David Guillerm, Président MoDem Finistère

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

daoulas

Zac de Run ar Moal à Daoulas. La Cnac dévoile ses arguments

Publié le 23 Mai 2013 par David Guillerm dans Daoulas, économie, zac

Le plan de la future zone de Reun ar Moal, à cheval sur les communes de Daoulas et d’Irvillac.

Le plan de la future zone de Reun ar Moal, à cheval sur les communes de Daoulas et d’Irvillac.

La commission nationale d’aménagement commercial (Cnac) a dévoilé les arguments qui ont justifié le 17 avril dernier son rejet  sur le transfert de deux enseignes Mr Bricolage et Super U du bourg vers la future zone communautaire de Reun ar Moal suite au recours formulé par Bretagne vivante et Adel (Association de défense de l’environnement, du cadre de vie et du littoral du Pays de Daoulas).

 

Pour les deux dossiers, les arguments de la Cnac sont les mêmes et montre effectivement que le projet actuel n’est plus de notre temps et doit être repensé dans son ensemble :

 

- le devenir du site délaissé par la présente opération n’a pas fait l’objet d’engagements fermes ; qu’ainsi le projet risque de nuire à l’animation de la vie urbaine.

 

- le projet prendra place sur des terrains vierges de toute construction ; que sa réalisation marquera forment l’environnement en termes de consommation du foncier et ne participera pas à une gestion équilibrée de l’espace.

 

-  les transports collectifs et les modes de déplacement doux pour accéder au site d’implantation du projet sont quasi-inexistants.

 

- les efforts du demandeur en termes d’insertion paysagère ne seront pas de nature à atténuer l’impact du projet sur son environnement.

 

La question n’est pas d’abandonner tout projet économique sur Daoulas mais bien d’innover et de proposer des solutions nouvelles et cohérentes avec les problématiques environnementales et d’urbanisation moderne. Daoulas peut se démarquer si la commune décide de soutenir des projets durables sur le plan économique, social, environnemental et architectural.

commentaires

« Tous des sauvages ! » nouvelle exposition à l'Abbaye de Daoulas

Publié le 8 Mai 2013 par David Guillerm dans Abbaye de Daoulas, Daoulas, Bretagne, culture

« Tous des sauvages ! » nouvelle exposition à l'Abbaye de Daoulas« Tous des sauvages ! » nouvelle exposition à l'Abbaye de Daoulas

L'Abbaye de Daoulas a inauguré récemment sa nouvelle exposition « Tous des sauvages ! » qui interroge sur le rapport à l'autre, l'étranger, le différent. « Race et histoire », de Lévi-Strauss, sert de fil conducteur à cette exposition. Des extraits du livre sont présentés dans chaque salle ce qui peut constituer une bonne occasion de découvrir l'auteur.

 

Camps de concentration, colonisation, « Tous des sauvages ! » renvoie aux heures sombres de l'Histoire. « On a retrouvé la trace d'un village nègre, à Brest, en 1913, explique Pierre Nédélec, le chef de projet. Les gens pouvaient venir voir cette famille, comment elle vivait, comment elle mangeait. Ils étaient exposés comme des animaux ». Au fil d'une scénographie soignée, l'exposition interpelle aussi les habitudes quotidiennes. À travers des objets comme le papier toilette, des berceuses chantées dans différentes langues, des objets étonnants comme des têtes réduites ou des foetus présentant des malformations, l'exposition interroge : « Qui est le plus sauvage d'entre nous ? Moi, l'autre ? ». Exposition est ouverte jusqu'au 11 novembre.

commentaires

Daoulas : annulation d'autorisation de déménagement pour Super U et Mr Bricolage

Publié le 19 Avril 2013 par David Guillerm dans Daoulas, zac, super u, développement économique

La CNAC (Commission nationale d’aménagement commercial) a décidé d’annuler l’autorisation d’implantation de Super U et de Mr Bricolage sur la ZAC de Reun-ar-Moal suite au recours déposé par l’Adel, Association de défense de l’environnement et du littoral du pays de Daoulas, et Bretagne Vivante. La Commission a ainsi jugé recevables les arguments des opposants à ce projet qui reprochent une consommation importante des terres agricoles, une mauvaise intégration des enseignes dans le paysage et émettent des doutes sur la régularité de la procédure.

 

C'est une bonne nouvelle pour la commune de Daoulas car le projet était mal engagé et n'avait pas pris en compte l'avis de la population.

 

Nous devons continuer à réfléchir au développement économique du territoire mais cette réflexion doit prendre en compte les enjeux socio-économiques, environnementaux et les perspectives d’avenir. Ce projet s’inscrivait clairement à contretemps. Les zones commerciales ont dénaturé nos communes et nos villes et réaliser un projet classique n’a aucun sens pour Daoulas.

 

Nous devons apporter un nouveau regard sur le développement économique de notre territoire et avant toute chose, faire un état des lieux des zones commerciales et artisanales déjà disponibles car elles sont nombreuses dans le pays de Landerneau-Daoulas. Il faut stopper le phénomène d’urbanisation et le grignotage  permanent des terres agricoles. On est dans la même logique que pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

 

Pour autant, les projets économiques ne doivent pas être bloqués systématiquement. Il faut réussir à faire émerger collectivement, avec toutes les parties prenantes, des projets durables dont l’impact sur l’environnement sera réduit. Il faut imaginer l’entreprise et le bâtiment de demain. Sur Daoulas, tout le monde peut se rendre compte que le projet de ZAC n’est ni bien placé, ni bien imaginé. Il doit être abandonné et les élus locaux doivent cogiter sur autre chose pour penser globalement le développement de la commune.

commentaires

Nouvelle zone artisanale de Vern-Dérédec : entre inquiétude et satisfaction - Daoulas

Publié le 13 Novembre 2011 par David Guillerm dans Daoulas

La nouvelle zone artisanale de Vern-Dérédec à Daoulas se précise. Cette zone au coeur de la commune de Daoulas pose des questions en terme d'aménagement urbain et de développement durable. J'avais déjà posé des questions en mars sur ce nouveau projet. Vous pouvez retrouver le communiqué de presse ici.

 

Le journal Ouest-France a réalisé un article sur le sujet récemment:

 

La décision prise par la communauté de communes du pays de Landerneau-Daoulas de créer une zone artisanale, sur le site du Vern-Dérédec, à Daoulas, inquiète des habitants, et en réjouit d'autres. Nous avons demandé leurs avis à quelques personnes sur ce projet.

 

Vous avez souhaité vous exprimer ?

 

David Guillerm : à mon avis, c'est une bonne nouvelle. Une dynamique économique associée à la dynamique culturelle que connaît déjà Daoulas ne peut être qu'une bonne chose. Cependant, il paraît important d'effectuer des mises en garde sur l'impact qu'aura ce projet sur l'environnement. Les Daoulasiens attendent de la concertation. Il faut débattre afin que chacun puisse comprendre les enjeux et les contraintes.

 

Vous êtes le patron d'un magasin de bricolage, qu'en pensez-vous ?

 

Jean-François Nada : pour l'avenir de Daoulas, il faut favoriser la création de cette zone qui permettra à des entreprises de s'y installer. Il faudrait par ailleurs que la municipalité crée des logements sociaux. Si la population diminue dans la commune, c'est par manque de logements locatifs, dans le centre bourg. La création de la zone mixte permettrait de libérer des espaces pour créer ces logements.

 

En tant qu'élue, vous êtes en charge de l'environnement. Quel est votre avis ?

 

Geneviève Jably : la zone du Vern devra se faire en préservant le paysage. La commune a besoin de se développer économiquement. Et il y a sur notre territoire, suffisamment de zones naturelles. Par exemple, le long de la rivière.

 

Ne craignez-vous pas que la création de la zone artisanale consomme trop d'espaces agricoles ?

 

Joël Le Berre : moi, j'attends des propositions pour négocier mon départ. Le reste, ce n'est pas mon affaire.

commentaires

Lili-Pont, nouvelle boutique à Daoulas

Publié le 12 Novembre 2011 par David Guillerm dans Daoulas

br_1947214_1_px_470_.jpg

Un nouveau commerce vient d'ouvrir ses portes sur Daoulas. Situé route de Loperhet, face à la place du Valy et à proximité du musée de la Meunerie, Émilie Lebordais vient d'installer l'enseigne Lili-Pont.


Originaire de Châteaubriant (Loire-Atlantique), Émilie Lebordais est arrivée à Daoulas en 2009. Elle s'est éprise de cette belle cité et veut apporter sa contribution à la vie économique locale.

 

Vous trouverez dans cette nouvelle enseigne divers produits tels que bijoux, cadeaux, décoration, un peu de vêtements et de linge de maison, parfums d'ambiance, senteurs d'autrefois...

 

La boutique est ouverte tous les jours, sauf le lundi et le mercredi (occasionnellement le dimanche).

commentaires

Daoulas sera le centre de la Bretagne le 26 juin

Publié le 22 Juin 2010 par David Guillerm dans Daoulas

26-juin.jpgLe 26 juin, un évènement d’une envergure peu commune va avoir lieu à Daoulas. L’évènement sera assez anodin, l’inauguration des itinéraires de découvertes ainsi que de quelques réalisations de la commune comme la nouvelle mairie, la rénovation du Porche-Clocher de l’Abbatiale, etc.


Malgré la nature assez classique de cet évènement, son ampleur et ses retombés s’annoncent importantes. En effet, le 26 juin, Daoulas sera le centre de la Bretagne et recevra des invités de choix !


Le maire, Jean-Claude LE TYRANT, nous invite tous à 10h30 pour cette inauguration qui se fera en présence de :


M. Pascal MAILHOS, le Préfet du Finistère


M. Jean-Yves LE DRIAN, Président du Conseil Régional de Bretagne


M. François MARC, Sénateur du Finistère


M. Christian MENARD, Député du Finistère


M.  Pierre MAILLE, Président du Conseil Général du Finistère


Le nombre et la qualité des invités est impressionnant pour cette petite commune de 1750 habitants. Ils représenteront avec d’autres, les co-financeurs et institutionnels qui ont contribué aux aménagements de la commune.


Il n’y a également aucun doute sur le fait que Daoulas et ses élus ont essayé de faire les choses en grand à l’approche de l’été afin de placer Daoulas sous le feu des projeteurs et que la commune soit médiatisé.


En effet, le développement de la commune passe par le tourisme avec des infrastructures comme l’Abbaye de Daoulas qui accueille tous les ans de grandes expositions et l’évènement de samedi prochain s’annonce comme l’occasion rêvée de mettre en avant ce développement touristique.


A noter également que l’essor économique de la commune continue avec  l’ouverture de deux nouveaux commerces : « Daoulas Télécom » et « Histoire de Goûts » qui pourra particulièrement bien toucher la clientèle touristique.

epicerie.jpg

daoulas-telecom.jpg

commentaires

Abbaye de Daoulas. Convergence d'arts inuit et aborigène

Publié le 17 Mai 2010 par David Guillerm dans Daoulas

917136 7428532-fin506-3col-h101aLa Terre les sépare mais le monde des Inuits et celui des Aborigènes se confondent sur les chemins de l'art. L'exposition «Grand nord, grand sud», à l'abbaye de Daoulas, en propose une captivante démonstration.

«Il faut arrêter de dissocier art primitif et art contemporain. C'est un faux débat. Sans le moindre intérêt scientifique», s'emporte Michel Côté. Contre le courant des grands manitous de l'art qui décrètent les époques et les styles à la mode, le directeur du bien nommé musée des Confluences, de Lyon, trouve de l'eau à son moulin à l'abbaye de Daoulas: «Ici, nous retrouvons des oeuvres de personnes qui expriment leur tradition de manière contemporaine. De l'art avant tout».

Combat contre l'assimilation

De fait, il est difficile de donner un âge à la plupart des160oeuvres exposées jusqu'au 28novembre à Daoulas. Ni même, parfois, de déterminer s'il s'agit d'une pièce inuit ou aborigène. À quoi bon, finalement? Pourquoi vouloir absolument tout classer, tout séparer? «Gardons-nous de comparer les cultures et voyons plutôt ce qui les rapproche», conseille plutôt Michel Côté. D'autant qu'entre un peuple des glaces et un autre du désert, il existe bien plus de points communs que l'on imagine. Notamment: «Il s'agit de deux communautés confrontées à la problématique de la conservation d'une culture dans un Monde mondialisé où elles sont très minoritaires. Comment rester soi-même dans une culture internationale? Pour les sociétés inuits et aborigènes, l'art sert à raconter leur Histoire, à s'affirmer politiquement et socialementdans un combat contre l'assimilation». Voilà qui trouve une résonance particulière dans la culture bretonne.

Créations d'artistes du XXIesiècle

Les oeuvres rassemblées par l'expo «Grand nord, grand sud», débordent toutefois de la simple fonction d'exercice de la mémoire collective:«Elles mettent en lumière les travaux de véritables créateurs qui ont réinterprété les formes et les matériaux». Avec le brio d'artistes aborigènes du XXIesiècle s'exprimant dans des poteaux funéraires, des tapis géométriques où s'entrecroisent les mondes réel et imaginaire, des tableaux aux pointes mouvantes. Même réappropriation de la tradition chez leurs homologues inuits dont certaines pièces comme La création du Monde (agglomérat de visages et d'animaux d'inspirations chamaniques dans un os de baleine) et autres sculptures dans des crânes de morse ou des dents de narval possèdent une valeur exceptionnelle. Pratique «Grand nord grand sud», à l'abbaye de Daoulas, jusqu'au 28 novembre. Exposition visible tous les jours (sauf fermetures le samedi et le lundi) de 13h30 à 18h30 (de 10h30 à 18h30 en juillet et août).

commentaires

Succès du Grand Déballage de Daoulas

Publié le 10 Mai 2010 par David Guillerm dans Daoulas

Mouvement-Democrate-Bretagne-0070.JPGMouvement-Democrate-Bretagne-0065.JPGMouvement-Democrate-Bretagne-0059.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour sa 2e édition, l’évènement a été une nouvelle fois un succès. Le Grand Déballage, vide-grenier géant à ciel ouvert, a, malgré un temps incertain, réussi à faire venir des milliers de finistériens sur la commune pour participer à cette journée festive.

Cette année, il y avait plus de vendeurs et plus d’animations ce qui a assuré un flux régulier d’acheteurs tout au long de la journée. Anim’ Daoulas, l’association organisatrice, a parfaitement réussi son projet.

A cela c’est ajouté un moules-frite gigantesque proposé par les restaurateurs, un concert proposé par FMR, une association culturelle, et un feu d’artifice offert par Atout Daoulas, l’association de commerçants.

Le rendez-vous semble assuré pour l’année prochaine vu le succès de cet évènement qui ne se dément pas.

commentaires

Carnaval. Le pays de la Lune prêt à s'enflammer

Publié le 7 Avril 2010 par David Guillerm dans Daoulas

Daoulas présentera un char à l'effigie de Lucky Luke pour cet évènement. Plus qu'un moment de fête,  l'organisation de ce carnaval aura été l'occasion de rassembler une équipe dans la convivialité et la solidarité. Vivement que d'autres projets de la sorte voient le jour.

landerneau4.jpg

Article du Télégramme

Après une eclipse de 18 ans, les chars marqueront leur grand retour dans les rues de Landerneau, dimanche. Dans un carnaval du pays de la Lune étoilée où brillera, devant des milliers de spetateurs, la fierté des douze communes (18chars) engagées.

 

Dans le secret des hangars, les derniers tours de vis, les ultimes coups de peinture et autres réglages s'accomplissent frénétiquement. Depuis le début de l'année, les 18 chars des douze communes(*) du premier carnaval de la Lune étoilée prennent vie. Dimanche prochain, ils passent de l'ombre à la lumière. Leur défilé dans les rues du centre-ville de Landerneau marquera le point d'orgue de trois jours de liesse populaire que le défilé costumé de 1.200 élèves des écoles de la ville inaugure vendredi et qu'une série d'animations musicales (sur scène et en déambulation dans les rues piétonnes) entretiennent le samedi.

Objectif 20.000

«Nous espérons attirer 20.000 personnes, spectateurs et participants compris, dimanche après-midi. Ce serait un bon début», s'avance prudemment le président, André Yvinec. Un minimum au regard des efforts consentis par les bénévoles de l'association du carnaval de la lune étoilée -des commerçants pour l'essentiel -, réunis dans ce pari fou de faire revivre un carnaval qui, par le passé, a ramené jusqu'à 40.000 personnes sur les bords de l'Elorn. Pour la renaissance, la participation côté rue ne passera pas inaperçue. La venue assurée de neuf fanfares (on en annonce d'autres en provenance de Saint-Pol et de Brest), d'échassiers, de marionnettes (dont une culmine à 4,20m), de l'homme-orchestre Gaston Blutt, de particuliers déguisés et d'une quarantaine d'équipiers costumés sur chaque char rempliront quasiment le 1,306km de parcours en ville que le défilé avalera deux fois.

«Il a réveillé des communes»

Et du côté des trottoirs? «J'imagine que les chars déplaceront quantité de supporters. C'est formidable de voir à quel point ce carnaval a fédéré dans les communes participantes. Il a facilité les échanges, provoqué la rencontre de personnes de tous âges et à mon avis, il a même réveillé certaines communes. C'était le but». Une réussite que l'on envie nécessairement dans les dix communes de la communauté du Pays de Landerneau-Daoulas, volontairement restées en marge. «Elles pourront se rattraper dans deux ans». Quant aux habitants extérieurs à la communauté, il n'est absolument pas interdit de venir jeter un oeil dès cette année.

* Landerneau, Daoulas, L'Hôpital-Camfrout, La Roche-Maurice, La Forest-Landerneau, Saint-Thonan, Plouédern, Pencran, Saint-Urbain, Tréflévénez, Loperhet et Trémaouézan.

commentaires
1 2 > >>