David Guillerm, Président MoDem Finistère

Blog-notes du Finistère - Politique locale - Écologie - FrenchTech - Culture

france

Réaction du MoDem 29 suite aux résultats des européennes

Publié le 26 Mai 2019 par David Guillerm dans Europe, France, environnement, Bretagne

Le Mouvement Démocrate souhaite remercier l’ensemble des électeurs qui ont voté pour la liste Renaissance et permettent à de nombreux députés de rejoindre le parlement européen pour porter une nouvelle dynamique en Europe.

Pour David Guillerm, Président du MoDem du Finistère, « La Bretagne va bénéficier de Marie-Pierre Vedrenne et Pierre Karleskind, deux députés très compétents et connus sur le terrain, pour porter les dossiers de la région à Strasbourg. »

Les cadres bretons du MoDem souhaitent faire rapidement le bilan de ce scrutin européen.

Nous pouvons nous féliciter de la hausse de la participation dans toute l'Europe qui marque une victoire de la démocratie et la volonté des citoyens de s'exprimer sur le projet européen. L’abstention reste cependant encore trop forte et nous devons entendre les invisibles de la République et comprendre leur absence à ce scrutin important.

De leur côté, les populistes font encore des scores très élevés en Europe et notamment en France avec le Rassemblement national. Ces résultats expriment une détresse et de l’inquiétude auquel les députés du MoDem et de Renaissance souhaitent répondre en construisant l’Europe sociale et écologique, l’harmonisation fiscale et la protection de nos frontières communes dans la mondialisation.

« L’Europe doit être capable de répondre aux besoins de liberté, de démocratie et de diversité culturelle européenne » pour Isabelle Le Bal, Vice-présidente du MoDem 29 et conseillère régionale de Bretagne.

De nombreux défis attendent les nouveaux députés européens, notamment en Bretagne. Les députés du Mouvement Démocrate seront au rendez-vous de cette nouvelle mandature pour y répondre.

commentaires

Être de Brest et d’Europe

Publié le 22 Mai 2019 par David Guillerm dans Europe, France, Bretagne, Brest

Être de Brest et d’Europe

Des explorateurs et grands aventuriers de notre histoire aux globe-trotteurs ou étudiants Erasmus d’aujourd’hui, les Bretons savent consciemment ou instinctivement que l’Union Européenne offre une liberté immense et un espace de sécurité à tous les Européens.

A Brest, les subventions de l’Europe s’inscrivent partout pour le développement de nos territoires : des Ateliers des Capucins à la pêche et aux affaires maritimes, de la Carène à l’agriculture, l'innovation et la transition énergétique. Et la présence de l’Europe dépasse largement les questions comptables.

Devenue à présent un véritable pôle européen pour la recherche marine, avec l’institut Universitaire Européen de la Mer,  Ifremer, le Campus Mondial de la Mer ou encore l’ISBlue, notre ville profite d’un contexte pourvoyeur d’emplois pour l’avenir et d’une visibilité extraordinaire avec l’organisation d’événements internationaux tel que la prochaine conférence de l’Unesco en juin 2019.

La préservation de notre espace marin et de ses richesses, reposent d’autre part sur la collaboration des pays européens avec la mise en cohérence de nos actions autour d’une politique maritime intégrée.

Et si le départ prochain du Royaume-Uni inquiète à Brest et en Bretagne, c’est bien parce que l’Europe nous a habitué à cette espace de liberté et de collaboration. Ainsi, le Brexit et l’actualité ont mis à mal le projet européen ces dernières années.

Pour repartir de l’avant, avec un projet volontaire et innovant pour Brest et le Finistère, il est essentiel d’envoyer un signal fort le 26 mai. C’est pourquoi, je voterai et j’appelle à voter pour la liste Renaissance lors de ces élections européennes.

Cette union du MoDem, LREM, Agir et des Radicaux, propose de bâtir un projet de renouveau pour l’Europe autour de la transition écologique, la justice sociale et fiscale pour protéger les Européens : un espace de développement cohérent.

je voterai et j’appelle à voter pour la liste Renaissance lors de ces élections européennes.

commentaires

Si même @Le_Figaro finit par l'admettre... Les...

Publié le 19 Mai 2019 par David Guillerm dans culture, Bretagne, France

commentaires

💪Lutter contre l'#homophobie, c'est participer...

Publié le 17 Mai 2019 par David Guillerm dans France

commentaires

Souveraineté, environnement, immigration et identités culturelles - 4 enjeux pour le projet européen

Publié le 25 Mars 2019 par David Guillerm dans France, Europe, futur, environnement, culture

Souveraineté, environnement, immigration et identités culturelles - 4 enjeux pour le projet européen

Il faut l’affirmer face aux multiples discours anxiogènes, l’Europe est un projet formidable qui possède de nombreux atouts mais qui doit se renouveler en profondeur.

Depuis mon premier engagement politique, je m’inscris dans la philosophie enthousiaste, ouverte et innovante du MoDem et des centristes pour la construction européenne. En 2019, il est essentiel de réaffirmer le projet qui doit nous rassembler, le "Pourquoi faire l’Europe ?" qui doit dicter nos desseins.

Se recentrer sur cette question essentielle peut ainsi nous libérer des vicissitudes européennes et créer la dynamique nécessaire pour revenir aux fondamentaux d’une Europe qui protège et défend un modèle de société dans le monde.   

Je vois quatre points essentiels sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour redonner du sens et de l’intérêt à l’Europe.

1/ La souveraineté face à l’hyperpuissance des multinationales

Beaucoup de Français remettent en cause la capacité de l’Europe à apporter un cadre de développement protégé. Ils ressentent un sentiment d’impuissance vis-à-vis d’une mondialisation non régulée dont le résultat apparaît à première vue comme davantage de libéralisme au détriment des acquis sociaux. Ont-ils vraiment tort ?

J’ai pour habitude d’affirmer que tout extrême fait naître son antinomique. Aujourd’hui, beaucoup de nos compatriotes ont l’impression de trouver une réponse évidente dans le repli et la protection des racines nationales face à un avenir flou. Cette proposition politique est d’autant plus manichéenne qu’elle est proposée par des mouvements alternatifs qui affirment un combat du peuple contre les puissants.

D’après les chiffres 2017 de l’OCDE, l’évasion fiscale des multinationales était estimée à 18 milliards d’euros en France, 47 milliards en Europe… Malheureusement, l’Union Européenne autorise légalement cette pratique. Pendant ce temps, la France est chaque année en difficulté sur la définition de son budget national…

Notre souveraineté, celle du peuple, est donc remise en cause, pas à cause de l’Union Européenne mais par l’absence de régulation du capitalisme mondialisé.

La régulation économique est le respect des règles fiscales de chaque Etats sont des pré-requis à la relance du projet Europe. La question concerne bien sûr les GAFA mais également toutes les entreprises multinationales.

2/ L’Europe peut accélérer la révolution écologique

La régulation du capitalisme est également une réponse à l’enjeu écologique de notre temps.

Il faut admettre la nécessité dans le cadre des échanges internationaux de redonner du sens au commerce mondial. Nous acceptons dans l’Union européenne des produits ne respectant ni les conditions sociales, ni les exigences écologiques que nous réclamons sur nos territoires. Cette position insensée provoque une concurrence qui ne peut qu’étouffer notre économie européenne et notre outil de production.

En redonnant à l’Europe sa vocation protectrice sur les questions environnementales et sociales, nous pourrions accélérer la révolution écologique à l’échelle mondiale. Commercer avec l’Europe obligerait le reste du monde à améliorer ses conditions sociales et environnementales.

3/ Réfugiés : apporter des réponses concrètes et une vision dans la durée

Sur la question de l’immigration mais également des réfugiés, nous devons apporter un projet qui soit concret et compris par les citoyens. Il est temps d’arrêter d’osciller sans apporter ni réponse satisfaisante, ni solution pérenne pour l’avenir. Le dernier rapport 2018 de Terra Nova et l'institut Montaigne est d’ailleurs sévère sur le droit d’asile européen.

A l’heure actuelle, nous accueillons des réfugiés, nous les logeons, les nourrissons et nous leur apportons des moyens matériels mais sans les intégrer. Le résultat est terrible dans l’opinion publique.  D’un autre côté, la population européenne est vieillissante et a besoin de forces vives.

Trois éléments semblent essentiels :

- Intégrer réfugiés et migrants : rendre obligatoire l’enseignement de la langue du pays et des valeurs républicaines ; un appel à la mobilisation nationale pourrait d’ailleurs apporter des solutions rapides et peu couteuses ; faciliter les possibilités de travailler dans le pays d’accueil.

- Être intransigeant sur le respect de la loi. Pour redonner confiance à l’opinion publique, il faut réaffirmer la bienveillance de l’accueil face à des populations qui vivent des conditions humainement terribles mais également notre intolérance aux dérapages : vol, casse, violence. Si des individus venaient à ne pas respecter nos lois et les biens publics, il faudrait les faire partir sans attendre.

- En parallèle, nos pays riches doivent absolument permettre et aider le développement social et économique des pays qui connaissent dans le monde des situations inhumaines.

4/ Faire vivre les identités culturelles dans le projet européen

Si nous voulons redonner du sens à l’Europe, je suis persuadé qu’il faut apporter une réponse au sentiment de dissolution culturelle présent dans la population. L’Union Européenne peut contribuer à la préservation des cultures nationales et régionales. Il faut l’exprimer et l’expliquer.

Je suis ainsi favorable à une Europe fédérale qui donne la capacité aux cultures et aux histoires de chacun de vivre et de se développer. Cette réflexion est particulièrement importante en Bretagne comme dans le territoire alsacien, basque, en Corse et dans de nombreuses régions plutôt europhiles de l’Union européenne. Elle semble avoir également pris une importance particulière chez les citoyens eurosceptiques qui se définissent comme Français en premier lieu.

Progressistes contre nationalistes ?

Pour ces élections européennes, ne nous trompons pas de combat. Construire un duel entre nationalistes et progressistes ne peut avoir qu’une réalité électoraliste et n’a rien d’intellectuellement censé.

La seule question auquel nous devons répondre en 2019 est "Pourquoi faire l’Europe ?".

Souveraineté du peuple, transition écologique, réponse rationnelle face aux défis de l’immigration et développement des identités culturelles européennes sont ainsi les quatre enjeux qui me semblent répondre à cette question.

 

commentaires

Dernières actualités du Mouvement Démocrate dans le Finistère

Publié le 8 Mai 2018 par David Guillerm dans MoDem, Bretagne, France, Mouvement Démocrate, Finistère, vie du MoDem29

Dernières actualités du Mouvement Démocrate dans le Finistère

Retrouvez l'actualité du MoDem dans le Finistère et en Bretagne sur le site de la fédération départemental.

commentaires

Municipales de Brest – Erreur de calendrier

Publié le 19 Février 2018 par David Guillerm dans France, Bretagne

L’élection d’Emmanuel Macron a marqué  une rupture dans le paysage français. Ce discours que le MoDem défend depuis 2007, plus direct et  loin des postures politiques anciennes, a apporté un air frais salvateur sur notre pays.

 

Pourtant, les supputations ont envahi la cité du Ponant ces dernières semaines, et une nouvelle fois, les vieux réflexes politiques ressurgissent.

 

Une ambition collective pour Brest

Le renouveau politique de 2017 doit également se décliner dans le Finistère. Face aux candidatures et intérêts personnels, nous invitons à construire une ambition collective pour la métropole de Brest.

 

Le calendrier doit aujourd’hui focaliser sur le rassemblement et la consultation des acteurs économiques, associatifs et Brestois pour faire émerger une vision d’avenir pour notre ville. Notre responsabilité est d’analyser les problèmes municipaux (abandon du centre-ville, sécurité, démographie, situation économique…) mais également de reconnaitre les réussites de l’équipe sortante pour proposer ensuite, sans démagogie, un projet pour Brest avec de nouvelles propositions et une nouvelle équipe.

 

Les problématiques sont nombreuses pour permettre à notre cité de faire rayonner la pointe bretonne. Les acteurs du territoire doivent faire corps pour construire cette dynamique face aux défis qui nous attendent. Au sein de BNA, Christine Margogne applique cette démarche pour travailler dans l'intérêt des Brestois. Cette volonté nous amène également à rencontrer les acteurs de droite et de gauche sur la métropole. C’est cette ambition que nous portons pour l’avenir avec confiance et sincérité, dans une union large que nous construirons avec nos concitoyens.

 

Le Mouvement Démocrate participera pleinement aux élections municipales de 2020 pour faire émerger un projet collectif et ambitieux. Dans cette démarche, les supputations diverses et notamment la désignation d’une tête de liste sont aujourd’hui totalement prématurées.

commentaires

Réaction à l'abandon de l'abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Publié le 17 Janvier 2018 par David Guillerm dans Bretagne, environnement, France

commentaires

29ème Journée Mondiale contre le SIDA - 1er décembre 2017

Publié le 1 Décembre 2017 par David Guillerm dans France

 

À l’occasion du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, l'association CENTR'ÉGAUX tient à rappeler que le VIH/sida est malheureusement toujours aussi présent en France, avec près de 6000 nouvelles transmissions chaque année.

Aujourd’hui encore, le sida touche toujours autant et majoritairement les publics les plus vulnérables : gays, personnes transgenres, migrant-e-s, détenu-e-s, les pratiquant-e-s du chemsexes,  et les travailleur-euse-s du sexe.

L'association rappelle qu'elle milite pour:

- Une politique ambitieuse de santé sexuelle et de lutte contre le VIH/sida avec des moyens humains et financiers adaptés,

- Des aides financières significatives aux associations menant une action permanente de prévention, de dépistage et qui assurent auprès des malades les actions de soutien et d’accompagnement nécessaire à leur parcours de santé,

- Une facilitation de l’accès aux traitements post-expositions,

- Un accès à la PrEP pour tou-te-s afin de baisser le taux de prévalence dans les groupes de population à risques,

- Une politique de prévention et de soin digne,

- Une lutte plus ferme contre les actes de sérophobie,

- Une intensification des campagnes de prévention du VIH/sida, du VHC, des IST et des actions de dépistage en particulier auprès des groupes les plus exposés, mais aussi dans les médias généralistes et sur la voie publique,

- Une amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH et/ou une affection longue durée (ALD),

- Des formations et campagnes d’information à destination des personnel-le-s des forces de l’ordre, de la justice et du droit sur les enjeux liés au VIH, à la prévention diversifiée, sur les risques de transmission, les conditions de vie, les droits et responsabilités juridiques des personnes vivant avec le VIH,

- Réaffirmation du principe du droit au séjour pour soins en faveur des étranger-ère-s malades,

- Lutte contre le mal-être et le suicide chez les personnes LGBT+, notamment les jeunes et les seniors vivants avec le VIH,

- À l’international, intensification de la participation de la France aux financements et aux programmes de lutte contre le VIH, ainsi que la promotion de la santé des femmes.

CENTR'ÉGAUX invite à rejoindre les différentes manifestations organisées en France ce 1er décembre à l’occasion à la 29ème Journée Mondiale contre le SIDA.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>