David Guillerm, Président MoDem Finistère

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

finistere

Municipale à Brest. Le Modem veut un large rassemblement

Publié le 10 Mai 2018 par David Guillerm dans Bretagne, Mouvement Démocrate, Finistère, Brest

Le MoDem compte jouer un rôle pivot dans la construction d'un projet de rassemblement pour la municipale de 2020. Son président voit trois axes prioritaires.

David Guillerm est le nouveau président du Modem finistérien. Installé à Brest, il regarde ce qui se prépare autour de la municipale de 2020. Et compte bien que son parti y joue un rôle pivot.

Quel peut-être le rôle du MoDem dans la municipale de 2020 à Brest ?

David Guillerm, président du Modem 29. Jusqu'à présent chacun campe dans une sorte de caricature. Soit dans une revanche personnelle, soit dans une position correspondant à celle de son parti au plan national. Chacun voit Brest comme une sorte de trophée que l'on joue à la bataille navale. Pour nous, il s'agit, à l'inverse, de construire une ville meilleure. Nous voulons porter une ambition collective, rassembler les forces vives de la République en Marche et du MoDem. Beaucoup de personnalités pourraient faire bouger la Ville, l'apaiser, la rendre plus dynamique.

À quelle échelle pourrait être organisé ce rassemblement ?

Il faut remercier François Cuillandre et ses équipes pour les trois mandats qui viennent d'être menés. Mais désormais, ce qui compte, c'est le projet pour 2020. L'équipe doit être rassemblée autour des problématiques qu'il déterminera. Elle devra être à l'écoute pour le diagnostic sur l'état de Brest. Enfin, il faudra un capitaine qui puisse être le VRP de cette équipe et de ses ambitions. Aujourd'hui, il n'y a pas d'accord entre le MoDem et LREM. D'ailleurs, je rencontre d'autres représentants de partis. Pourquoi ne pourrait-on pas travailler avec des socialistes ou des écologistes ?

Et sur quels thèmes pensez-vous pouvoir réunir toutes ces volontés ?

J'en vois trois. L'unification des taxes à l'échelle de la métropole. Aujourd'hui elles sont déséquilibrées et cela crée des problèmes de mixité sociale à Brest. Ensuite, le sentiment d'insécurité générale est vraiment une question majeure. Trop longtemps l'équipe en place a refusé d'y répondre. Enfin, il faudra se pencher sur la dynamique du centre-ville. C'est un facteur de santé pour l'avenir de Brest. La politique municipale n'a pas répondu à cette ambition.

Interview Ouest-France.

commentaires

Dernières actualités du Mouvement Démocrate dans le Finistère

Publié le 8 Mai 2018 par David Guillerm dans MoDem, Bretagne, France, Mouvement Démocrate, Finistère, vie du MoDem29

Dernières actualités du Mouvement Démocrate dans le Finistère

Retrouvez l'actualité du MoDem dans le Finistère et en Bretagne sur le site de la fédération départemental.

commentaires

Construire un Finistère démocrate, humaniste et écologiste

Publié le 5 Novembre 2017 par David Guillerm dans France, environnement, Bretagne, Finistère

Mouvement Démocrate

 

Le 18 novembre, les militants du Mouvement Démocrate du Finistère sont invités à renouveler le Conseil Départemental et le président de la fédération. Dans le cadre de ces élections internes, j'ai souhaité présenter ma candidature à la direction du MoDem 29. Je vous invite à découvrir ma profession de foi :

 

En 2007, notre famille politique a fait un choix constitutif, annonçant notre volonté d’autonomie vis-à-vis des deux principaux partis ayant régie la vie politique pendant plusieurs décennies. Cette décision forte, qui nous a parfois conduits sur des chemins difficiles, nous a permis, dix ans plus tard, de contribuer à un renouvellement sans précèdent de l’offre politique de notre pays.

 

C’est dans cette configuration nouvelle que nous devons proposer un projet novateur, capable de rassembler les forces vives de Bretagne pour mener les défis qui attendent notre territoire. 

 

Après dix ans d’engagement politique, où j’ai successivement participé aux instances locales et nationales des Jeunes Démocrates et du Mouvement Démocrate, je souhaite vous proposer un cap pour le MoDem du Finistère dans les trois prochaines années.

 

Au sein d’une organisation renouvelée, en mode « startup », je vous propose que notre mouvement mette en place une nouvelle méthode de travail pour être force de propositions sur les sujets politiques prioritaires :

 

- Connecter le Finistère et la Bretagne aux circuits de transport européens et mondiaux pour assurer notre désenclavement,

 

- Proposer les outils utiles aux développements de secteurs d’excellence dans la région : permettre l’industrialisation des innovations bretonnes pour activer un cercle vertueux de création d'emplois,

 

- Contribuer à l'essor de l'agriculture raisonnée et durable, des nouvelles ressources alimentaires et à l'innovation du secteur agroalimentaire pour maintenir la Bretagne dans les principales régions agricoles d'Europe,

 

- Promouvoir l’intérêt d’une réunification de la Bretagne et participer au rayonnement de la culture bretonne, ancienne et moderne, à travers son histoire, ses langues, son patrimoine, ses créations et sa gastronomie,

 

- Construire un schéma régional soignant l’équilibre Est-Ouest de la région entre les métropoles Nantes, Rennes, Brest et les villes moyennes du territoire,

 

- Bâtir sans concession un projet politique durable sur le plan écologique, social et économique.

 

En nous appuyant sur nos valeurs humanistes et démocrates, le MoDem du Finistère doit s’ouvrir aux citoyens, associatifs, entrepreneurs, intellectuels et partenaires politiques pour apporter des solutions fortes et un projet pour notre territoire.

 

Dans les trois prochaines années, je proposerai au Conseil Départemental du Finistère et à nos amis démocrates des 4 autres départements bretons de travailler sur les prochaines échéances électorales : municipales, départementales, régionales et européennes, pour que le MoDem devienne une force politique incontournable dans le Finistère et en Bretagne.

 

Le 18 novembre 2017, je sollicite vos suffrages pour que nous mettions en place ensemble cette nouvelle dynamique dans le département. Collectivement, nous ferons rayonner nos valeurs et notre projet politique pour construire un Finistère démocrate, humaniste et écologiste.

 

commentaires

Lorenzo Mattotti, peintures et dessins

Publié le 21 Janvier 2016 par David Guillerm dans culture, Finistère, arts

Lorenzo Mattotti, peintures et dessins
Lorenzo Mattotti, peintures et dessins
Lorenzo Mattotti, peintures et dessins
Lorenzo Mattotti, peintures et dessins
Lorenzo Mattotti, peintures et dessins
Lorenzo Mattotti, peintures et dessins
Lorenzo Mattotti, peintures et dessins

L'artiste Lorenzo Mattotti s'est exposé cet hiver au Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture aux Capucins à Landerneau. Lorenzo Mattotti a su marquer les esprits avec ses bandes dessinées et ses couvertures de nombreux titres de la presse européenne et américaine : Télérama, Paris Match, Vanity, Glamour, The New Yorker.

 

Son sens du trait comme de la couleur est particulièrement touchant et profond. J'ai été beaucoup touché lors de la découverte de son travail. Traité avec élégance, transparence et profondeur, les thèmes universels abordés par Lorenzo Mattotti concernent tout le monde et permettent de s'évader mais aussi d'interroger et d'interpeller.

 

L'artiste affectionne particulièrement le travail avec les pastels et aime emprunter à tous les courants artistiques des XIXe et XXe siècles pour évoquer la beauté du monde mais aussi, en contre-point, la solitude des êtres, la fragilité des hommes face à leur destin.

 

Une œuvre à la fois mystérieuse et magnifique à découvrir.

Hänsel et Gretel, Mattotti, 2009

Hänsel et Gretel, Mattotti, 2009

commentaires

L'Atelier l'Art de Rien, Tapissier d'ameublement dans le Finistère

Publié le 9 Mars 2015 par David Guillerm dans marketing, Finistère, Bretagne

L'Atelier l'Art de Rien, Tapissier d'ameublement dans le FinistèreL'Atelier l'Art de Rien, Tapissier d'ameublement dans le Finistère
L'Atelier l'Art de Rien, Tapissier d'ameublement dans le FinistèreL'Atelier l'Art de Rien, Tapissier d'ameublement dans le FinistèreL'Atelier l'Art de Rien, Tapissier d'ameublement dans le Finistère

Installé depuis 2014 à Daoulas, entre Brest et Quimper dans le Finistère, l'Atelier de tapissier d'ameublement L'Art de Rien de Nathalie Tromeur-Dervout propose ses services de restaurations de sièges et fauteuils de style ainsi que de canapés ou lits anciens.


L'Atelier remet en état l'assise, le rembourrage ainsi que le tissu de votre mobilier ancien avec des méthodes traditionnelles de tapissier d'ameublement et propose un travail de grande qualité.


Vous pouvez également acquérir des sièges remis en état par les soins de Nathalie Tromeur-Dervout.

 

J'ai réalisé le site internet de l'atelier pour lui permettre de présenter ses différents services à partir du solution WordPress responsive design dont la souplesse permet d'avoir une structure légère et efficace. On retrouve ainsi les services de l'entreprise : couverture, ventes... Mais également une section qui permet de présenter les dernières réalisations de l'atelier et une mise en contact rapide pour les clients.

commentaires

15e Salon du livre insulaire de Ouessant du 16 au 20 août 2013

Publié le 16 Août 2013 par David Guillerm dans Salon du livre insulaire, Ouessant, Finistère, Bretagne, culture

15e Salon du livre insulaire de Ouessant du 16 au 20 août 201315e Salon du livre insulaire de Ouessant du 16 au 20 août 2013

L’été culturel continue en Bretagne. Rendez-vous incontournable de l’année pour les amoureux des livres et des îles, le Salon du livre insulaire de Ouessant revient pour cette nouvelle édition du 16 au 20 août avec près de 3 000 titres, 60 éditeurs et près de 100 auteurs, insulaires ou inspirés par les îles, autour du thème « L’île de l’île ».

 

En quinze ans, l'association Culture, arts et lettres des îles (Cali), fondée par Isabelle Le Bal, a réussi à créer un Salon unique en France et dans le monde consacré à la littérature des îles, d’ici et d’ailleurs, imaginaires ou réelles.

 

Isabelle Le Bal explique le thème de cette édition  « L’île de l’île ». « Pour des insulaires ou géographes, cela évoque bien sûr les îles secondes. Chaque île peut avoir une île. Cette double insularité se retrouve à Keller pour Ouessant, Inish Mor pour l’Irlande, Spinalonga pour la Crète, Lifou pour la Nouvelle-Calédonie… Parfois, cette île seconde devient prison ou léproserie. D’autres apparaissent comme un paradis ou une ville engloutie. Sous-marines ou dans les cieux, elles abritent des mystères et des personnages qu’on ne rencontre nulle part ailleurs… »

 

L’entrée du Salon est libre et gratuite. Il offre donc l’opportunité plutôt alléchante de passer une journée sur Ouessant pour trouver des livres mais aussi profiter de l’île et de ses paysages. C’est une véritable mise en contexte !

 

Tout le programme du Salon est disponible sur le site de l’association Cali et est notamment composé de l'habituel défilé dans le bourg de Lampaul en costumes traditionnels, de nombreuses conférences dont celle de l'astronaute Jean-François Clervoy sur « l'espace et l'insularité »,  mais aussi de Laure Morali, Alexis Gloaguen, Karin Huet et Anne Bihan, quatre écrivains qui ont profité des résidences d’écrivains dans l'ancien sémaphore du Créac'h sur Ouessant, d'Éric Auphan sur « la Tasmanie, l'île de l'Australie, de Gwen Catala sur la « lecture numérique »…

 

 Pour se rendre sur Ouessant, le plus simple est de faire appel à la compagnie maritime Penn ar Bed qui propose des billets aller-retour à -15% à l'occasion du salon. 

L’été culturel continue en Bretagne. Rendez-vous incontournable de l’année pour les amoureux des livres et des îles, le Salon du livre insulaire de Ouessant revient pour cette nouvelle édition du 16 au 20 août avec près de 3 000 titres, 60 éditeurs et près de 100 auteurs, insulaires ou inspirés par les îles, autour du thème « L’île de l’île ».

En quinze ans, l'association Culture, arts et lettres des îles (Cali), fondée par Isabelle Le Bal, a réussi à créer un Salon unique en France et dans le monde consacré à la littérature des îles, d’ici et d’ailleurs, imaginaires ou réelles.

Isabelle Le Bal explique le thème de cette édition  « L’île de l’île ». « Pour des insulaires ou géographes, cela évoque bien sûr les îles secondes. Chaque île peut avoir une île. Cette double insularité se retrouve à Keller pour Ouessant, Inish Mor pour l’Irlande, Spinalonga pour la Crète, Lifou pour la Nouvelle-Calédonie… Parfois, cette île seconde devient prison ou léproserie. D’autres apparaissent comme un paradis ou une ville engloutie. Sous-marines ou dans les cieux, elles abritent des mystères et des personnages qu’on ne rencontre nulle part ailleurs… »

L’entrée du Salon est libre et gratuite. Il offre donc l’opportunité plutôt alléchante de passer une journée sur Ouessant pour trouver des livres mais aussi profiter de l’île et de ses paysages. C’est une véritable mise en contexte !

Tout le programme du Salon est disponible sur le site de l’association Cali et est notamment composé de l'habituel défilé dans le bourg de Lampaul en costumes traditionnels, de nombreuses conférences dont celle de l'astronaute Jean-François Clervoy sur « l'espace et l'insularité »,  mais aussi de Laure Morali, Alexis Gloaguen, Karin Huet et Anne Bihan, quatre écrivains qui ont profité des résidences d’écrivains dans l'ancien sémaphore du Créac'h sur Ouessant, d'Éric Auphan sur « la Tasmanie, l'île de l'Australie, de Gwen Catala sur la « lecture numérique »…

Pour se rendre sur Ouessant, le plus simple est de faire appel à la compagnie maritime Penn ar Bed qui propose des billets aller-retour à -15% à l'occasion du salon.

commentaires

Pétition TGV Ouest Bretagne : Brest et Quimper à moins de 3h de Paris

Publié le 11 Juin 2013 par David Guillerm dans tgv, transport, Finistère, Bretagne, Brest, Quimper, Rennes

L'association Investir en Finistère a lancé récemment une pétition pour inciter les Bretons à se mobiliser pour poursuivre la construction de lignes à grande vitesse après Rennes, afin de mettre Brest et Quimper à moins de 3h de Paris.

 

La commission Mobilité 21, mise en place par le Gouvernement pour prioriser les projets d’infrastructures de transport, en particulier ferroviaires, doit rendre ses arbitrages en juin. Dans cette optique, la pétition vise à soutenir la réalisation de tronçons de lignes nouvelles à grande vitesse en Bretagne, permettant à terme de mettre Brest et Quimper à 3h de Paris et donc à 1h30 de Rennes. Il reste 5 jours pour signer cette pétition et atteindre l'objectif de 20 000 signatures.

 

Le train est un des transports les plus durables dont l'impact sur l'environnement reste raisonnable. La réduction du trajet entre la pointe de la Bretagne et Paris permettra:

 

- de nous rapprocher des centres de décision français et européens et améliorer l'attractivité de la région et son développement économique.

- de favoriser et faciliter les échanges intra-bretons.

- de permettre un report modal vers le train, économiquement et écologiquement préférentiel afin de compenser l'impact de la taxe carbone sur les camions.

 

Jusqu'à présent, l'Etat a promis d'effectuer des travaux entre Le Mans et Rennes qui permettront de gagner 40 min, mais il reste encore 30min à réaliser dans la partie intra-bretonne, qui nécessitent la construction de portions de lignes nouvelles. Ces travaux sont nécessaires pour maintenir une cohésion de territoire.

 

Des grands noms du monde économique breton se sont déjà engagés : Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal (Président et Directeur Général du Groupe Crédit Mutuel Arkea), Guy Le Bars (Président Groupe Even), Joseph Le Mer (Président de Sermeta), Jacques Kuhn, Gilles Charpentier (PDG de Meralliance), Roland Tanguy (PDG Tanguy Bois et Matériaux), Gurvan Falch’un (DG SILL), Christophe Piaud (Directeur Scarmor), Bernard Tréguer (DG Bigard), etc. Des parlementaires bretons (François Marc, Chantal Guittet, Dominique de Legge) ont également manifesté leur soutien, ainsi que de nombreux autres élus.

commentaires

La Bretagne se dote d’un fournisseur d’électricité renouvelable avec Enercoop

Publié le 25 Avril 2013 par David Guillerm dans enercoop, energie renouvelable, bretagne, finistère, électricité, environnement, futur

Le réseau Enercoop, fournisseur d’électricité renouvelable, possède désormais une déclinaison bretonne. Formellement, c’est le 23 mars dernier que l’entité est née sous forme d’une Scic (société coopérative d’intérêt collectif). Elle a été lancée avec le soutien du Conseil régional, des Conseils généraux d’Ille-et-Vilaine et du Finistère, de la fondation Macif, de Bretagne Active et Réso Solidaire Pays de Rennes.

 

Enercoop Bretagne est la sixième coopérative régionale après celles de Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes, Picardie Nord-Pas de Calais, Languedoc Roussillon et PACA.

 

À l’image de la coopérative nationale fondée en 2005, Enercoop Bretagne se fixe pour objectifs : de promouvoir la maîtrise de l’énergie ; de sensibiliser la population à la transition énergétique ; de développer des moyens de production citoyens d’énergies renouvelables ; de fournir de l’électricité d’origine renouvelable aux particuliers, professionnels et collectivités.

 

Notre région est parmi les plus dynamiques dans le domaine des énergies renouvelables et possède un beau potentiel qu’il faut soutenir et développer.

commentaires

Dans le Finistère, les députés PS ne montrent pas l’exemple

Publié le 5 Juillet 2012 par David Guillerm dans Finistère

PS29.jpgLe site France Tv info a publié, il y a quelques jours, un article consacré au cumul de mandats de nos nouveaux députés. Alors que 92% des Français seraient favorables à l’interdiction de cumuler des mandats, 60% des députés de l’Assemblée nationale continue à posséder plusieurs mandats, soit 339 députés sur 577.


Durant la campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé à faire adopter une loi interdisant le cumul des mandats. Plus tôt encore, le PS mené par Martine Aubry, avait fait adopter par ses militants, ce principe voté dès 2010. Pour obtenir l'investiture du parti aux législatives, tous les candidats PS se sont engagés, par écrit, à respecter ce principe.


Pourtant, 188 des 315 députés socialistes et radicaux de gauche (60%) cumuleraient encore aujourd’hui des mandats et beaucoup d’élus auraient déjà renoncé à respecter leur promesse.


Dans le Finistère, seulement 3 des 8 députés PS respectent pour l’heure ce principe : Gilbert LE BRIS, Annick LE LOCH et Jean-Jacques URVOAS. Les 5 autres députés socialistes cumulent aujourd’hui un mandat de député avec un mandat local.


Patricia Adam est déjà Conseillère générale, Jean-Luc Bleuven, Maire de Plabennec, Gwenegan Bui est Vice-Président du Conseil régional de Bretagne tandis que Richard Ferrand est Conseiller régional et Chantal Guittet, Adjointe au Maire du Relecq-Kerhuon.

 

Les députés PS ont jusqu’au mois de septembre pour respecter leur engagement auprès du parti et suivre le souhait de 92% des Français. Ils ont plutôt intérêt à rendre leur mandat local parce qu’on aura assez entendu de socialistes pendant la campagne des élections législatives nous dire que le respect des citoyens et le non-cumul de mandat, c’était eux ! Nous observerons dans les prochaines semaines si des changements sont accomplis à ce niveau. 

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 > >>