toucher les bénéfices de son engagement. Il a certes tenu un fauteuil de conseiller général (dans l'opposition), un siège de conseiller régional depuis 1986, mais c'est en 2001 qu'il a connu la consécration. Sa victoire aux municipales, à laquelle il était un des seuls à croire, a mis fin à 39 ans de gestion de gauche à Saint-Brieuc. «Accident» avaient dit ses adversaires... et même quelques-uns de ses anciens collègues de la vieille droite locale. Le premier mandat s'est révélé sans faute, au point que c'est avec 54% des voix qu'il a été réélu en 2008.

Un projet breton

Plus question «d'accident», mais ses adversaires, cette fois, tentent de relativiser en expliquant que «c'est sur son image, ronde et consensuelle, plus que sur son action qu'il a gagné». L'argument le fait sourire. «Ils voudraient que je provoque des clivages. Ce n'est pas ma nature. D'ailleurs, je ne crois plus à l'affrontement droite-gauche depuis longtemps». «Et les listes que je suis en train de construire pour les régionales vont le démontrer», dit-il. «Elles seront constituées de femmes et d'hommes, solidement ancrés sur le terrain, réunis autour d'un projet d'avenir pour la Bretagne, à l'image de ce qu'avaient impulsé nos anciens du Celib (Comité d'études et de liaison des intérêts bretons, créé à la fin des années50). Elles seront aussi très ouvertes, au-delà des contingences politiques». Ces listes ne porteront d'ailleurs pas le nom du MoDem, mais mentionneront seulement qu'elles bénéficient du soutien du Mouvement démocrate. Joncour est fidèle, mais aussi indépendant!

commentaires

Le 27 Février 2010, Une fresque humaine pour la réunification

Publié le 2 Février 2010 par David Guillerm dans Bretagne

affichefresquehumaineweb.jpg
Fresque Humaine ?

Bretagne Réunie et 44=Breizh vous invitent à participer à la réalisation de la fresque humaine pour réclamer la réunification de la Bretagne.

Alors que les parlementaires discutent en 2010 du projet de réforme territoriale qui est une occasion unique pour la réunification de la Bretagne, Alors que la campagne des élections régionales est ouverte et que les candidats devront se positionner clairement pour ou contre la réunification de la Bretagne.

Nous donnons rendez-vous à tous les Bretons et Bretonnes, ainsi qu’à tous les amis de la Bretagne, le samedi 27 février 2010 à 14H à Nantes aux machines de l’Île (Bd. Léon Bureau) pour écrire en lettres humaines une page décisive de la réunification de la Bretagne.

Une réponse vers «Fresque Humaine ?»

http://fresquehumainereunification.wordpress.com/

Sur Facebook
commentaires

Initiation au Marketing politique

Publié le 1 Février 2010 par David Guillerm dans Agenda

1186822_92570711.jpgLes Jeunes Démocrates de Brest ont le plaisir de vous inviter à une initiation au marketing politique animé par Régis BERTHELE (St-Renan), jeudi 4 Février à 20H30 à la permanence brestoise du MoDem.

 

Le marketing politique est une variante de la politique de communication marketing qui consiste à promouvoir un homme ou un projet politique sur le modèle des techniques de marketing commercial. Il représente donc un ensemble de méthodes dont peuvent faire usage les organismes politiques pour définir leurs objectifs, leurs programmes et pour influencer le comportement des électeurs.

 

En espérant vous y voir nombreux.

commentaires

12 propositions communes aux différents programmes régionaux

Publié le 1 Février 2010 par David Guillerm dans France

Icon11Pour la campagne démocrate, le MoDem a choisi de mettre en avant douze propositions communes aux différents programmes régionaux. Découvrez dès maintenant ces 12 premières propositions:

1- Une nouvelle régionalisation

En matière de pouvoir des régions, on est resté au milieu du gué. Notre objectif, ce sont de nouvelles responsabilités réalistes pour les régions : par exemple, support de l'orientation des élèves, intégration de ceux qui sortent sans diplôme ni qualification du système éducatif, plan régional santé.

2- Les régions stratèges du durable

Il manque un maître d'oeuvre capable d'innover et de coordonner, en entraînant les acteurs locaux, dans un vaste mouvement de mobilisation pour un projet durable. La région, proche, et cependant à la taille pertinente, doit être ce stratège et personne d'autre ne peut l'être à sa place. La question de la production d'énergies renouvelables sera ainsi traitée dans une nouvelle proximité (filière bois, micro-hydraulique, solaire thermique et photovoltaïque, éolien, géothermie, huiles végétales...) Trois objectifs communs à toutes les régions : 100 % des lycées équipés en photovoltaïque, création de coopératives solaires, « pass » harmonisé pour les transports en commun.

3- Les régions responsables de l'orientation

La plus dure des inégalités, c'est celle qui sépare les familles qui connaissent les secrets de l'orientation scolaire, et celles qui l'ignorent. Jusqu'à maintenant, la politique d'orientation ne corrige pas convenablement cette inégalité. Il faut une impulsion nouvelle : la région, responsable de l'apprentissage, de la formation professionnelle et des lycées doit l'assumer (cela peut se faire sans changement du statut des CIO).

4- Garantir des stages pour tous

Trouvent des stages, trop souvent, ceux qui ont des relations familiales ou de la chance... La région nouvelle se portera garante en passant des conventions avec entreprises, associations, administrations, offrant un service « garantie stages » à tous les jeunes.

5- Université populaire du soir

Les lycées (plus de 4000 en France) sont inoccupés une partie de l'année, le soir et le week-end, alors que jamais la demande de formations, de toute nature, d'enrichissement culturel aussi bien que d'intégration ou de progression professionnelle n'a été aussi forte. Nous voulons ouvrir les lycées à une nouvelle université populaire ouverte à tous. Les régions auront la responsabilité de cette révolution. Ce sera une arme considérable, par exemple en matière de lutte contre l'illettrisme et d'apprentissage de la langue française, comme des langues étrangères à tous les âges.

6- Un plan régional de réarmement industriel, agricole et de services.

Nous ne pouvons plus demeurer spectateurs du plus vaste mouvement de délocalisations de production jamais constaté. Il faut prendre le taureau par les cornes et présenter dans chaque région un plan de recherche d'activités nouvelles dans les secteurs industriels aujourd'hui abandonnés et dans le domaine agricole en péril. L'entreprise sera l'acteur principal, la région coordonnera les appuis, c'est une oeuvre de reconquête. Cela passe par un soutien et une assistance prioritaire effectifs aux artisans, TPE et PME, notamment en leur réservant une place dans les marchés publics (small business act).

7- Défendre et accompagner la nouvelle agriculture

Au moment où une partie de l'humanité meurt de faim, l'agriculture doit être défendue : elle est un atout pour les régions. Les filières de production doivent être soutenues et accompagnées vers des méthodes de plus en plus raisonnables et raisonnées (irrigation maîtrisée et non agressive pour l'environnement, sobriété en engrais et dégressivité en pesticides). Les filières courtes de proximité entre producteurs et consommateurs doivent améliorer la qualité alimentaire, assurer des revenus suffisants, et économiser les transports. Les filières bio doivent être soutenues, en recherche, comme en valorisation (restauration scolaire et collective). Les labels, AOC et IGP, doivent être soutenus, y compris en communication, ils sont une voie de progrès et de valorisation.

8- La région, avocate des services publics

Auprès de l'État, la région doit se faire l'avocat efficace de l'accès aux services publics pour tous. Nous nous fixons comme but à atteindre que d'ici 2014, aucun habitant ne se trouve à plus de trente minutes d'un service public essentiel.

9- Plan régional santé

Chaque région a ses problèmes de santé en fonction de sa population (âge, origine socioprofessionnelle). Le Conseil régional doit présenter un plan santé, à partir d'études épidémiologiques, concerté avec la population. Notamment ce plan santé doit prendre en compte la responsabilité de la prévention, à développer dans les lycées, les centres d'apprentissage et de formation professionnelle, en liaison avec les internats et externats de médecine et les centres universitaires. La démographie médicale, dans tous les territoires relégués, zones rurales ou urbaines éloignées des centres, sera coordonnée et encouragée par ce plan (contrats d'installation vs financement d'études par exemple).

10- La région pilote en matière de culture

L'initiative culturelle sera de plus en plus régionale. Il est un domaine où cela est évident, c'est celui des langues et cultures des régions, notamment en leur garantissant l'accès à l'audiovisuel et le soutien en matière d'enseignement. Mais le soutien au spectacle vivant, à toutes les musiques, aux arts graphiques et plastiques, à la création audiovisuelle, à la photographie, la défense du patrimoine forment un ensemble dont les régions nouvelles garantiront la vitalité et l'accès au plus grand nombre.

11- Défendre l'autonomie fiscale des régions

Il n'y a pas de véritable collectivité locale sans autonomie fiscale. Il n'y a pas de justice sans péréquation. Les choix du gouvernement actuel ont rendu les régions totalement dépendantes de l'État, et donc à terme impuissantes. Nous nous battons pour une refonte de la fiscalité qui rendra leur autonomie aux régions.

12- Une vraie démocratie régionale

Les élus régionaux sont dans leur grande majorité presque inconnus de leurs concitoyens. Les électeurs ne savent pas davantage ce que fait la région. C'est un gâchis. Il ne peut pas y avoir de démocratie sans identification des hommes et de l'institution. Nous prenons des engagements de présence directe et d'accessibilité des élus régionaux auprès des citoyens.

http://regionsdemocrates.fr/ 

commentaires

Une campagne locale, locale, locale…

Publié le 31 Janvier 2010 par David Guillerm dans Mouvement Démocrate

Icon5.jpg
Icon16Icon11

Les élections régionales se dérouleront le 14 et le 21 Mars 2010 en France. Ce sera la première fois que ces élections auront lieu seules, sans un scrutin sur lequel se raccrocher comme les municipales ou les cantonales.

Certains s’inquiètent justement de cette disposition du calendrier et voudrait mettre un enjeu national dans ce scrutin afin de faire voter les citoyens. Les partis politiques ne devraient pas réfléchir ainsi. Nous devrions nous féliciter de l’occasion donnée aux régions françaises de prendre toute leur envergure dans un scrutin qui leur est entièrement consacré.

Arrêtons de dire n’importe quoi. Ce scrutin n’aura pas d’impact national. Le seul impact qu’il peut avoir, c’est un impact médiatique. Par exemple, si la majorité présidentielle perdait les deux dernières régions qui lui restent, cela remettrait-il en cause Nicolas Sarkozy et sa manière de gouverner jusqu’à le faire démissionner ? Non, bien sûr que non alors arrêtons de faire croire que quelque chose changera nationalement après ces élections.  

Le scrutin régional est pour nous, démocrates, un scrutin important car nous sommes des régionalistes et des fédéralistes européens. Il faut que nous donnions toute sa place à la région dans ce scrutin et c’est l’échelon local qui réussira ce défi.

On dit souvent que les citoyens votent à l’élection Présidentielle pour sa médiatisation et aux municipales pour leur proximité. Le scrutin régional regroupe ces deux éléments car il vise l’élection d’un président régional et que les conseillers régionaux à élire sont des femmes et des hommes de terrain et de proximité.

Lors de ces élections, il faudra donc mettre en avant les candidats pour qu’une nouvelle génération se lève, pour que les citoyens nous identifient et pour que les citoyens puissent enfin se reconnaître pleinement dans l’échelon régional qui est l’échelon de l’avenir.

commentaires

Au cœur des Océans

Publié le 30 Janvier 2010 par David Guillerm dans environnement

J’ai profité de mon vendredi soir pour aller voir avec des amis le nouveau film de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud : « Océans ». Ce film magnifique pour sa qualité d’image, sa bande originale et son esprit engagé, est incontournable en ce début d’année 2010.

Ce film qui a demandé 4 ans de tournage est un opéra grandiose pour les océans qui sont aujourd’hui les contrées les moins explorées de notre planète.

En 2009, nous avions eu « Home », en 2010, nous avons « Océans ». Personnellement, je préfère ce film qui, S’affichant déjà comme un succès populaire, pourrait lui aussi avoir un impact électoral. Ainsi, « Océans » nous montre à quel point les Hommes sont passionnés par ce milieu encore très mystérieux.

L’impact électoral de ce film pourrait avoir lieu en Bretagne. Depuis quelques années, le Pôle Mer de Bretagne se met en place, gagnant en importance au fil du temps. Il a aujourd’hui une envergure européenne. Les Elections Régionales de Mars seront l’occasion d’appuyer la politique régionale de Bretagne dans ce sens.

J’en suis certains, les Océans sont l’avenir de la Bretagne car nous avons d’importantes découvertes à faire dans ces milieux et nous avons beaucoup à en apprendre. La navigation, l’exploration, la protection et la recherche sont autant de secteurs qui, en rapport avec les océans, pourraient être créateurs d’emplois.

Pour vous en persuader, il n’existe qu’un moyen c’est que vous alliez voir ce film. Bon weekend.

commentaires

En 2012, Villepin pourrait être une menace pour Bayrou

Publié le 29 Janvier 2010 par David Guillerm dans France

vilepin-bayrou.jpg
Dominique de Villepin a été relaxé dans l’affaire Clearstream qui l’oppose au Chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy. Dès cette annonce, l’ancien Premier Ministre
a commencé à travailler le terrain dans l’optique de la Présidentielle de 2012 où il a des ambitions.

 

Ce matin, nous apprenions pourtant que le parquet avait décidé de faire appel de la décision du Tribunal dans cette affaire. Cette décision s’affiche clairement comme un acharnement du Chef de l’Etat envers Dominique de Villepin où peut être de celui d’un procureur un peu trop zélé. En effet,  un deuxième procès pour Villepin ne fera que retarder son retour en politique et la préparation de sa possible candidature en 2012 (Le Chef de l’Etat sentant une menace provenir de cette candidature).

 

Cette décision ne devrait pas déplaire à tout le monde. Dominique de Villepin, s’il était candidat à la Présidentielle, marcherait sur les positions de François Bayrou qui appelle au rassemblement de toutes les forces démocrates, progressistes, écolos et républicaines de France. Je ne vois pas Dominique de Villepin se ranger derrière François Bayrou s’il avait la possibilité d’être candidat et son ambition pourrait être néfaste pour le rassemblement voulu par le Président du Mouvement Démocrate. Le MoDem l'a d'ailleurs bien senti et essaye de prendre de l'avance en proposant à Dominique de Villepin de s'unir aux démocrates pour travailler.
 

La situation s’annonce donc comme délicate. Un rassemblement des démocrates et des écologistes semble de moins en moins probable avec le ralliement de l’un des plus progressistes des écologistes au PS. Pourtant, l’idée d’un rassemblement républicain, démocrate, progressiste et écolo pourrait être la solution face aux extrêmes et aux choix dans lesquels on voudrait faire plonger notre société. Celui-ci devrait se faire autour d’un véritable projet d’avenir pour la France et devrait se construire, non pas à partir des structures existantes, mais avec les meilleurs composantes de celles-ci.

 

Quand au problème des ambitions personnelles, la seule solution semble provenir de primaires organisés entre les différents candidats pour ce rassemblement. Je ne parle pas, bien sûr, des primaires socialistes car une partie des socialistes n’auraient rien à faire dans un tel rassemblement. Je parle de primaires qui pourraient désigner un candidat entre François Bayrou, Dominique de Villepin, Corinne Lepage, Vincent Peillon et autres. Cependant, la candidature de François Bayrou ne serait alors plus assurée car la décision reviendrait au vote des militants.

 

En attendant une telle possibilité, il faudra, pour François Bayrou, compter sur son dialogue avec les français pour convaincre et non pas sur un rassemblement encore bien trop hypothétique car remis en cause par les ambitions personnelles. François Bayrou doit parler concrètement aux français car les messages du genre « les régionales auront un impact local et un impact national » ne parlent à personne. Les gens ont besoin de propositions concrètes et d’objectifs clairs dans le projet de société vers lequel on veut les mener.

 

La Présidentielle de 2007 a été un moment privilégié car surmédiatisé. Les propositions étaient alors facilement accessibles. Aujourd’hui, il nous faut utiliser les moyens alternatifs comme Internet pour nous faire entendre mais nous devons également profiter des dialogues avec les médias pour envoyer le message juste aux citoyens.

 

 

commentaires

La campagne démocrate est lancé en Bretagne

Publié le 29 Janvier 2010 par David Guillerm dans Mouvement Démocrate

La campagne régionale est maintenant lancée.

Le site de campagne de Bretagne est accessible à cette adresse : www.bretagnedemocrate.fr


Pour contacter l'équipe de campagne

: http://bretagnedemocrate.fr/contacter-lequipe-de-campagne


Nous avons besoin de votre participation pour donner le maximum de rayonnement à notre campagne sur la toile.


Pour intervenir sur le site de campagne, il faut au préalable créer un compte sur le media social du Mouvement Démocrate
http://lesdemocrates.fr, qui rassemble les militants démocrates sur le net. Il permet notamment à chacun de se géolocaliser et facilite ainsi les regroupements géographiques d'adhérents.


Il y a de nombreux espaces collaboratifs sur le site de campagne : forums, commentaires dans les articles, vote des propositions préférées, ... etc.


Retrouvez également sur les medias suivants les candidats démocrates en Bretagne et en premier lieu l'actualité de notre chef de file Bruno Joncour :


L'agenda de campagne de Bruno Joncour et des candidats de la Bretagne : http://bretagnedemocrate.fr/categorie/agenda


L'actualité des démocrates sur Twitter,
http://twitter.com/democrates
http://twitter.com/rd_bretagne


Les photos sur le classeur Flickr,
http://www.flickr.com/photos/regionsdemocrates2010

L'équipe de campagne du Mouvement Démocrate de Bretagne

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 > >>